Surprise renversante en DEL

230

Le premier tour des play-offs allemands révèle de nombreuses surprises. Dans les matchs 1 de ce quart de finale où il suffit de deux victoires pour se qualifier, les principaux leaders ont tous mordu la glace. Straubing est aller chiper la victoire (2-3 a.p) à Mannheim ; Berlin a subi une équipe accrocheuse d’Iserlohn avec Brent Aubin qui arrache la victoire (3-4) ; Munich a pris un éclat face à Ingolstadt sur-vitaminé (1-4). Bremerhaven est le seul mieux classé à s’être imposé (4-2) contre Wolfsburg.

Ingolstadt a toujours été dans l’inconstance durant la saison régulière en ne parvenant jamais à établir une série de victoires. Mais au final, le groupe a démontré une compétitivité très forte. À domicile, les panthères ont battu Munich, Berlin et Bremerhaven. Les ingrédients de ces succès reposent sur le portier américain Michael Garteig, meilleur gardien du championnat en début de saison. À cela s’ajoutent des attaquants précieux comme Jeremy Williams ou encore Andres Eder.

ausdenbirkenDu côté de Munich, la seconde place cache une saison un peu compliquée. Elle a débuté avec des problèmes de blessures récurrentes, principalement au poste de gardien avec la longue absence de Danny aus den Birken, qui est de retour pour cette fin de saison, L’expérience et le niveau des avants ont comblé les difficultés défensives avec une attaque foudroyante. Chris Bourque, l’inévitable Trevor Parkes ou encore Yasin Ehliz ont participé au succès qui a permis aux Red Bulls de finit meilleure attaque du championnat. Durant ces play-offs « raccourcis », Don Jackson doit faire sans Patrick Hager blessé et qui ne reviendra plus cette saison.

Dès le coup d’envoi, Max Kastner se projette à l’avant, déborde et envoie le premier palet sur Garteig (0’24). La partie est équilibrée et propose du beau jeu. La première véritable alerte est due à Ehliz dont le tir frappe l’extérieur du poteau (5’00). Le danger se rapproche encore, Garteig dévie du bouclier un tir de Redmond (8’10). Munich a pris le match dans le meilleur sens et impose son rythme avec un contrôle de la rondelle exclusif. À deux contre un, Kastner et Prow jouent ensemble mais la reprise au second montant part directement sur le gardien d’Ingolstadt (10’48). Les efforts sont récompensés avec un modèle d’entrée de zone. Boyle relance et s’appuie sur Trevor Parkes qui lui rend la rondelle. La reprise passe sous le gardien, au même moment qu’un amas de joueurs perturbe le slot (11’26 : 0-1).

Par la suite, Ingolstadt démontre une belle agressivité en infériorité pour tenir le choc. Du côté de l’offensive, Marshall nous gratifie d’un superbe « coast to coast » que Aus den Birken capte de la mitaine en deux fois (16’40). L’ERC en rajoute avec Aubry qui tire en pleine course (17’36). Aubry remet ça avec un tir en pivot, dans l’enclave, que Kuffner reprend du revers, malgré le marquage serré de Redmond. Il faut la vidéo pour déterminer la validité du but (19’23 :1-1).

Chaque équipe a dominé sa partie de tiers. Mais face à la puissance de Munich, Ingolstadt a démontré des qualités de vitesse pour s’approcher des buts adverses. L’égalisation récompense le travail fournit et arrive au meilleur moment.

peterkajjEn deuxième période, la bande à Don Jackson revient plus déterminée que jamais. Ehliz hérite du palet de Peterka et va défier le portier. Même avec Marshall sur le dos, Ehliz parvient à shooter, mais Garteig dévie (20’42). Les deux équipes envoient du patin et s’engagent sur un gros rythme. Ingolstadt éprouve les pires difficultés pour passer le rideau défensif munichois et subit des contres assassins qui nécessitent un repli défensif plus intense. Les surnombres se multiplient en faveur des Red Bulls, comme celui où Matt Bodie est obligé de se coucher pour bloquer la ligne de passe. C’est en ces temps difficiles qu’une fenêtre s’ouvre pour les bleus. Après une relance de derrière la cage de Garteig, Höfflin parvient à remonter le puck et effectue une passe croisée qui traverse toute la zone offensive pour la reprise victorieuse de Tim Wohlgemuth (24’57 : 2-1).

