France – Autriche (Beat Covid-19 tournament)

photo Drago Cvetanovic (HZS)
405

Pour cet ultime match de la saison bleue, Charles Bertrand reprend sa place entre Anthony Rech et Tim Bozon. L’absence de Peter Valier – apparemment blessé – oblige à faire jouer les autres centres, et un troisième centre – Jordann Bougro – est donc testé entre Sacha Treille et Guillaume Leclerc.

Si ce tournoi avait été un championnat du monde comme initialement prévu, les deux premiers seraient montés dans l’élite mondiale. Comme ce dernier match France-Autriche est décisif pour finir deuxième derrière la Slovénie, on peut considérer que le vainqueur aurait tenu ses rangs. Les deux équipes ont les mêmes résultats mais l’entraîneur autrichien Roger Bader a déclaré hier que les Français étaient favoris. Pourtant, son équipe est bien plus en confiance offensivement. Elle a mis 14 buts en 2 rencontres face à l’Ukraine et à la Roumanie, avec la réussite qui fait défaut aux Bleus.

Si ce tournoi avait été un championnat du monde, peut-être que le coup d’envoi n’aurait pas été décalé de dix minutes par l’absence du staff médical… Le capitaine français Damien Fleury ne cherche pas d’excuses pour autant et démarre fort. Dangereux placé dans l’enclave, il subit un cinglage de Lukas Haudum dès la première minute de jeu. Mais ce jeu de puissance tôt dans la partie n’est pas efficace. Pire, lorsque Haudum – qui fête ses 24 ans aujourd’hui – sort de prison, il marque un but soudain, derrière le défenseur Pierre Crinon, au-dessus de la mitaine de Henri-Corentin Buysse (0-1).

L’équipe de France subit les minutes qui suivent alors que les Autrichiens pressent bien en travaillant fort dans les bandes. Antoninen Manavian perd sa crosse et Floran Douay finit par lui prêter la sienne. Cet incident a désorganisé la défense française et Lukas Kainz en profite pour servir de derrière la cage Mario Huber qui reprend seul dans l’enclave (0-2). La France doit vite réagir pour ne pas avoir le temps de douter, et Sacha Treille s’en charge dès la remise en jeu. Il soulève la crosse du défenseur David Maier pour venir feinter devant la cage et marquer au-dessus de la botte droite de Bernhard Stakrbaum (1-2).

Les Bleus sont trop souvent battus dans les duels. Thomas Thiry rate une sortie de zone contre la bande que David Maier intercepte. Il sert alors Martin Ulmer près de la cage pour un tir parfait à mi-hauteur au poteau opposé (1-3). Peter Schneider accroche Charles Bertrand et la France a un second avantage numérique. Une opportunité non exploitée malgré une action très rapidement exécutée dans laquelle Bertrand dévie entre les cercles un centre d’Anthony Rech. Le gardien Bernhard Starkbaum repousse le tir.

2021 05 21 france autriche4
photo Drago Cvetanovic (HZS)

L’équipe de France commence bien le deuxième tiers-temps. Lancé en contre par Rech, Tim Bozon envoie un slap qui frappe la barre transversale. Mais Louis Boudon est pénalisé de 2’+2′ pour une crosse haute qui a blessé Ganahl au visage derrière la cage tricolore. C’est la première infériorité numérique du jour pour les hommes de Philippe Bozon, mais Eliot Berthon fait un gros travail de conquête du palet dans la zone autrichienne et envoie en prison Bernd Wolf qui lui retient la crosse. La séquence restante à 4 contre 5 est bien gérée et Tim Bozon fait le tour de la cage. Pendant la pénalité suivante contre Perret, Berthon récupère encore la rondelle avec l’aide de Douay et provoque une nouvelle faute adverse en étant fait trébucher par Kainz. La France a donc cette fois aussi une courte séquence à 5 contre 4. Après un gros travail de récupération de Sacha Treille derrière la cage, Anthony Rech donne en retrait à Jordann Bougro, mais celui-ci ne conclut pas en position idéale face au but. À 5 contre 5 aussi, cette deuxième période a été bien meilleure que la première période pour les Bleus qui ont pris le dessus physiquement pour devenir les premiers sur le palet. Mais elle n’a rien changé au score. On passe tout près du 1-4 à sept secondes de la sirène quand un lancer de David Maier heurte la transversale.

