Biélorussie – République Tchèque (Mondiaux 2017, groupe B)

40

Les deux battus de la veille se retrouvent dès le deuxième jour pour tenter de se remettre dans le bon sens. Les Tchèques ont beaucoup donné contre le Canada et les Biélorusses inquiété la Finlande, mais à l’arrivée, cela fait zéro point. Ce match est déjà crucial pour la suite de la compétition.

Belarus Republique Tchèque 170506 659Les Tchèques contrôlent

Le début de partie se révèle un peu hésitant, aucune équipe ne parvenant vraiment à développer son jeu. Les Tchèques obtiennent un premier bon tir à la quatrième minute, venu de la bleue, avec du trafic devant Lalande, qui capte le palet.

Une action qui lance un temps fort tchèque. Les joueurs de Josef Jandac se créent encore une très belle occasion repoussée par Francouz, à l’issue d’un jeu de passes dans le coin. Cette domination secoue la défense biélorussse et Graborenko finit par concéder deux minutes. Le jeu ne quitte plus la zone de Lalande, avec du trafic devant la cage, mais le portier du Dynamo Minsk tient bon. La pression finit par payer, par la troisième ligne, intenable depuis le début du match. Petr Vrána fonce à la cage et dévie le centre puissant de Michal Birner pour l’ouverture du score (0-1).

Les Tchèques continuent à peser sur le match. Alors que Pavlovich et Krejcik sont en prison, Radko Gudas expédie une mine du cercle droit et double la mise à quatre contre quatre (0-2). Le public tchèque, venu en masse, exulte. La pause est donc bienvenue pour la Biélorussie, malgré une pénalité de Vrána dans les dernières secondes… Seize tirs à un seul, cela veut tout dire !

Belarus Republique Tchèque 170506 680 600

Trou d’air 

Le deuxième tiers débute donc avec un reliquat d’avantage numérique pour la Biélorussie, qui finit par trouver l’ouverture au moment même où Vrana remet le pied sur le glaçon, Pavlovich expédie une reprise du cercle droit au fond des filets (1-2). Un but qui sanctionne une équipe tchèque moins en jambes dans ce tiers, moins à l’aise, et qui ne lance au but que de manière sporadique. En somme, ils s’exposent aux bonnes intentions biélorusses.

Belarus Republique Tchèque 170506 708Après quelques minutes, et après une pause pour raisons publicitaires, les Tchèques sortent de leur torpeur. Plus de patinage et de mouvement… mais une crosse haute en entrée de zone, le coup de sifflet précoce annulant le but d’Andrei Kostitsyn. Le jeu de puissance reste laborieux et, quand Hanzl se couche pour bloquer un tir, il permet à Birner de filer en échappée. Maladroit, l’attaquant de Fribourg ne trouve pas le cadre du revers…

Une occasion énorme manquée : fort heureusement, Denisov est puni peu après et Voracek mène ses troupes à l’assaut. Pastrnak frôle le but sur une partie de billard, puis sur une remise de son capitaine à travers l’enclave. Le public pousse et Lalande tient le fort. Ou sa barre, qui repousse un lancer de la bleue… Partie remise ! Sur une longue relance, Horak déborde sur l’aile gauche et crée un deux-contre-un. Il renverse vers Cervenka à l’opposée. Le vétéran patiente, attend que Lalande soit au sol avant de conclure dans le but grand ouvert (1-3).
Les esprits s’échauffent et Sergei Kostitsyn et Kempny sortent simultanément. Le jeu s’ouvre, sans occasion franche cependant. Les Tchèques mènent donc toujours, et n’ont concédé que cinq tirs en tout et pour tout depuis le début du match.

Belarus Republique Tchèque 170506 853Une Biélorussie sans énergie

Vingt-et-une secondes, et Andrei Kostitsyn se fait secouer en entrée de zone. Une mise en échec à la hanche qui voit l’ancien Canadien de Montréal faire un soleil spectaculaire et retomber lourdement. Les esprits s’échauffent forcément et Voracek reçoit deux minutes. Un Andrei qui revient au jeu et provoque une nouvelle faute derrière la cage de Francouz, pour une dizaine de secondes de double avantage. Cela ne donne rien, la Biélorussie peinant toujours à lancer au but.

En fin d’avantage, Lisovets sort à son tour et la supériorité s’inverse. Plekanec trouve une belle transversale vers Cervenka, mais Lalande a bien suivi. Le portier originaire du Québec réalise des arrêts importants sur cette séquence et la pénalité est tuée. Lisovets enchaîne avec un retard de jeu. Cette fois-ci, Simek lance de la bleue à travers la foule, et les supporters explosent (1-4).

Belarus Republique Tchèque 170506 998

La Biélorussie s’effondre, battue dans tous les compartiments du jeu. Pastrnak s’infiltre en échappée et tente de tromper Lalande d’une main. Le grand écart du gardien laisse un rebond, bonifié par Voracek (1-5). Lalande, abandonné par son équipe, est remplacé par Karnaukhov.

Pas grand chose donc pour une Biélorussie transparente, et à peine une petite chance lorsque Demkov déborde et trouve la plaque de Francouz. Comme Volkov fait faute, cela annule tout espoir de retour. Voracek et Pastrnak se trouvent comme larrons en foire, multipliant les essais à travers l’enclave ou les longues passes. Le jeune attaquant de Boston se présente ainsi seul sur l’aile et tente le tir au premier poteau, sans réussite. La domination écrasante des Tchèques termine en apothéose avec un slap de Kempný à quelques secondes de la fin (1-6).

