Dunkerque – La Roche (Division 1, 25e journée)

286

Les deux déplacements en terres nantaises et briançonnaises n’ont pas permis au navire corsaire d’avancer. Ce sont même cinq défaites de suite avec la bagatelle de 28 buts concédés qui le retiennent au port et l’approchent dangereusement des playdowns. Dunkerque peut envier ses visiteurs du soir. Les voyants sont en effet au vert du côté du Hogly, vainqueurs à quatre reprises dans le même temps et de plus en plus proche d’une seconde qualification de suite en playoffs.

Bourreaux de Neuilly, dont ils convoitent la sixième place, les joueurs de Juraj Ocelka subissent d’emblée la pression d’une deuxième ligne renouvelée, où Louis Olive se montre particulièrement percutant. La première pénalité tombe lorsque Nicolas Siegfriedt est déséquilibré dans la neutre, sans conséquences car la relance et les entrées de zone locales sont perfectibles, jusqu’à un lancer puissant de Zeliska repoussé par Peksa, qui perd le rebond de vue. Deuxième coup de chaud pour le portier tchèque au retour à cinq, lorsque le palet convoité par Mikušovic est sauvé devant la ligne par son défenseur Magne.

Le Hogly n’a pas encore défié l’arrière-garde corsaire quand Peter Holecko s’avance plein axe et décale Bohus Farkasovsky, au lancer croisé fatal à Chimienti (0-1 à 04’26″). Coup d’essai, coup de maître pour les partenaires d’Hugo Laporte, à l’œuvre sur deux coups de semonce lointains maîtrisés par le portier québécois… au contraire de son vis-à-vis, en posture toujours inconfortable face à Lukáš Zeliska. Auteur d’une bonne parade face à Marek Mikušovic, le portier a juste le temps de se relever que son compatriote Vit Budínský conclut de près (1-1 à 08’25″).

Après avoir repoussé du casque un tir de Thomas, Marek Peksa ferme la porte au même Budínský sur un nouveau jeu de puissance consécutif à une charge trop véhémente de Holecko. Ce dernier à peine revenu sur la glace, c’est au tour de Farkasovsky de commettre une faute sur un Zeliska très en vue. Un coup de sifflet sanctionnant Mikušovic dans les secondes suivantes, la suite est plus sereine pour les Yonnais, certes défiés par deux rushs de Direr et Young. Non inquiété, Mark Corbett se fraie un chemin vers la cage nordiste, que son partenaire Hale défie de loin, pensant profiter de l’écran d’un partenaire.

La Roche est plus à l’aise en fin de période. À l’œuvre derrière le but adverse, Mathias Lalanne est chargé par Geffroy-Lemoine. Hugo Laporte décoche un tir puissant écarté par Chimienti vers Hoomaian, mais la cage a bougé entre-temps. Puis Steve Lebel déboule, efface le portier adverse sans parvenir à redresser la course d’un caoutchouc filant à gauche.

Les deux formations s’échangent les bonnes séquences pour le début de la période intermédiaire. Zeliska laisse échapper une bonne opportunité en oubliant deux partenaires au centre, voyant son essai contré par un plongeon opportun de Laporte, la paire Ballet – Mikušovic se cassant les dents sur Peksa. De l’autre côté du glaçon, Justin Hoomaian, en manque de réussite, ne peut trouver la cage dont le préposé vient de concéder un rebond. Sur la contre-attaque, la première ligne maritime sort parfaitement la rondelle par Budínský, qui lance Clément Thomas et se positionne aux abords de la cage afin de donner une première fois l’avantage aux siens (2-1 à 26’00″).

Si Nicolas Siegfriedt ne peut profiter d’un raté de Louis Boucherit pour creuser cet écart, les locaux s’exposent vite à un retour des Aigles consécutivement à une interception de Holecko, repris fautivement par Zeliska. La fureur des hommes d’Antoine Richer est palpable car, outre leur interprétation de la décision arbitrale, ils s’estiment floués par le fait qu’un septième Yonnais a rejoint la glace quelques secondes avant le retour au banc de Marek Peksa… Ils n’auront pas trop à craindre la foudre de leurs visiteurs, seul un essai ras glace de Vienneau occupant Chimienti. À peine revenus au complet, les Corsaires prennent deux longueurs d’avance lorsque Clément Thomas, alerté par Young sur la gauche du but, trouve le fond des filets dans un angle fermé (3-1 à 30’09″).

La suite des événements n’est pas plus heureuse pour les joueurs de Juraj Ocelka. Hugo Laporte dribble un défenseur et perd son face-à-face avec Chimienti ; Hoomaian efface trois Corsaires et expédie le palet au-dessus, puis ne peut profiter d’une supériorité face à un carré nordiste solide et se permettant de sortir la rondelle intelligemment, conduisant à une incartade de Jonathan Lafrance aux avant-postes. La nervosité, marquée en début de match par l’ire de Vienneau à l’encontre du pourtant métronome Blinka, se retrouve à travers un échange musclé entre les deux capitaines Thomas et Donald, ce dernier étant doublement sanctionné.