Le troisième tiers-temps débute par une (légère) obstruction de Fleury sur Huber pendant une contre-attaque autrichienne, mais les spécialistes français de l’infériorité font toujours du bon travail de pressing, cette fois avec le duo Farnier-K.Bozon. L’équipe de France pousse toujours pour essayer de revenir, mais Starkbaum ferme bien les bottes sur un tir du cercle droit de Tim Bozon. Le défenseur Hugo Gallet évite le pire en se couchant pour intercepter de la crosse la passe quasi-décisive de Schneider parti à 2 contre 1.

À sept minutes et demie de la fin, Benjamin Nissner retient la crosse de Boudon dans le coin. Sacha Treille joue parfaitement son rôle d’écran devant le gardien en avantage numérique, il récupère le palet envoyé à la cage par Gallet et pivote pour le mettre au fond (2-3). Les Bleus se créent une dernière grosse occasion à 6 contre 5 dans les dix dernières secondes : Tim Bozon envoie au fond, Anthony Rech est le plus rapide pour chercher le palet dans le coin et le donne en retrait dans le slot à Charles Bertrand qui reprend… hors cadre. Même si les deux équipes ont mieux joué au fil du tournoi, c’est l’Autriche qui repart avec la satisfaction de la victoire.

2021 05 21 france autriche2
photo Drago Cvetanovic (HZS)

Philippe Bozon a le choix pour les joueurs d’énergie et de devoir destinés à la quatrième ligne (Douay et Berthon semblant des titulaires probables pour la qualification olympique), mais l’éventail de joueurs dangereux offensivement à un niveau international est moins large. Guillaume Leclerc est trop bousculé dans les duels pour avoir le moindre impact. Les vétérans Sacha Treille et Damien Fleury – après un premier match très délicat pour retrouver le rythme – auront été les plus tranchants, avec Tim Bozon. Même si Anthony Rech a faiblement contribué sur le plan statistique (0+1), on sent qu’il est habitué à un rythme de jeu plus élevé, tant il semble jouer et penser plus vite que ses coéquipiers. Nombre de ses passes ont créé le danger et auraient mérité un meilleur sort. S’il fallait désigner la plus grande satisfaction française du tournoi, ce serait Hugo Gallet, très beau à voir patiner, qui a tout pour être le meneur défensif de la prochaine décennie.

Si elle veut réussir à se qualifier pour les Jeux olympiques, l’équipe de France aura grand besoin du renfort de ses joueurs-cadres en août à Riga, et on inclut dans ce lot Valentin Claireaux en plus des vedettes de NHL et KHL. Il s’agira en particulier de renforcer le poste de centre, occupé dans ce tournoi par un joueur qui a fait toute sa carrière à l’aile (Charles Bertrand) et deux débutants qui restent à aguerrir (Boudon et Bougro). Cette équipe au complet n’aura en tout cas que deux matches pour se mettre au haut niveau avant le TQO, ce sera les 20 et 21 août à Minsk contre le Bélarus et le Danemark.

Désignés joueurs du match : Sacha Treille pour la France et Bernhard Starkbaum pour l’Autriche.

