Suède – Lettonie (Mondial 2018, 1/4 de finale)

208

Le bourreau du pays hôte est en quarts. La Lettonie, qualifiée à la faveur de sa courte victoire 1-0 contre le Danemark, affronte donc l’ogre absolu du tournoi, la Suède. C’est dans une arena comble que les Scandinaves espèrent échapper au piège balte.

Un tiers verrouillé

Ils commencent très prudemment, loin de l’intensité du premier tour. La Lettonie produit un échec-avant incessant, et gêne autant que possible les relanceurs adverses.

Fermé, verrouillé, cadenassé : il n’y a aucun tir cadré avant huit minutes, moment où Pavlovs tente sa chance. Rakell lance le premier tir suédois après 8’30, de l’aile…

Cela chauffe un peu plus avec Džeriņš dans l’enclave, mais Nilsson bloque le revers. Bob Hartley semble avoir trouvé une recette pour annihiler le jeu de transition suédois, méconnaissable… Illustration avec un retour costaud de Zīle, qui prive Zibanejad d’une position de tir en semi-échappée.

Les meilleures chances sont donc lettones, avec par exemple un tir en tête de cercle de Roberts Bukarts, sorti de la plaque.

Les minutes défilent et la Suède reste engluée dans la toile adverse, ne décochant qu’un maigre tir de Rakell au cercle gauche à trois minutes de la pause : seulement le troisième du match ! Il n’y en aura qu’un seul autre avant que la sirène ne retentisse. La Suède n’a pas du tout le même impact physique qu’en première phase, et reste enferrée dans un sacré guêpier.

Les deux équipes débrident le jeu

Les intentions sont là dès la reprise. Le buteur attitré, Rickard Rakell, allume la première mèche. Elle est suivi par plusieurs essais lointains, stoppés par Merzlikins. La Suède mène en deux minutes autant de tirs que lors du premier tiers…

La Lettonie réplique par sa première ligne qui lance en une présence autant de tirs qu’au premier tiers. Oui, le match est enfin lancé !

On retrouve la Suède à l’affût dans le slot, et Merzlikins repousse en grand écart, avant d’être aidé pour dégager le rebond. La pression monte encore après sept minutes. La Suède met le feu dans l’enclave et il faut un Merzlikins au sommet de son art pour repousser. Mais le palet reste en zone offensive. Filip Forsberg lance de la bleue, un tir flottant, et trompe Merzlikins, masqué par Arvidsson (1-0). La révision vidéo valide le but malgré la tentative de réclamation de Bob Hartley, qui perd son temps mort.

Le jeu de puissance letton gaspille ensuite un surnombre suédois, avec un festival de mauvaises passes. La Suède reprend possession du palet et trouve une ouverture. Nyquist reçoit une passe plein centre. Merzlikins sauve son camp sur cette échappée.

Ķēniņš lance ensuite une contre-attaque et sert Galviņš en deux-contre-un… La passe échappe au défenseur. Partie remise. Une crosse suédoise se brise sur un tir et Rihards Bukarts envoie Blugers sur l’aile gauche. Le tir croisé surprend Nilsson (1-1).

Les Baltes reçoivent une double supériorité numérique, pour une faute de Nyquist… puis une crosse haute flagrante d’Ekman-Larsson. Indrašis, Blugers et le capitaine Bukarts tentent leur chance, sans réussite. Pas mieux pour Ābols, servi en retrait entre les cercles. Les deux pénalités sont tuées.

À 2’45 de la pause, la Suède est encore punie, pour faire trébucher. Bukarts cherche la déviation de Ķēniņš, qui prend presque Nilsson à contre-pied. À la fin de la pénalité, Bukarts déborde à droite et Nilsson repousse de la botte sur son propre défenseur. Il lui faut un grand écart pour empêcher le but contre son camp.

Le tiers se termine sur un 15-17 aux tirs dans ces vingt minutes bien plus ouvertes.

Le geste d’Arvidsson

On joue depuis moins de deux minutes lorsque, à l’issue d’une longue présence offensive, Ekholm est servi à la bleue. Il envoie une diagonale parfaite vers Arvidsson, qui dévie mi-hauteur, crosse tendue, et trompe Merzlikins (2-1).

Les Lettons se ruent sur le but de Nilsson. Il y a de la confusion, le palet sort et Mattias Janmark prend deux minutes. Mais les officiels vérifient tout d’abord s’il n’y avait pas but à l’origine de l’action : le palet a passé la ligne après le coup de sifflet, mais il y a bien supériorité pour les Baltes.

Ābols reprend un tir contré dans l’enclave, puis dévie au dessus une autre essai. La Suède s’en sort, et, de retour au complet, démarre en contre. Janmark trouve Ekholm lancé dans le slot. Merzlikins sauve, mais la Lettonie concède deux minutes.

Les Scandinaves accentuent leur pression. Un slap de Zibanejad met le feu dans l’enclave. Il y a deux, trois Suédois à la bataille pour le rebond, et le disque revient sur Ekman-Larsson. Merzlikins n’a aucune chance (3-1). Pas de révision vidéo possible pour obstruction, puisque la Lettonie a perdu son temps mort un peu plus tôt…

Il reste une douzaine de minutes et la Lettonie semble carbonisée, acculée devant son but. Mais c’est exactement ce moment qu’elle choisit pour réduire le score. La mitaine de Nilsson est bien mal placée sur ce tir laser venu de la bleue en pleine lucarne signé Balcers (3-2). Ce n’est que le troisième tir de la période pour la Lettonie.

