La victoire du club des chômeurs

382

La Lettonie est finalement la seule formation étrangère à avoir fait le déplacement à la Deutschland Cup. Bob Hartley, resté en Russie avec son club de l’Avangard, a envoyé son adjoint Artis Ābols s’occuper de l’équipe nationale en restant en contact régulier. Les joueurs du Dinamo Riga, qui sortent à peine d’un isolement « Covid-19 », ont été écartés d’office. Eux peuvent jouer ensemble toute la saison et ne constituent pas le problème majeur. L’enjeu numéro 1 était de réunir huit joueurs qui n’ont toujours pas trouvé de club dans un marché peu favorable, et qui n’ont donc pas joué au hockey depuis sept mois ! On recense parmi eux des figures importantes de l’équipe nationale comme Artūrs Kulda, Mārtiņš Karsums, Andris Džeriņš ou Rihards Bukarts.

Quelques très rares expatriés ont été ajoutés : Gunārs Skvorcovs (Kunlun, KHL), Oskars Batņa (Anglet, Ligue Magnus) et Kristofers Bindulis qui était déjà « sur place » pour cette Deutschland Cup à Krefeld puisqu’il est sous contrat avec le club local. Les autres joueurs viennent du championnat letton. Il y a parmi eux quelques vétérans de la sélection comme Krišjānis Rēdlihs et Oskars Bārtulis, et beaucoup de jeunes. Les débuts en équipe nationale de Raivis Ansons (drafté en NHL le mois dernier) avaient aussi été envisagés, mais il a fallu annuler parce qu’il est cas contact.

La Lettonie n’a amené que des gardiens juniors, ce qui témoigne de sa nouvelle profondeur à ce poste. Rūdolfs Lazdiņš a fait belle impression la veille, Artūrs Šilovs le remplace pour cette finale et connaît un début de match un peu hésitant. Tim Wohlgemuth, resté en réserve au match précédent et aligné ce soir à la place de Reichel, envoie le palet vers la cage et Andreas Eder le dévie pour l’ouverture du score. Šilovs se reprend très vite en se déplaçant très vite bien sur un service de Plachta pour Noebels à 2 contre 1. La Lettonie parvient à retourner le score avant la pause. Gatis Sprukts égalise du cercle droit en avantage numérique, côté mitaine, puis Frenks Razgals marque dans le slot sur une passe de Krastenberg à peine onze secondes plus tard.

Au deuxième tiers-temps, Batņa commet un cinglage et rejoint Kulda en prison. L’Allemagne peut jouer 49 secondes à 5 contre 3 mais ne concrétise pas. Mais lorsque l’occasion se reproduit en troisième période, avec des pénalités de Kulda puis de Krastenbergs, la reprise directe de Marc Michaelis égalise sur une passe diagonale de Leon Gawanke. La domination locale se poursuit mais est interrompue par deux pénalités.

On joue alors 5 minutes de prolongation à 3 contre 3. À une minute de la fin, c’est Frenks Razgals qui complète un doublé personnel en inscrivant le but décisif. La Lettonie remporte la Deutschland Cup pour la première fois de son histoire, dans des circonstances très particulières : les joueurs portaient un traceur sur leur maillot – et au poignet quand ils étaient hors glace – pour enregistrer tous les contacts. La DEB a presque plus communiqué sur les 500 tests réalisés – dont les 200 tests PCR négatifs le dernier jour – que sur les statistiques du tournoi. Ce tournoi joué dans une bulle, sans contact extérieur autorisé, avait en effet une vocation essentiellement : montrer à tous, et en particulier au public allemand, que le hockey sur glace vit encore.

Commentaires d’après-match

Moritz Müller (capitaine de l’Allemagne) : « Le bilan de la Deutschland Cup est très positif, nous sommes heureux d’avoir pu jouer. Malheureusement nous n’avons pas réussi à gagner le tournoi, mais nous nous sommes améliorés de match en match. Pour les joueurs ici, c’était très important d’avoir de la compétition de niveau international. J’ai reçu beaucoup de réactions positives : nous avons donné un signe en montrant qu’il est possible de jouer. »

