Rookies en NHL, la cuvée 2018

408

Comme tous les ans, le début de saison connaît son lot de surprises et de différences de développement parmi les nouveaux arrivants. Si certains draftés sont restés en NCAA,  CHL, en Europe ou jouent en AHL, quelques uns  sont parvenus tout de même à faire leur trou en NHL. Voici donc ici une liste non-exhaustive et subjective de cinq rookies qui ont animé ce début de saison.  

 

Elias Pettersson (Vancouver Canucks)

Le début de saison du Suédois est tonitruante. Les Canucks, pas supposés défrayer la chronique cette saison, ont réalisé une entame encourageante, en attendant le mois de novembre pour enchaîner les défaites.

Avant cela, Elias Pettersson avait notamment commencé la saison par 10 buts en autant de matchs. Avec 16 points, son temps a augmenté au fur et à mesure, pour atteindre la bagatelle de 35 unités à présent, dont cinq buts de la victoire.

Mais en plus de ce rendement là, le natif de Sundsvall possède un corsi élevé à 57,16%, un taux de buts anticipés à 56%, et un PDO à 105 unités, boosté par un beau taux de conversion à plus de 27% devant le but, écrasant la concurrence dans ce domaine parmi les débutants.

Alors si le joueur est possiblement en sur-régime, et devrait lui aussi se confronter au “Rookie wall” que connaissent beaucoup, voire tous les débutants, son arrivée en fanfare dans la grande ligue est passée tout sauf inaperçue.

 

Rasmus Dahlin (Buffalo Sabres)

Autre Suédois, aussi très attendu, Rasmus Dahlin n’a pas déçu du côté des Sabres de Buffalo. Avec une petite vingtaine de minutes de jeu par match, il fait partie du renouveau d’une franchise qui nous avait habitués à sortir le tank dès le mois de novembre.

Au lieu de cela, avec 20 victoires ils sont troisièmes de la conférence est, et ont tous les voyants au vert. Malgré encore quelques couacs, ils sont sur un bilan de 4-3-3 lors des dix derniers matchs. Parmi eux, l’ex numéro un de la draft 2018 a inscrit trois buts mais aussi 16 assistances, avec un corsi à 56.42%, et une influence plus que positive sur son équipe (corsi relatif à 9,86 – soit 46% sans Dahlin sur la glace).

Concernant son impact sur la cage adverse, il possède un taux de buts anticipés à 58,53%, améliorant là aussi la moyenne de son équipe de plus de 15,49 points, pour un PDO à 102 unités. Habitué de grandes envolées en championnat suédois, Rasmus Dahlin est forcément moins voltigeur en NHL, mais fait preuve d’une étonnante sobriété et discipline avec seulement 10 minutes de pénalités en 34 rencontres.

 

Brady Tkachuk / Colin White (Ottawa Senators)

Au milieu du bazar ambiant que sont les coulisses des Sens depuis le début de la saison, les rookies de l’équipe surprennent par leur production. Malgré des conditions pas toujours optimales dans cette franchise (Melnyk, l’affaire Uber, reconstruction masquée, etc), Brady Tkachuk et Colin White sont réellement parmi les plus en vue. Avec 18 et 23 points, ils font partie des meilleurs réalisateurs débutants de la ligue, avec un temps de glace moyen avoisinant les 15 minutes.

Pour autant, avec 10 matchs joués de moins que Colin White, c’est bien le dernier arrivé de la famille Tkachuk qui possède les meilleurs stats avancées. Avec un corsi à plus de 56%, une influence relative à 18,95 points, et des buts anticipés à 63,67% (Relative xGf% 23,91), Brady Tkachuk est plus qu’un joueur très physique comme sa sélection assez haut dans la dernière draft le laissait présager.

Considéré parfois comme un déménageur, il a su démontrer également de la finesse et de l’intelligence dans le jeu, ainsi que de la précision devant le but.

Maxime Lajoie en défense est aussi très bon, avec 13 points et une moyenne de 20 minutes jouées par match.

 

Jesperi Kotkaniemi (Montréal Canadiens)

À l’instar d’Ottawa, Montréal a déguisé sa reconstruction en employant le terme de réarmement. Pour autant, avec la nette redirection vers de jeunes joueurs, les joueurs de Claude Julien sont bien en pleine reconstruction. Leur draft 2018 leur a directement amené le centre finlandais Jesperi Kotkaniemi, qui s’intègre lentement mais sûrement dans le tout neuf collectif tricolore.

Avec un profil clairement passeur, le Finlandais a inscrit 17 points dont 13 assistances. Lui aussi possède un corsi bien haut à 61,7% et un pourcentage de buts anticipés à 63,77%. Son influence sur la glace est positive, et si son attitude un peu détendue est parfois encore à améliorer, il semble avoir un temps d’avance sur son adversaire lorsqu’il reçoit le palet.

Pas étranger au nouveau style de jeu des Habs, il fait partie de cette jeune génération qui crée du jeu à Montréal. Avec Drouin, Domi, et bientôt Suzuki, Kotkaniemi va faire partie d’une équipe dont le plan de jeu sera axé autour de la possession du puck. Avec des manieurs de bâton comme lui, les Habs auront de quoi provoquer beaucoup de bruit au Centre Bell.

Pour être plus complets, nous pourrions bien entendu évoquer plus de joueurs. D’autres éléments comme Mathieu Joseph (Lighning de Tampa Bay), Miro Heiskanen (Dallas Stars), Andrei Svechnikov (Carolina Hurricanes), Brett Howden ou Filip Chytil (NY Rangers) pourraient valoir quelques lignes, mais la saison étant encore longue, il est dit que nous aurons de quoi revenir sur le sujet plus tard cette année.

Sources: NHL.com ; Corsica.hockey ; Crédit photo : Frank Seravalli on Twitter

Les commentaires sont fermés.

ipsum elit. sem, facilisis neque. Sed Phasellus id, risus