Grenoble chute lourdement d’entrée (CHL, Groupe G, 1re journée)

631

Grenoble retrouve la CHL et hérite de trois redoutables adversaires

Après leurs participations en 1999 (rétrospective), 2015 (victoire honorifique contre Espoo) et 2019 (avec notamment une victoire de prestige à Skellefteå), les Brûleurs de Loups retrouvent en 2022 la CHL. Pour leur retour sur la plus grande scène continentale, les champions de France héritent d’un groupe particulièrement relevé avec les Eisbären Berlin (doubles champions d’Allemagne en titre), Hradec Králové (finaliste de la CHL en 2020) et Frölunda (quadruple vainqueur de la compétition). Bref, que du très lourd pour les récipiendaires de la Coupe Magnus. Comme le rappelait le président Jacques Reboh dans les colonnes du Dauphiné Libéré après le tirage au sort : « On a deux très gros du hockey européen que sont Frölunda et Mountfield, Berlin qui est peut-être un petit cran en dessous et nous qui sommes très loin… On est condamné à quatre immenses exploits pour se qualifier, on le sait. Mais on garde espoir, (…) cette fois on aura un peu plus d’expérience : on va prendre match après match et se battre pour exister dans cette poule. »

Pour accrocher l’une des deux places qualificatives, les dirigeants grenoblois ont reconduit la majeure partie de l’effectif qui a régné sur le championnat domestique en 2021-2022 et lui a adjoint trois canadiens Brent Aubin, Bobby Raymond et Chad Nehring, tous en provenance d’outre-Rhin et routiniers des championnats européens. Dernièrement, le club du président Jacques Reboh a innové en annonçant un partenariat avec les Suisses du Lausanne HC. La collaboration qui porte sur des aspects sportifs (le développement, la formation, la préparation et le coaching) comme extra-sportifs (marketing, communication entre autres) se traduit dans l’immédiat par le prêt de l’attaquant international tricolore Floran Douay et du défenseur helvétique Makai Holdener pour la CHL. Les deux joueurs, surnuméraires dans le pléthorique effectif des Vaudois, viennent ainsi densifier le contingent des champions de France et permettre à Jyrki Aho d’aligner des lignes complètes en attaque comme en défense, et ce, dès le début de la compétition.

Une opposition relevée en préparation

Ainsi, l’effectif présenté par Grenoble est rarement vu en France, tant qualitativement que quantitativement. Mais à l’échelle européenne, les Brûleurs de Loups restent le « petit » club de leur poule et chaque rencontre s’annonce comme une montagne à gravir. Afin de préparer au mieux leurs joutes en CHL, les Isérois auront choisi la difficulté en préparation. Leur bilan est globalement positif face aux équipes de championnats d’élite européenne : 3 victoires contre les Finlandais de Lahti, les Tchèques de Vítkovice et les Suisses de Lausanne, contrebalancées par 3 (courtes) défaites contre Lahti (dans le cadre d’une double confrontation), Genève-Servette (après prolongation) et Schwenningen (aux tirs aux buts). Aussi, pour se donner une chance d’imiter les belles performances de Rouen l’année passée en jouant le tableau final, Les Isérois devront faire preuve d’une rigueur permanente à chacune de leurs rencontres.

2022 09 01 grenoble berlin4

Berlin : une armada dans le doute ?

Le premier adversaire à se présenter est Berlin. Les doubles champions de la DEL affichent présentent sur le papier un effectif solide quoique profondément remanié. L’équipe de la capitale s’appuie notamment sur un noyau d’internationaux dont les fers de lance à l’attaque Marcel Noebels et Leo Pföderl (néanmoins absent ce soir). La phalange étrangère est également riche de CV clinquants comme ceux du transfuge du défenseur Brent Gulhe (199 matchs en AHL à presque 0,5 pt/match), de l’ancien premier tour de draft Zach Boychuk (choisi en 14ème position par Nashville en 2008), du buteur américain Matt White (28 buts et 59 points en 54 matchs l’année passée avec Berlin) ou encore l’international danois et ancien joueur NHL Peter Regin.

Le club de la capitale part toutefois une inconnue de taille devant le filet avec le départ de Marcel Niederberger pour Munich, laissant la cage gardée par le jeune trio (20 ans de moyenne d’âge) constitué de Juho Markkanen (vu à SaiPa puis à Lugano l’année passée), Nikita Quapp et Tobias Ancicka.

