Cergy-Neuilly, le choc au sommet de la D1

1 619

Huit mois après s’être quittés sur un match 5 de demi-finale, Cergy et Neuilly se retrouvent en position de co-leaders de la division 1 pour la dernière journée de la phase aller. Trois équipes étaient à égalité de points avant ce week-end, mais Caen a eu la politesse de perdre hier soir contre Cholet pour donner encore plus de relief au grand derby francilien : le vainqueur du jour sera seul en tête du classement, et aurait été affublé dans d’autres sports du titre honorifique de champion d’automne. Cergy a l’avantage de disposer de quatre lignes offensives, ce qui n’est plus le cas de Neuilly : les Bisons viennent de perdre Jérémie Janneteau sur blessure, et le poste qui revient habituellement à un Amiénois prêté en licence bleue est également vacant (les internationaux sont en équipe de France U20, les autres jouent avec les Gothiques en Magnus ou en U20 en ce dimanche).

Le premier tiers-temps est équilibré, avec un peu plus de fluidité et de vitesse dans le jeu de Cergy. L’arbitre M. Furet laisse s’exprimer les deux équipes et ne siffle qu’une seule pénalité, pour un retard de jeu de Philippe Bureau-Blais. L’engagement se fait donc dans la zone des Jokers, mais Alexandre Lubin file soudain en 2 contre 1 et glisse parfaitement le palet à Corbett, dont le tir est paré par Sopko. L’avantage numérique permet cependant aux Bisons de prendre un élan qu’ils conservent par la suite. Et ce sont eux qui se montrent les plus efficaces dans le slot, avec l’inévitable « barbuteur » Phil Bushbacher (0-1). Un tir de Corbett dévié par le corps de Kalter donne du frisson aux spectateurs de l’Aren’Ice, mais il a touché l’extérieur du filet. Cergy est mené au score après vingt minutes.

Les Jokers sortent fort du vestiaire et dominent le début de la deuxième période. Timothée Franck insiste deux fois sur passe de derrière la cage de Kerins, mais Ramon Sopko dit toujours non. La pression qui monte sur la cage nocéenne éclate même dans une empoignade au sol entre Thomas Giorgi et Danny Smith. Le Bison prend deux minutes de plus que son adversaire, et Jules Breton donne ensuite un cinglage qui fait tomber la crosse de Lorcher. Avec une minute et demie à 5 contre 3, Cergy peut prendre son temps avant de déployer une action d’école : passe de transversale de Max Kalter pour Pierre-Charles Hordelalay qui tire dans le haut du filet (1-1). C’est le moment que le public attendait pour « l’opération peluches » : elles sont si nombreuses sur la glace que les jeunes de Cergy mettront un certain temps à les évacuer malgré de l’entrain, une technique efficace et l’aide des joueurs locaux.

Neuilly met douze minutes dans ce deuxième tiers pour se montrer dangereux, quand Joe Dubé fait résonner le poteau. Une minute plus tard, sur une remontée de palet qui semble anodine, Benoît Valier prend un énorme slap en entrée de zone qui surprend Chimienti entre sa botte gauche et son poteau (1-2). Ce véritable missile signé Valier donne l’avantage au score aux Bisons alors même que les Jokers passent beaucoup de temps installés en zone offensive. Ils sont souvent maintenus dans le pourtour par une équipe de Neuillly qui ferme bien son enclave, mais se font plus incisifs en fin de période. Un premier tir de Kevin Lorcher dans le cercle gauche est paré du gant par Sopko, mais dans la continuité de l’action, un lancer de la ligne bleue d’Arthur Montenoise finit sa course au fond des filets (2-2). Pierre-Charles Hordelalay est proche de faire basculer totalement le score en déviant un centre de Kalter, et dix secondes plus tard, il se fait accrocher par Saliji en dribblant dans l’enclave : 2′ pour la faute et 2′ pour le plongeon, ce qui a le mérite de faire râler tout le public sans distinction de chapelles.

Le troisième tiers-temps commence avec beaucoup d’espaces à 4 contre 4. Pendant cette situation de jeu, un lancer de Kévin Lorcher fait tinter la barre transversale. Mais une fois de plus, l’efficacité est du côté de Neuilly : Arthur Montenoise essaie de se coucher sur une passe de derrière la cage de Clément Lallemand mais Leyland Plaire récupère dans l’enclave le palet qui a été contré par un patin (2-3). Cette fois, les Bisons continuent sur leur lancée et éloignent le jeu de leur camp. Cergy a donc peu d’occasions d’égaliser.

