France – Danemark (Euro Hockey Challenge, match 2)

La France maîtrise son sujet

153

Vainqueur 4-2 la veille après un troisième tiers à rebondissements, la France peut aborder ce deuxième match avec confiance. Quelques changements dans les deux équipes par rapport aux formations alignées la veille : Dave Henderson a choisi de remplacer Benjamin Dieudé Fauvel par Thomas Thiry dans la défense tricolore. Stéphane Da Costa et Nicolas Besch sont également mis au repos, ce qui permet à Maurin Bouvet et Hugo Gallet d’être propulsés sur le premier bloc des Bleus et d’avoir une bonne exposition. Enfin, dans les cages, Ronan Quemener prend logiquement la relève de Florian Hardy.

Côté danois, Jesper Jensen et Nicklas Jensen – les deux principaux titulaires d’une attaque encore éloignée de la version finale pour le Mondial – sont mis au repos. Sebastian Dahm remplace George Sørensen dans la cage danoise.

La rencontre débute par une minute de silence en hommage aux jeunes hockeyeurs canadiens de Humboldt décédés la veille dans un accident de car au Saskatchewan alors qu’ils allaient disputer une rencontre des play-offs de la SJHL à Nipawin. Une fois le coup d’envoi donné après cette minute chargée d’émotion, les Danois, semble-t-il revanchards, mettent rapidement la pression sur la cage de Quemener. Le portier français, excellent tout au long de la soirée, ne se laisse pas surprendre. Un tir de Fleury sur une contre-attaque des Bleus trouve le poteau. Le ton est donné.

Malheureusement pour l’équipe de France, une charge contre la bande de Teddy Da Costa permet au Danemark de prendre l’initiative dans la partie. Même si le power-play danois n’arrive pas vraiment à s’installer, les Danois profitent de cet avantage numérique pour s’approcher du slot tricolore de manière durable. Jusqu’à ce qu’à leur tour ils se retrouvent à quatre contre cinq suite à une pénalité de Soren Nielsen… Et là où les Danois avaient échoué, les Français vont se montrer diablement efficaces en marquant après 44 secondes sur un joli tir croisé de Teddy Da Costa qui surprend Dahm, gêné par Valier (1-0, 09’47). La France, qui avait raté son début de match la veille, est cette fois-ci bien rentrée dans la partie.

Ronan Quemener continue son festival en repoussant les tentatives des attaquants danois, Steffen Frank d’abord puis Mads Eller. Dahm, le portier danois ce soir, passe un début de soirée compliqué. Il repousse un tir avec le casque avant de subir les assauts tricolores sur une nouvelle infériorité numérique, une nouvelle fois concédée par Soren Nielsen. Aux mêmes causes, les mêmes effets, puisque la France marque cette fois sur un splendide tir du poignet en lucarne d’Anthony Rech (2-0, 15’45).

La France évolue un ton au-dessus et continue de dérouler son hockey jusqu’à la fin du tiers. Claireaux, à bout portant en deux temps, est tout près de marquer le troisième but français. Mais Quemener est toujours obligé d’être vigilant sur une reprise à bout portant de Mads Eller. Un arrêt de grande classe qui donne confiance à ses coéquipiers. La France termine le tiers en effectuant un bon travail en zone offensive alors que Nicholas Jensen et Peter Valier sont successivement envoyés en prison. Les deux équipes terminent donc la période à quatre contre quatre sur un avantage confortable des Français.

Le deuxième tiers débute sur les mêmes bases que le premier avec un arrêt décisif de Quemener face à Steffen Frank. Le jeu est agréable bien que moins intense que la veille. Le palet va d’une cage à l’autre : un bon lancer de Manavian est cette fois bloqué par Dahm alors que dans la foulée Quemener ferme la porte suite à une bonne remontée de palet de Poulsen. Encore une fois, Claireaux se montre dangereux face à la cage danoise alors que Gallet aurait pu marquer suite à une déviation.

La France est pénalisée suite à une obstruction de Douay. Les Danois s’installent en zone offensive mais n’arrive pas à provoquer de lancer cadré. La pression danoise est forte sur la cage de Quemener avec Kristian Jensen et Nick Olesen qui insistent au près mais le portier français ne veut rien laisser passer ce soir. Au moment où Douay revient sur la glace, c’est Ronan Quemener qui est pénalisé à son tour pour avoir déplacé sa cage alors qu’il avait déjà reçu un avertissement. Quemener rattrape sa faute avec un arrêt réflexe assez incroyable alors qu’il n’avait pas vu partir le palet. Présent ensuite sur un double rebond puis autoritaire sur un lancer de Spelling, il évite à lui tout seul la réduction du score danoise.

