Gap – Lyon (Ligue Magnus, 9e journée, match en retard)

351

Actuellement septièmes, les Lions de Lyon sont l’adversaire du soir pour Gap. Les Rapaces reviennent du pied du Mont-Blanc avec une belle victoire à Chamonix (0-3). Les deux équipes ont des statistiques équivalentes en attaque (69 buts pour Gap et 64 pour Lyon). En défense pour 18 matchs, les deux teams sont proches (52 et 55 buts). Sur les unités spéciales là encore les deux groupes ont des résultats moyens mais semblables. En supériorité (14,3% pour Gap), Lyon est bon dernier avec 12,9%. En box play les Rapaces sont à 76,6% de pénalités tuées, Lyon est à 78,4%.

Le groupe lyonnais compte un portier letton et international dans ses rangs. Maris Jucers arrive de Pologne avec plus de 92% mais en ce moment tourne à 88% dans la capitale des Gaules. Il a pourtant joué 35 matchs en KHL au Dinamo Riga.

Ce soir c’est le Slovène Rok Stojanovic qui tient les cages. En provenance de Jesenice, il a tenu un niveau à 92 et 91,6 % en play-offs. Arrivé en joker comme deuxième gardien, il n’a joué que deux parties pour le moment.

La partie peut être serrée et compliquée car Lyon voyage bien et a pris 17 points sur la route. Les Lions se sont imposés à Bordeaux (1-4) ; Amiens (1-3). De plus la défaite à Rouen (6-4) à été intense avec un retour de flamme des Lyonnais de 5-1 à 5-4…

Lyon compte plusieurs absents avec Kilian Lairet, Hugo Faure, Jordan Sims, Olivier Richard, Maris Jucers et Quentin Mahier.

Les Rapaces jouent sans Maxime Ritz. Raphaël Faure est sur la glace avec un casque à visière complète suite au palet reçu en pleine mâchoire. L’Américain Rob Linsmayer semble déjà intégré dans le groupe et a inscrit ses premiers points avec 4 assistances.

Lyon, très affûté, impose d’entrée un gros échec-avant associé à un patinage rapide. Gap arrive à s’imposer dans le slot et place quelques tirs sur le portier. Les bleus répondent au démarrage intensif de Lyon avec Ross qui shoote de loin. Le grand gardien Stojanovic a quelques difficultés à se saisir du puck entre le poteau et ses bottes (2’09). Sur la vitesse ce sont les « gones » qui produisent des offensives ultra-rapides avec ce shoot tendu et aérien d’Abramov que Lerg capte de la mitaine (4’34). Mis en difficulté, Gap ne rend pas les armes et Glen s’extirpe de sa ligne bleue en chipant le palet. Julien Correia, au sol, l’accroche et lui fait perdre de la vitesse. Pas assez pour l’arrêter car il peut placer le palet dans les bottes que Stojanovic dévie légèrement (5’46). Le penalty est sifflé. Glen fait des contours et repique sur le gardien. Le palet est capté (6’32).

Les bleus prennent plus de place dans le jeu et rééquilibre les débats. Une belle construction de Scheid, sur le gain d’un palet, profite à Linsmayer qui shoote. À peine le temps de s’y habituer que Gap est en infériorité. Levesque lance de loin et Gerling est bien placé au rebond (7’38). Gap avec Balsamo qui repousse jusque devant les cages de Lyon. Une nouvelle fois la récupération est bleue avec Tringale qui se retourne mais tire à coté (9’00). Au retour à 5, le duo Custosse/Berthon s’emploie pour une déviation (9’40). Sur le powerplay, Stojanovic ne laisse aucun rebond et le patinage est favorable à Lyon. En réponse Lewis tente l’action simple et rapide avec le débordement et le tir dans le mouvement (12’22). De nouveau à cinq contre quatre, Balsamo puis Bouvet interceptent et repoussent les blancs. Lyon termine en vitesse avec Gerling qui reçoit le palet devant la cage, prends le temps du contrôle et place le petit revers (14’54 : 0-1).

Raux place un shoot dans le trafic (15’50). Gap tente de belles déviations comme Campbel/Thillet (16’34). Lyon a du répondant physique avec Levesque qui met du poids dans le blocage du puck et du joueur dans la bande (17’40). Malgré cela les Rapaces reprennent un temps fort avec Ritt qui récupère un puck dans les patins et Serer qui shoote à mi-distance. Stojanovic dévie des bottes et paraît imperturbable (19’20). La pression est très forte sur les buts de Lyon. Encore un tir arrive sur le gardien qui laisse un rebond mais Chernook déménage en force Gutierrez qui valse au sol (19’45). Les Lions ont imposé un jeu énorme fait de vitesse et d’intensité physique. Gap a su trouver des réponses mais ne résout pas le problème de la finition. L’exécution des occasions à haute vitesse est rendue bien compliquée.

