La Lettonie au bout du suspense

Source : IIHF
150

Lanterne rouge du tournoi et muette au tableau de marque depuis trois journées, la Grande-Bretagne n’a plus le droit à l’erreur si elle veut rester en vie dans la course au maintien. Face à elle se dresse la Lettonie, cinquième de cette poule B à cinq points des États-Unis et qui doit croire aux miracles si elle souhaite voir les quarts de finale.

Ce match démarre sur un rythme soutenu. Malmenés dans le tournoi, les Britanniques montrent un meilleur visage dans cette partie et poussent leurs adversaires à la faute. Klavs Veinbergs est envoyé en prison pour crosse haute (04’57) et les trois lions évoluent en supériorité numérique. Sur le jeu de puissance, les chandails à l’Union Jack trouvent enfin le fond du filet : oublié au second poteau, Perlini hérite du palet qui flotte dans le slot et trompe Merzlikins (1-0, 05’24). Piqués au vif, les Grenats se montrent plus dangereux et c’est au tour des Britanniques d’être sanctionnés. David Phillips accroche son adversaire et est envoyé en prison (06’06).

let uk2

Solidaires, les trois lions tiennent et annihilent le jeu de puissance letton (08’06). Dans la foulée, ils se retrouvent à leur tour en supériorité numérique après le cinglage d’Arturs Kulda (09’01), puis après une charge illégale de l’ancien joueur de Ligue Magnus Oskars Batna (11’56). Ben Bowns déserte sa cage et les trois lions se retrouvent à 6 contre 5. Sam Jones décale Hook dans le cercle gauche qui adresse une passe appuyée au second poteau. La rondelle trouve le patin de Cade Neilson et termine sa course au fond des filets gardés par Merzlikins. La Lettonie demande aux arbitres de revoir la vidéo pour confirmer ou infirmer sa décision, mais ils la maintiennent et le but est validé (2-0, 12’16).

Bien que les Grenats tentent de revenir au score, Ben Bowns et les Three Lions sont solidaires et tiennent jusqu’à ce que la sirène se signale dans la patinoire. 2-0 Grande-Bretagne, c’est le score à Tampere après vingt minutes.

let uk3

À l’image d’un premier tiers abouti, les Britanniques reprennent leur marche vers l’avant et mettent le danger sur la cage de Merzlikins qui semble en manque de confiance. Sur un temps fort grenat, Jelisejevs du haut du cercle gauche tente un tir puissant sur Ben Bowns qui ne peut empêcher le rebond. Un rebond dont hérite Oskars Batna, qui envoie la rondelle au fond des filets (2-1, 24’17). Ce but relance la partie et réveille les supporters lettons présents dans la salle et qui demeuraient jusqu’ici silencieux. Mais les Britanniques restent calmes, posent leur jeu et veillent à rester appliqués. Depuis la défense, O’Connor envoie le palet à Lewis Hook qui ajuste Merzlikins depuis la droite de la glace (3-1, 26’24). En manque cruel de confiance, Elvis Merzlikins est remplacé par Arturs Silovs (26’24). Cela a le mérite de renverser le cours des choses et les Grenats imposent désormais leur rythme aux Britanniques.

Bien qu’il ait encaissé un nombre conséquent de buts dans ces Mondiaux, Ben Bowns est précieux pour les siens dans cette partie et dégoûte les Lettons en érigeant un mur devant son but. La première altercation de cette partie se présente sur une action chaude devant la cage d’Arturs Silovs. Myers et Cukste en viennent aux mains et sont envoyés en prison (32’57). Dans la foulée, Robert Dowd est envoyé en prison pour faire trébucher (33’29). À 4 contre 3, les Lettons s’installent dans la zone défensive britannique. Dzierkals retrouve Bukarts à la bleue qui décale pour Jaks dans le cercle gauche, le joueur de Sochi trouve le fond du filet de Ben Bowns (3-2, 34’34).

Alors que les Grenats semblaient en difficulté dans cette partie, l’indiscipline des Three Lions couplée à un regain de confiance collective permet de relancer le match. Les chandails blancs et Sam Conway sont une nouvelle fois sanctionnés pour crosse haute (38’14). Malgré une pression intense mise par les Lettons, les Britanniques tiennent bon jusqu’à la sirène.

let uk4

En supériorité pendant 14 secondes pour démarrer ce tiers, les Lettons prennent le contrôle de la rondelle. La pression demeure intense sur le but britannique mais la défense reste solidaire pour résister. Martins Dzierkals est envoyé en prison pour avoir usé du coude en tentant de se défaire de son défenseur (44’57). La Grande-Bretagne peine à installer son jeu de puissance, rendu stérile par la défense. Alors que l’on arrive à dix minutes du terme, le jeu se concentre dans la zone défensive de l’Union Jack. Dallas Ehrhardt est envoyé en prison pour un dégagement qui quitte l’aire de jeu (50’51). Le jeu de puissance letton est fatal à l’avantage britannique au tableau d’affichage. Le palet voyage d’un côté à l’autre de la glace et Rihards Bukarts – qui joue avec la grille de son enfance récupérée dans sa cave depuis sa blessure au visage contre la Finlande – trompe Ben Bowns qui était allé au sol (3-3, 51’49).