Plus préoccupant pour les Vendéens, Marek Peksa se fend d’un mauvais geste envers Matej Blinka et doit regagner prématurément le vestiaire (38’58″), quelques secondes après avoir concédé un quatrième but à Marek Mikušovic, à la conclusion d’une action collective rapidement exécutée (4-1 à 38’35″).

Le nouvel entrant Renan Sarrazin reçoit ainsi comme cadeau de bienvenue une longue séquence d’infériorité numérique, sur laquelle les Dunkerquois capitalisent une fois, le service de Thomas étant repris de volée par Vit Budínský pour le triplé (5-1 à 41’31″). Celui qui fut un temps la doublure de Lino Chimienti à Tours la saison dernière fait face à un tir en angle de Marek Mikušovic, le palet terminant dans son équipement, puis bloque la salve de Zeliska et oppose la mitaine sur une reprise vers sa lucarne de Pavlicek.

Fort d’un matelas confortable, le HGD adopte une posture plus défensive, tentant de profiter de quelques contre-attaques. Sur l’une d’elles, Lukáš Zeliska subtilise la rondelle à Gaëtan Magne et conclut à ras glace (6-1 à 46’20″). En supériorité, après un lancer de Farkasovsky repoussé par la barre transversale, Peter Holecko réduira le score sur un rebond (6-2 à 50’45″), la fin de rencontre étant avare d’envolée entre Vendéens frustrés de voir leur bonne série prendre fin et Nordistes soulagés de retrouver le goût de la victoire. Avec deux matchs à jouer, la troupe d’Antoine Richer peut encore espérer accrocher une place synonyme de maintien direct. À commencer par négocier la réception du Mont-Blanc ce mardi.

Commentaires d’après-match :

Hugo Laporte (défenseur de La Roche) : « Cette défaite s’explique par un manque de concentration. On savait que ce déplacement était compliqué, sur une petite glace et face à des partisans hostiles. Quand le jeu est devenu plus physique nous avons moins répliqué et pris des pénalités non nécessaires qui ont fait mal. Nous sommes à blâmer, même s’il ne faut rien enlever à Dunkerque, qui a bien joué ; ce fut le même genre de match qu’à l’aller. Au troisième tiers, il était important de soutenir notre gardien et essayer de le mettre en confiance d’autant qu’il restait environ quatre minutes de pénalité à tuer. Face à Anglet, il faudra confirmer notre bonne prestation du début de saison. »

 

Dunkerque – La Roche 6-2 (1-1, 3-0, 2-1).
Samedi 24 février 2018 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux.
Arbitrage d’Adrien Ernecq assisté de Jérémie Collin et Cédric Turbert.
Pénalités : Dunkerque 16′ (6’, 6′, 4′), La Roche 39′ (8′, 6’+25′, 0′).
Tirs : Dunkerque 41 (12, 13, 16), La Roche 37 (15, 11, 11).

Évolution du score :
0-1 à 04’26″ : Farkasovsky assisté de Holecko
1-1 à 08’25″ : Budínský assisté de Thomas et Mikušovic
2-1 à 26’00″ : Budínský assisté de Thomas et Gaborcik
3-1 à 30’09″ : Thomas assisté de Young et Mikušovic
4-1 à 38’35″ : Mikušovic assisté de Budínský et Young (sup. num.)
5-1 à 41’31″ : Budínský assisté de Thomas et Mikušovic (sup. num.)
6-1 à 46’20″ : Zeliska
6-2 à 50’45″ : Holecko assisté de Corbett (sup. num.)

Dunkerque

Attaquants :
Clément Thomas (C) – Marek Mikušovic (A) – Vit Budínský
Louis Olive – Matej Direr – Matej Blinka
Nicolas Siegfriedt – Geoffrey Parisot – Lukáš Zeliska
Clément Garrido

Défenseurs :
Adam Young – Francis Ballet (A)
Martin Pavlicek – David Gaborcik
Jonathan Lafrance (A) – Martin Poirier ou Alexis Geffroy-Lemoine

Gardien :
Lino Chimienti

Remplaçants : Pierrick Boudot (G), Xavier Davranche, Nathan Thomm. Absents : Brendan Martial, Antoine et Rémi Houque (blessés)

La Roche

Attaquants :
Bohus Farkasovsky – Peter Holecko (A) – Kamil Rajnoha
Petr Machacek – Steve Lebel – Justin Hoomaian
Antoine Mony – Doryan Besseau – Mathias Lalanne
Valentin Jacques – Andrew Donald (C) – Quentin Durand

Défenseurs :
Mark Corbett – Corey Hale
Justin Vienneau (A) – Hugo Laporte
Louis Boucherit – Gaétan Magne

Gardien :
Marek Peksa puis Renan Sarrazin à 38’58″.

Remplaçants : Emmeran Letac, Victorien Jambert. Absents : Cyril Selin (genou), Benoît Barreteau.

Les commentaires sont fermés.

venenatis mattis leo mi, suscipit Lorem Praesent dolor. neque.