Gap – Bordeaux (Ligue Magnus, 1/4 de finale, match 2)

216

Gap et Bordeaux reprennent le chemin de l’Alp’Arena pour ce match 2 des quarts de finale. Les Boxers ont tenu dans le registre physique et de l’efficacité offensive en ne gagnant qu’avec 22 tirs contre 39. L’écart entre les deux groupes n’est pas très éloigné mais tout se jouera sur la qualité de concrétisation des offensives et sur la discipline. Mais avec Bordeaux rien n’est jamais acquis dans ce domaine, tant les amabilités de fin de match ont déjà introduit ce match 2.

La partie commence plus rapidement que la veille. Thillet s’infiltre rapidement dans le slot mais la trajectoire de son tir est hors cadre (0’44). Gap est décidé à donner du rythme et de la vitesse. Bordeaux n’a pas encore pointé son nez devant, mais dès la première occasion, le palet longe la ligne de but sans que Lerg puisse le capter (3’34). Les Rapaces obtiennent leur première supériorité numérique, mais leur problème persiste dans ce secteur : RAS ! Au retour au complet, Jonathan Lessard longe la balustrade et remonte le puck rapidement. La défense gagne le duel pour capter la rondelle mais la relance, ratée, se perd et c’est Olivier Labelle qui envoie à la cage à mi-distance (6’37 : 0-1)

Gap continue de faire le jeu et sort Jeff Lerg pour une pénalité différée. Les Boxers répondent par de bons blocs, dont Terrier, pour empêcher la remontée du puck. Le jeu de puissance haut-alpin se résume à plusieurs tirs qui ne mettent pas Quemener en danger. Lessard gagne même un palet dans la zone offensive. Au retour à cinq, Bordeaux a le momentum et les gains dans les duels. Campbell utilise son puissant shoot de la bleue qui se fracasse dans les bottes du portier (14’32). Les mises au jeu sont gagnées en zone défensive pour dégager le camp bordelais.

Une infériorité est sifflée contre les bleus. Les Boxers trouvent peu de solutions pour s’installer face à un bon bloc défensif. Le palet est gagné par Scheid qui s’enfuit en solo, mais Quemener est solide (17’50). Même chose avec Glen qui part avec la rondelle. Gap reste dans le match avec un seul but de retard mais subit une nouvelle pénalité très sévère contre Raux.

Les Boxers finissent la pénalité en deuxième période mais Lessard accroche en zone offensive et provoque une double infériorité. Scheid s’essaie avec un tir direct bloqué proprement par Quemener (22’59). Mais sur la deuxième possibilité,  Scheid loge le palet en hauteur (24’32 : 1-1)

Il reste une pénalité à terminer pour que Gap tente de marquer. La boîte à gifles est de sortie lors d’un regroupement devant Quemener. Dieudé-Fauvel sort les gants et se retrouve sur le banc. Les équipes jouent au complet après la pluie de pénalités distribuées. Kramar remet sur Valier qui ne peut reprendre (25’38). Mais au moment où on ne les attend pas, les Boxers corsent l’addition. Félix Petit envoie à la cage, au moment où un gapençais voile le gardien. Le puck est dévié par Julien Guillaume (26’43 : 1-2).

Gap ne désarme pas à l’image de Jack Lewis qui s’infiltre, passe devant le portier mais ne peut remettre dans la cage (30’12). Le forcing des Rapaces est intense ! Les lancers à la cage se multiplient mais les rebonds ne sont pas repris. Physiquement, Bordeaux est à l’agonie et subit l’intensité. L’arbitrage tatillon sanctionne encore Raux pour avoir bloqué Labelle. Desrosiers sert Petit mais la reprise est directement bloquée (32’50). La suivante est la bonne. Petit transperce Lerg juste devant la cage (32’56 : 1-3).

À force d’accrochage devant la cage gapençaise, on s’énerve et Luciano Basile prend une pénalité de banc mineur. Les pénalités s’enchaînent et la tension est permanente. En situation de 4 contre 4, Gutierrez est sur le rebond mais Quemener ferme la porte. En toute fin de période, Eric Scheid remonte à grande vitesse, seul, et déborde son vis-à-vis pour placer un petit palet sur le gardien au moment du tour de cage. La rondelle rebondit tranquillement et passe la ligne (38’37 : 2-3).

En plus Bordeaux concède une nouvelle pénalité en fin de tiers. Les Rapaces ont beaucoup donné dans ce tiers dans une ambiance très tendue aux multiples pénalités. Scheid est parvenu, par un exploit solitaire, à ramener Gap dans le match.

Gap à l’opportunité de revenir avec une supériorité numérique à terminer. Rob Linsmayer, pas le plus performant dans la transmission des palets ou pour capter les passes, lance à la cage. Le puck traverse le trafic (40’43 : 3-3).

Gap revient à niveau des Bordelais et est récompensé de sa persévérance. Face à une équipe de Bordeaux solide et efficace, les Rapaces leur opposent leur volonté de ne rien lâcher ! Ils continuent sur leur lancée avec un envoi de Balsamo. La rondelle passe devant la cage mais ne trouve aucun coéquipier (41’28). Les pénalités se succèdent, une pour chaque équipe, et Desrosiers loge la rondelle dans les filets avec un lancer longue distance. Le Franco-Canadien place un palet ultra-précis (46’26 : 3-4).

Pas le temps de souffler, car sur l’offensive suivante, l’entrée en zone, facile, permet à Tarantino de marquer (46’50 : 3-5). Luciano Basile fait entrer Aurélien Bertrand dans les cages. Le changement est de courte durée car Jeff Lerg est de retour (48’21).