Une assurance qui donne un surplus d’énergie à ses coéquipiers. De retour à cinq contre cinq, la France en profite pour prendre le large sur un one timer de Damien Fleury, parfaitement servi par Maurin Bouvet au terme d’une contre-attaque rondement menée (3-0, 33’04). Ce but contre le cours du jeu assomme les Danois qui baissent d’intensité au fil de la rencontre. Les Français, à l’inverse, continuent de pousser : Correia manque la cage, Gutierrez touche un poteau.

Seule fausse note dans ce tiers du côté des Bleus : l’indiscipline puisque Manavian est sanctionné pour une faute en zone défensive sur Ellers. C’est la quatrième pénalité consécutive des Français, la troisième dans le second tiers. Heureusement le box-play fait un bon travail avec Quemener toujours présent devant Olesen. Jordann Perret aurait même pu faire enfler le score en toute fin de tiers sur une contre-attaque mais un bon retour d’Emil Kristensen l’empêche de tirer dans de bonnes conditions et Dahm se charge de dévier le palet.

Le Danemark démarre fort en troisième période mais c’est un feu de paille. Le rythme enlevé des deux premiers tiers retombe dans ce troisième tiers beaucoup plus calme, comme si l’écart au tableau d’affichage avait figé l’issue de la rencontre. Les Français restent les plus actifs face à des Danois visiblement résignés : Claireaux est encore présent sur un rebond alors que Maurin Bouvet réalise une belle action en solo sur une contre-attaque en tentant même de prendre son propre rebond. Un gros lancer de Manavian est repoussé par Dahm alors que Julien Correia manque une nouvelle fois la cage de très peu.

Guillaume Leclerc, le seul Grenoblois aligné en équipe de France ce soir, essaie de briller devant son public. Il se crée une belle opportunité alors qu’une pénalité est sifflée contre Nicholas Jensen en toute fin de match. L’occasion pour le power-play français de marquer un troisième but avec une belle passe de Leclerc pour Damien Fleury qui expédie le palet en lucarne, clôturant par la même une soirée très réussie pour les hommes de Dave Henderson (4-0, 59’18).

Dans une rencontre moins physique que celle de la veille, les Français ont dominé nettement une équipe danoise assez terne qui n’avait pas les armes offensives pour rivaliser. Fleury a fait parler son efficacité avec la précision de son tir, marquant deux buts pour le plus grand plaisir de son ancien public. Mais l’autre grand bonhomme de cette rencontre, c’est Ronan Quemener qui a réalisé une prestation de haut vol devant la cage tricolore en ne laissant que des miettes aux attaquants danois, frustrés de se retrouver face à une telle muraille. Quemener a assurément marqué des points ce soir dans le match à distance qu’il va se livrer avec Florian Hardy pour débuter le Mondial en tant que n°1 devant la cage tricolore.

Dave Henderson peut également se satisfaire de ses unités spéciales, particulièrement efficaces ce soir (trois buts marqués, zéro encaissé) et ce malgré l’absence de Stéphane Da Costa sur le power-play. Après ces deux belles victoires contre le pays hôte des championnats du monde, la France commence idéalement sa préparation. Elle va mettre maintenant le cap sur Cergy la semaine prochaine pour préparer un double affrontement face à un adversaire bien plus redoutable : la République Tchèque.

Désignés meilleurs joueurs du match : Kévin Hecquefeuille (France) et Kristian Jensen (Danemark)

(Photos Philippe Crouzet et Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d’après-match :

Dave Henderson (coach de l’équipe de France) : « N’importe quel blanchissage est apprécié, ça veut dire que le gardien a fait un bon match avec les arrêts nécessaires, que la défense a bien bétonné et que les attaquants ont bien travaillé en zone neutre et en zone défensive. On a encore travaillé les unités spéciales avant le match, les joueurs ont bien joué avec le palet sur le jeu de puissance, on a eu beaucoup d’occasions et une bonne réussite, c’est important. En infériorité, ça prend un peu de temps, on a changé notre système dans le forecheck et dans la zone, on a fait quelques ajustements et ils ont payé. Hier on a pris un but là dessus mais aujourd’hui on a bien joué. Quand on gagne deux matchs contre notre adversaire de la semaine, c’est toujours encourageant, notamment contre les Danois qui préparent le Mondial chez eux.