Un incident survient à neuf minutes de la fin alors que Neuilly fait le siège de la zone offensive en avantage numérique : Alexandre Lubin est sévèrement coupé au poignet dans un coin de la patinoire ! En rejoignant le banc puis le médecin en quatrième vitesse, il laisse une traînée de sang sur la glace qui nécessite un nettoyage par la surfaceuse. Après l’interruption, Cergy réussit à remettre du nerf et Pierre-Charles Hordelalay met toute son énergie pour expédier dans les filets un palet traînant dans l’enclave (3-3). Hordelelay est même tout près de marquer le but vainqueur sur un une-deux avec Kalter, mais il manque le cadre. Kerins échoue pour sa part sur la botte droite de Sopko.

La première place se jouera donc en prolongation à 3 contre 3. Benoît Valier y signe son second exploit personnel de la journée en dribblant le défenseur Alex Corbett avant de marquer du revers en lucarne (3-4). Héros de la journée, Valier a doublé ce dimanche son total de buts de la saison. Le derby aura tenu ses promesses, dans un bon esprit sauf entre Smith et Giorgi qui règlent de nouveau leurs comptes après la poignée de mains finale.

Désignés joueurs du match : Patrik Fransson pour Cergy et Benoît Valier pour Neuilly.

Commentaires d’après-match

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : « La réalité est qu’on vise les play-offs, même si ça fait humble de dire ça quand on est premier à mi-saison. Cergy a eu une meilleure possession pendant les deux premières périodes, mais on a d’autres caractéristiques. On est une bande d’accrocheurs, on travaille fort, et quand on prend un but, personne ne panique. Pour la première fois de la saison, j’ai secoué un peu les joueurs dans le vestiaire. On était deuxième sur la rondelle, ce n’est pas notre ADN. En troisième période, on est redevenu premier sur la rondelle. Nos défenseurs ont fait un excellent match. Notre philosophie depuis deux ans est de faire jouer les Français. On démontre qu’on met du vrai derrière nos paroles. Si tu est un enseignant, tu n’as pas peur d’avoir des Français. Valier est enfin au niveau où plusieurs équipes l’avaient attendu depuis plusieurs années. Lallemand revient bien après ne blessure de trois mois. Plaire est maintenant un pilier solide. Auvitu est notre premier centre, et il s’adapte alors qu’on change continuellement ses partenaires de ligne. Comme j’avais dix attaquants, j’ai coaché au feeling pendant tout le match. Tous nos buts ont été marqués au moment où je testais une nouvelle ligne. »

(photos de Denis Broyer)

Cergy-Pontoise – Neuilly-sur-Marne 3-4 après prolongation (0-1, 2-1, 1-1, 0-1)
Dimanche 8 décembre 2019 à 16h00 à l’Aren’Ice. 2707 spectateurs.
Arbitrage de Yann Furet assisté d’Aurélien Smeeckaert et Vincent Villard.
Pénalités : Cergy 8′ (2′, 4′, 2′, 0′), Neuilly 10′ (0′, 10′, 0′, 0′).
Tirs : Cergy 40 (13, 20, 6, 1), Neuilly 30 (8, 8, 12, 2).

Évolution du score :
0-1 à 10’12 : Bushbacher
1-1 à 27’32 : Hordelalay assisté de Kalter et Kluuskeri (double sup. num.)
1-2 à 33’09 : Valier assisté de Marks
2-2 à 37’31 : Montenoise assisté de Lorcher et Marcelle
2-3 à 42’33 : Plaire assisté de Lallemand
3-3 à 55’30 : Hordelalay assisté de Bureau-Blais et Da Costa
4-3 à 61’08 : Valier assisté de Vrielynck et Sopko

Cergy-Pontoise

Attaquants :
57 Pierre-Charles Hordelalay – 18 Max Kalter (A) – 12 Kevin Da Costa (C)
90 Liam Kerins – 71 Timothée Franck – 13 Austin Vieth
81 Kevin Lorcher – 14 Danny Smith – 19 Alexandre Lubin
4 Lucas Herrera – 8 Patrik Fransson – 64 Bastien Lardière

Défenseurs :
65 Philippe Bureau-Blais – 15 Derek Perl
55 Jeff Corbett – 46 Toni Kluuskeri (A)
86 Antonin Marcelle – 27 Arthur Montenoise

Gardien :
31 Lino Chimienti

Remplaçant : Pierre Pawelek (G).

Neuilly-sur-Marne

Attaquants :
92 Joe Dubé (C) – 10 Maxence Auvitu – 9 Philip John Bushbacher
3 Valere Vrielynck – 71 Brody Silk – 88 Samir Saliji
46 Leyland Plaire – 11 Benoît Valier – 91 Clément Lallemand
14 Maxime Dordet

Défenseurs :
57 Guillaume McSween – 8 Cam Marks
12 Thomas Giorgi – 24 Jan Safar
13 Jules Breton – 44 Radek Mika (A)

Gardien :
Ramon Sopko

Remplaçants : Rodolphe Brunetti (G), Romain Neil. Absents : Jérémie Janneteau (« bas du corps »), Martin Ropert (« bas du corps »).

Les commentaires sont fermés.

felis facilisis ultricies odio ante. dapibus libero suscipit