Allemagne – Slovaquie (Euro Hockey Challenge 2019, groupe B, match 1)

116

La déroute contre la Suède (0-4) la semaine dernière en entame de préparation a fait ses premières victimes dans le groupe slovaque, délesté en deuxième semaine des défenseurs Adam Jánošík et Peter Trška ainsi que des attaquants Dávid Gríger, Tomáš Mikuš et Andrej Kudrna. L’élimination de Zvolen et Poprad en demi-finales des play-offs d’Extraliga a permis à Craig Ramsay de faire appel à ses fidèles Michal Chovan, Milan Kytnár, Rastislav Špirko, Patrik Svitana et Dávid Bondra, en complétant les lignes arrières par Patrik Koch (Košice) et Martin Fehérváry (HV 71). L’effectif se peaufine donc, en attendant la fin des championnats nationaux.

La fin de la saison régulière de NHL, quant à elle, a déjà apporté à la Double-Croix son lot de bonnes nouvelles. Tous trois éjectés de la course à la Coupe Stanley, les défenseurs Christián Jaroš (Ottawa) et Andrej Sekera (Edmonton) mais surtout l’attaquant Tomáš Tatár (Montréal), qui a rendu une excellente copie annuelle (25+33), ont d’ores et déjà fait savoir qu’il fallait compter sur eux pour les prochains Mondiaux organisés à domicile. Le manager Miroslav Šatan est également en pourparlers avec le trio d’AHL Marián Studenič, Peter Cehlárik et Marko Daňo, mais toute son énergie se porte en réalité sur le cas de Richard Pánik, en fin de contrat avec les Coyotes de l’Arizona, auquel il faudra d’abord des garanties avant d’être appelé sous les drapeaux.

Pour le moment toutefois, la Slovaquie compose avec une équipe qui ressemble beaucoup à ce qui a déjà été vu depuis octobre. Elle lance sa série de six matchs d’Euro Hockey Challenge contre l’Allemagne, qu’elle retrouvera d’ailleurs à Košice le mois prochain aux Mondiaux. Les joueurs des Tatras n’ont plus perdu contre leur hôte depuis deux ans, ce qui correspond à quatre succès de rang. La Mannschaft se présente à domicile avec un collectif issu en très grande partie de la DEL locale, Dominik Bokk (Växjo), Marc Michaelis et Parker Tuomie (Université du Minnesota) étant les trois seules exceptions. L’équipe conconctée par le Finlandais Toni Söderholm, qui débute là sa préparation, est un mélange d’expérience et de jeunesse, avec cinq finalistes des derniers Jeux olympiques (Fauser, Krupp, Müller, Noebels, Pföderl) pour autant de novices (Bokk, Parker, Wohlgemuth, Tuomie et Weber).

Incroyablement maladroite devant la cage de la Tre Kronor une semaine auparavant, la Slovaquie entend surtout retrouver en Bavière une efficacité au tir. Les premières secondes de la rencontre vont au-delà de ses espérances : Benedikt Schopper foire lamentablement sa relance en fond de zone et donne le palet à Matúš Sukeľ, qui saute sur l’aubaine pour débloquer à la fois le score de la rencontre et son compteur personnel en équipe nationale en logeant le palet dans la lucarne gauche de Mathias Niederberger (0-1, 00’29).

L’Allemagne bénéficie dans la foulée d’une supériorité numérique, puis d’une autre à la dixième minute, mais rien de bien convaincant n’est à signaler devant Július Hudáček. Le jeu est malgré tout fluide et aucune formation ne domine l’autre. La Slovaquie évolue à son tour en power-play ; Adam Liška sert Michal Čajkovský après un joli numéro mais le défenseur manque le cadre entre les deux cercles, et sa tentative suivante depuis la ligne bleue est écartée par le gardien allemand. Ni David Elsner ni Marcel Noebels, qui tente de récupérer son rebond au près, ne font preuve de plus de réussite en fin de tiers-temps.

