Le hockey coréen n’est pas qu’une bulle

288

Le hockey coréen pourra-t-il surfer sur la vague olympique ? Si un fort investissement spécifique avait été consenti pour la préparation des Jeux olympiques de PyeongChang, il semble difficile à tenir dans le temps. Les clubs de Ligue asiatique ne sont pas dans une situation florissante, et c’est tout le hockey du continent qui est en plein marasme, la Chine sous perfusion KHL ne paraissant franchement pas plus avancée dans son propre objectif olympique. Pourtant, la fédération coréenne n’a pas l’intention d’en rester là : en prolongeant de trois ans le contrat de son entraîneur Jim Paek, elle lui a fixé un nouveau défi ambitieux, se qualifier pour le prochain tournoi olympique. Et elle a mis les moyens en envoyant l’équipe nationale jouer un tournoi EIHC à Budapest en novembre.

Certains redoutaient pourtant que la bulle explose sans deux attaquants nord-américains et que la Corée du Sud, après avoir vécu sa première participation historique à l’élite, subisse une seconde relégation de suite. La Lituanie promue n’est en effet pas un faire-valoir, et elle l’a prouvé en menant 2-0 en début de match contre le Bélarus (avant de perdre 3-4). Mais les Coréens ont fait mieux : bien que dominés aux tirs, ils ont dominé la Hongrie 5-1. Le fait de ne plus avoir aucun attaquant naturalisé ne semble donc pas les handicaper, même si le gardien Matt Dalton a évidemment joué un rôle décisif avec ses 36 arrêts. La Corée aborde donc en position de force le deuxième match face à une Slovénie déjà dos au mur après sa défaite d’hier soir contre les organisateurs kazakhs.

Les Asiatiques sont supposés inférieurs dans les duels dans les bandes. Ce n’est valable que si la confrontation s’engage sur le plan physique et pas à celui qui sera incisif. À ce jeu en effet, Aleksandr Magovac est perdant : le défenseur grenoblois, fantomatique, se laisse prendre la rondelle entre ses jambes et regarde Kim Sang-Woook sortir seul du coin et offrir une passe décisive en retrait à son frère Kim Sang-Wook. Après quatre minutes, la Slovénie est déjà menée au score. Encore ses débuts de match ratés…

Elle réagit cependant très vite cette fois. Les Coréens avaient tué une pénalité d’Ahn en tout début de match, mais les fautes suivantes (cinglage de Lee Chong-Hyun et accrochage de Jeon Jung-Woo) sont fatales. Les joueurs asiatiques ne savent pas écarter leurs rivaux du slot et la Slovénie s’installe : David Rodman dévie le tir de la ligne bleue de Podlipnik et Ograjensek prend le rebond après un tir de Gregorc. L’écart se creuse même sur une contre-attaque lancée dans l’axe par Anze Kopitar. Il laisse le palet côté droit à David Rodman qui signe une passe transversale parfaite pour Robert Sabolič. À 3-1 en leur faveur, on se dit que les Slovènes sont sortis de l’ornière. Mais une grosse erreur défensive en fin de premier tiers, laissant Kim Kisung seul face à Pintarič, sonne déjà comme une alerte.

Les Asiatiques, malgré leur handicap physique d’homme à homme, ont toujours le petit geste qu’il faut pour faire vivre le palet : Park Jin-Kyu le laisse ainsi pour le défenseur Kim Won-Jun qui arrive avec de l’élan et envoie un lancer puissant qui trompe Matija Pintarič juste sous la mitaine. La Corée du Sud transforme aussi sa deuxième supériorité numérique, pour un accrochage de Magovac. La boîte slovène se fait étirer et oublie Kim Ki-Sung seul au poteau droit, qui reçoit le palet et a le temps de contourner Pintarič. Le gardien rouennais fait le premier arrêt, mais Kim Sang-Wook arrive pour enfiler le rebond. La révision vidéo pour une éventuelle obstruction sur le gardien est vite évacuée. Trente secondes plus tard, sur une mise au jeu dans la zone slovène, Pintarič se fait encore surprendre par un lancer lointain dans le trafic, un lancer armé par Kim Hyun-Soo alors que le palet roulait sur la tranche. En l’espace de deux minutes et demie, la Slovénie a laissé filer une confortable avance et se trouve menée 4-3.

