Wolfsburg – Zoug (CHL, groupe B, 1re journée)

258

La saison reprend avec la CHL qui lance les premiers matchs de compétition officielle. La DEL présente toujours quatre clubs avec le champion en titre, Berlin qui est allé s’imposer largement chez le champion de France Grenoble (2-8). Le finaliste allemand Munich a gagné, dans une belle ambiance, sur la glace de « Rappi’ » (Rapperswil 1-4). La nouveauté vient de Straubing, le petit nouveau, qui a conclu 3e du championnat, au nez et à la barbe de Mannheim et fera ainsi ses grands débuts en CHL. La ville a d’ailleurs déjà décoré le clocher de l’église à l’effigie de la CHL. Mais ce soir nous allons nous intéresser à l’un des principaux outsiders du championnat DEL : les Grizzlys de Wolfsburg.

Wolfsburg a encore fait une belle saison et atteint les demi-finales face à Munich. Le groupe est dirigé pour la deuxième saison consécutive par Mike Stewart, mais l’équipe de Basse-Saxe a profondément renouvelé son effectif. Devant les filets, Chet Pickard a soudainement raccroché les patins pendant l’été et sera remplacé par Justin Pogge, vu à Cologne. Pas toujours à son aise, il garantit, tout de même, un ratio à 90% toutes les saisons. À l’arrière, seul Julian Melchiori est parti, chez le champion berlinois. C’est le défenseur canadien Nolan Zajac, provenant de Suède (Timrå), qui le remplace. Le groupe a gardé de solides gaillards comme Dominik Bittner et Björn Krupp, derrière.

C’est en attaque que la saignée a été la plus forte. Le meilleur marqueur Chris de Sousa (62 points) est maintenant avec Munich, Tyler Gaudet (39 points) est parti à Mannheim et enfin Anthony Rech a dû aller relever un autre défi dans une des meilleures équipes finlandaises, au TPS Turku. Les jeunes Allemands comme Phil Hungerecker et Jan Nijenhuis ont été remplacés par Lucas Dumont (Cologne), qui reste cantonné au rôle d’espoir dans l’équipe nationale à 25 ans, et Valentino Klos en provenance de l’organisation de Mannheim. De nouveaux canadiens viennent combler l’attaque avec les centres Tyler Morley (41 points avec Tappara), Dustin Jeffrey (Berne) et Jean-Christophe Beaudin (Laval, AHL). Et pour conclure, l’Américain Rhett Rakhshani arrive de Djurgården avec ses 10 saisons en Suède. Il reste du beau monde avec l’Américain Trevor Mingoia (2e marqueur du club), Spencer Machacek et Darren Archibald. Mais ce soir ce trio des meilleurs attaquants sera absent, ce qui rend le défi plus compliqué.

kruppbjornZoug est une équipe solide, l’un des clubs fondateurs de la Champions Hockey League. Il y participe pour la 8e fois, mais n’a toujours pas encore dépassé les quarts de finale. Le double champion de Suisse veut être un digne porte-drapeau. Son président Patrick Lengwiler a déclaré au Luzerner Zeitung : « La Suisse a quelques dettes envers les fans depuis le lancement de la Champions Hockey League. Notre organisation veut enfin se faire remarquer aussi en Europe et remporter un titre. Ce temps arrive lentement. Notre ligue est sans doute surestimée. La concurrence suédoise était nettement plus forte ces dernières années. Il faut le reconnaître. »

Le coach norvégien Dan Tangnes est plus préoccupé par son équipe que par les adversaires : « Qui nous affrontons n’est pas si important pour le moment. Ce qui est important c’est qu’on retrouve notre jeu et la stabilité habituelle. Les gars travaillent dur, mais nous n’avons pas trouvé le bon équilibre entre l’attaque et la défense dans les matchs préparatoires jusqu’à présent. Je suis content qu’il s’agisse enfin d’un match de compétition. C’est plus facile d’évacuer les cinq derniers pour cent d’adrénaline de cette façon ! Nous savons que deux adversaires de taille nous attendent. Mais nous allons à Wolfsburg et Turku pour gagner. Nous avons besoin d’un bon départ si nous voulons atteindre nos grands objectifs ! »

Tangnes pourra compter sur le renfort de l’attaquant international américain Brian O’Neill avec ses 6 saisons avec Jokerit Helsinki (315 points en 293 matchs de KHL). L’international slovaque Peter Cehlárik a, lui, placé 37 points la saison dernière avec Omsk en KHL. Enfin, le jeune Tobias Geisser revient dans son club formateur après une alternance de trois saisons avec les Hershey Bears en AHL. Il fait partie de la Nati avec deux Mondiaux à son actif. Pour le reste, c’est du solide à tous les étages avec des joueurs rompus au niveau international tels Leonardo Genoni, Gregory Hofmann et Fabrice Herzog, plus le Tchèque Jan Kovar et le Suédois Carl Klingberg.

