Et le Français demi-finaliste de CHL sera…

272

Après le match nul à Hradec Králové mardi dernier, le quart de finale retour de CHL entre Zoug et le HK Mountfield s’annonce indécis. Les Suisses ont bénéficié ce week-end d’un retour au jeu majeur, celui de leur gardien Leonardo Genoni. Le choix de l’expérience s’est fait sans même débat : le jeune numéro 2 aux excellentes performances Luca Hollenstein est malade. L’infirmerie est si pleine que les lignes zougoises ne sont même pas complètes alors que Cyril Oehen joue son premier match en équipe première.

Les Tchèques, quant à eux, ont changé de coach… visuellement. Ils ont en fait deux « co-entraîneurs » depuis six semaines, et le mode de cohabitation implique une alternance : à l’aller c’est le « coach historique » Tomáš Martinec qui dirigeait le banc, ce soir c’est le « nouveau venu », l’ex-sélectionneur national Vladimír Růžička, qui parle aux joueurs. Hradec Králové a aussi changé toutes ses lignes offensives, où l’on ne retrouve plus l’international français Jordann Perret, annoncé blessé ce soir après avoir joué ce week-end.

En première période, Zoug a l’avantage en patinage. La vivacité de Lino Martschini et la qualité de passe de Jan Kovář ne cessent de créer du danger. Plus actifs, les Suisses ont un temps d’avance et poussent logiquement les Tchèques à la faute : Vincour accroche Martschini et Rosandić accroche Simion. Hradec Králové résiste face au troisième meilleur jeu de puissance de la CHL. Dominik Schlumpf réussit un bon centre du coin pour Yannick Zehnder face au but, mais l’attaquant rate de peu la cage.

Leonardo Genoni n’a eu que trois arrêts à faire en vingt minutes, dont un seul vraiment notable, à mi-tiers sur un lancer du cercle gauche de Radovan Pavlík. Et pourtant, les Tchèques marquent dès la reprise : sur un lancer de Zdeněk Čáp de la ligne bleue, le champion du monde 2010 Petr Koukal est seul dans le dos de Santeri Alatalo pour récupérer le rebond et marquer du revers (0-1). Hormis par une percée de Hofmann qui tire au-dessus, on ne sent pas énormément de révolte dans les rangs de l’EVZ, très calme pendant le premier temps mort publicitaire du deuxième tiers. Alatalo perd le palet derrière sa cage face à Matěj Chalupa et le tir en angle de Radek Smoleňák est alors dévié par la crosse posée au sol de Thomas Thiry… dans le haut du filet (0-2). Un but malchanceux pour le défenseur international français. On passe très près du 0-3 dans la foulée quand Genoni repousse de justesse de la botte droite un tir à mi-distance de Radim Šalda.

Le match a définitivement changé de tournure. Les Tchèques se sentent pousser des ailes. Ce sont maintenant eux qui sont actifs en zone offensive et qui récoltent donc une pénalité adverse, sur une charge de Lindberg contre la bande. Une supériorité numérique aussitôt transformée : le lancer puissant du défenseur Filip Pavlík se loge en lucarne grâce à un bon écran de Smoleňák (0-3). Les Zougois sont absents et Lukáš Cingel peut même repiquer de derrière la cage sans opposition pour se présenter seul devant Genoni. « Mettre de l’énergie, être actif », telles sont les consignes de l’entraîneur norvégien Dan Tangnes envers ses joueurs pendant le second « powerbreak ». Mais n’est-il pas trop tard ? Les Suisses brûlent trois chances dans la dernière minute de la deuxième période : Dominik Schlumpf manque son tir sur un tour de cage et Carl Klingberg tire dans la poitrine de Marek Mazenec, qui s’interpose joliment une dernière fois sur une reprise au second poteau de Martschini.

Au troisième tiers, David McIntyre part à l’assaut de l’enclave, où Filip Pavlík le fait trébucher. Sur la supériorité numérique, Raphael Diaz est contré à la ligne bleue mais le virevoltant Lino Martschini récupère le palet et va dribbler toute la défense, sans arriver à faire passer le palet entre les bottes de Mazenec. La mêlée qui se forme alors devant la cage se termine par une bagarre entre Albrecht et Klima, tous deux expulsés. Rákos part en prison à son tour pour un cinglage au poignet, mais Mazenec voit bien partir les tirs de Kovář et Martschini pendant la pénalité. Dans les dix dernières minutes, les Suisses prennent tous les risques et Genoni évite le pire sur deux breakaways de Radovan Pavlík et de Radek Smoleňák. Tangnes sort son gardien à six minutes de la fin (!) mais la longue possession à 6 contre 5 s’achève sans but. Matěj Chalupa, décalé par Smoleňák, finit par marquer dans les filets déserts.