Dans la foulée, Phillips percute Jaks qui allait en zone offensive et est envoyé en prison après une mise en échec de la hanche jugée illicite par les arbitres (52’15). Sam Conway et Rudolfs Balcers sont également envoyés en prison pour charge avec la crosse (52’15) et la Lettonie évolue à 5 contre 4. Le jeu de puissance letton s’installe et paie une nouvelle fois. Dzierkals depuis le cercle droit envoie la rondelle dans le slot, elle est déviée par Dzerins devant le but et franchit la ligne (3-4, 53’11). Longtemps les Three Lions ont mené, mais trois minutes auront suffi à la Lettonie pour renverser le match à son avantage. Le temps vient à manquer pour les chandails blancs alors que Ben Bowns déserte son filet (59’17). Pete Russell appelle un temps-mort pour la Grande-Bretagne à 38 secondes du terme de cette partie. Mais la Lettonie s’impose au coup de sifflet final, restant ainsi dans la course aux quarts même si cela semble très compliqué.

Élus hommes du match : Matthew Myers pour la Grande-Bretagne et Martins Dzierkals pour la Lettonie.

Un compte rendu de Nino Bourge-Maldinez

let uk5

Commentaires d’après-match :

Rihards Bukarts (attaquant de la Lettonie) : « Dieu merci nous avons gagné. Ce n’était vraiment pas facile. Personnellement, je ressentais de la fatigue et les jambes lourdes. Nous n’avons pas trouvé le rythme, nous n’étions pas sur la même longueur d’onde. Chapeau au staff. Quand nous sommes passés à trois lignes, le rythme a changé complètement. Dzierkals a fait un match fantastique, mais Roberts nous a donné espoir. Il a connu un tournoi difficile, aujourd’hui je lui décernerais le titre de meilleur joueur. Il a mené la supériorité numérique avec calme et sang-froid. Chapeau frérot ! »

Harijs Vītoliņš (entraîneur de la Lettonie) : « Ce sont des victoires comme celles-ci qui font émerger une équipe. On va me critiquer et me dire que ce n’était que la Grande-Bretagne, mais un match comme celui-ci vaut plus que si nous avions mené 4-1 tout le match et pris deux buts à la fin. Difficile de pire pourquoi nous avons mal commencé. Il y a eu des erreurs. Quand nous avons commencé à jouer plus activement en deuxième période, notre hockey estOonctionné aux deux derniers tiers-temps. Cette fois, la supériorité numérique a aidé. Cette fois c’est la deuxième unité qui a tiré l’équipe. Tout ne repose pas sur un ou deux joueurs, nous sommes une équipe et tout le monde est responsable du résultat. »

 

Grande-Bretagne – Lettonie 3-4 (2-0, 1-2, 0-2)
Dimanche 22 mai 2022 à 15h20 à la Nokia Arena de Tampere (FIN). 4 860 spectateurs.
Arbitrage de Pierre Dehaen (FRA) et Sean MacFarlane (USA) assistés d’Elias Seewald (AUT) et Simon Šynek (SVK).
Pénalités : Grande-Bretagne 14’ (2’, 6’, 6’). Lettonie 10’ (4’, 2’, 4’).
Tirs : Grande-Bretagne 19 (9, 6, 4). Lettonie 37 (11, 16, 10).

Évolution du score :
1-0 à 05’24 : Perlini assisté de Myers et Neilson (sup. num.)
2-0 à 12’16 : Neilson assisté de Hook et Jones
2-1 à 24’17 : Batna assisté de Jelisejevs et Cukste
3-1 à 26’24 : Hook assisté d’O’Connor et Batch
3-2 à 34’34 : Jaks assisté de Ro. Bukarts et Dzierkals (sup. num.)
3-3 à 51’49 : Ri. Bukarts assisté de Dzierkals et Ro. Bukarts (sup. num.)
3-4 à 53’11 : Dzerins assisté de Dzierkals et Cukste (sup. num.)

Grande-Bretagne

Attaquants :
Evan Mosey – Scott Conway (4′) – Brett Perlini (+1)
Robert Dowd (A, 2′) – Cade Neilson (+1) – Ben Lake
Jonathan Phillips (C, +1, 2′) – Matthew Myers (+2, 2′) – Lewis Hook (+2)
Luke Ferrara (-1) – Robert Lachowicz (-1) – Samuel Duggan (-1) puis à 24’17 Joshua Waller

Défenseurs :
Joshua Tetlow – David Clements (+1)
Ben O’Connor – David Phillips (-1, 2′)
Dallas Ehrhardt (2′) – Sam Jones (+1)
Joshua Batch (+1)

Gardien :
Ben Bowns [sorti de 59’15 à 59’21]

Remplaçant : Jackson Whistle (G). En réserve : Jordan Hedley (G), Mark Richardson (D), Ben Davies (A).

Lettonie

Attaquants :
Rudolfs Balcers (A, -1, 2′) – Rodrigo Abols (C, -1) – Ronalds Kenins (-1)
Martins Dzierkals (-1, 2′) – Andris Dzerins (-1) – Rihards Bukarts (-1)
Roberts Bukarts (+1) – Oskars Batna (+1) – Nikolajs Jelisejevs (+1)
Renars Krastenbergs – Klavs Veinbergs (2′) – Rihards Marenis
Deniss Smirnovs [2 présences]

Défenseurs :
Janis Jaks (+1) – Kristaps Zile
Arturs Kulda (A, -1, 2′) – Kristians Rubins (-1)
Karlis Cukste (2′) – Kristaps Sotnieks (-1)
Roberts Mamcics

Gardien :
Elviss Merzlikins puis à 26’24 Arturs Silovs

En réserve : Gustavs Grigals (G), Arvils Bergmanis (D), Sandis Smons (D).

Les commentaires sont fermés.