Les deux équipes ne lâchent rien et Munich revient à la marque avec John Jason Peterka qui réceptionne une belle relance de Parkes, effectue un rapide tour de cage et place la rondelle au fond (26’47 : 2-2). Munich est dopé par cette égalisation et impose un défi physique terrible à l’image de Derek Roy et Daryl Boyle qui déménagent dans les bandes. D’ailleurs Simon Schütz est victime d’une lourde charge et revient au banc difficilement. Le gardien d’Ingolstadt est soumis à un feu nourri et son équipe parvient difficilement à tenir le choc. La pénalité de Simpson aggrave encore la situation et Ehliz à sa deuxième tentative prend un rebond du gardien (31’48 : 2-3).

Le jeu gagne encore en vitesse, les locaux ne voient plus le jour hormis sur une rare échappée d’Höfflin qui se présente devant le gardien munichois sans succès (35’30). Sur une mauvaise sortie de zone, le palet est perdu et Andrew Ebbett qui hérite de la rondelle punit sévèrement l’ERC (38’00 : 2-4). Munich a repris le contrôle du match en imposant sa puissance et sa force offensive. Ingolstadt est enterré à la fin du tiers ; le choc a été rude.

Le troisième tiers débute de nouveau en infériorité pour les locaux, mais ils sont plus agressifs pour tuer la pénalité. Les deux équipes s’emploient avec une belle séquence de patinage, une défensive sérieuse, mais le contrôle de la rondelle est majoritairement en faveur de Munich qui tient son match. De nouveau, Michael Garteig subit une chaude alerte avec une attaque rapide de Gogulla et Redmond. Le portier se jette au sol crosse en avant pour et repousser le puck (47’45).

aubrylouismarcERC Ingolstadt ne s’en sort pas, est archi dominé. Pourtant, à la seule récupération viable du palet, Simpson hérite du puck et réduit la marque (49’44 : 3-4). Après la pause publicitaire, une mise au jeu en zone offensive est gagnée et Marshall obtient le palet pour un tir gagnant (50’51 : 4-4).

Ce but renverse la situation, les Panther sont survoltés et obtiennent même une pénalité en leur faveur sur une faute de Bourque. Le power-play est parfaitement huilé avec une série de passes et de contrôles totalement maîtrisée. Même si la supériorité n’a pas été convertie, les bleus continuent leur totale domination autour de la cage et trouvent la barre sur un tir (55’00). Michael Garteig se loupe et offre le palet de la victoire pour les Red Bulls. Frank Mauer hérite du palet, mais le portier rattrape son erreur en se jetant sur la glace et dévie le tir du manche de sa crosse (57’10). Ingolstadt a trouvé les ressources pour revenir dans la partie et faire subir une pression énorme en fin de match.

Le match se poursuit en mort subite. Ingolstadt reprend sa domination et DeFazio est présent, seul, pour reprendre le palet et envoyer Ingolstadt au tour suivant. C’est la folie pour tous les joueurs qui viennent de renverser la partie, alors que Munich tenait totalement son adversaire (62’00 : 5-4)

Commentaires d’après-match

Konrad Abeltshauser (défenseur de Munich) : « Pour le moment, ce n’est qu’un sentiment brutal de vide. On n’est sans réaction. En tout cas nous sommes déçus. »

Don Jackson (entraîneur de Munich) : « Nous avons eu un formidable élan, mais ils nous ont puni de toutes nos erreurs. C’est une terrible défaite difficile à mettre en mots. »

