Lyon – Bordeaux (Ligue Magnus, 1re journée)

5

L’avant-match évoque de bons souvenirs aux supporters lyonnais. Devant près de 2000 spectateurs présents à Charlemagne, les Lions voient s’élever la bannière « Vainqueur de la Coupe de France 2018 », symbole d’un titre qui restera à jamais gravé dans l’histoire du club.

Mais les émotions laissent vite place aux premiers coups de patins et l’intensité du championnat se fait sentir dès les premières minutes. Le deux équipes patinent fort et rentrent dans cette partie avec de belles intentions. Malheureusement les Lions commettent rapidement de nombreuses fautes. Martins Lavrovs, Alexandre Pascal et Tomas Andres sont les premiers à filer en prison. Les Boxers sont les mieux rentrés dans cette partie et donnent du fil à retordre aux Lions, dont le gardien Rok Stojanovic est bien vigilant dans la cage. Les occasions sont plutôt bordelaises dans ce premier tiers-temps même si Julien Correia et Arturs Mickevics tentent de se montrer dangereux, sans succès. Les deux équipes défendent très dur dans ces 20 premières minutes et se séparent sur un score nul et vierge.

Les deux équipes repartent sur le même rythme. Après sept minutes de jeu dans le deuxième tiers-temps, Arturs Mickevics récupère le palet et s’en va en contre-attaque mais son tir est dévié par un défenseur. Sur l’action qui suit, Baazzi est pénalisé et les Lions se retrouvent en powerplay. Ryan Verbeek n’est pas loin d’ouvrir la marque mais il manque de précision. Quelques secondes plus tard, Kyle Essery croit ouvrir le score mais les arbitres sifflent. À la 29e minute, Tomas Andres est lourdement mis en échec contre la bande et est contraint de sortir de la glace, touché à la tête, mais le Bordelais n’est pas pénalisé. Finalement, ce sont les Boxers qui vont finir par ouvrir la marque par Jonathan Lessard (29’16 : 0-1). À peine 4 minutes plus tard, Peter Valier, encore présent, voit son palet dévié par un patin lyonnais (32’39 : 0-2). Les Lions se battent mais manquent de précision ou de réussite à l’approche de la cage. Ils finissent le tiers en supériorité numérique mais ne parviennent pas à refaire leur retard. Pire, ils encaissent un troisième but d’Andrew Johnston à 20 secondes de la fin (39’38 : 0-3).

Menés de trois buts, les Lions doivent tout donner dans cette troisième et dernière période pour espérer remonter le score. Mais les Boxers vont faire tourner le jeu en leur faveur et Victor Barbero alourdit le score sur un beau mouvement (42’59 : 0-4). Les Lions vont enfin trouver la faille grâce à leurs patrons. Assisté de Thomas Roussel, le meilleur joueur français de la saison dernière Julien Correia inscrit le premier but lyonnais dans cette rencontre (49’31 : 1-4). Les Lions finissent bien cette partie et l’attaquant canadien Kyle Essery n’est pas loin de doubler la marque. Un dernier powerplay après une pénalité de Sauvé ne donnera rien.

Désignés joueurs du match : Vincent Llorca pour Lyon et Andrew Johnston pour Bordeaux.

Commentaires d’après-match (dans les communiqués de presse du LHC)

Thomas Roussel (capitaine de Lyon) : « On est passé à côté sur ce match mais il en reste 43, la saison est encore longue. Il faut voir le positif malgré ce match difficile. Nous avons été plutôt bons dans le troisième tiers-temps, surtout après le but de Julien qui nous a redonné de l’allant. Il faut que l’on soit prêts à tout donner à chaque match, à chaque instant et le travail payera, c’est dans les défaites qu’on apprend. »

Mitja Sivic (entraîneur de Lyon) : « Les Boxers ont été bien meilleurs que nous sur ce match. Ils savaient pour quoi ils venaient, ils ont été solides et ont perdu peu de palets. Ils ont marqué au bon moment et ont su profiter de nos erreurs. Nous avons beaucoup d’énergie mais nous manquons de précision et à la fin c’est ce qui fait la différence. Nous avons un groupe très jeune, très peu expérimenté et nous devons encore nous améliorer. Mais je sais que nous avons un groupe qui travaille extrêmement dur. J’ai entièrement confiance dans le fait que nous allons progresser mais cela va prendre du temps. Cette saison est un marathon pour nous, et pas un sprint. Nous savons que nous pouvons faire beaucoup mieux, il est trop tôt pour juger cette équipe. »

Lyon – Bordeaux 1-4 (0-0, 0-3, 1-1)
Vendredi 14 septembre 2018 à 20h30 à la patinoire Charlemagne. 2021 spectateurs.
Arbitrage d’Adrien Ernecq et Jimmy Bergamelli assistés de Gabriel Pointel et Guillaume Gielly.
Pénalités : Lyon 40′ (10’+10’+10′, 4′, 6′) ; Bordeaux 16′ (4′, 6′, 6′).
Tirs : Lyon 30 (11, 9, 10) ; Bordeaux 32 (19, 8, 5).

Évolution du score :
0-1 à 29’16 : Lessard assisté de Gallet et Valier
0-2 à 32’39 : Valier assisté de Lessard et Johnston (sup. num.)
0-3 à 39’38 : Johnston assisté de Terrier et Moisand
0-4 à 42’59 : Barbero assisté de Terrier et Mulle
1-4 à 49’31 : Correia assisté d’Essery et Roussel

Lyon

Attaquants :
Julien Correia – Kyle Essery (A) – Arturs Mickevics
Cédric Di Dio Balsamo – Tomas Andres – Martins Lavrovs
Ainars Podzins – Ryan Verbeek – Valentin Michel
Quentin Berthon

Défenseurs :
Tyler Ferry – Vincent Llorca
Thomas Roussel (C) – Cédric Custosse
Jules Breton – Alexandre Pascal

Gardien :
Rok Stojanovic

Remplaçants : Olivier Richard (G), Hugo Faure, Killian Lairet. Absent : Sébastien Delemps (genou), Lubomir Dinda, Jaka Ankerst, Pierre Robert.

Bordeaux

Attaquants :
Jonathan Lessard – Andrew Johnston – Peter Valier
Adam Hughesman – Maxime Sauvé (A) – Tanner Glass
Alexandre Mulle – Matthias Terrier – Victor Barbero
Julien Guillaume – François Paquin – Teemu Loizeau

Défenseurs :
Oldrich Horak – Hugo Gallet
Aina Rambelo – Maxime Moisand (C)
Jonathan Janil (A) – Aziz Baazzi

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçants : Julian Junca (G), Jules Lefebvre. Absent : Jakub Melisko.

Les commentaires sont fermés.

leo. dolor leo ante. non neque. vulputate, sit quis dolor.