Félix Plouffe (Briançon) – « Un groupe de joueurs dédiés »

856

Sortant d’une saison extrêmement difficile, l’attaquant québécois Félix Plouffe a tout de même su convaincre l’organisation briançonnaise. Seul étranger conservé dans l’effectif, le capitaine ne cache pas l’ambition des Diables Rouges de connaître une saison plus compétitive.

Entretien avec Fabrice Dufour, illustration : Malyss Photographie – Diables Rouges de Briançon.

En quelques mots, peux-tu nous raconter ton parcours ?

Tout d’abord, je suis du Québec au Canada, j’habite à environ 3 heures au nord de Montréal. J’ai commencé à jouer au hockey organisé dès l’âge de 4 ans. Ayant gravi les échelons dans les différentes catégories du hockey mineur québécois, je me suis exilé aux États-Unis à l’âge de 17 ans afin de poursuivre mes études dans un milieu anglophone pour y apprendre l’anglais tout en évoluant au hockey pour le Prep School Gilmour Academy dans l’État de l’Ohio. Je suis revenu au Québec l’année suivante afin d’évoluer deux saisons dans la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec (LHJMQ). À 20 ans, j’ai débuté mes cinq années d’études à l’Université en vue de l’obtention d’un baccalauréat en enseignement en éducation physique et ce, tout en me joignant à l’équipe de hockey des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières. C’est lors d’un séjour en France, afin d’y disputer avec mon équipe universitaire La Coupe Napoléon, que l’équipe des Gothiques d’Amiens m’a recruté pour ma première saison dans la Ligue Magnus en France, soit pour la saison ‪2018-2019. C’est d’ailleurs lors de cette saison que nous avons remporté la Coupe de France à Bercy, une expérience incroyable ! L’année suivante, je me suis joint aux Diables Rouges de Briançon et présentement j’entame ma deuxième saison avec eux.


Tu entames ta 3e saison en France, comment te sens-tu en France et en Ligue Magnus ? Comment juges-tu le championnat ?

J’adore la France! Dès les premiers jours je m’y suis senti comme chez-moi. Les gens sont vraiment gentils et on y mange bien. J’aime vos expressions, votre architecture et votre climat, c’est beaucoup plus chaud ici en hiver qu’au Québec. Je peux profiter de tout ça et en plus, j’ai la chance de faire ce que j’aime le plus dans la vie… jouer au hockey ! J’aime bien le niveau de jeu de la Ligue Magnus, il y a tellement de bons joueurs et ce, dans toutes les équipes. Ce qu’il y a de bien également, c’est de pouvoir faire partie d’un groupe de joueurs venant de différents pays, que ce soit des Français, Russes, Finlandais, Américains, Slovaques etc. Nous sommes tous là pour la même chose, jouer au hockey et pour le même objectif : la victoire !

Pour juger le championnat, je crois que la ligue Magnus progresse d’année en année. Le fait d’avoir des patinoires plus grandes qu’en Amérique du Nord accentue la vitesse du jeu.

Ensuite c’est vrai qu’il y a une certaine différence entre la richesse des équipes. Il y a les équipes à gros budgets et les autres, mais dans un cas comme dans l’autre, l’objectif encore une fois pour toutes les équipes demeure le même, la victoire. Aussi, le fait d’avoir des équipes à gros budgets permet un calibre de jeu supérieur d’une année à l’autre, ce qui aide grandement la ligue Magnus. C’est bon pour tout le monde : les investisseurs, les partisans, les joueurs ainsi que pour les jeunes joueurs français qui rêvent d’y accéder un jour.

Il n’est pas question pour Briançon de retourner en D1.


Parlons désormais de Briançon, le retour des Diables Rouges en Ligue Magnus a été catastrophique la saison dernière. Comment l’as-tu vécu sur et en dehors de la glace ?

En effet, ce fut une saison très difficile tant sur le plan physique que psychologique. Comme il s’agissait d’un retour en Magnus pour Briançon et ce, depuis quelques années en D1, il y avait beaucoup d’ajustements à apporter et ce à tous les niveaux d’une équipe de hockey.