La partie débute par un échec-avant de Wolfsburg mais Dustin Jeffrey prend immédiatement une pénalité pour crosse haute. Dario Simion allume la première mèche avec un tir en entrée de zone, que le gardien Justin Pogge dévie (1’30). La pression s’accentue devant la cage allemande sans trouver l’ouverture. La réponse des Grizzlys vient de Laurin Braun qui hérite du puck devant le gardien. Leonardo Genoni reste solide (3’08). Wolfsburg est bien entré dans le match et trouve des espaces dans le slot. Le gardien suisse est mis à contribution mais reste bien en place. Les entrées en zone sont rapides et la partie offre une sacrée séance de patinage intense. Le jeu s’équilibre et les deux équipes s’interceptent avec des défenses sérieuses qui remportent les duels dans leur zone. Rhett Rakhshani s’échappe et traverse le slot, mais son revers va directement sur le gardien (8’07). Les chances se multiplient pour les joueurs de Stewart, avec Janik Möser qui coupe la trajectoire devant le portier suisse. Le puck est dévié mais sans réussite (11’24).

Pendant la deuxième pénalité (contre Wurm, faire trébucher), le jeu de puissance suisse bien organisé envoie plusieurs palets sur Pogge de la part de Kreis et Hofmann. Le tir du cercle droit de Lino Martschini transperce le trafic alors que Brian O’Neill masque le gardien (15’29 : 0-1). Le match gagne en vitesse, les deux équipes se projettent rapidement vers l’avant mais c’est Zoug qui parvient à se créer de nouvelles occasions. En fin de tiers c’est Zajac qui envoie un puissant « plomb » à la cage (18’44). Cette partie propose du haut niveau de jeu mais c’est bien Zoug qui a été le plus dangereux dans ce tiers.

Zoug commence la deuxième période en avantage numérique, à cause d’un retard de jeu de Bjorn Krupp peu avant la pause, et Gregory Hofmann envoie un puissant tir sur Pogge. Klingberg, qui faisait écran, reçoit un coup de la part de Ryan Button, qui permet aux Suisses de jouer en double supériorité numérique. Les Allemands défendent très bien, et Button part à l’attaque après son retour sur la glace pour un duel face à Genoni. Le tir est bien capté à l’aide d’une mitaine solide (24’10). Mais c’est bien Zoug, encore une fois, qui fait pencher la balance de son côté. Les Suisses démontrent un jeu de qualité avec une conduite de palet efficace.

schinkoluisWolfsburg réagit, tout de même, en mettant plus de pression sur la cage adverse. Mais c’est Livio Stadler qui prouve que l’efficacité est suisse. Il marque de la ligne bleue, avec Herzog qui fait écran (33’03 : 0-2). Mais dans la foulée, Wolfsburg trouve l’ouverture. Un tir de Tyler Morley provoque un rebond que Laurin Braun reprend en levant la rondelle (34’40 : 1-2). À peine le face-off est-il engagé que le palet remonte vers la cage de Pogge. Senteler transmet à Yannick Zehnder qui reprend « one timer » (34’51 : 1-3).

Les Suisses démontre un beau collectif et trouvent souvent les moyens de décaler un joueur qui peut ainsi porter un danger sur le gardien avec un bon angle de tir. Mais Wolfsburg ne lâche rien. Sur un palet mal dégagé par O’Neill dans sa zone défensive, Luis Schinko hérite du puck, totalement seul, s’avance et ajuste son tir (37’25 : 2-3). Ce tiers médian est décidément intenable, car Sven Leuenberger capte une passe laser venue de la zone défensive. Il traverse la ligne bleue offensive, fonce vers le gardien et place le palet sous la barre. Il faut la vidéo pour valider le but, tant le tir a été rapide et puissant (38’27 : 2-4). Zoug a donc pris un net avantage dans le jeu, même si les Allemands sont rapides et combatifs. Mais la variété du jeu suisse et l’efficacité ont payé.

En troisième période, les Grizzlys réagissent avec de l’intensité. Mais l’ailier Valentino Klos gâche une contre-attaque rapide par une glissade. Les joueurs de Tangnes semblent imperturbables et enfoncent le clou avec un jeu installé en zone offensive. Niklas Hansson change de côté et envoie la rondelle plein axe le long de la bleue. Martschini reprend le puck qui traverse la zone et est dévié au poteau gauche par O’Neill (44’48 : 2-5). Ces diables de Suisses concrétisent leurs actions et prennent un avantage conséquent. Les défenses se réorganisent et ferment la porte. Wolfsburg tente encore mais sans succès. Mais les deux principales occasions sont le résultat de la vitesse zougoise avec un tir qui frappe la barre et en toute fin de match, Herzog qui reprend son propre rebond (59’42).

