Le Canada fait (un peu trop) le spectacle

501

Le Canada joue son unique match de préparation au championnat du monde à Vienne en Autriche. Marc-André Dorion, défenseur du club local qui complète les lignes comme huitième défenseur pour les besoins de l’entraînement, est présent sur la glace, au contraire de la principale vedette John Tavares, épargné. Mais l’Autriche a ménagé elle aussi le centre de sa première ligne (Herburger), remplacé par le prometteur junior Benjamin Baumgartner !

Si le Canada s’attendait à un adversaire tranquille pour se mettre en jambes, il va être déçu. L’Autriche est décidée à être agressive. Après cinq minutes, le forechecking appuyé des ailiers locaux contraint Troy Stecher à relancer sous pression dans l’axe pour Kyle Turris, qui est bloqué par Hundertpfund : le résultat est un 2 contre 0 et une passe de Dominic Zwerger pour Fabio Hofer, dont le lancer est bien bloqué par Matt Murray. Le jeu est direct et rapide. Sur une contre-attaque canadienne, Jonathan Marchessault centre pour le tir au second poteau de Dylan Strome… David Kickert fait alors l’arrêt, Lukas Haudum récupère le rebond et repart à toute allure dans l’autre sens. Il sert intelligemment en retrait Patrick Peter dont le lancer frappe le poteau. Alexander Rauchenwald a suivi et déflore la lucarne pour l’ouverture du score.

Au quart d’heure de jeu, Adam Henrique est servi du revers par un centre de l’aile droite Sean Couturier et effectue une passe aveugle entre ses jambes qui n’est pas loin de provoquer un but contre son camp de Komarek. David Kickert a un bon réflexe de la jambière sur ce ricochet inattendu, mais Couturier est revenu dans le slot et propulse le palet au fond comme le montre la vidéo (1-1). Sur la mise au jeu, Brandon Montour fait une passe du revers dos au jeu à sa ligne bleue défensif : cette passe – qui lui vaudrait une crucifixion publique au Canada dans un match important – est intercepté par Fabio Hofer lancé seul face au but, qui feinte à pleine vitesse Murray pour le 2-1. Cijan est pénalisé dans la foulée et Kyle Turris convertit l’avantage numérique d’un tir à mi-distance parfaitement placé dans la lucarne de Kickert (2-2).

RAFFL Michael-130505-051En deuxième période, Markus Schlacher déboule sur l’aile droite en attirant toute la défense et passe en retrait dans l’axe à Thomas Raffl, dont le tir fulgurant se loge au-dessus de la botte droite de Murray. Le Canada égalise quand un tir du poignet de Thomas Chabot ricoche sur l’épaule de Kickert : Jonathan Marchessault contourne un Hundetrpfund passif au marquage pour prendre le rebond sans être gêné (3-3). Le ping-pong continue avec une déviation gagnante d’Alexander Cijan au second poteau, suivie 39 secondes plus tard par un tir de la ligne bleue de Shea Theodore dévié par Jared McCann (4-4). Mais c’est bien le Canada qui rejoint les vestiaires en tête avec un lancer de Brandon Montour superbement dévié dans l’enclave par Anthony Cirelli. L’écart est même de deux buts grâce à Mark Stone sur passe de derrière la cage de Marchessault.

Les deux équipes changent de gardien au dernier tiers-temps. Avec six buts encaissés, David Kickert n’a pas vraiment démontré qu’il était prêt à prendre la place de titulaire. Bernhard Starkbaum se montre plus fort au troisième tiers, notamment en captant d’une belle mitaine un tir du poignet de Fabbro. Dans les cages canadiennes en revanche, le nouvel entrant Carter Hart ne se crée par une impression favorable : il rate le palet en partant relancer derrière son but et Konstantin Komarek donne alors un but en cage vide à Manuel Ganahl. Puis c’est au tour du défenseur autrichien Clemens Unterweger de se faire contrer derrière sa cage par Turris : passe en retrait pour un dernier but en lucarne d’Anthony Mantha (5-7).

Cette victoire reste historiquement négative pour le Canada : en 36 confrontations face à l’Autriche, il n’avait jamais encaissé plus de trois buts. Il en a concédé cinq ce soir, et même six si l’on compte le but inscrit dans la « prolongation d’entraînement » jouée à 3 contre 3 entre les deux équipes (une passe de Komarek déviée dans ses propres filets par le patin de Henrique). Les deux équipes vont devoir vraiment resserrer les boulons avant les choses sérieuses. Le Canada joue dès vendredi un match important contre la Finlande.

