La Suisse se promène

139

Une équipe nationale qui se produit à domicile essaie toujours de se produire dans la meilleure configuration possible. La Suisse ne fait pas exception, avec un petit aménagement. Le sélectionneur Patrick Fischer avait en effet prévu de ne pas prendre de joueurs des trois représentants en CHL, tous éliminés mardi soir, Bienne, Lausanne et surtout le Zoug des titulaires Diaz, Hofmann et Martschini. Il aurait été un peu excessif de les refaire jouer jeudi et vendredi dans ce tournoi assez raccourci (un match puis la finale). Au vu de la composition qui ne se prêtait plus aux tests, c’est un signe fort que Fischer ait choisi deux défenseurs inexpérimentés, Dominik Egli (Rapperswil), reconduit après ses débuts le mois dernier, et la surprise Dario Trutmann des ZSC Lions, dont c’est la toute première sélections.

Face à la Norvège, la Nati se livre à une véritable démonstration devant le public de Viège. Elle donne d’abord une leçon d’efficacité dans les unités spéciales : elle tue une pénalité de Fora après seulement 30 secondes, puis elle marque ensuite sur son premier avantage numérique. Simon Moser, le capitaine de Berne, dévie le lancer de la ligne bleue de son coéquipier Ramon Untersander.

MOSER Simon-130518-306La Suisse s’installe dès le début de la deuxième période et Noah Rod double la mise à mi-distance. Le Suédois naturalisé Tobias Lindström prend ensuite deux pénalités, pour un coup de crosse et une obstruction. Sur la seconde, Moser remet ça en déviant cette fois une passe d’Enzo Corvi. Dans la minute qui suit, Philippe Furrer marque à son tour, en one-timer sur une passe d’Untersander. Un petit évènement : Furrer, qui n’avait plus rejoué en sélection depuis les Jeux olympiques et qui n’a repris le jeu que la semaine dernière après une blessure à la cheville, avait marqué son dernier but en équipe nationale il y a onze ans et demi, le 11 mai 2008 contre le Danemark. Enfin, si on ne parle que des buts dans les filets adverses… Entre-temps, il avait marqué deux fois contre son camp, dont un but qui l’a rendu célèbre à ses dépens en quart de finale de ces mêmes Mondiaux 2008. C’est donc une véritable réhabilitation pour Philippe Furrer, qui fête dignement sa 100e sélection ce soir.

Le gardien Lars Volden s’est déplacé de manière trop pesante sur le but de Furrer. Mais le reste du temps, il fait ce qu’il peut, pas aidé par une défense trop lente. Ses poteaux le sauvent deux fois au cours du troisième tiers-temps sur des lancers d’Untersander et d’Andrighetto, mais dans l’intervalle Sven Andrighetto a marqué lui aussi, à mi-distance, sur une passe en retrait parfaite du revers de Corvi. Volden n’a rien vu partir à cause d’un écran de… Moser, encore décisif par sa présence dans le slot.

L’impact physique de la Norvège n’a pas suffi à masquer qu’elle n’était pas du tout au niveau de son adversaire. Elle a certes été diminuée par quelques forfaits (Tommy Kristiansen, Thomas Olsen, Mats Rosseli Olsen), et par l’absence des frères Olimb puisque la DEL ne fait pas de pause en décembre, mais elle est quand même très loin du compte. Alors qu’elle est dans la poule de la Suisse aux prochains championnats du monde de Zurich et Lausanne, ce match n’inquiète pas le pays organisateur à cette heure.

Robert Mayer s’est ainsi octroyé un blanchissage assez facile puisqu’il a eu seulement onze arrêts à effectuer. C’est la première fois qu’il garde ses cages inviolées en équipe nationale, pour sa 16e sélection. Mayer, qui vient de signer un contrat de 4 ans à Davos à partir de la saison prochaine, a bénéficié du forfait de Berra, rentré chez lui pour des problèmes musculaires, pour être le numéro 1 dans la cage helvétique.

Commentaires d’après-match

Simon Moser (attaquant de la Suisse) : « C’est aussi dans cette position que j’inscris le plus de buts en club. Je cherche cette position devant la cage, je fais écran devant le gardien et j’essaie de dévier les palets. »

 

Suisse – Norvège 5-0 (1-0 3-0 1-0)
Jeudi 12 décembre 2019 à 19h45 à la Lonza Arena de Viège. 2740 spectateurs.
Arbtirage de Daniel Stricker (SUI) et Anssi Salonen (FIN) assistés de Marc-Henri Progin et Dominik Schlegel (SUI).
Pénalités : Suisse 8′ (4′, 4′, 0′) ; Norvège 8′ (2′, 4′, 2′).
Tirs : Suisse 25 (8, 11, 6) ; Norvège 11 (6, 2, 3).

Évolution du score :
1-0 à 07’19 : Moser assisté d’Untersander et Corvi (sup. num.)
2-0 à 20’16 : Rod assisté de Fora et Ambühl
3-0 à 29’11 : Moser assisté de Corvi et Suter (sup. num.)
4-0 à 30’00 : Furrer assisté d’Untersander
5-0 à 45’07 : Andrighetto assisté de Corvi

Suisse (4′ pour surnombre)

Attaquants :
Simon Moser (C, +1) – Enzo Corvi (+1) – Sven Andrighetto (+1)
Denis Hollenstein – Pius Suter – Vincent Praplan
Tristan Scherwey – Tanner Richard – Thomas Ruefenacht
Alessio Bertaggia (+2) – Andres Ambühl (+2) – Noah Rod (+2)

Défenseurs :
Philippe Furrer (+2) – Roman Untersander (+1)
Christian Marti (+1) – Roger Karrer (+1)
Romain Loeffel – Dario Trutmann (2′)
Michael Fora (2′) – Dominik Egli (+1)

Gardien :
Robert Mayer

Remplaçant : Melvin Nyffeler (G).

Norvège

Attaquants :
Alexander Reichenberg – Tobias Lindström (4′) – Jørgen Karterud
Eirik Salsten – Mathias Trettenes – Thomas Valkvæ Olsen
Ludvig Hoff – Kristian Forsberg (-2) – Viktor Granholm (-2)
Samuel Solem (-3) – Magnus Brekke Henriksen (-1) – Gutsav Willman Borvik (-1)

Défenseurs :
Christian Kåsastul (-1, 2′) – Jonas Holøs (C, -1)
Christian Bull (-2) – Max Krogdahl
Mattias Nørstebø – Kristian Østby
Håkon Løken Pedersen (2′)

Gardien :
Lars Volden

Remplaçants : Jonas Arntzen (G), Henrik Knold, Martin Rønnild. En réserve : Henrik Holm (G), Erlend Lesund.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

facilisis nunc Aenean vulputate, felis at id, elementum leo