Rouen – Gap (ligue Magnus, 1re journée)

307

Dans la douleur !

Si Gap ne se présente qu’avec cinq arrières et sans son joueur de centre international, Maurin Bouvet, ses 8 victoires, parfois serrées, en 10 matches amicaux, en font un adversaire prêt à en découdre dès cette première journée de ligue Magnus. Fabrice Lhenry, avant la rencontre, avait prévenu, dans Paris-Normandie, que les Rapaces allaient « sortir fort, mettre beaucoup d’intensité et de palets à la cage d’entrée de jeu ».

La rencontre démarre de la meilleure des façons pour les visiteurs. Rouen, forcé très haut, n’est pas dans le rythme et accuse déjà une pénalité dans la première minute de jeu (0’29). Elvijs Biezais, l’ailier letton de 27 ans, obtient la première occasion de près dans le trafic (0’52), là où tout va se passer offensivement pour les Rapaces. Les Rouennais s’en sortent mais jouent sur les talons. Gap presse et Matija Pintaric repousse le plus souvent derrière un bloc défensif qui n’est pas maître du slot et des attaquants qui ne fournissent pas de bonne solution de relance. Le premier tir rouennais, à peine dangereux, arrive très tard, dans la huitième minute.

À la mi-tiers, les coéquipiers de Mathieu Roy, sortent un peu de leur territoire et, en fin de période, ils bénéficient d’une obstruction un peu superflue de Vincent Melin pour évoluer à cinq contre quatre. Florian Chakiachvili en profite à la pointe et ouvre la marque d’un lancer frappé fort pendant que Nicolas Ritz et Loïc Lampérier masquent Jordon Cooke (1-0 à 16’03). Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur cet avantage pour le moins abusif en faveur des champions de France, et qui nuit aux partenaires de Jeff Brown, l’ancien pensionnaire d’EIHL.

À la reprise, les joueurs du RHE adoptent un meilleur état d’esprit. Juha Koivisto dispose d’une chance, sur une mini-échappée mise sur orbite grâce à Marc-André Thinel. Le revers du Finlandais provoque un rebond que Loïc Lampérier ne peut exploiter au mieux (22’03). Cela ne dure pas car l’allure du jeu, tout de même décousue, est hachée par des pénalités tuées et successives pour ou contre les deux camps qui ne parviennent pas à être efficaces en power-play. Paradoxalement, Rouen viendra à être dangereux en infériorité. Nicolas Ritz, bien servi par Lampérier, est frustré par une parade improbable de Cooke, l’ex-gardien de l’université de Saskatchewan très inspiré (33’12). En relance, Vincent Melin prend le risque de passer Alexander Aleardi qui peut chiper la rondelle au défenseur. L’Américain provoque Cooke à son poteau droit en évitant un défenseur d’un tour de passe-passe, le retour sur le gardien est repris adroitement par Joris Bedin bien placé devant le territoire du gardien (2-0 à 35’10).

Les quatre dernières minutes du vingt médian sont un peu folles. Paul Schmitt est dangereux devant un Pintaric attentif (36’20). Nicolas Deschamps est désillusionné par la botte de Cooke (37’28). Mais Gap continue son œuvre de déconstruction, à moins que ce ne soit Rouen qui n’y arrive pas. C’est maintenant que les Rapaces jouent à merveille un contre surnuméraire. À trois-contre-deux, Parker Reno, monté aux avant-postes sur la droite, reprend le retour de tir plein axe de Biezais, dans une cage en partie ouverte (2-1 à 37’48). Galvanisés par ce but, les Haut-Alpins foncent à la cage et Matija Pintaric doit s’y reprendre en deux fois pour bloquer un nouveau lancer d’Elvijs Biezais (39’04). Juste avant la seconde pause, Rouen est de nouveau sanctionné d’une pénalité à défendre à cheval sur les deux dernières périodes.

Dès la reprise, après un arrêt de Matija Pintaric, le carré rouennais, resté au vestiaire, est pris de vitesse sur sa gauche par Kristoff Kontos qui adresse une excellente passe du revers à destination de Gutierrez non importuné dans le slot. Le natif de Domont, en région parisienne, égalise sans que l’on puisse crier au scandale (2-2 à 40’53). Jusqu’ici, les Dragons se tiraient plutôt bien du traquenard tendu par la bande à Basile. Alors, flairant le danger, les hommes de Fabrice Lhenry tentent plus de mouvement, dans une défensive adverse qui n’autorise pas grand-chose tout en essayant de se projeter sur la cage de Pintaric. Agacé, à cause d’une quatrième ligne normande combative et insaisissable dans la bande, le buteur Parker Reno est jugé pour une défense illicite sur Joran Reynaud. Cette supériorité vient à point pour un RHE en panne. Sur un lancer de la pointe d’Anthony Guttig, Jordon Cooke, fébrile, laissait le palet libre entre ses jambières pour le duo Ritz-Lampérier qui parvenait à glisser le caoutchouc derrière le portier (3-2 à 47’25).