Le seul Français qui atteindra les demi-finales de CHL est donc celui qui se sera qualifié par procuration, Jordann Perret. La soirée aura été noire pour les clubs suisses puisque Bienne est tombé à son tour après avoir frôlé l’exploit (deux buts d’avance à trois minutes de la fin) contre l’indétrônable Frölunda. Grâce à Hradec Králové, les Tchèques ont (au moins) un club dans le dernier carré pour la quatrième année consécutive. Mazanec peut faire le show en plongeant sur la glace : l’équipe tchèque ressort des vestiaires et reste à célébrer ce succès face à ses supporters, alors que tous les spectateurs suisses ont quitté la patinoire depuis longtemps.

Commentaires d’après-match

Dan Tangnes (entraîneur de Zoug) : « Ils ont marqué sur leurs deux premières occasions. Cela a créé du stress dans notre équipe et changé cours du match. Nous n’avons pas su marquer pendant soixante minutes. C’est une expérience dont il faudra se servir, jouer ces matches de play-offs en milieu de saison. C’était notre premier quart de finale en Ligue des Champions. Nous aurions pu gagner, nous voulions plus et nous avons un groupe qui est capable de mieux. »

Zoug – Hradec Králové 0-4 (0-0, 0-3, 0-1)
Mardi 10 décembre 2019 à 19h45 à la Bossard Arena. 4450 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Björk et Mikael Nord (SUE) assistés de Roman Kaderli et Dominik Schlegel (SUI).
Pénalités : Zoug 27′ (0′, 2′, 5’+20′) ; Hradec Králové 33′ (4′, 0′, 4’+5’+20′).
Tirs : Zoug 28 (9, 8, 11) ; Hradec Králové 22 (3, 15, 4).

Évolution du score :
0-1 à 22’16 : Koukal assisté de Čáp
0-2 à 27’33 : Vincour assisté de Chalupa
0-3 à 29’57 : F. Pavlík assisté de Zámorský (sup. num.)
0-4 à 58’33 : Chalupa assisté de Smoleňák (cage vide)

EV Zoug

Attaquants :
Yannick Zehnder – Oscar Lindberg (2′) – Carl Klingberg
Gregory Hofmann (-2) – Jan Kovář (-3) – Lino Martschini (A, -3)
Cyril Oehen – David McIntyre – Dario Simion (-1)
Yannick-Lennart Albrecht (-1, 5’+20′) – Livio Langenegger (-1)

Défenseurs :
Johann Morant – Raphael Diaz (C)
Santeri Alatalo (A, -3) – Thomas Thiry (-2)
Jesse Zgraggen – Dominik Schlumpf
Miro Zryd

Gardien :
Leonardo Genoni

Remplaçant : Gianluca Zaetta (G). Absents : Luca Hollenstein (G, malade), Livio Stadler (fracture du crâne), Fabian Schnyder (opération de la hanche, saison terminée), Erik Thorell (bras cassé), Sven Senteler (épaule convalescente), Jérome Bachofner (main), Dario Meyer (fin de prêt, retourné à Davos), Tobias Geisser (à peine rentré d’AHL, débutera ce week-end), Sven Leuenberger (?).

Hradec Králové

Attaquants :
Rudolf Červený (A) – Kevin Klíma (5’+20′) – Tomáš Vincour (2′)
Matěj Chalupa (+2) – Lukáš Cingel (+1) – Radek Smoleňák (C, +2)
Radovan Pavlík (A, +1) – Petr Koukal (+1) – Aleš Jergl (+1)
Patrik Miškář (+1) – Adam Kubík – Daniel Rákos (+1, 2′)
Radek Pilař (+1)

Défenseurs :
Tomáš Linhart (+1) – Petr Zámorský (+1)
Radim Šalda – Filip Pavlík (+1, 2′)
Mislav Rosandić (2′) – Richard Nedomlel
Zdeněk Čáp (+1)

Gardien :
Marek Mazanec

Remplaçant : Štěpán Lukeš (G). Absents : Michael Gaspar, Oskars Cibulskis et Jordann Perret (blessés).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

leo sed mattis Donec libero. vulputate, odio nec