Les bleus imposent un gros rythme à l’image de Julien Guillaume qui rentre au banc à l’agonie. La majorité du temps de jeu se déroule en zone bordelaise. Les Boxers font le dos rond et parent au plus pressé pour évacuer les palets.  Rob Linsmayer est au centre et reçoit un bon palet mais le shoot est peu puissant pour un Quemener pas masqué (51’28). Bordeaux parvient encore à sortir la rondelle mais est souvent en retard dans la course au palet. Quemener fait, pour le moment, une bonne partie du travail pour bloquer les shoots.

Gap ne parvient toujours pas à scorer sur une nouvelle pénalité contre Besch. La fin de partie est entamée et Philippe Bozon prends son temps mort pour préparer la mise en place de son jeu de puissance. McEachen dribble dans le slot et parvient sur le portier mais sans trouver l’ouverture (57’14). Lessard a lui aussi une opportunité. Seul, il envoie un palet hors cadre. Jeff Lerg ne lâche rien et dévie les rondelles. Au retour au complet, McDonald shoote sur un contre (58’36). Quemener laisse un rebond suite à une mitaine un peu fébrile et fait l’arrêt en deux fois. Il ne reste qu’à sortir le gardien du côté de Gap pour tenter la supériorité. Cela ne change plus rien et Bordeaux remporte son deuxième match dans cette série.

Les Boxers ont fait le carton plein avec deux victoires à l’extérieur, mais la série est loin d’être terminée. On peut regretter la quantité de pénalités sifflées pas toujours pertinentes. Il aurait été préférable de laisser les équipes jouer et ne punir que les actes graves. Gap a démontré une volonté de ne pas lâcher la rencontre mais Bordeaux a fait preuve de réalisme et a prouvé sa valeur pour marquer dans des périodes de domination adverse.

Commentaires d’après-match

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « On a manqué de réussite, c’est certains. Je suis fier du contenu du match, de l’effort de mes joueurs, c’est ce que je leur ai dit. (…) Il n’y a rien qui change, il faut aller gagner un des deux prochains matchs là-bas ! J’ai l’impression que les cinq buts de Bordeaux sont venus à contre-courant. (…) Si eux sont fiers du jeu qu’ils produisent, eh bien tant mieux pour eux. Moi, je suis fier du contenu de mes joueurs. On est approximatif, des fois, on manque de justesse technique. On sait qu’on n’a pas beaucoup de talents individuels et de qualité mais les intentions sont bonnes. Avec cette volonté d’aller jouer malgré le défi physique que Bordeaux nous met, je suis très très fier des deux matchs que les joueurs ont faits. »

Philippe Bozon (entraîneur de Bordeaux) : « On prend un match à la fois et on essaie de faire le maximum sur chaque match. On s’attendait à une série, à Gap, avec beaucoup de pénalités. Ce sont les powerplays et les infériorités numériques qui font la différence. Ça a marqué pour les deux équipes dans cette situation. J’ai aimé la réaction de l’équipe quand Gap est revenu à 3-3. On est tout de suite reparti vers l’avant, et on a su reprendre les devants. Maintenant on va bien se reposer pour avoir de l’énergie pour les prochains matchs. La série est très très loin d’être finie. C’est l’équipe championne qui a beaucoup de caractère. On va tout de suite se concentrer sur le match de mardi. »

 

Gap – Bordeaux 3-5 (0-1, 2-2, 1-2)
Samedi 24 février 2018 à 20h30 – Alp’arena. 2045 spectateurs
Arbitres : Benjamin Gremion et Nicolas Cregut assisté de  Gabriel Pointel et Nicolas Constantineau
Pénalités : Gap 20’ (4’, 10’, 6’) ; Bordeaux 24’ (4’, 14’, 6’).
Tirs : Gap 35 (9, 17, 9) ; Bordeaux 22 (8, 7, 7).

Évolution du score :
0-1 à 06’37 : Labelle assisté de Lessard et Sauvé
1-1 à 24’32 : Scheid assisté de Glen et Campbell (double sup. num.)
1-2 à 26’43 : Guillaume assisté de Petit et Mc Eachen
1-3 à 32’56 : Petit assisté de Valier (sup. num.)
2-3 à 38’37 : Scheid assisté de Campbell (sup. num.)
3-3 à 40’43 : Linsmayer (sup. num.)
3-4 à 46’26 : Desrosiers assisté de Mc Eachen et Terrier (sup. num.)
3-5 à 46’50 : Tarantino assisté de Rambelo et Dieudé-Fauvel

Gap

Attaquants :
Devin Tringale – Jack Lewis – Rob Linsmayer
Dimitri Thillet – Maurin Bouvet – Romain Gutierrez
Eric Scheid – David Glen – Chad McDonald
Marius Serer – Robin Colomban – Cédric Di Dio Balsamo
Janne Puhakka

Défenseurs :
Damien Raux – Tim Campbell
Arnaud Faure – Graeme Mc Cormack
Pierre Crinon – Raphaël Faure

Gardien :
Jeff Lerg

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absents : Max Ross, Evan Ritt.

Bordeaux

Attaquants
Jonathan Lessard – Maxime Sauvé – Olivier Labelle
Julien Desrosiers – Spencer Edwards – Félix Petit
Lionel Tarantino – Matthias Terrier – Peter Valier
Julien Guillaume – Vincent Cadren

Défenseurs :
Patrick Mc Eachen – Dominik Kramar
Nicolas Besch – François Paquin
Benjamin Dieudé Fauvel – Jonathan Janil
Aina Rambelo – Maxime Moisand

Gardien :
Ronan Quemener

Remplaçant : Clément Fouquerel (G). Absents : Victor Goy (G), Mathieu André, Adam Hughesman, Antti Jaatinen.

Les commentaires sont fermés.

Sed nunc non ipsum Nullam leo