Avant tout opportunistes, les Seino-Marins ne parviennent pourtant pas à creuser l’écart lors d’un généreux lancer de pénalité accordé à Nicolas Deschamps qui ne surprend pas Cooke (48’14). Quelques secondes plus tard, dans le même exercice, Romain Gutierrez ne prend pas le meilleur sur Pintaric (49’32). Michel Miklik dispose de la dernière occasion de la rencontre en partant en échappée, mais le tir de la recrue slovaque n’est pas cadrée (55’13). Luciano Basile a l’opportunité de remplacer son gardien par un attaquant supplémentaire. Décidément peu à leur affaire ce soir, les Normands ne peuvent enfiler dans la cage vide.

Il y a sans doute un peu de frustration légitime dans le camp gapençais qui, sans être génial, a sans doute eu la conviction d’être passé à côté d’un coup tant les Rouennais semblaient eux en dehors. Satisfaction contenue du côté de Rouen qui garde le contact avec Grenoble, mais qui est loin de s’être rassuré, notamment dans la perspective de ce qui l’attend mardi en Picardie à Amiens où il faudra montrer un tout autre visage.

Étoiles du match : *** Anthony Guttig (Rouen), ** Nicolas Ritz (Rouen), * Joris Bedin (Rouen).

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Vincent Nesa (attaquant de Rouen) : « Comparé à ce qu’on a pu montrer en CHL, c’était différent ce soir… On n’a pas pris ce match à la légère mais on n’a pas su être aussi intense qu’en CHL. On a connu un premier tiers assez difficile et on est plutôt heureux d’avoir marqué en supériorité. Notre deuxième période a été un peu meilleure mais c’était encore un peu trop léger. Après l’égalisation gapençaise en début de troisième période, il a fallu remettre un coup d’accélérateur. Ce qui est dommage, c’est que ce coup d’accélérateur, c’est dès le début qu’on aurait dû l’avoir. Ce soir, même si les trois points sont là, il y a un peu de déception car on a montré de belles choses en CHL et on voulait rester sur cette lancée. Il faut que ça nous serve de leçon car, dès le prochain, on va affronter l’une des meilleures équipes du championnat. »

 

Rouen – Gap 3-2 (1-0, 1-1, 1-1)
Vendredi 14 septembre 2018 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2645 spectateurs.
Arbitres : MM. Savice Favre et Nicolas Cregut assistés de MM. Jérémie Douchy et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Rouen 16′ (4′, 8’, 4’) ; Gap 24′ (4+10′, 2′, 8′)
Tirs : Rouen 23 (6, 8, 9) ; Gap 24 (6, 12, 6)
Chances : Rouen 6 (0, 3, 3) ; Gap 6 (2, 2, 2)
 

Évolution du score :
1-0 à 16’03 : Chakiachvili assisté de Roy et Guttig (sup. num.)
2-0 à 35’10 : Bedin assisté d’Aleardi
2-1 à 37’48 : Reno assisté de Biezais
2-2 à 40’53 : Gutierrez assisté de Kontos et Faure (sup. num.)
3-2 à 47’25 : Ritz assisté de Guttig et Lampérier (sup. num.)

 

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Michel Miklik
Joris Bedin – Nicolas Ritz – Alexander Aleardi
Loïc Lampérier (A) – Juha Koivisto – Marc-André Thinel
Joran Reynaud – Fabien Colotti – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Matija Pintaric

Remplaçants : Gaétan Richard (G), Thomas Carminati et Julien Msumbu. Absent : Joël Caron (commotion).

Gap

Attaquants :
Alexander Mokshantev – Adam Kambeitz – Jeffrey Brown (C)
Elvijs Biezais – Kristoff Kontos – Roberts Jekimovs
Romain Gutierrez (A) – Robin Colomban – Norbert Abramov
Paul Schmitt – Teo Sarlievre – Jules Gallet / Paul Joubert

Défenseurs :
Samuel Labrecque – Parker Reno
Raphaël Faure (A) – Matt Nelson
Vincent Melin

Gardien :
Jordon Cooke [sorti de 58’49 à 59’46].

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Hugo Vasse. Absents : Pierre Crinon (blessé), Dann Gibb et Maurin Bouvet (?).

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

%d blogueurs aiment cette page :