Commentaires d’après-match (pour Laola-1)

Michael Raffl (attaquant de l’Autriche) : « C’était frustrant pour moi. J’ai eu des problèmes sur des détails, comme le timing, mais aussi physiquement. Je suis déjà fatigué après une semaine de préparation, je ne m’y attendais pas. J’ai du travail devant moi. Notre performance offensive nous donne confiance, c’était très beau par moments, certains joueurs se sont dépassés. Benjamin Baumgartner a un talent énorme et apportera encore beaucoup de joie aux fans. Si on doit marquer six buts ou plus pour gagner, ça sera difficile. À un championnats du monde, trois doivent suffire, on doit être assez sûrs défensivement pour que ça suffise. »

Roger Bader (entraîneur de l’Autriche) : « C’était un super évènement en clôture de notre préparation. Dommage que la patinoire n’ait pas été pleine. Ceux qui sont restés chez eux ont manqué quelque chose. Par moments, nous avons tué les principes que nous essayons d’appliquer depuis des semaines. Mais on a vu qu’une équipe très forte peut être mise dans l’embarras quand on joue des transitions rapides. Le hockey direct et vertical que nous voulons appliquer a amené des buts. Nous avions réfléchi à emmener 9 défenseurs et 13 attaquants. Mais comme Raphael Herburger est légèrement blessé, nous avons cimenté notre décision de 8 défenseurs et 14 attaquants. Mais il n’est pas sûr que Philipp Lindner, qu’on laisse en réserve, ne fasse pas quand même le voyage, c’est ce qui s’était produit l’an passé quand Steven Strong s’était blessé au premier match et que nous avions activé Patrick Peter pour ne pas finir le tournoi à 7 arrières. […] Je dois encore parler à Michael Raffl. Il se met lui-même la pression parce qu’il est le seul joueur de NHL. Il fera sa part, c’est le collectif qui a la pression. La quatrième ligne a bien joué contre le Danemark et le Canada. Qui connaissait Raphael Wolf ? Nous l’avons pris il y a six semaines parce que nous avions besoin de joueurs, il a progressé chaque jour et s’est fait une place au Mondial en partant de nulle part. Je ne voulais pas faire de cadeau à Benjamin Baumgartner. Je voulais qu’il se batte. Je l’ai vu dans son club de Davos, il y a reçu beaucoup de temps de glace et marqué des buts. Nous voulions le jeter à l’eau contre le Canada, mais c’est la suite de ses performances depuis plusieurs semaines. Avant les deux buts pris aujourd’hui contre le Canada, il n’avait encaissé aucun but quand il était sur la glace en cinq matchs de préparation. J’ai toujours dit que nous avions des jeunes talents. David Maier ou Julian Payr n’étaient pas loin d’intrégrer l’équipe, ils ont été sensationnels, l’avenir leur appartient. »

 

Autriche – Canada 5-7 (2-2, 2-4, 1-1)
Mardi 7 mai 2019 à 19h15 à la Erste Bank Arena de Vienne. 4300 spectateurs.
Arbitrage de Kristjan Nikolic et Ladislav Smetana (AUT) assistés de Jakob Schauer et Elias Seewald (AUT).
Pénalités : Autriche 4′ (2′, 0′, 2′) ; Canada 2′ (0′, 0′, 2′).
Tirs : Autriche 18 (11, 4, 3) ; Canada 50 (17, 21, 12).

Évolution du score :
1-0 à 09’48 : Rauchenwald assisté de Peter
1-1 à 14’36 : Couturier
2-1 à 14’46 : Hofer
2-2 à 15’44 : Turris assisté de Strome (sup. num.)
3-2 à 25’35 : T. Raffl assisté de Schlacher
3-3 à 29’22 : Marchessault
4-3 à 33’13 : Cijan assisté de Rauchenwald
4-4 à 33’52 : McCann assisté de Theodore et Mantha
4-5 à 37’44 : Cirelli assisté de Montour
4-6 à 39’00 : Stone assisté de Marchessault
5-6 à 49’32 : Ganahl assisté de Komarek
5-7 à 51’56 : Mantha assisté de Turris

Autriche (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Peter Schneider (-2) – Benjamin Baumgartner (-2) – Michael Raffl (-2)
Thomas Raffl (C) – Konstantin Komarek – Manuel Ganahl
Dominic Zwerger (-1) – Thomas Hundertpfund (-1) – Fabio Hofer (-1)
Alexander Cijan (+2, 2′) – Alexander Rauchenwald (+2) – Lukas Haudum (+2)

Défenseurs :
Dominique Heinrich (-2) – Alexander Pallestrang (-2)
Clemens Unterweger (-1) – Martin Schumnig (-2)
Philipp Lindner – Markus Schlacher (+2)
Steven Strong (+1) – Patrick Peter (+2)

Gardien :
David Kickert puis à 40’00 Benhard Starkbaum

En réserve : Lukas Herzog (G), Raphael Wolf (D), Patrick Obrist, Raphael Herburger (A).

Canada

Attaquants :
Jonathan Marchessault (-2) – Dylan Strome (-1) – Mark Stone (-1)
Adam Henrique – Sean Couturier – Sam Reinhart
Jared McCann (+2) – Kyle Turris (+2) – Anthony Mantha (+2)
Tyler Bertuzzi (+1) – Anthony Cirelli – Mathieu Joseph

Défenseurs :
Thomas Chabot (-1) – Brandon Montour (-2)
Darnell Nurse (+1, 2′) – Damon Severson (+2)
Shea Theodore (+1) – Troy Stecher (+1)
Dane Fabbro – Marc-André Dorion

Gardien :
Matt Murray puis à 40’00 Carter Hart

En réserve : Mackenzie Blackwood (G), John Tavares.

Les commentaires sont fermés.

sed venenatis nunc libero dapibus efficitur. id eget