De nouveau la grosse pression à l’avant est mise par Lyon. Thillet effectue tour de cage mais le palet ne trouve pas de reprise (20’51). Roussel envoie un tir tendu dans les bottes de Lerg (21’16). En infériorité, Lyon est très rapide sur l’homme mais essuie quand même une déviation bloquée dans le trafic. L’infériorité devient double avec une sanction pour une crosse placée dans le visage. Levesque est au pressing pour aller chercher la rondelle. Gap s’impose et s’installe. Ça mitraille de tous les cotés mais les crosses blanches savent dévier les palets. Lyon parvient à tuer les pénalités. Correia est toujours présent avec un pressing monumental pour gagner la rondelle, ensuite  shooter, récupérer le rebond et enfin transmettre à Labrecque pour un nouveau tir (25’00). C’est une période étouffante pour Gap. Lyon est en vitesse permanente et perturbe les bleus. Les batailles sont gagnées pour récupérer la rondelle et repartir de l’avant. Un nouveau power play rhodanien se présente et c’est une déviation Takac/Ankerst qui paie (27’26 : 0-2)

Pas de solution pour Gap, les blancs ne laissent que des tirs à angle ouvert et sans écran. Labrecque du fond transmet avec la bande pour Gerling, bien devant à la bleue, et peut tirer sur Lerg (35’58). Mais le cerbère bleu est encore solide et capte de nombreux tirs avec le trafic devant lui. Dans tous les secteurs on retient les actions des blancs avec Custosse qui se jette au sol sur le tir de Crinon. Lyon fait écran et chaque joueur se placent pour bloquer les tirs.

Le rythme a encore pris de la vitesse en cette fin de période. Les Lions ont encore imposé un rythme infernal, le pressing physique est intenable mais les Gapençais ne sont pas à niveau dans le secteur du patinage. Quelques belles déviations des rapaces ont été vue mais sans succès.

Le troisième vingt est du même acabit, Lyon prend le match à fond avec Labrecque. Il propulse une reprise puissante qui transperce Jeff Lerg. Le jeu à trois a été monté avec Gerling et Correia (40’38 : 0-3)

Evan Ritt tente une bonne passe mais arrive dans les patins de Tringale juste devant devant la cage (42’15). Mais les bleus sont capables de sortie de zone, en vitesse. Lacheny sort le palet de la bande et transmet à Balsamo. Avec explosivité, il remonte jusque derrière les buts effectue le tour de cage et laisse pour Ross. C’est le gardien qui conclue de la mitaine (42’44) De nouveau en powerplay, les blancs poussent avec Abramov, seul. Son tir percute Lerg (46’17). Levesque est imposant physiquement et techniquement compliqué à traverser. Bouvet s’écrase dessus après la passe laser reçue de Raux (49’10). Pourtant Gap ne chôme pas pour tenir le rythme mais ne passe pas sur des lyonnais bien en place. Les bleus sont en supériorité mais Roussel fait blocage sur Gutierrez et Bouvet. Les bleus continuent avec Linsmayer, derrière la cage, qui remet à Campbell. Le tir est dévié de l’épaule par Stojanovic (53’43). C’est Eric Scheid qui trouve la faille avec une montée en vitesse et le slap traverse le gardien (53’56 : 1-3)

Gap subit une nouvelle pénalité mais exerce un gros forcing et empêche toute installation de jeu de puissance adverse. Damien Raux revient à l’arrière pour récupérer le palet. Pressé, il tente une passe pour éviter le pressing de l’adversaire mais le palet reste dans un espace totalement vide et c’est Correia, seul, qui récupère et tire. Jeff Lerg stoppe ce mano à mano (58’27). Cage vide, Luciano tente le tout pour le tout ! Sur un pressing/regroupement, le palet est poussé, en force, au ras du poteau. C’est David Glen qui, placé sur le côté de la cage, pousse la rondelle dans un trou de souris (58’47 : 2-3).