Il est à remarquer que les hommes de Serge Aubin ont connu une préparation difficile, s’inclinant à 5 reprises en 6 rencontres, dont une lourde défaite 6-1 face à Ambrì-Piotta samedi dernier. Sur le site internet du club, l’entraîneur canadien déplore le comportement de ses hommes : « Je suis déçu de notre match d’aujourd’hui. Nous ne nous sommes pas présentés comme nous aurions dû le faire. Je n’ai pas aimé notre engagement. Il nous manque actuellement l’attitude nécessaire pour gagner un match de hockey. Nous commençons la semaine prochaine la CHL. (…). Je sais que nous pouvons mieux jouer. Je suis persuadé que mes joueurs vont réagir comme il se doit. ». L’attaquant Marcel Noebels abonde d’ailleurs dans le sens de son coach : « J’espère que c’était un réveil pour nous, que nous devons jouer à un autre niveau. Pour avoir une chance en Ligue des champions, nous devons nous comporter différemment. ». Aussi, la gifle reçue en terre tessinoise va-t-elle servir de déclic aux Ours Polaires ?

img 1181

Le match

Les Brûleurs de Loups avaient indiqué au début de l’été travailler à un nouveau spectacle d’avant-match avec la mise en place d’un mapping 3D. Le moins que l’on puisse dire c’est que le show est plutôt réussi !

Le match débute avec les Berlinois tout de suite en action dans le camp de Grenoble. En bonne position depuis le point d’engagement, Zach Boychuk adresse un slap que Štěpánek capte de la mitaine. Sur la véritable première incursion en zone offensive de Grenoble, Chad Nehring parvient à passer derrière le filet. Sa passe en retrait trouve Floran Douay dans le slot qui manque sa reprise. Puis Maxim Lamarche parvient à remettre à Sacha Treille devant la cage, mais l’international ne parvient pas à tromper le gardien en se retournant. Berlin continue à jouer avec intensité et Frank Mauer alerte le portier grenoblois du revers.

À force de subir, les Brûleurs de Loups partent à la faute avec une charge incorrecte de Nehring. Les champions de France défendent bien et mis à part un lancer excentré de White, ils ne sont pas pris en défaut. Mieux, un slashing sifflé à l’encontre de Clark annule la supériorité numérique des visiteurs. À 4 contre 4, Bobby Raymond élimine Boychuk par un superbe pivot dans sa zone défensive et crée une action en servant en entrée de zone Dylan Fabre qui prend de la vitesse et place un tir du haut de l’enclave qui bat Ancicka (1-0, 7’21’’, photos ci-dessous).

img 1252
2022 09 01 grenoble berlin but fabre

Galvanisé par l’ouverture du score, Grenoble sollicite encore le portier allemand par l’entremise de Fabre puis de Treille. La joie sera de courte durée, après une longue séquence de possession en zone défensive de Grenoble, un tir lointain frappe un patin grenoblois et revient dans la palette de Boychuk – seul devant Štěpánek – qui ne manque pas d’occasion de fructifier l’offrande (1-1, 9’20’’). Le réalisme des Ours Polaires est de nouveau mis en évidence quelques minutes plus tard, lorsqu’une passe transversale en zone neutre de Floran Douay est contrée. Boychuk remet alors le palet à Noebels parti dans le dos de la défense. L’attaquant allemand contrôle la rondelle dos au but, se retourne et la loge derrière Štěpánek (1-2, 13’03’’). Loin de baisser la tête, les Brûleurs de Loups repartent à l’assaut du but adverse et se procurent même une belle occasion lorsque Douay fait parler son grand gabarit pour rabattre de la main un puck flippé pour déborder son défenseur. Malheureusement, l’attaquant prêté par Lausanne manque son duel face à Ancicka (photo ci-dessous). Dans la dernière minute, Lamarche tentera sa chance par trois fois (dont une occasion de près après avoir subtilisé le palet à son adversaire) sans pour autant arriver à niveler le score.

Le premier tiers se conclut sur le score de 2 à 1 en faveur des visiteurs. Les Brûleurs de Loups ne font pas de complexes et se projettent dès qu’ils le peuvent à l’attaque. Malheureusement, ils subissent de longues séquences de possession berlinoise dans leur zone (sur ce point Matt White est impressionnant de maîtrise et de contrôle du palet) et se sont heurtés au réalisme des champions de DEL qui repartent aux vestiaires avec un déficit d’une unité.

2022 09 01 grenoble berlin8

La période médiane commence avec une pression encore accrue des hommes de Serge Aubin. Boychuk tire hors cadre, puis Matt White récupère un palet dans le coin. Mal couvert par Rouhiainen, il peut s’avancer. Son centre-tir est contré dans ses propres filets par un Grenoblois (1-3, 21’18’’). Le jeu a à peine de repris que Mauer score le quatrième but des siens (1-4, 21’45’’). Štěpánek sauve les siens en arrêtant Baßler puis Boychuk sur le rebond. Au bout de cinq minutes, Grenoble parvient enfin à desserrer l’étau, Hardy lance Fabre dans la profondeur mais son tir n’inquiète pas Ancicka.