Niederberger annihile certes une énorme occasion de Radoslav Tybor dès la reprise mais ce sont les noir et or qui prennent l’ascendant en deuxième période, bien aidés il est vrai par l’indiscipline des Slovaques qui écopent coup sur coup de deux pénalités. Sur la première/, Hudáček a un superbe réflexe de la mitaine sur une reprise au poteau gauche de Noebels, mais le « Moscovite » est battu sur l’action suivante d’une puissante frappe de Stephan Daschner à l’entrée du cercle droit (1-1, 25’26). La reprise à bout portant de Michaelis, exécutée dans un parfait timing au poteau droit, permet aux locaux de passer devant au tableau d’affichage alors que la partie s’était de nouveau équilibrée (2-1, 38’47).

L’Allemagne se replie défensivement dans l’ultime opus et doit contenir deux jeux de puissance slovaques mais la tâche n’est pas des plus ardues, la Double-Croix manquant cruellement d’inspiration offensive. La Mannschaft contrôle donc à l’arrière et pénètre en zone adverse par des transmissions simples et rapides avant de laisser le soin de frapper à un défenseur. C’est ainsi que Dominik Bittner envoie, à dix minutes de la sirène, un missile dangereux qui ne trouvera cependant ni déviation ni rebond. La bande à Fauser s’impose sans éclat à l’issue d’une rencontre qui aura mis une énième fois en exergue les carences offensives de la Slovaquie.

Allemagne – Slovaquie 2-1 (0-1, 2-0, 0-0)
Jeudi 11 avril 2019 à 19h00 à l’Erdgas Schwaben Arena de Kaufbeuren. 3100 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Kannengiesser et Markus Schütz assistés de Tobias Schwenk et Marius Wölzmüller (tous ALL).
Pénalités : Allemagne 8′ (2′, 2′, 4′) ; Slovaquie 8′ (4′, 4′, 0′).
Tirs : Allemagne 27 (6, 12, 9) ; Slovaquie 28 (10, 11, 7).

Évolution du score :
0-1 à 00’29 : Sukeľ
1-1 à 25’26 : Daschner assisté de Bokk et Pföderl (sup. num.)
2-1 à 38’47 : Michaelis assisté de Bokk et Tuomie

Allemagne

Attaquants :
Lean Bergmann (2′, -1) – Stefan Loibl (2′, -1) – Leonhard Pföderl
Mirko Höfflin – Marcel Noebels (A) – David Elsner
Parker Tuomie (+1) – Marc Michaelis (+1) – Dominik Bokk (+1)
Gerrit Fauser (C) – Sven Ziegler (-1)

Défenseurs :
Benedikt Schopper – Stephan Daschner (2′, +1)
Jonas Müller – Marco Nowak (A)
Björn Krupp (2′, -1) – Dominik Bittner
Fabio Wagner – Kai Wissmann

Gardien :
Mathias Niederberger

Remplaçants : Niklas Treutle (G), Tim Wohlgemuth (A). Non-utilisés : Dustin Strahlmeier (G), Marcus Weber (D), Marcel Kurth (A).

Slovaquie

Attaquants :
Radovan Puliš (+1) – Matúš Sukeľ (2′, +1) – Radoslav Tybor (+1)
Ladislav Nagy (C, -1) – Michal Chovan (-1) – Martin Bakoš (A, -1)
Dávid Bondra – Milan Kytnár – Patrik Svitana (2′)
Adam Liška – Lukáš Cingel – Matej Paulovič

Défenseurs :
Michal Sersen (A, +1) – Michal Čajkovský (2′, +1)
Martin Fehérváry (-1) – Martin Chovan (-1)
Patrik Koch (2′) – Martin Štajnoch
Mislav Rosandič – Mário Grman

Gardien :
Július Hudáček [sorti à 58’53]

Remplaçant : Denis Godla (G). Non-utilisés : Andrej Košarišťan (G), Dávid Buc (A), Rastislav Špirko (A).

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.