Il reste néanmoins une moitié de match aux Lynx pour s’en sortir. Ils disposent même de 19 secondes à 5 contre 3, mais n’arrivent pas à prendre le moindre lancer. Au troisième tiers-temps, les tirs slovènes ne manquent pas. On en comptera 20, dans toutes les positions, mais ils se heurteront tous à un Matt Dalton impeccable : avec encore 41 arrêts, il est de nouveau le héros de son équipe, et paraît capable de la faire remonter en élite. Il a clairement remporté son duel à distance avec Pintarič aujourd’hui. Alors que ce dernier a quitté sa cage en fin de match, Alex Plante effectue un dégagement lobé et Shin Sang-Hoon va récupérer le palet dans le dos de la défense pour l’amener jusque dans les filets déserts (5-3).

Avec deux défaites pour commencer, comme l’an passé, la Slovène est encore très mal partie, et n’a d’autre choix que de battre le favori – le Bélarus – jeudi pour préserver ses chances. Elle n’a peut-être pas totalement réussi son processus de renouvellement après plusieurs retraites internationales (l’ancien capitaine Jan Muršak, Aleš Music et Mitja Robar), et la qualité de jeu du capitaine Anže Kopitar ne suffit pas quand plusieurs joueurs majeurs sont blessés (Urbas, Jeglič, Tičar). Si le nouvel échec de la Slovénie pour remonter dans l’élite se confirme, on pourra le déplorer une raison : c’est la seule nation (avec les promus lituaniens) à ne pas recourir à la solution de facilité des naturalisations de joueurs nord-américains, une tendance inquiétante dans cette Division IA. Le niveau intrinsèque de la Slovénie n’a en effet pas vraiment reculé, elle l’avait d’ailleurs démontré aux Jeux olympiques.

Désignés joueurs du match : Kim Ki-Sung pour la Corée du Sud et Robert Sabolič pour la Slovénie.

Commentaires d’après-match

Ivo Jan (entraîneur de la Slovénie) : « Le plus important est de récupérer et de calmer l’équipe. Il y a trois matches devant nous. En tant que coach, je prend la responsabilité de notre chute au deuxième tiers où nous avons pris des buts faciles. Ensuite, notre jeu était de nouveau plus actif, nous avons beaucoup tiré, mais nous n’avons pas assez gêné le gardien adverse. Nos adversaires, le Kazakhstan comme la Corée du Sud, produisent plus de jeu parce qu’ils sont principalement composés de joueurs qui passent la saison ensemble, mais je pense quand même que nous jouons mieux que ce montre notre compteur à zéro point. »

Boštjan Goličič (attaquant de la Slovénie) : « Aux moments-clés, nous n’avons pas été assez disciplinés dans nos tâches défensives. Quand nous avons pressé pour renverser la situation, nous en avons été empêchés par un gardien coréen sûr. En plus, ils ont bloqué beaucoup de tirs. Il n’y a pas de mauvaises équipes dans ce tournoi, tout le monde peut gagner et j’espère que ça va aussi s’ouvrir pour nous. »

Jim Paek (entraîneur de la Corée du Sud) : « Je suis fier de mon équipe, elle a fait preuve de caractère pour revenir de 3-1. Je dois remercier les joueurs, ils ont sacrifié leurs corps. Ils se sont battus bec et ongles. La clé a été de ne pas prendre de but à 3 contre 5. C’est merveilleux de continuer le tournoi avec le compteur plein à 6 points. Mais cela ne va pas être plus facile, cela n’en sera que toujours plus difficile. »