Une victoire nette et sans bavure des Tchèques, qui ont dominé la partie de la tête et des épaules, malgré un trou d’air en début de deuxième tiers. La Biélorussie, qui n’a lancé que sept fois au but, a paru fatiguée, lente et incapable de produire quelque chose…

Désignés joueurs du match : Alexander Pavlovich (Biélorussie) et Radim Simek (Rép. Tchèque)

But Republique Tchèque 170506 868Commentaires d’après-match :

Petr Vrána (attaquant de la Rép. Tchèque) : « Nous sommes contents de cette victoire, même si nous pouvons nous améliorer dans beaucoup de choses. Nous avons été efficaces, notamment avec un bon jeu de puissance. Une bonne réaction après le match d’hier. Ce n’était pas facile de jouer deux jours de suite mais nous avons fini sur une bonne note et le jour de repos demain fera du bien. Défensivement, nous avons bien joué à part quelques moments. Les dix premières minutes du deuxième tiers ont été difficiles et nous avons réagi après un temps mort publicitaire. Pendant ce temps faible, nous avons été naïfs, surpris dans le dos et la Biélorussie a suffisamment de talent pour en profiter. Heureusement, nous nous sommes repris. »

Charles Linglet (attaquant du Bélarus) : « On n’a pas été capables d’être à la hauteur. On a pris des punitions qui nous ont coupé les reins, on a perdu le momentum. Il faut qu’on soit plus discipliné. On n’a pas tiré au filet assez, on a essayé mais on n’a pas été chanceux. Je pense qu’on a assez de talent, mais on ne peut pas se permettre de dévier du plan de match. Il faudra se regarder dans le miroir si on veut bien paraître contre le Canada. La fouille en Gare Montparnasse ? Il y a peut-être des histoires politiques, je ne sais pas, mais pour moi, c’était juste l’affaire d’une demi-heure. J’ai attendu, et puis on est rentré à l’hôtel. »

Dave Lewis (entraîneur du Bélarus) : « Je voudrais féliciter les Tchèques. Ils sont forts dans chaque secteur et bien coachés. Ils ont une technique évidente, de la taille, de la vitesse, de la créativité, et ils protègent bien leur gardien : un plan de jeu parfait. Ils auraient pu battre le Canada hier. Je suis déçu du but refusé à Andrei Kostitsyn, ils n’avaient pas la possession et le palet a juste dévié sur leur crosse. C’est une mauvaise décision et le grand tournant du match. 8 tirs, ce n’est pas assez, je l’ai dit aux joueurs à chaque période. C’est leur responsabilité de prendre des tirs. Je suis allé dans le vestiaire et beaucoup de joueurs ont des poches de glace. Je dois faire le point avec le médecin demain. Karnaukhov débutera contre le Canada, j’espère qu’il finira aussi. C’est aussi pour ça que je l’ai fait entrer, pour lui donner de l’expérience. »

Belarus Republique Tchèque 170506 993 600

Biélorussie – République Tchèque 1-6 (0-2, 1-1, 0-3)
Samedi 6 mai 2017, 16h15. AccorHotel Arena de Paris, 6635 spectateurs.
Arbitrage de Brett Iverson (CAN) et Mark Lemelin (AUT) assisté de Rene Jensen (DAN) et Lukas Kohlmuller (ALL)
Tirs : Biélorussie (1, 5, 2), République Tchèque (16, 12, 17)
Pénalités : Biélorussie 16′ (4′, 4′, 8′), République Tchèque 12′ (4′, 4′, 4′)

Récapitulatif du score
0-1 à 13’16 » : Vrana assisté de Birner et Repik
0-2 à 17’30 » : Gudas assisté de Voracek
1-2 à 21’13 » : Pavlovich assisté de Lisovets et Denisov
1-3 à 35’38 » : Cervenka assisté de Horak et Jerabek
1-4 à 47’26 » : Simek assisté de Voracek et Radil (sup. num.)
1-5 à 49’37 » : Voracek assisté de Pastrnak et Kundratek
1-6 à 59’44 » : Kempný assisté de Hanzl et Zohorna

Biélorussie

Attaquants
Sergei Kostitsyn (2′) – Yevgeni Kovyrshin (-1) – Andrei Kostitsyn (-2)
Charles Linglet – Andrei Stas (C, +1) – Alexander Pavlovich (A, 2′, +1)
Sergei Drozd – Alexander Kulakov (-2) – Artyom Demkov (-2)
Mikhail Stefanovich (-1) – Yegor Sharangovich (-1) – Alexander Kogalev (-2)
Artyom Volkov (2′, -1)

Défenseurs

Roman Graborenko (2′, -2) – Oleg Yevenko (2′, -4)
Kristian Khenkel (-2) – Ilya Shinkevich (-3)
Dmitri Korobov – Yevgeni Lisovets (4′, +1)
Vladimir Denisov (A, 2′, +1)

Gardien :
Kevin Lalande puis Mikhail Karnaukhov à 49’37 »

Réserviste : Vitali Trus (G), Danila Karaban (A), Pavel Vorobey (D)

République Tchèque

Attaquants
Roman Cervenka (+1) – Tomas Plekanec (+2) – David Pastrnak (+1)
Jakub Voracek (C, 2′, +2) – Jan Kovar (A, +1) – Lukas Radil
Michal Birner (+1) – Petr Vrána – Michal Repik (+1)
Tomas Zohorna (+1) – Roman Horák (+1) – Robin Hanzl

Défenseurs
Radim Simek (+1) – Radko Gudas (+1)
Michal Kempný (2′, +3) – Tomas Kundratek (2′, +2)
Jakub Krejcik (2′, +1) – Jakub Jerabek (2′)
Jan Rutta

Gardien :
Pavel Francouz

Remplaçant : Petr Mrázek (G)

Les commentaires sont fermés.