France – Lettonie (Euro Challenge à Grenoble)

Les Bleus avec sérieux

17

Pour ce quatrième match de préparation aux championnats du monde, l’équipe de France reçoit la Lettonie. Les deux équipes s’étaient déjà rencontrées vendredi à Méribel et les Bleus s’étaient inclinés après la séance des tirs au but (2-3). Il s’agissait la de la troisième défaite des Français qui avaient déjà perdu à deux reprises contre la Russie à Rouen (1-4) puis à Cergy (0-2). Même si le résultat importe peu dans ces matchs de préparation, on peut supposer que Philippe Bozon aimerait bien voir son équipe s’imposer enfin pour enclencher une bonne dynamique.

Damien Fleury, touché vendredi à Méribel, est laissé au repos cet après-midi tout comme Kévin Hecquefeuille, Olivier Dame-Malka, Pierre Crinon et Cédric Di Dio Balsamo. Florian Hardy ayant joué vendredi, c’est Henri-Corentin Buysse qui démarre devant la cage des Bleus.

Calée au milieu du week-end de Pâques et juste après les championnats du monde U18, cette rencontre n’a pas attiré la grande foule du côté de Pôle Sud. Les deux équipes se neutralisent au cours des premières minutes. Beaucoup de patinage de part et d’autre mais peu d’occasions à cause de défenses très vigilantes. Un premier lancer de Sacha Treille est bloqué sans problème par Davis Grigals. Un bon travail de  Guillaume Leclerc entraîne une faute de Hugo Jansons qui retient le joueur tricolore. Les Bleus ne mettent pas longtemps à concrétiser sur le power-play suite à un bon travail de Leclerc dans la zone offensive : le tir de l’attaquant grenoblois au milieu du trafic est repoussé par Grigals mais Da Costa, présent devant le slot avec Sacha Treille, parvient à prendre le rebond et pousser le palet au fond (1-0, 05’20).

Conforté par ce bon début de match, Ritz lance à la cage mais Grigals bloque de la mitaine. Puis c’est au tour de Rech et Bozon de tenter leur chance sur des puissants lancers lointains. Au cours d’un début de match décidément difficile pour la Lettonie, Martins Dzierkals commet une faute en zone offensive. Hugo Gallet bloque Oskars Batna le long de la bande, ce qui empêche les Bleus de profiter plus longtemps de leur supériorité numérique. À quatre contre quatre, les charges se font plus appuyées le long des bandes mais défensivement les Bleus font un bon travail, empêchant les attaquants lettons de prendre de bons tirs.

Les Français travaillent bien devant la cage et l’image de Peter Valier qui obtient une pénalité sur une charge un peu trop appuyée de Batna alors que Janil prenait un lancer à la cage. Sur une remontée de palet, Chakiachvili se fait charger par Robert Lipsbergs. Cela permet aux Bleus d’évoluer 50 secondes à cinq contre trois, l’occasion rêvée pour prendre ses distances au tableau d’affichage. Mais les Bleus n’arrivent pas à trouver de bonne position de tir malgré une bonne circulation de palet. Finalement, alors que la Lettonie est revenue à quatre, Chakiachvili parvient à prendre un gros lancer dans l’axe bien repoussé par Batna. Le boxplay letton fait le travail jusqu’au bout. Dans la foulée, Valier, à la lutte avec Elvijs Biezais le long de la bande, prend une pénalité en zone offensive. Le power-play letton a du mal à s’installer en zone offensive et les Bleus s’en tirent sans dommage. Les Lettons haussent le ton physiquement avec une grosse charge de Rihards Marenis sur Guttig mais à ce petit jeu Gunars Skvorcovs se fait pénaliser pour une charge contre la bande, déjà la cinquième pénalité pour la Lettonie dans ce tiers ! La France se montre cette fois bien moins inspirée sur ce power-play que la Lettonie tue assez facilement.

Les Bleus repartent avec de bonnes intentions au deuxième tiers, un tir de Claireaux est freiné par Grigals mais aucun joueur tricolore n’arrive à pousser le palet derrière la ligne de but. Les intentions sont françaises et cela finit rapidement par payer sur un palet ressorti à la ligne bleue par Berthon pour Chakiachvili dont le lancer du poignet dans le trafic fait mouche (2-0, 23’23).  Bien aux commandes de la rencontre, les Bleus vont devoir maintenant tenir le score, ce qu’ils n’ont pas su faire vendredi à Méribel. Ils continuent de maintenir le palet dans la zone offensive.