Artis Ābols (entraîneur de la Lettonie) : « Bien sûr, dans de tels temps, toute victoire est significative. Nous avions une large proportion de joueurs de notre championnat, et pour la plupart c’était la première fois qu’ils jouaient à ce niveau. Il y avait de l’unité dans le vestiaire, ça s’est vu sur la glace dans ce match. Même si le tournoi n’avait pas la forme habituelle, l’Allemagne avait un effectif très fort et je suis content qu’on l’ait battue. On peut dire que l’Allemagne – aussi bien l’équipe première que les U23 – manquait de pratique de match, mais quand même. Par rapport à hier, nous avons compris que nous devions arrêter les attaques rapides de l’Allemagne. Nous avons resserré les mailles en zone neutre. On a aussi pointé en attaque que si on jouait le palet en fond de zone, il fallait immédiatement le renvoyer en arrière vers la cage. Et si le jeu se déplace en haut de la zone, le palet doit aller derrière la cage dans la zone libre. Cela nous a réussi sur le deuxième but. Le trio de l’Olimp (Jeļisejevs-Sprukts-Ezītis) a bien paru. Ils avaient certes l’avantage d’avoir beaucoup joué ensemble cette saison, mais les matches n’étaient pas de ce niveau. Karlis Čukste a fait un grand pas en avant. On a beaucoup chanté ses louanges, mais il n’a que 23 ans et n’avait pas encore joué au hockey adulte [il jouait dans une université américaine]. »

Mārtiņš Karsums (capitaine de la Lettonie) : « Le principal était d’avoir des émotions. Nous en avons eues, nous avons gagné la coupe. Bien sûr, les gardiens nous ont secouru à chaque match. La ligne d’Olimp était sur une bonne vague pendant les trois rencontres, elle a créé beaucoup d’occasions et a été la meilleure. L’hôtel était très propre. Au nom du club des chômeurs, je voudrais dire un grand merci à la fédération de hockey de Lettonie pour nous avoir pris dans l’équipe et permis de jouer ce tournoi. »

 

Allemagne – Lettonie 2-3 après prolongation (1-2, 0-0, 1-0, 0-1)
Dimanche 8 novembre 2020 à 14h30 à la Yayla Arena de Krefeld. Huis clos.
Arbitrage de Sirku Hunnius et Lukas Kohlmüller (ALL) assistés de Maxim Cepik et Christoffer Hurtik (ALL).
Pénalités : Allemagne 10′ (4′, 2′, 4′) ; Lettonie 10′ (2′, 4′, 4′).
Tirs : Allemagne 41 (10, 13, 18, 0) ; Lettonie 37 (14, 14, 7, 2).

Évolution du score :
1-0 à 09’57 : A. Eder assisté de Wohlgemuth
1-1 à 17’44 : G. Sprukts assisté d’Ezītis (sup. num.)
1-2 à 17’55 : Razgals assisté de Krastenbergs
2-2 à 46’12 : Michaelis assisté de Gawanke et Plachta (double sup. num.)
2-3 à 64’01 : Razgals assisté de K. Rēdlihs

Allemagne

Attaquants :
Lean Bergmann – Marc Michaelis (2′) – Markus Eisenschmid (2′)
Yasin Ehliz – Marcel Noebels (A, 2′) – Matthias Plachta (-1)
Frederik Tiffels (-1) – Maximilian Kastner – Parker Tuomie (2′)
Maximilian Kammerer (2′) – Andreas Eder – Tim Wohlgemuth

Défenseurs :
Yannic Seidenberg (-1) – Korbinian Holzer (A, +1)
Moritz Müller (C) – Leon Gawanke
Marco Nowak (-1) – Colin Ugbekile
Fabio Wagner

Gardien :
Mathias Niederberger

Remplaçant : Felix Brückmann (G). En réserve : Daniel Fießinger (G), Marcel Brandt (D), Lukas Reichel (A).

Lettonie

Attaquants :
Mārtiņš Karsums (C) – Andris Džeriņš (A) – Rihards Bukarts
Egils Kalns (+1) – Renārs Krastenbergs (+1, 2′) – Frenks Razgals (+2)
Nikolajs Jeļisejevs – Gatis Sprukts – Emīls Ezītis
Ralfs Jevdokimovs (-1) – Kārlis Ozoliņš (-1) – Gunārs Skvorcovs
Oskars Batņa (2′)

Défenseurs :
Oskars Bārtulis (+1) – Krisjanis Rēdlihs (+2)
Artūrs Kulda (-1, 4′) – Kārlis Čukste (-1)
Harijs Brants (2′) – Kristofers Bindulis
Arvils Bergmanis

Gardien :
Artūrs Šilovs

Remplaçant : Rudolfs Lazdiņš (G). En réserve : Kārlis Beķeris-Brīvkalns (G), Ēriks Ševčenko, Artūrs Salija (D), Raivo Freidenfelds, Vitālijs Pavlovs (A).

Les commentaires sont fermés.

tempus adipiscing pulvinar commodo ut sem,