En dehors de la patinoire j’aime beaucoup la ville de Briançon avec ses montagnes magnifiques et son soleil toujours présent. Le hockey y tient une place importante et les partisans, bénévoles et commanditaires souhaitent vivement que leur équipe connaisse du succès. Briançon est une petite ville tout comme l’endroit où j’habite au Québec. Les gens sont vraiment accueillants et très sympathiques. C’est un bel endroit pour y jouer au hockey. Malgré nos nombreuses défaites nous sentions quand même les gens derrière nous. Tous comprenaient qu’un retour en Magnus demande une adaptation à plusieurs niveaux.


L’équipe a été clairement renforcée, comment vois-tu la saison à venir et quels sont les objectifs ?

En effet, Éric Medeiros et Daniel Sedlak ont travaillé fort au cours de l’été pour aller chercher des joueurs de haut niveau, d’expérience mais aussi de bonnes personnes à l’extérieur de la patinoire. Bien que nous ne considérons pas avoir de « superstars » nous avons un groupe de joueurs travailleurs et dédiés.

Pour cette deuxième année, l’objectif premier est certes de remporter le plus de victoires afin de faire partie du groupe des huit pour attaquer les séries. Il n’est pas question pour Briançon de retourner en D1. Ce sera également une saison difficile à cause de la pandémie, mais ce ne sera pas une excuse, car toutes les équipes devront vivre avec des changements d’horaires difficiles et des effectifs souvent réduits. Nous souhaitons offrir un bon spectacle à chacune de nos rencontres à nos supporteurs.


Avec deux matches perdus contre 2 équipes concurrentes pour le maintien (Nice 2-4 et Anglet 3-4 après prolongation) comment analyses-tu ce début de saison (contrarié par le Covid-19) ?

Bien que nous n’ayons pas obtenu les résultats espérés, je considère que nous avons tout de même offert deux bonnes performances. Mentionnons également que des joueurs étaient absents en raison du Covid, d’autres à cause de blessures ou tout simplement non arrivés en France faute de visa. Cette saison, je suis confiant que nous nous battrons pour remporter chacun des matchs en ayant l’effectif pour le faire. Nous avons une équipe formée de joueurs travailleurs qui connaissent leurs rôles et qui n’abandonneront pas. De plus, nous sommes confiants que notre gardien nous donnera l’occasion de remporter plusieurs victoires.


À titre individuel, depuis son arrivée il y a un an, Éric Medeiros a fait de toi un homme fort du vestiaire et de l’équipe, avec notamment le capitanat. Comment le vis-tu ? Tu es d’ailleurs le seul étranger rescapé de la saison passée.

Effectivement, je suis le seul étranger de retour cette saison. C’était important pour moi la saison dernière de ne pas lâcher et d’aller jusqu’au bout. Je voyais également nos partisans et nos nombreux bénévoles qui ne lâchaient pas et qui continuaient à assister à nos matchs afin de nous encourager. Il n’y a pas que les joueurs qui ont souffert, eux aussi !

Je sens effectivement toute la confiance d’Éric à mon endroit et c’est réciproque. Le fait d’être capitaine m’honore beaucoup. C’est un titre et une fonction importante pour moi. Être capitaine d’un groupe de gars venant de différents pays est également un beau défi, mais vous savez, il y a plusieurs leaders dans notre équipe cette saison, des gars qui ont joué dans du très haut niveau et qui possèdent plus d’une dizaine d’années d’expérience dans le hockey professionnel, ce qui contribue grandement à faciliter ma tâche. Les gars connaissent leur rôle et savent s’adapter à l’allure des matchs. Nous l’avons d’ailleurs bien démontré lors du match contre Gap le 20 octobre dernier avec une égalisation à 2 secondes de la fin et la victoire en lancers.


Sur la glace tu es souvent décris comme un profil d’attaquant défensif, est-ce aussi le rôle confié par Éric Medeiros ? 

Tout à fait. J’aurai également plus de responsabilités à l’offensive cette saison. J’aime bien me porter à l’attaque, mais je me suis toujours préoccupé de ma défensive, je travaille constamment afin d’être le joueur le plus complet possible en jouant bien dans les trois zones. Cette saison, chaque joueur a un rôle bien défini. Cependant, nous devons toujours nous adapter lorsque surviennent des blessures, nos rôles peuvent être appelés à changer d’un match à l’autre.

Merci Félix pour ta disponibilité et bonne saison avec les Diables Rouges de Briançon.

Les commentaires sont fermés.

accumsan lectus mattis consequat. Curabitur Donec Aenean tristique Lorem commodo sit