Bébé le matin, doublé le soir

100

Alerte bébé dans le camp tchèque ! On commence à avoir l’habitude puisque le gardien Patrik Bartošák était parti dans la nuit qui a suivi ses débuts en championnat du monde pour assister à l’accouchement… Cette fois, c’est le capitaine Jakub Voráček qui a été accompagné à 4 heures du matin par le directeur d’équipe Jan Černý jusqu’à la maternité de Uherské Hradište, où il a assisté à la naissance de son fils Matěj. Absent de l’entraînement, il est revenu dans l’après-midi et est aligné le soir. Il faut dire que l’enjeu est important : le match entre la République tchèque et la Lettonie s’annonce décisif pour l’accès aux quarts de finale.

Les Tchèques introduisent deux nouveaux joueurs. Après une pause médicale, Radek Faksa, le centre des Stars de Dallas, débute comme prévu. On notera que c’est un autre joueur de NHL – Filip Chytil – qui a été envoyé en tribunes pour qu’il le remplace poste pour poste, ce qui est logique au vu des performances respectives des centres tchèques, et notamment de l’excellent Mondial de Jan Kovář. En défense, Petr Zámorský, qui a participé à la préparation depuis le 1er avril, obtient enfin sa chance.

Le jeu part de manière dynamique, avec un avantage de patinage aux joueurs tchèques. Mais les deux équipes se montrent assez indisciplinées. Si la Lettonie survit à sa première infériorité numérique, Tomáš Zohorna et Michal Moravčík laissent leur équipe à 3 contre 5. Lauris Darzinš réussit alors une magnifique feinte de slap pour ouvrir la cage à gauche à Miks Indrasis. Son festival n’est pas terminé. Alors que Zámorský est en prison pour une crosse haute, Darzinš, avec sa technique exceptionnelle, part de sa zone, dribble quatre défenseurs et le gardien pour inscrire un but potentiellement légendaire. On est dans un de ces cas où Darzinš marche sur l’eau, comme lorsqu’il avait anéanti les espoirs olympiques français en 2013.

Mais le match du soir n’est pas encore fini. En début de deuxième période, Maris Bičevskis, un des cinq joueurs lettons à évoluer en Extraliga tchèque, charge à la tête Michal Řepík et écope d’une pénalité de match. Forcément un tournant. Pendant les cinq minutes de pénalité, le défenseur Kristaps Sotnieks réussit à faire barrage à un tir en cage ouverte, puis un lancer de Řepík longe la ligne de but en frappant les deux poteaux ! La chance veille-t-elle sur la Lettonie. Non, un lancer puissant et masqué de Filip Hronek finit par trouver l’ouverture.

Les Tchèques, quand ils ne sont pas eux-mêmes en infériorité, maintiennent une très forte pression à cinq contre cinq. La défense balte fatigue, Roberts Bukarts n’arrive pas à sortir le palet assez fort, et un tir poignet du haut du cercle de Jan Kovář égalise. En fin de période, Dominik Simon entre en zone côté droit et effectue une passe-abandon pour Voráček, dont le tir trompe Merzlikins à mi-hauteur. Une minute plus tard, un tir de Gudas reste dans les patins du défenseur, et Jakub Vrána arrive tout seul pour récupérer le palet et dribbler Merzlikins (4-2). Vrána était seul car Teodors Blugers a lâché son marquage, mais il faut dire que le centre letton, utilisé dans toutes les situations de jeu, a passé près de 11 minutes sur la glace dans ce deuxième tiers… Bob Hartley utilise au maximum ses meilleurs joueurs dans ce match-clé.

Les Tchèques confortent encore leur avance au troisième tiers-temps. Oskars Cibulskis n’arrive pas à contrôler le palet du gant sur une longue passe en cloche de Michael Frolík : Voráček et Simon se retrouvent à 2 contre 1 pour le 5-2. Dans un match qui reste assez houleux, les Lettons ont le mérite de ne pas abandonner. Quand un surnombre tchèque est sifflé à cinq minutes de la fin, Hartley sort son gardien pour jouer à 6 contre 4. Darzins s’offre un doublé sur un lancer de la ligne bleue.

Merzlikins quitte de nouveau ses cages à l’avant-dernière minute et Radko Gudas, plus habitué à donner qu’à recevoir, est chargé à la tête par Ralfs Freibergs. L’arbitre lève le bras tout en laissant se dérouler le jeu, qui aboutit à un but en cage vide de Voráček. Mais au moment d’infliger la pénalité, les arbitres renvoient par erreur Darzins au vestiaire au lieu de Freibergs. L’erreur sera corrigée a posteriori sur la feuille de match.

Il n’y avait eu qu’une seule expulsion dans ce Mondial, l’Autrichien Strong. La Lettonie a eu le triste privilège d’en subir deux le même soir ! Dans ce qui était un peu son match de la dernière chance pour la qualification en quart de finale, elle a peiné à maîtriser ses nerfs, y compris face à des Tchèques plus expérimentés dans la provocation.

Désignés joueurs du match : Jakub Voráček pour la République tchèque et Lauris Darzins pour la Lettonie.