La partie est relancée, le scénario est idéal mais on voit bien que les Gapençais ont des difficultés à ramener le palet devant la cage. Max Ross envoie une longue relance avec un palet qui rebondit sur la bande, c’est encore Correia qui récupère et revient vers la cage vide. Accroché, il est pris illicitement et s’effondre devant les buts. Il trouve encore la force de pousser la rondelle dans sa chute et crucifie les Rapaces (59’21 : 2-4).

Gap a subi un pressing infernal et une vitesse de patinage atomique. Lyon a rendu une copie parfaite et gagné la bataille de l’intensité. Gap a bien réussi en fin de partie à revenir au score mais c’est l’arbre qui cache la forêt ! Il y a bien eu un défaut de physique et de qualité dans de nombreux enchaînements. Pour Gap, il faut tourner la page et se préparer pour le prochain objectif.

Dès mardi les bleus reçoivent Grenoble pour les huitièmes de finale de la coupe de France face à des Brûleurs de Loups revanchards après leur déconvenue européenne du week end. Lyon, de son côté, ira en déplacement à Nantes.

Élus joueurs du match : Dave Labrecque pour Lyon et David Glen pour Gap.

Commentaires d’après-match

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « Il y a un problème récurrent cette saison dans cette équipe. On a trop de joueurs qui ont de la difficulté à amener de l’émotion match après match. Le match de ce soir, on l’a déjà joué dix fois cette saison. (…) Dans beaucoup de matchs on est revenu de l’arrière, on s’est arraché, on l’a presque fait encore ce soir. Je pense qu’il y a trop de joueurs entre les matchs qui redescendent. Il faut trouver le moyen de remonter et d’avoir de l’émotion. On est le 19 novembre et je pense avoir gueulé plus que toute la saison passée. La saison passée on avait plus de joueurs qui prenaient cette responsabilité-là. Je pense que si on ne règle pas ça… Les unités spéciales, le nombre de déchets techniques, de mauvaises décisions avec le palet, des passes qui n’arrivent pas. À la base de tout ça, il y a le fait que l’on a été battu par une très belle équipe. (…) Ils ont un très bon gardien, ils ont bien fait circuler le palet, ils ont beaucoup de talents offensifs.

 

Gap – Lyon 2-4 (2-0, 1-0, 1-0)
Dimanche 19 novembre 2017 à 18h30 – Alp’arena. 2152 spectateurs.
Arbitres : Damien Bliek et Nicolas Cregut assisté de Gwilherm Margry et Joris Barcelo
Pénalités : Gap 20’ (4’, 12’, 4’) Lyon 8’ (2’, 4’, 2’)
Tirs : Gap 26 ; Lyon 34

Évolution du score :
0-1 à 14’54 : Gerling assisté de Labrecque et Levesque (sup. num.)
0-2 à 27’26 : Ankerst assisté de Tomko et Takac (sup. num.)
0-3 à 40’38 : Labrecque assisté de Gerling et Correia
1-3 à 53’56 : Scheid (sup. num.)
2-3 à 58’47 : Glen assisté de Scheid et Linsmayer
2-4 à 59’21 : Correia assisté de Gerling (cage vide)

Gap

Attaquants :
Rob Linsmayer – David Glen – Eric Scheid
Dimitri Thillet – Maurin Bouvet – Romain Gutierrez
Devin Tringale – Jack Lewis – Chad Mc Donald
Cédric Di Dio Balsamo – Marius Serer – Evan Ritt
Yoanne Lacheny

Défenseurs :
Max Ross – Graeme Mc Cormack
Damien Raux – Tim Campbell
Pierre Crinon – Raphaël Faure
Arnaud Faure

Gardien :
Jeff Lerg

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absent : Maxime Ritz

Lyon

Attaquants
Samuel Takac – Aubin Lamirault – Arturs Mickevics
Julien Correia – Dave Labrecque – Trevor Gerling
Norbert Abramov – Jaka Ankerst – Valentin Michel
Maxime Favre Felix – Quentin Berthon  – Fabien Kazarine

Défenseurs
Pavel Chernook – Renars Demiters
Slavomir Tomko – Thomas Roussel
Jules Breton – Marc-André Levesque
Sébastien Delemps – Cédric Custosse

Gardien
Rok Stojanovic

Remplaçant : Sidney David (G). Absents : Quentin Mahier, Jordan Sims (genou), Olivier Richard (G), Maris Jucers (G).

Les commentaires sont fermés.

nec vulputate, vel, mi, facilisis Nullam sem, quis, et, ultricies fringilla leo