États-Unis – Danemark (Mondiaux 2017, groupe A)

48

Comme en 2010, les Américains ont commencé leur campagne mondiale face au pays-hôte. Et comme en 2010, les Américains ont concédé une défaite.

À l’époque, le cauchemar s’était poursuivi jusqu’à ce que les États-Unis se retrouvent en poule de relégation, finalement sauvés au détriment de l’Italie et du Kazakhstan. Alors, pour ne pas jouer la peur au ventre et éviter que ce genre de situation ne se reproduise, l’équipe de Jeff Blashill doit réagir au plus vite.

DAHM Sebastian 160518 106Mais celle de Jan Karlsson aussi. Malgré une entame de match convaincante, le Danemark s’est finalement effondré lors de sa première rencontre, face à la Lettonie (0-3). Le maintien lui est peut-être assuré par son immunité, mais une deuxième défaite serait fâcheuse dans l’optique des quarts de finale.

Mais les Danois vont se mettre en difficulté d’entrée, Christensen se faisant sanctionner pour une crosse haute. Sebastian Dahm fait un premier arrêt, mais dans la confusion, Anders Lee marque devant le slot (1-0, 05’37 »). Les États-Unis ouvrent le score et les esprits s’échauffent. En configuration à 4 contre 4, les Américains s’installent dans le camp danois, côté droit Charlie McAvoy relaye avec Clayton Keller à proximité du but, Dahm ne voit pas alors venir le lancer du jeune attaquant de 18 ans de Boston University (2-0, 13’06 »).

Le Danemark a l’occasion de rebondir quand Bjugstad se rend coupable à son tour d’une crosse haute. Après seulement 32 secondes de jeu de puissance, le prodige Nikolaj Ehlers décoche un tir bien appuyé de la ligne bleue, Morten Madsen est au rebond (2-1, 16’10 »). Les Danois semblent s’être relancés, mais Ehlers écope à deux minutes de la pause d’un 2’+10′ pour une charge dangereuse. L’occasion pour les États-Unis de creuser l’écart par Johnny Gaudreau, qui dévie une passe-tir de Dylan Larkin (3-1, 18’59 »).

Le Danemark avait connu une défaillance face à la Lettonie mais tente de s’accrocher à ce match. C’est chose faite après 68 secondes dans ce deuxième tiers-temps. Julian Jakobsen intercepte une relance américaine brouillonne, s’avance et frappe, Nichlas Hardt gratte devant Connor Hellebuyck et réduit le score (3-2, 21’08 »).

NELSON Brock 140510 631Le Danemark s’accroche mais va totalement lâcher prise après la mi-match. Clayton Keller refait des siennes, déborde côté droit et inscrit un but splendide (4-2, 34’33 »). Anders Lee inscrit également un second but, devant l’enclave et en supériorité numérique (5-2, 37’09 »). Enfin, Brock Nelson, poteau gauche, profitera d’une superbe passe de l’opposé signé Nick Schmaltz (6-2, 37’37 »).

Avec trois buts, le jeu de puissance américain est redoutable. Encore heureux pour les Danois qu’ils n’en profitent davantage en troisième période. Le surdoué de la NCAA Clayton Keller inscrira tout de même un triplé, bien aidé il faut le dire par son adversaire Patrick Russell qui, le dos tourné, ne se rend pas compte que son patin dévie la passe du jeune espoir des Coyotes de l’Arizona dans son propre but. 

Les États-Unis n’ont fait qu’une bouchée d’une équipe danoise, qui a encore montré ses limites. Son immunité délivrée pour l’organisation des Mondiaux au Danemark en 2018 n’entamerait-elle pas sa motivation ? Après sa défaite contre l’Allemagne, la sélection américaine de Jeff Blashill se relance mais le Team USA aura un test d’envergure ce lundi soir, face à la Suède.

Élus joueurs du match : Connor Murphy pour les États-Unis, Morten Madsen pour le Danemark.

Commentaires d’après-match

Clayton Keller (attaquant des États-Unis) : « Tout d’abord, et surtout, c’est une très bonne performance d’équipe. Quant à moi, c’est toujours agréable de marquer. Chacun espère en faire autant. Mes collègues de ligne ont réalisé de bonnes séquences, et je suis chanceux d’avoir pu évoluer avec eux. »

États-Unis – Danemark 7-2 (3-1, 3-1, 1-0)
Dimanche 7 mai 2017 à 16h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 8764 spectateurs.
Arbitrage d’Antonin Jerabek (TCH) et Eduards Odins (LET) assistés d’Ivan Dedioulia (BEL) et Joep Leermakers (P-B).
Pénalités : États-Unis 12′ (6′, 4′, 2′), Danemark 24′ (18′, 2′, 4′).
Tirs : États-Unis 34 (17, 9, 8), Danemark 25 (7, 13, 5).

Évolution du score :
1-0 à 05’37 » : Lee assisté de Gaudreau et Larkin (sup. num.)
2-0 à 13’06 » : Keller assisté de McAvoy et Schmaltz
2-1 à 16’10 » : Madsen assisté d’Ehlers et J. Jensen (sup. num.)
3-1 à 18’59 » : Gaudreau assisté de Larkin (sup. num.)
3-2 à 21’08 » : Hardt assisté de Jakobsen 
4-2 à 34’33 » : Keller assisté de Bjugstad
5-2 à 37’08 » : Lee assisté de Hanifin et Eichel (sup. num.)
6-2 à 37’37 » : Nelson assisté de Schmaltz
7-2 à 53’00 » : Keller

États-Unis

Attaquants :
Anders Lee (-1) – Jack Eichel (-1) – Johnny Gaudreau (-1) 
Nick Schmaltz (+2) – Dylan Larkin (A, +1, 4′) – Brock Nelson (A, +1)
J.T. Compher (+1) – Andrew Copp (+1, 2′) – Anders Bjork
Nick Bjugstad (+1, 2′) – Christian Dvorak (+1, 2′) – Clayton Keller (+3)
Jordan Greenway

Défenseurs :
Danny De Keyser – Connor Murphy (C, +1)
Noah Hanifin (+1, 2′) – Jacob Trouba (+2)
Charlie McAvoy (+1) – Trevor Van Riemsdyk
Daniel Brickley

Gardien :
Connor Hellebuyck

Remplaçant : Jimmy Howard (G).

Danemark

Attaquants :
Nikolaj Ehlers (4’+10′) – Peter Regin (A) – Morten Madsen (A, -1)
Fredrik Storm (-1, 2′) – Julian Jakobsen (-2) – Nichlas Hardt 
Mads Christensen (-2, 4′) – Morten Green (C, -1) – Patrick Russell (-2)
Nicolai Meyer – Mikkel Aagaard – Mathias Bau 
Morten Poulsen

Défenseurs :
Jesper Jensen (-2) – Nicholas Jensen 
Markus Lauridsen – Emil Kristensen (+1, 4′)
Oliver Lauridsen (-3) – Matias Lassen (-1)
Philip Bruggisser

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçant : George Sørensen (G).

Les commentaires sont fermés.