Les Lettons ont du mal à repartir à l’offensive, le rythme de la rencontre baisse d’un ton. Arturs Ozolins commet une faute sur Baazzi derrière la cage de Buysse et se retrouve pénalisé. Sur la supériorité numérique, Gallet se fait une petite frayeur en laissant le palet à Lipsbergs mais ce dernier ne parvient pas à profiter de l’aubaine. Les Bleus ont du mal à s’organiser mais finissent pas mettre la pression sur la cage lettone avec Bertrand qui lance à trois reprises, créant à chaque fois une situation dangereuse grâce aux rebonds laissés par Grigals. Claireaux et Rech sont tout près d’en profiter mais ils ne parviennent pas à redresser le palet. Revenue à cinq contre cinq, la Lettonie remet tout de suite la pression dans le slot mais Buysse s’impose face à Ozolins.  Le jeu s’anime avec un contre de Leclerc qui s’appuie sur Da Costa l,equel bute sur Grigals.

À force d’ouvrir le jeu, les Tricolores s’exposent aux contres de la Lettonie, tout près de revenir au score sur un lancer de Jelisejevs repoussé par le poteau. Les Bleus mettent beaucoup de vitesse dans leur jeu à l’image d’une passe en profondeur de Guttig pour Bertrand qui se présente seul face à Grigals mais contrôle mal la rondelle. Les Lettons tentent d’inquiéter Buysse mais butent souvent sur la très bonne organisation défensive des Bleus. Ces derniers se mettent en difficulté sur une pénalité de Bozon qui fait trébucher Bicevskis le long de la bande. Les Lettons n’arrivent pas vraiment à trouver de situation de tir favorable sur le jeu de puissance.

a France se retrouve en supériorité numérique dans la foulée grâce à une faute de Batna sur Claireaux au centre de la glace. La France est proche du troisième but avec deux occasions coup sur coup de Guttig mais à chaque fois Grigals parvient à repousser le palet in extremis. Le jeu revient à cinq contre cinq mais Manavian est pénalité juste avant le coup de sirène.

La Lettonie installe logiquement le power-play en début de tiers mais malgré une bonne circulation de palet, les occasions de tir sont peu nombreuses et Buysse passe deux minutes assez tranquilles. Mais à peine revenus à cinq, les Bleus se font de nouveau pénaliser par Gallet. Cette fois les Lettons essaient de mettre plus de trafic devant le gardien français mais Buysse reste vigilant et repousse proprement les tirs lettons. Balinskis se retrouve en très bonne position face à la cage mais il est contré par Valentin Claireaux.

Les Bleus sont arrivés à tuer leur deuxième infériorité numérique d’affilée, mis continuent sur la voie de l’indiscipline lorsqu’Aziz Baazzi fait trébucher Lipsberg dans la zone défensive. Les Bleus sont condamnés à passer deux nouvelles minutes en situation défensive. Les rares sont opportunités lettones viennent de Krastenbergs mais le power-play letton manque d’automatismes et se fait contrer par l’excellent boxplay tricolore.

Sous pression face à une équipe lettone qui jette ses dernières forces pour revenir au score, les Bleus se procurent très peu d’occasion dans ce troisième tiers. La meilleure vient d’un lancer de Llorca repoussé par Grigals alors que Ritz manquait de justesse le rebond. Pis c’est au tour de Janil de lancer puissamment mais le palet est capté par Grigals. Une petite friction entre Bozon et Krastenbergs conduit les deux joueurs en prison mais Bozon reçoit un 2’+2’. Cette fois le power-play letton se montre plus tranchant : Batna et Kalns, présents au rebond, sont tout près de la réduction du score mais Buysse réalise une parade parfaite.

Philippe Bozon demande un temps mort pour donner ses dernières consignes. Une pénalité à l’encontre d’Egils Kalns vient soulager les Bleus pour la fin de match qui peuvent tranquillement faire circuler le palet en supériorité numérique. Une passe parfaite de Bozon pour Anthony Rech aurait pu permettre aux Bleus de marquer un troisième but mais Grigals réalise une magnifique parade. Sur l’action, n cinglage de Claireaux met de nouveau les Bleus en infériorité. Buysse se fait peur sur un palet mal maîtrisé dans le slot mais il parvient finalement à mettre la mitaine sur le palet. Les dernières secondes sont chaudes sur la cage tricolore mais Buysse parvient à préserver son blanchissage.