Doug Shedden (entraîneur d’Ingolstadt) : « Munich a été la meilleure équipe tout au long du match aujourd’hui. Parfois, nous avions l’impression d’essayer d’extraire de l’eau de la roche. Garteig a été sensationnel aujourd’hui et nous a gardés dans le match. Nous allons en profiter et commencer à nous préparer pour les demi-finales samedi. »

Tim Wohlgemuth (attaquant d’Ingolstadt) : « Nous nous sommes reconcentrés durant la pause avant le troisième tiers et savions que nous n’avions rien à perdre. Nous avons ensuite tout donné et je suis très fier de l’équipe que cela ait suffi pour gagner. »

Ingolstadt – Munich 5-4 après prolongation (1-1, 1-3, 2-0, 1-0)
Jeudi 22 avril 2021 à 19h30 à la Saturn Arena. Huis clos.
Arbitres : Bastian Steingross et Marian Rohatsch assisté d’Andreas Hofer et Tobias Schwenk.
Pénalités : Ingolstadt 10′ (2’, 4’, 4’, 0′) ; Munich 10′ (4’, 2’, 4’, 0′).
Tirs : Ingolstadt 29 (8, 8, 9, 4) ; Munich 32 (11, 15, 6, 0).

Évolution du score :
0-1 à 11’26 : Boyle assisté de Parkes et McWilliam
1-1 à 19’23 : Kuffner assisté de Aubry et Wagner
2-1 à 24’57 : Wohlgemuth assisté de Höfflin et Pietta
2-2 à 26’47 : Peterka assisté de Parkes et Schütz
2-3 à 31’48 : Ehliz assisté de Bourque et Parkes (sup. num.)
2-4 à 38’00 : Ebbett assisté de McWilliam et Maione
3-4 à 49’44 : Simpson
4-4 à 50’51 : Aubry assisté de Marshall et Kuffner (sup. num.)
5-4 à 62’00 : DeFazio assisté de Höfflin et Pietta

Ingolstadt

Attaquants :
Ryan Kuffner – Louis-Marc Aubry (+1) – Wayne Simpson (+1, 2’)
Brandon Defazio (+1) – Justin Feser (-1) – Frederik Storm
Tim Wohlgemuth (+1) – Daniel Pietta (+2, 4’) – David Elsner (-1)
Hans Detsch (-1) – Samuel Soramies (-1) – Wojciech Stachowiak (-1)
Mirko Höfflin (+2)

Défenseurs :
Matthew Bodie (2’) – Morgan Ellis (+2)
Fabio Wagner – Benjamin Marshall (-1)
Emil Quass – Simon Schütz (+1)

Gardien :
Michael Garteig

Remplaçant : Nicolas Daws (G). Absents : Colton Jobke, Petrus Palmu et Enrico Henriquez-Morales (choix du coach).

Munich

Attaquants :
Yasin Ehliz (-1) – Maximilian Kastner (-1, 2’) – John Jason Peterka (-1)
Chris Bourque (2’) – Justin Schütz – Trevor Parkes
Philip Gogulla (-2, 2’) – Derek Roy (-1) – Frank Mauer
Matthew Maione (+1) – Andrew Ebbett (+1) – Maximilian Daubner (+1)

Défenseurs :
Keith Aulie (2’) – Daryl Boyle (+1)
Yannic Seidenberg (-2, 2’) – Ethan Prow
Konrad Abeltshauser – Zach Redmond (-2)
Andrew McWilliam (+1, 2’)

Gardien :
Danny aus den Birken

Remplaçant : Kevin Reich (G). Absents : Patrick Hager (opération de la cheville gauche), Nicolas Appendino (opération de la jambe), Jakob Mayenschein (déchirure musculaire à la cuisse gauche), Luca Zitterbart (bras), Mark Voakes (« haut du corps »).

Les commentaires sont fermés.