Matt Dalton (gardien de la Corée du Sud) : « Ils sont sortis forts en première période. J’aurais pu mieux faire sur le premier but et sur le troisième. Je voulais donner une chance à l’équipe en fermant la porte quand nous avons ouvert le score. Mais en deuxième période nous avons explosé. C’est allé dans notre sens. Si tout le monde tire la corde en même temps, c’est fantastique de voir ce qu’on peut accomplir. On l’a vu il y a deux ans, et nous avons une équipe très différente maintenant. Le groupe est très difficile, mais nous avons pris un bon départ et tout peut arriver. »

 

Corée du Sud – Slovénie 5-3 (1-3, 3-0, 1-0)
Mardi 30 avril 2019 à 12h00 à la Barys Arena de Nur-sultan (KAZ). 780 spectateurs.
Arbitrage de Christoffer Holm (SUE) et Marc Wiegand (SUI) assistés de Frédéric Monnaie (BEL) et Tobias Nordlander (SUE).
Pénalités : Corée du Sud 12′ (6′, 4′, 2′), Slovénie 4′ (0′, 4′, 0′).
Tirs : Corée du Sud 24 (6, 11, 7), Slovénie 44 (14, 10, 20).

Évolution du score :
1-0 à 04’35 : Kim Ki-Sung assisté de Kim Sang-Wook
1-1 à 08’32 : Rodman assisté de Kopitar et Podlipnik (sup. num.)
1-2 à 12’05 : Ograjenšek assisté de Gregorc et Magovac (sup. num.)
1-3 à 16’03 : Sabolič assisté de Rodman et Kopitar
2-3 à 27’40 : Kim Won-Jun assisté de Park Jin-Kyu et Jeon
3-3 à 29’32 : Kim Sang-Wook assisté de Kim Ki-Sung (sup. num.)
4-3 à 30’08 : Kim Hyun-Soo assisté de Lee Yong-Jun et Kim Wonjung
5-3 à 59’22 : Shin Sang-Hoon assisté de Plante (cage vide)

Corée du Sud (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Shin Sang-Woo – Cho Min-Ho – Shin Sang-Hoon (2′)
Kim Sang-Wook (+1) – Kim Ki-Sung (+1) – Ahn Jin-Hui (+1, 2′)
Lee Chong-Hyun (+1, 2′) – Park Jin-Kyu (+1) – Jeon Jung-Woo (+1, 2′)
Lee Young-Jun (+1) – Kim Won-Jung (+1) – Park Sang-Jin (+1)
Kim Hyungkyeum [2 présences]

Défenseurs :
Alex Plante (A, +1, 2′) – Kim Won-Jun (+1)
Lee Don-Ku – Eric Regan (+1)
Kim Hyun-Soo (+2) – Song Hyeong-Cheol (+1)
Choi Jin-Woo

Gardien :
Matt Dalton

Remplaçant : Lee Yeon-Seung (G).

Slovénie

Attaquants :
Robert Sabolič (A) – Anže Kopitar (C) – David Rodman
Anže Kuralt (-3) – Miha Verlič (-1) – Ken Ograjenšek (-3, 2′)
Ziga Pance (-1) – Bostjan Goličič (-2) – Jan Drozg (-1)
Miha Zajc – Tadej Čimžar – Andrej Hebar

Défenseurs :
Matič Podlipnik – Sabahudin Kovačevič (A, +1)
Blaz Gregorc (-2) – Aleksandr Magovac (-2, 2′)
Jurij Repe (-1) – Klemen Pretnar (-1)
Miha Štebih

Gardien :
Matija Pintarič [sorti de 58’04 à 59’22]

Remplaçants : Luka Gračnar (G), Luka Kalan.

Les commentaires sont fermés.

quis, pulvinar in Lorem Donec id ut libero.