On a encore trois semaines à bien travailler, il faut qu’on garde les pieds sur terre mais c’est encourageant. Stéphane a un petit truc au pied et on a décidé de laisser au repos. C’est bien de tester des jeunes dans des matchs comme ça, de leur donner de la glace, des responsabilités comme Maurin [Bouvet] aujourd’hui. Il est monté à la place de Stéphane, il a très bien négocié le match. On a vu ce qu’il a fait aux championnats du monde l’année dernière notamment contre les Finlandais quand on les a battus 5-1, il avait joué sur le deuxième bloc en remplissant son rôle. On l’a mis en quatrième trio au premier match, plus difficile, mais ce soir on a vu l’étendue de son travail. On va rentrer des joueurs la semaine prochaine, c’est en train de se discuter comment on les rentre, à quel moment et qui. »

Ronan Quemener (gardien de l’équipe de France) : « Ça fait plaisir de bien commencer la préparation. Hier on a eu un peu de mal à se mettre dans le match et on avait très bien fini. Je pense qu’aujourd’hui on est resté sur la même lancée, on a joué sérieusement, surtout défensivement. On a essayé de ne pas prendre trop de pénalités, ce qui est un peu notre péché mignon en règle générale. On a bien défendu, c’est une belle victoire pour nous et une belle fin de première semaine de préparation. Hier on avait déjà été efficace en supériorité numérique, c’est toujours bon à prendre pour la confiance des joueurs offensifs, ils ont besoin de marquer. Aux championnats du monde, on aura besoin de mettre des buts pour gagner. Si on en prend toujours un de moins, c’est le principal, c’est bon pour la confiance.

On a fait une semaine de préparation spéciale à Cergy avec le coach des gardiens, ça a été mis en place par la fédération et on a été très satisfaits de ça. Il est encore avec nous cette semaine, on a beaucoup travaillé. Ça a marché ce week-end et il faut que ça continue comme ça. On sait que Cristo a pris sa retraite, on sait ce qu’il représentait, le monument qu’il était sur et en dehors de la glace, la place qu’il prenait dans l’équipe et au niveau international, l’influx qu’il avait sur les autres équipes. Maintenant il n’est plus là, c’est à nous de le remplacer. Ce n’est pas un gardien qui va le remplacer, on va être deux, un troisième gardien va nous rejoindre et c’est tous ensemble qu’il va falloir amener notre maximum à l’équipe pour remplacer Cristo et faire briller cette équipe de France. Ça fait plusieurs années qu’on se prépare tous ensemble pour ce moment. L’année dernière, je n’ai pas eu la chance de jouer mais pour les bonnes raisons parce que Cristo était encore au top de sa forme et Florian avait fait un Mondial exceptionnel. J’ai pris mon mal en patience, cette année, c’est à moi de montrer que j’aurais peut-être pu faire plus avant mais là c’est le moment. »

 

France – Danemark 4-0 (2-0, 1-0, 1-0).
Samedi 7 avril 2018 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3200 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek (FRA)
Pénalités : France 10′ (4′, 6′, 0′), Danemark 8′ (6′, 0′, 2′)
Tirs : France 25 (10, 7, 8), Danemark 19 (5, 8, 6)

Évolution du score :
1-0 à 09’47’ : T.Da Costa assisté de Valier et Manavian (sup. num.)
2-0 à 15’45’ : Rech assisté de Hecquefeuille (sup. num.)
3-0 à 33’04’ : Fleury assisté de Bouvet et Hecquefeuille
4-0 à 59’18’ : Fleury assisté de Leclerc et Bouvet (sup. num.)

France

Attaquants :
23 Guillaume Leclerc – 15 Maurin Bouvet – 9 Damien Fleury (A)
81 Anthony Rech – 80 Teddy Da Costa (2′) – 13 Peter Valier
29 Floran Douay (2′) – 12 Valentin Claireaux (2′) – 72 Jordann Perret
24 Jérémie Romand – 7 Julien Correia – 36 Romain Gutierrez

Défenseurs :
8 Hugo Gallet – 84 Kévin Hecquefeuille (C)
28 Damien Raux – 4 Antonin Manavian (A) (2′)
38 Thomas Thiry – 3 Jonathan Janil

Gardien :
33 Ronan Quemener (2′)

Remplaçants : 49 Florian Hardy (G), 74 Nicolas Besch. Absents : Benjamin Dieudé-Fauvel, Stéphane Da Costa

Danemark

Attaquants :
75 Martin Larsen – 38 Morten Poulsen (A) – 46 Fredrik Bjerrum
81 Mads Eller – 19 Steffen Klarskov – 16 Matthias Asperup
26 Kristian Jensen – 14 Kristoffer Lauridsen – 20 Nick Olesen
21 Steffen Frank – 44 Soren Nielsen (4′) – 53 Thomas Spelling

Défenseurs :
49 Rasmus Schultz Lyø – 28 Emil Kristensen
48 Nicholas B. Jensen (A) (4′) – 23 Christian Mieritz
6 Stefan Lassen (C) – 47 Oliver Larsen

Gardien :
32 Sebastian Dahm

Remplaçant : 35 Thomas Lillie (G). Absents : Jesper Jensen, Nicklas Jensen.

Les commentaires sont fermés.

commodo facilisis risus. amet, Phasellus quis Lorem dictum justo neque.