Merzlikins réussit encore des miracles avec un déplacement rapide devant Zibanejad, qui recevait le rebond d’un tir contré. La Lettonie donne tout dans les dernières minutes. Malgré deux situations chaudes dans l’enclave, cela ne suffit pas : la Suède passe !

La Tre Kronor aura mis du temps à percer le coffre-fort letton. La rencontre ne s’est finalement pas jouéz à grand chose. Les Baltes sortent la tête bien haute, avec un gardien exceptionnel.

Désignés joueurs du match : Elvis Merzļikins (Lettonie) et Oliver Ekman-Larsson (Suède)

Trois meilleurs Lettons du tournoi : Elvis Merzļikins, Kristaps Sotnieks, Andris Džeriņs.

Commentaires d’après-match

Bob Hartley (entraîneur de la Lettonie) : « Un grand match des deux équipes. Nous savons que la Suède serait un grand défi. D’un autre côté, nous avons pris confiance dans nos rencontres face aux Américains, aux Canadiens et aux Danois. Nous savions qu’il ne fallait pas entrer dans un hockey ouvert et qu’il ne fallait pas prendre de pénalités, car ils sont très dangereux en supériorité numérique. Je félicite les Suédois et leur souhaite de continuer dans la défense de leur titre. En même temps, je n’ai pas de mots pour décrire combien je suis fier de mon équipe. Nous avons formé une famille tout au long de ce tournoi. »

Rikard Grönborg (entraîneur de la Suède) : « La Lettonie a fait un bon travail pour nous freiner, alors que notre tâche était de trouver des moyens d’accélérer. Je pense que nous avons été faibles au premier tiers, et c’est aussi le mérite des entraîneurs adverses. Le deuxième tiers était déjà meilleur, mais nous avons subi des pénalités. Je pense que les arbitres se sont laissés abuser par leurs chutes. Mais en infériorité, les joueurs ont tout fait parfaitement. »

Elvis Merzļikins (gardien de la Lettonie) : « Nous aurions dû utiliser nos supériorités numériques, mais globalement, je suis content de l’état d’esprit de l’équipe qui croyait en elle. Merci à toute l’équipe pour la foi et le combat. Il faisait très chaud, il n’y avait pas d’air, mais ce n’est pas une excuse, les deux équipes jouent sur la même glace et ont les mêmes problèmes. En Lettonie, beaucoup riaient quand quelqu’un parlait de se battre pour les médailles. Nous avons montré de quoi nous sommes capables. »

 

Suède – Lettonie 3-2 (0-0, 1-1, 2-1)
Jeudi 17 mai 2018, 20h15. Royal Arena de Copenhague. 12490 spectateurs.
Arbitrage de Timothy Mayer (USA) et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Lukas Kohlmüller (ALL) et Alexander Otmakhov (RUS)
Pénalités : Suède 10′ (0′, 8′, 2′), Lettonie 2′ (0′, 0′, 2′)
Tirs : Suède 34 (4, 15, 15), Lettonie 24 (3, 17, 4)

Récapitulatif du score
1-0 à 26’36 : Forsberg assisté de Kempe et Ekman-Larsson
1-1 à 31’59 : Blugers assisté de Ri. Bukarts
2-1 à 41’49 : Arvidsson assisté d’Ekholm
3-1 à 46’27 : Ekman-Larsson assisté de Kempe et Rakell (sup. num.)
3-2 à 50’21 : Balcers assisté de Ķēniņš

Suède

Attaquants :
Rickard Rakell (-1) – Mika Zibanejad (-1) – Mattias Janmark (2′, -1)
Patrick Hörnqvist (2′) – Mikael Backlund (C) – Gustav Nyquist (2′)
Filip Forsberg (+1) – Adrian Kempe (+1) – Viktor Arvdisson (+1)
Magnus Pääjärvi – Johan Larsson – Jacob de la Rose
Dennis Everberg

Défenseurs :
Oliver Ekman-Larsson (A, 2′, +1) – Adam Larsson
Hampus Lindholm (-2) – John Klingberg (A)
Mattias Ekholm (+1) – Mikael Wikstrand

Gardiens :
Anders Nilsson

Remplaçants : Magnus Hellberg (G), Lias Andersson. Réservistes : Filip Gustavsson (G), Erik Gustafsson (pouce cassé), Elias Pettersson (pouce cassé aussi)

Lettonie

Attaquants :
Miks Indrašis – Andris Džeriņš (A) – Mikelis Rēdlihs (A)
Ronalds Ķēniņš – Rodrigo Ābols (2′) – Rudolfs Balcers
Rihards Bukarts – Teodors Blugers – Roberts Bukarts (C)
Gints Meija – Vitālijs Pavlovs – Ņikita Jevpalovs

Défenseurs :
Guntis Galviņš – Oskars Cibuļskis
Kristians Rubīns – Kristaps Sotnieks
Ralfs Freibergs – Kristaps Zīle

Gardien :
Elvis Merzlikins

Remplaçant : Kristers Gudlevskis (G), Edgars Siksna, Frenks Razgals. Réservistes : Matiss Kivlenieks (G), Uvis Balinskis, Martin Karsums (fracture de la pommette)

Les commentaires sont fermés.