Ce match a été agréable à suivre, les deux équipes présentent de belles qualités individuelles et un patinage intense. Mais c’est l’organisation du jeu des Suisses qui a fait la différence, en sachant démarquer les joueurs et trouver les bonnes passes.

Commentaires d’après-match :

Mike Stewart (entraîneur de Wolfsburg) : « Nous avons bien bataillé, nous avons combattu jusqu’à la fin. Au deuxième tiers, nous avons réduit le score mais encaissé un but sur la présence suivante. Encore une fois, nous avons bien travaillé, nous avons marqué le but suivant, et nous avons alors encaissé un but de plus. Je crois que, quand nous avons construit du momentum, ils ont trouvé une réponse. C’est malheureusement pour ça que ça n’a pas suffi ce soir. Contre de bonnes équipes comme dans cette Champions League, les petits erreurs coûtent très cher. »

Dan Tangnes (entraîneur de Zoug) : Je crois que nous avons joué un match solide, avec du respect pour notre adversaire. Il y a eu cinq-six minutes en deuxième période où ils étaient meilleurs, mais à part ça je suis assez heureux de la façon dont nous avons joué. Tout le monde dans cette compétition est au même stade de préparation, aucune équipe n’est encore là où elle voudra être cette saison, mais aujourd’hui ce fut un grand pas dans la bonne direction. »

Wolfsburg – EV Zoug 2-5 (0-1, 2-3, 0-1)
Vendredi 2 septembre 2022 à 20h15 à la Eis Arena Wolfsburg. 2137 spectateurs.
Arbitres : Lasse Kopitz et André Schrader (ALL) assistés de Nikolaj Ponomarjow et Wayne Gerth (ALL)
Pénalités : Wolfsburg 12’ (6’, 2’, 4’) ; Zoug 10’ (2’, 4’, 4’).
Tirs : Wolfsburg 26 (5, 13, 8) ; Zoug 36 (13, 13, 10).
Engagements : Wolfsburg 23 (6, 9, 8) ; Zoug 38 (8, 15, 13).

Évolution du score :
0-1 à 15’29’’ : Martschini assisté de Hansson et Herzog (sup. num.)
0-2 à 33’03’’ : Stadler assisté de Hansson et Zehnder
1-2 à 34’40’’ : Braun assisté de Beaudin et Morley (sup. num.)
1-3 à 34’51’’ : Zehnder assisté de Senteler et Hansson
2-3 à 37’25’’ : Schinko
2-4 à 38’27’’ : Leuenberger assisté de Kreis et Schlumpf
2-5 à 44’48’’ : O’Neill assisté de Martschini et Hansson

Wolfsburg

Attaquants :
Fabio Pfohl (-2, 2′) – Dustin Jeffrey (-1, 2′) – Rhett Rakhshani (-2)
Laurin Braun (-3) – Tyler Morley (+1, 2′) – Luis Schinko (+1)
Valentino Klos (-1) – Jean-Christophe Beaudin (-2) – Lucas Dumont (+1)
Thomas Reichel

Défenseurs :
Nolan Zajac – Björn Krupp (2′)
Jordan Murray (-1) – Dominik Bittner (-1)
Armin Wurm (-2, 2′) – Ryan Button (-2, 2′)
Philipp Mass – Janik Möser (-1)

Gardien :
Justin Pogge

Remplaçant : Dustin Strahlmeier (G, infection grippale récente). Absents : Darren Archibald (genou), Gerrit Fauser (bas du corps), Spencer Machacek (haut du corps), Trevor Mingoia (douleurs à la tête et à la nuque après une charge).

Zoug

Attaquants :
Gregory Hofmann – Jan Kovar – Dario Simion
Fabrice Herzog (+3) – Sven Senteler (+2) – Yannick Zehnder (+3)
Peter Cehlárik (2′) – Brian O’Neill (4′) – Lino Martschini
Dario Allenspach – Sven Leuenberger (+1) – Carl Klingberg

Défenseurs :
Christian Djoos – Tobias Geisser (2′)
Livio Stadler (+1) – Niklas Hansson (+2)
Samuel Kreis (+1) – Dominik Schlumpf (+1)
Nico Gross (+1) – Luca De Nisco

Gardien :
Leonardo Genoni

Remplaçant : Luca Hollenstein (G). Absents : Reto Suri (genou), Dario Wüthrich.

 

Les commentaires sont fermés.