Berlin continue d’assoir son emprise sur le match et la reprise de volée des cercles de White ne trouve que le petit filet de la cage. À la trentième minute, Boychuk profite d’un contrôle manqué par Julien Munoz à la ligne bleue pour partir en échappée et dribbler Štěpánek (1-5, 29’56’’). Terrible pour les champions de France, asphyxiés depuis la sortie des vestiaires et qui paient cash la moindre erreur.

2022 09 01 grenoble berlin3

Ça va de mal en pis pour Grenoble qui concède une nouvelle pénalité. Le gardien de Grenoble repousse de la botte la tentative de Noebels, mais alors que la supériorité numérique berlinoise vient de se terminer, la défense iséroise est encore prise à défaut. Trois joueurs sont tournés vers Boychuk qui porte le palet et oublient Giovanni Fiore libre de tout marquage à l’opposée. L’ancien NHL-et remet à son compatriote qui bat Štěpánek d’un tir des poignets (1-6, 32’29’’).

Le calvaire de Grenoble n’est hélas pas encore terminé. Trois minutes plus tard, la défense des Brûleurs de Loups est de nouveau aux abois : Noebels relaie avec Jonas Müller qui depuis le point d’engagement transmet à Frank Hördler absolument seul en haut du slot. Ce dernier contrôle le palet et décoche un tir qui termine dans le but (1-7, 35’37’’). Štěpánek est chassé du match. Le portier tchèque aura vécu une soirée absolument cauchemardesque, s’inclinant à 7 reprises en seulement 22 tirs ! C’est à Garnier que revient la lourde tâche que d’empêcher le navire grenoblois de sombrer un peu plus. Il y parviendra notamment en s’interposant face à Fiore dans les derniers instants.

Après avoir fait presque jeu égal au premier tiers, les Brûleurs de Loups n’auront pas existé dans ce deuxième tiers. Les Berlinois, dominateurs dans tous les compartiments du jeu ont profité des largesses de la défense de Grenoble pour infliger un sévère 5 à 0 durant la période.

img 1199

Grenoble entame la dernière période avec de bien meilleures intentions : Deschamps (de près) puis Aubin (hors cadre) déclenchent les premiers tirs et poussent Berlin à la faute. Malheureusement le powerplay de Grenoble est stérile à deux reprises. Les champions de France se ruent à l’attaque mais s’exposent. À la suite d’un rush de KyleHardy, les Eisbären proposent un modèle de contre : Marcel Barinka fait une passe abandon à Peter Regin qui renverse vers Matt White qui prend à revers la défense au second poteau. Malgré un angle fermé, l’Américain parvient à trouver le chemin du filet (1-8, 48’11’’).

Au regard de l’écart, la fin de match devient plus anecdotique. Les Isérois multiplient les pénalités (quatre), offrant même à leurs adversaires près d’une minute à 5 contre 3 sans que le score ne s’aggrave. À moins de trois minutes du terme de la rencontre, une bonne présence de la quatrième ligne permet la réduction du score : Quattrone trouve Koudri qui passe derrière le filet et remet dans le slot à Munoz qui ne se pose pas de questions et loge le palet hors de portée d’Ancicka (2-8, 57’11’). Grenoble sauve l’honneur dans cette troisième période.

Après avoir bien entamé la rencontre, les champions de France ont complètement perdu pied face à Berlin. Les joueurs de la capitale allemande auront exploité des failles de la défense grenobloise pour creuser l’écart au deuxième tiers et se permettre de gérer en troisième période. Pour les Brûleurs de Loups, la défaite est très lourde et forcément malvenue – par son ampleur – avant de recevoir Hradec Králové dès samedi.

2022 09 01 grenoble berlin6

Illustrations de Philippe Crouzet

Commentaires d’après-match :

Jyrki Aho (entraîneur de Grenoble) : « C’était une première période assez solide de notre part. J’étais assez heureux de notre jeu. Le début de deuxième période a été mauvais, ils ont 4 occasions et 3 buts, le match était fini. Après ça, nous avons été en proie à nos sentiments. Nous avons ressenti de la honte. Le banc était totalement mort. Nous pensions sûrement qu’est ce qui a pu arriver. Les erreurs que nous faisons en troisième période, nous ne devons pas les faire. Il va falloir en parler après le match. Nous serons meilleurs. Nous devons apprendre vite. »