Les Bleus ont effectué un match sérieux face à la Lettonie en réussissant cette fois à tenir le score jusqu’au bout contrairement à Méribel où ils avaient dilapidé leur avance de deux buts. On retiendra notamment le très bon match des unités spéciales, avec un but en supériorité numérique et une copie parfaite en infériorité numérique malgré une indiscipline trop importante lors du troisième tiers-temps. Les Bleus ont fait preuve de réalisme en attaque alors que Buysse a fait le plein de confiance avec un blanchissage mérité. La lutte promet d’être féroce pour les places de gardiens. Avec cette première victoire, les Bleus lancent pour de bon leur préparation. Place maintenant à une double confrontation avec la Suisse le week-end prochain. Avec sans doute l’arrivée de nouveaux renforts demain, Philippe Bozon en saura un peu plus sur le potentiel de son groupe.

 (Photos Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d’après-match :

Philippe Bozon (entraîneur de l’équipe de France) : « On a pour objectif jusqu’au match de la Suisse de progresser dans le système, de mettre tout le monde sur la même page, avec des degrés de préparation différents. Je suis content aujourd’hui, sur le système il y avait une progression par rapport à vendredi. Pendant deux tiers, on n’a donné que 11 tirs à la Lettonie, c’est très positif. Cette semaine aussi, on a travaillé dur. Physiquement, les matchs n’étaient pas évidents, on n’est pas encore au mieux. Même dans cet état-là, c’est toujours bon pour le moral d’aller chercher une victoire, de progresser. En supériorité numérique, on n’a pas travaillé du tout encore. On attend de connaître l’effectif un peu plus pour pouvoir le travailler. L’infériorité numérique a été très très bonne ce soir. Les joueurs voient que s’ils appliquent ce qu’on leur demande, on va être durs à battre, on va donner moins de chances de marquer à l’adversaire. Quand on gagne en jouant comme ça, ça montre que ça fonctionne. Je pense qu’on a trois gardiens compétitifs, à chaque fois qu’ils sont rentrés devant la cage depuis le début de la préparation, ils ont été performants chacun d’entre eux, c’est un autre point positif. »

 
France – Lettonie 2-0 (1-0, 1-0, 0-0)
Dimanche 21 avril 2019 à 16h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 1494 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Damien Bliek assistés de Nicolas Constantineau et Guillaume Gielly
Pénalités : France 18’ (4’, 4’, 10’), Lettonie 28’ (10’, 14’, 4’)
Tirs : France 27 (10, 14, 3), Lettonie 31 (6, 10, 15)

Évolution du score :
1-0 à 05’20 : T. Da Costa assisté de Leclerc et Baazzi (sup. num.)
2-0 à 23’23 : Chakiachvili assisté de Berthon et Ritz

France

Attaquants :
Anthony Rech – Valentin Claireaux (A) (2’) – Tim Bozon (6’)
Charles Bertrand – Anthony Guttig – Sacha Treille (C)
Teddy Da Costa – Maurin Bouvet – Guillaume Leclerc
Eliot Berthon – Nicolas Ritz – Peter Valier (2’)

Défenseurs :
Jonathan Janil – Florian Chakiachvili (A)
Antonin Manavian (2’) – Aziz Baazzi (2’)
Vincent Llorca – Hugo Gallet (4’)
Kévin Dusseau

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Remplaçant : Sebastian Ylönen. Absents : Damien Fleury, Kévin Hecquefeuille, Olivier Dame-Malka, Pierre Crinon, Cédric Di Dio Balsamo, Florian Hardy.

Lettonie

Attaquants :
Edgars Kulda – Maris Bicevskis – Renars Krastenbergs (2’)
Nikolajs Jelisejevs – Arturs Ozolins – Martins Dzierkals (2’)
Emils Gegeris – Oskars Batna (4’+10’) – Rihards Marenis
Roberts Lipsbergs (2’) – Elvijs Biezais – Gunars Skvorcovs (2’)
Egils Kalns (2’)

Défenseurs :
Arturs Kulda (C) – Uvis Balinskis
Roberts Mamcics – Krisjanis Redlihs (A)
Hugo Jansons (2’) – Eriks Sevcenko
Tomass Zeile – Arturs Salija

Gardien :
Davis Grigals

Remplaçant : Kristers Gudlevskis (G). Absents : Daniels Berzins, Renars Karkls.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

et, Phasellus venenatis, consequat. elit. dolor. neque. quis ut tristique