Commentaires d’après-match

Damien Fleury (capitaine de la France) : « On est triste mais on peut être fier de ce qu’on a fait dans les vingt dernières minutes, on a montré du caractère et c’est bon pour le futur. C’est dur de devoir faire le jeu. On a l’habitude de patiner beaucoup sans palet, et dans ce tournoi on a joué beaucoup avec le palet. »

Manuel Ganahl (attaquant de l’Autriche) : « Vraiment heureux de notre jeu, c’est exactement la façon dont on veut jouer. On a eu du mal à entrer dans le tournoi, mais aujourd’hui tout le monde a fait le travail enselble, a bataillé dur. Nous avons mis des buts, nous avons bien défendu, nous sommes contents d’avoir fini le tournoi. Nous avons tellement de jeunes dans l’équipe, c’est bien pour eux d’avoir eu cette expérience. Nous avons progressé de match en match. Vraiment heureux. »

Roger Bader (entraîneur de l’Autriche) : « C’était sûrement le meilleur match des deux équipes dans ce tournoi. C’était un combat dur jusqu’à la fin. Cette jeune équipe a très bien joué cette semaine et a appris contre la France à ramener une victoire à la maison. Nous pouvons être satisfaits du résultat. »

2021 05 21 france autriche3
photo Drago Cvetanovic (HZS)

France – Autriche 2-3 (1-3, 0-0, 1-0)
Vendredi 21 mai 2021 à 13h00 à la Dvorana Tivoli de Ljubljana. Huis clos.
Arbitres : Milan Zrnic et Miha Bulovec (SLO) assistés de Gregor Miklic (SLO) et David Nothegger (AUT).
Pénalités : France 22′ (2′, 8′, 2’+10′) ; Autriche 14′ (6′, 6′, 2′).
Tirs : France 23 (8, 8, 7) ; Autriche 21 (8, 7, 6).

Évolution du score :
0-1 à 02’49 : Haudum assisté de Maier
0-2 à 06’13 : Huber assisté de Kainz et Harnisch
1-2 à 06’26 : S. Treille assisté de Gallet
1-3 à 13’50 : Ulmer
2-3 à 54’16 : S. Treille assisté de Gallet et Fleury (sup. num.)

France

Attaquants :
81-82-94 Anthony Rech (-1) – Charles Bertrand (-1) – Tim Bozon
72-44-9 Jordan Perret (2′) – Louis Boudon (-1, 6′) – Damien Fleury (C, 2′)
77-64-22 Sacha Treille (A, 2′) – Jordann Bougro (+1) – Guillaume Leclerc
47-92-29 Loïc Farnier (-1) – Eliot Berthon (-2) – Floran Douay (-2)
24 Kévin Bozon

Défenseurs :
62-74 Florian Chakiachvili – Thomas Thiry (-1)
38-4 Pierre Crinon (-2) – Antonin Manavian (-3)
8-84 Hugo Gallet (+1) – Kévin Hecquefeuille (A, +1, 10′)
7 Romain Bault

Gardien :
35 Henri-Corentin Buysse [sorti à 59’30]

Remplaçant : Quentin Papillon (G). En réserve : Sebastian Ylönen (G), 6 Vincent Llorca, 11 Aziz Baazi, 13 Peter Valier, 83 Rudy Matima.

Autriche

Attaquants :
17-21-3 Manuel Ganahl (C, +1, 2′) – Lukas Haudum (+1, 4′) – Peter Schneider (A, +1, 2′)
32-19-24 Tim Harnisch (+1) – Lukas Kainz (+1, 2′) – Mario Huber (+1)
18-26-33 Marco Richter (-1) – Benjamin Nissner (-1, 2′) – Lucas Thaler (-1)
15-14-8 Simeon Schwinger (+1) – Felix Maxa (+1) – Martin Ulmer (+1)

Défenseurs :
16-12 Dominic Hackl (+1) – David Maier
23-28 Bernd Wolf (2′) – Kilian Zündel
25-5 Ramon Schnetzer – Thimo Nickl (+2)
4 Gerd Kragl (+1)

Gardien :
29 Bernhard Starkbaum

Remplaçant : 30 David Kickert (G). En réserve : 7 Erik Kirschschläger (blessé), 20 Nico Brunner, 9 Alexander Rauchenwald (blessé), 22 Benjamin Baumgartner (blessé).

Les commentaires sont fermés.