Sacha Treille (attaquant de Grenoble, dans le Dauphiné Libéré) : « C’est très sévère, c’est pas du tout ce qu’on avait imaginé. C’est dommage car on fait une belle entame de match, on mérite presque de prendre le lead à la fin du premier tiers, et après y a un peu tout qui s’inverse en deuxième période. À ce niveau-là, c’est vite fini. »

Serge Aubin (entraîneur des Eisbären) : « Nous sommes évidemment satisfaits de la victoire, il y a beaucoup de choses à améliorer mais le premier pas dans cette CHL est franchi. On prend ce tournoi un match à la fois, ce n’est que le début. On va savourer une heure, mais passé minuit, il sera temps d’aller de l’avant. On jouera Frölunda après-demain, c’est encore un grand club de hockey et nous devrons être à notre meilleur. »

Marco Nowak (attaquant des Eisbären) : « Dans le premier tiers-temps, Grenoble a bien résisté. Nous avons eu un peu de mal au début. Mais nous avons bien réagi à ce retard précoce. Au milieu du match, nous avons fait valoir notre supériorité. C’est alors que les buts qui n’avaient pas été marqués lors des derniers matches sont tombés. Dans le dernier tiers-temps, nous avons bien terminé. Samedi, je m’attends à un match très rapide à Göteborg. Frölunda est une équipe très forte. Nous devons être prêts dès le début et tout donner. Nous avons de bonnes chances de gagner. Pour cela, nous devons appliquer le système et tout le monde doit se donner à 100%. »

2022 09 01 grenoble berlin2

Grenoble – Eisbären Berlin 2-8 (1-2, 0-5, 1-1)
Jeudi 1er septembre 2022 à 20h15 à la Patinoire Polesud. 3408 spectateurs.
Arbitres : Gregor Režek (SLO) et Nicolas Cregut (FRA) assistés de Vincent Zede et Clément Goncalves (FRA)
Tirs : Grenoble 27 ; Berlin 42.
Pénalités : Grenoble 12’ (2’, 2’, 8’) ; Berlin 8’ (2’, 0’, 6’)

Évolution du score :
1-0 à 07’20’’ : Fabre assisté de Fleury et Rouhiainen
1-1 à 09’21’’ : Boychuk assisté de Hördler et de Müller
1-2 à 13’03’’ : Noebels assisté de Fiore et de Boychuk)
1-3 à 21’18’’ : White assisté de Regin)
1-4 à 21’45’’ : Mauer assisté de Wiederer, et de Hördler
1-5 à 29’56’’ : Boychuk assisté de Roßmy et de Ellis
1-6 à 32’29’’ : Fiore assisté de Boychuk et de Barinka
1-7 à 35’37’’ : Hördler assisté de Müller et de Noebels
1-8 à 48’11’’ : White assisté de Regin et de Barinka
2-8 à 57’11’’ : Munoz assisté de Koudri et de Quattrone

Grenoble

Attaquants :
Sacha Treille – Joël Champagne (C, -1) – Brent Aubin (-1, 2’)
Dylan Fabre (-2) – Nicolas Deschamps (-3) – Damien Fleury
Markus Poukkula (-3) – Chad Nehring (-4, 2’) – Floran Douay (-3)
Timothée Quattrone – Adel Koudri (-1) – Julien Munoz (-1)
Flavian Dair

Défenseurs :
Maxim Lamarche (-1) – Jere Rouhiainen (2’)
Janne Jalasvaara (-3, 2’) – Kyle Hardy (-1)
Makai Holdener (-6) – Bobby Raymond
Alexandre Pascal (-1, 4’)

Gardien :
Jakub Stepanek puis à 35’37’’ Raphaël Garnier

Absents : Aurélien Dair (cheville), Pierre Crinon (blessé), Lucien Onno (main).

Berlin

Attaquants :
Matt White (+2) – Peter Regin (+2) – Marcel Barinka (+3)
Marcel Noebels (+3) – Zach Boychuk (+4) – Giovanni Fiore (+3)
Kevin Clark (+2, 2’) – Manuel Wiederer (+1) – Frank Mauer (+2)
Bennet Roßmy – Jan Nijenhuis (-1) – Marco Baßler (-1)

Défenseurs :
Julian Melchiori – Eric Mik
Jonas Müller (+3) – Morgan Ellis (+3)
Frank Hördler (C, +3) – Brendan Guhle (-1)
Korbinian Geibel (4’) – Marco Nowak (+1, 2’)

Gardien :
Tobias Ancicka

Remplaçant : Juho Markkanen (G). Absents : Leo Pföderl, Yannick Veilleux.

2022 09 01 grenoble berlin

Les commentaires sont fermés.