Premier titre U18 pour la Suède

La Suède championne du monde U18 en 2019
119

Après les éliminations surprises des deux terreurs nord-américaines, la finale 2019 des Championnats du monde U18 réservait un duel entre la Suède, jamais titrée, et la Russie, dont le dernier sacre datait de 2007.

À domicile, la Suède n’a finalement pas laissé passer sa chance et s’impose au bout du suspense, en prolongation, 4-3. Le héros du soir ? Lucas Raymond, éligible à la draft NHL en 2020, qui complète son triplé dans le temps supplémentaire. Né à Göteborg, Lucas Raymond, dont le père est français, signe là une prestation mémorable et décisive.

Après une première occasion russe d’Amirov, Raymond ouvrait le score en milieu de premier tiers, suite à un débordement spectaculaire sur le côté gauche. Déshabillant Alexander Kirpichnikov, il ajustait ensuite le gardien Askarov côté crosse (1-0).

La Suède poussait par la suite, notamment en supériorité, sans convertir. Dès le début de la deuxième période, Holmström récupérait un palet qui traînait en haut du slot et, tout en patience, doublait la mise en hauteur (2-0).

La Russie ne s’avouait pas vaincue. La star de l’équipe, Podkolzin, lançait la charge en attaquant la cage en puissance sur un service d’Amirov. Les officiels refusaient tout d’abord le but pour une obstruction sur le gardien, mais la révision vidéo était favorable à l’attaquant, le contact arrivant après que le palet eut franchi la ligne (2-1).

Le match aurait pu tourner peu après. Broberg, servi à droite, s’avançait et voyait son tir croisé repoussé par le poteau, à trois minutes de la pause.

Le troisième tiers montrait une équipe russe déterminée à égaliser. Cette domination territoriale se traduisait par un but après seulement vingt secondes, encore une fois par la première ligne. Podkolzin se faisait passeur – perdant le palet, serré par la défense. Amirov récupérait et finissait du revers (2-2).

Cet effort russe persistait et permettait à Groshev de briller. Servi par Vashenko dans la neutre, il effaçait la défense en solitaire et trompait Alnefelt de près (2-3).

Un avantage de courte durée : vingt-cinq secondes plus tard, Raymond convertissait un service de son capitaine Bjornfot, après un débordement à droite de Johansson et une passe d’une seule main (3-3).

L’indiscipline suédoise manquait de coûter cher en fin de match. À 3’34 de la fin, Podkolzin pensait bien avoir redonné l’avantage aux Russes. Il cherchait un rebond camouflé par Alnefelt et levait les bras. Malheureusement, aucun ralenti ne mettait le palet en lumière, bien caché par le corps du gardien – peut-être derrière la ligne, mais sans preuve… Soulagement du public !

Le portier imposait son calme avec un superbe arrêt mitaine à 2’24 de la fin, volant Sheshin d’un but certain.

La décision se faisait donc en prolongations. Brannstam décalait Raymond, qui repiquait dans l’axe pour éliminer son vis-à-vis Mingachyov, et piégeait le gardien Yaroslav Askarov mi-hauteur (4-3).

Un but qui lançait une folle célébration pour tout un pays…

Suède – Russie 4-3 après prolongation (1-0, 1-1, 1-2, 1-0)
Dimanche 28 avril 2019, Fjallraven Center d’Örnsköldsvik, Suède. 5602 spectateurs.
Arbitrage de Michael Campbell (CAN) et Sean McFarlane (USA) assistés de Riley Bowles (USA) et Tarrington Wionzek (CAN).
Pénalités : Suède 10′ (2′, 2′, 6′, 0′), Russie 6′ (2′, 2′, 2′, 0′).
Tirs : Suède 30 (13, 8, 2, 7), Russie 38 (9, 15, 13, 1).

Récapitulatif du score :
1-0 à 09’32 : Raymond assisté de Henriksson
2-0 à 25’53 : Holmström
2-1 à 31’48 : Podkolzin assisté d’Amirov et Khusnutdinov
2-2 à 40’20 : Amirov assisté de Podkolzin et Khusnutdinov
2-3 à 50’22 : Groshev assisté de Vashenko
3-3 à 50’47 : Raymond assisté de Holtz et Broberg
4-3 à 65’44 : Raymond assisté de Brannstam et Johansson

Suède

Attaquants :
Alexander Holtz (A) – Karl Henriksson (+2) – Lucas Raymond (+1)
Simon Holmström – Oscar Bjerselius (-1) – Albin Grewe (2′)
Zion Nybeck – Isac Andersson – Elmer Söderblom
Oscar Lawner – Albin Sundsvik – Max Wahlgren (4′)

Défenseurs :
Tobias Björnfot (C, -1) – Alex Brännstam
Philip Broberg (A, 2′) – Albert Lyckåsen
Albert Johansson (+2) – Ludvig Hedström (+1)

Gardien :
Hugo Alnefelt

Remplaçant : Jesper Wallstedt (G). Non alignés : Calle Clang (G), Victor Söderström (D), Arvid Costmar (A).

Russie

Attaquants :
Rodion Amirov (+2) – Ilya Nikolayev (A, -1) – Vasili Podkolzin (C, +1)
Arseni Gritsyuk (-1) – Yegor Spiridonov (2′) – Yegor Chinakhov (-1)
Yaroslav Likhachyov (-2) – Marat Khusnutdinov (+1, 2′) – Danil Gushin (-1)
Yegor Bryzgalov – Dmitri Sheshin (+1) – Takhir Mingachyov (-1)
Maksim Groshev

Défenseurs :
Nikolai Burenov (+1, 2′) – Semyon Chistyakov (A, +1)
Ivan Rogov (-2) – Aleksandr Kirpichnikov (-2)
Nikita Vashenko (+1) – Shakir Mukhamadullin (-1)

Gardien :
Yaroslav Askarov

Remplaçant : Vsevolod Skotnikov (G). Non alignés : Ilya Gorbunov (G), Nikita Sedov (D).

Les commentaires sont fermés.

sed Aenean Donec amet, Praesent Lorem venenatis, felis et,