Commentaires d’après-match :

Bob Hartley (entraîneur de la Lettonie) : « Nous étions en contrôle du match. Et puis un épisode important a tout brisé. Ils ont marqué, pris l’initiative et mérité leur victoire. C’est le hockey. Nous avons joué intelligemment, mais quelqu’un leur a ouvert la porte, c’est assez simple. Maintenant, nous affronterons la Russie et la Suède et nous devrons trouver un moyen de gagner. Nous avons joué deux très bons matches contre la Suisse et ce soir, mais ça n’a pas suffi. S’il y a une chose que j’ai comprise en trois années avec l’équipe de Lettonie : nous combattons toujours. Je n’ai pas de doute. Les joueurs sont très déçus du résultat, on ne peut rien y faire. Mais nous allons nous réunir brièvement et préparer le prochain match. »

Miloš Říha (entraîneur de la République tchèque) : « Je m’en doutais depuis ce matin. Avec l’arrivée tardive de Kuba Voráček, tout le monde attendait de savoir s’il jouerait ou non. Je savais donc qu’on ne se réveillerait pas très vite. J’avoue que je n’étais pas à l’aise à 0-2, mais je croyais en nos forces et je pensais qu’on ne pouvait plus jouer comme ça. Ils n’étaient plus si organisés, nous leur avons fait ce qu’on s’était dit en mettant plus de palet dans le slot et mettant la pression sur la cage. Quand on dit quelque chose à cette équipe, l’impulsion arrive. Pendant deux tiers, les joueurs ont fait un travail responsable, je n’ai pas vu un seul joueur se reposer. Nous avons commencé à mieux patiner, à être plus agressifs. Nous avons aussi distribué ce que nous avons reçu. […] Les Suédois et les Russes ont déjà leurs lignes, mais nous les cherchons encore. Nous avons encore trois rencontres pour qu’elles s’adaptent à la perfection que nous voulons. »

Jakub Voráček (attaquant de la République tchèque) : « Je n’ai pas beaucoup dormi, trois heures à peine. Je suis content d’avoir pu revenir et que tout se soit bien passé. Du moins de mon point de vue, je ne sais pas pour ma petite amie…. Tout le monde est en bonne santé et heureux. Je ne savais pas trop comment ça allait se passer, je n’avais jamais vécu ça avant. Le voyage… Ce fut trépidant, mais agréable. Nous avons pris trois buts en infériorité et beaucoup de pénalités inutiles en zone offensive. Je suis content que nous ayons pu nous calmer et nous améliorer pour dominer la deuxième période. »

 

République tchèque – Lettonie 6-3 (0-2, 4-0, 2-1)
Jeudi 16 mai 2019 à 20h15 à la Ondrej Nepela Arena de Bratislava. 9084 spectateurs.
Arbitrage d’Olivier Gouin (CAN) et Jeremy Tufts (USA) assistés de Dmitri Golyak (BLR) et Brian Oliver (USA).
Pénalités : Tchéquie 14′ (6′, 4′, 4′) ; Lettonie 54′ (4′, 5’+20′, 5’+20′).
Tirs : Tchéquie 39 (11, 17, 11) ; Lettonie 24 (10, 9, 5).

Évolution du score :
0-1 à 06’04 : Indrašis assisté de Dārziņš et Cibuļskis (double sup. num.)
0-2 à 13’08 : Dārziņš assisté de Balcers et Cibuļskis (sup. num.)
1-2 à 25’41 : Hronek assisté de Voráček (sup. num.)
2-2 à 31’01 : Kovář assisté de Palát et Zámorský
3-2 à 37’38 : Voráček assisté de Simon et Hronek
4-2 à 38’40 : Vrána assisté de Faksa et Gudas
5-2 à 45’44 : Simon assisté de Voráček et Frolík
5-3 à 55’28 : Dārziņš assisté de Cibuļskis (sup. num.)
6-3 à 58’28 : Voráček assisté de Frolík et Simon (cage vide)

République tchèque

Attaquants :
Michael Frolík (A, +3) – Dominik Simon (+3) – Jakub Voráček (C, +3)
Ondřej Palát (+2) – Radek Faksa (+1) – Jakub Vrána (+2)
Dominik Kubalík – Jan Kovář (+1) – Michal Řepík
Dmitrij Jaškin – Tomáš Zohorna (4′) – Hynek Zohorna

Défenseurs :
David Musil (+1) – Filip Hronek (+1)
Michal Moravčík (4′) – Jan Rutta (2′)
Jan Kolář (+3) – Radko Gudas (A, +3)
David Sklenička (+1) – Petr Zámorský (+1, 2′)

Gardien :
Patrik Bartošák

Remplaçant : Pavel Francouz (G). En réserve : Šimon Hrubec (G), Filip Chytil.

Lettonie

Attaquants :
Lauris Dārziņš (C, -2) – Miks Indrašis (-2) – Rihards Bukarts (A, -1)
Rūdolfs Balcers (-3) – Teodors Bļugers (-2, 2′) – Roberts Bukarts (-1)
Gints Meija (-2) – Oskars Batņa – Ronalds Ķēniņš (-3, 2′)
Emīls Ģēģeris – Maris Bičevskis (5’+20′) – Rihards Marenis
Mārtiņš Dzierkals

Défenseurs :
Ralfs Freibergs (-2, 5’+20′) – Kristaps Sotnieks (A, -1)
Artūrs Kulda (-3) – Oskars Cibuļskis (-3)
Guntis Galviņš puis à 40’00 Kristaps Zīle – Uvis Balinskis

Gardien :
Elvis Merzļikins [sorti de 54’52 à 55’28 et de 58’19 à 58’28]

Remplaçant : Kristers Gudļevskis (G). En réserve : Gustavs Grigals (G). Blessé : Rodrigo Ābols.

Les commentaires sont fermés.

sit tristique ut libero. luctus vel, nunc