Brest 2 – Asnières (Division 3, huitième de finale)

410

Faire barrage aux Castors 

Qualifiés en play-off après une fin de saison régulière bien menée, l’objectif des Albatros de Brest est d’ors et déjà atteint. C’est donc sans pression que les « Ti-Zef » s’apprêtent à jouer crânement leurs chances face au ténor de la poule B : Asnières.

Invaincus en saison régulière, les Castors font figure de grands favoris. Ils sont composés notamment de joueurs d’expérience parfois passés par d’anciens clubs de Division 1 aujourd’hui relégués au quatrième niveau national (Garges, Courbevoie). Ils disposent d’un effectif étoffé largement capable de faire encore le métier à ce niveau.

Première satisfaction : l’affluence de la patinoire indique 329 spectateurs, soit le meilleur total de la saison pour l’équipe réserve. Brest commence le match de manière réaliste. Alors que Guillaume Pfeiffer se signale dangereusement devant le gardien Erwan Jaouen, la défensive locale parvient à récupérer le palet et à relancer le jeu. Sacha Grimshaw effectue une passe caviar millimétrée à destination de Clément Gonzales en embuscade au niveau de sa ligne bleue offensive. Le meilleur pointeur breton fait faux bond à la défensive francilienne et remporte son duel face à Bastien Jamar qu’il déjoue d’un tir côté bouclier (1-0 à 2’34’’).

Un bon départ pour les jeunes Bretons qui font bloc défensivement face au pressing asniérois. Ils obtiennent même une pénalité de Jérémy Graud sur une incursion de Bruno Chatin (6’23’’). Le jeu de puissance est bien installé mais trop avare en tirs. Les Castors avaient pourtant bien des difficultés à dégager le palet. Pas plus de succès sur la pénalité du vétéran roublard Jean-Denis Aurouzé (10’52’’) dont Brest ne profite pas pleinement à cause d’un faire trébucher sifflé à l’encontre de Clément Gonzales (12’01’’).

Globalement, même si Brest se défend bien, on ne peut constater qu’une meilleure aisance technique de la part des Castors. L’excellent Erwan Jaouen repousse avec une belle sérénité les multiples tentatives des joueurs des Hauts-de-Seine. Sur un palet bien gratté par le capitaine Arnaud Bougaran derrière le but et remis vers l’enclave, Jaouen repousse une nouvelle fois une chaude occasion. C’est Eliott Aubert qui se fait frustrer mais heureusement pour ce dernier, Jaouen laisse un rebond que Nicolas Jeannin exploite en bon rôdeur (1-1 à 14’39’’). La satisfaction est tout de même de mise pour Brest qui tient ce score de parité à la pause grâce notamment à une prestation remarquable de son gardien Erwan Jaouen.

Manque de concentration à la reprise pour les deux formations puisqu’elles sont tour à tour sanctionnées pour surnombre. Revenus au complet, les Castors prennent peu à peu l’ascendant sur leurs adversaires avec des présences de plus en plus longues en zone offensive. Le premier bloc offensif visiteur Papp-Leroux-Pfeiffer se distingue à plusieurs reprises et il faut tout le talent de Jaouen pour tenir le score. Ce dernier craque néanmoins sur une belle reprise excentrée de Jorge Burgos qui se loge dans le haut du but (1-2 à 27’41’’).

À la mi-match Brest semble vraiment dans le dur et peine de plus en plus à suivre le rythme. La pénalité de William L’Arvor pour faire trébucher en est une belle illustration (32’58’’). Heureusement pour eux, Jaouen sort l’arrêt du match d’une mitaine vive sur la tentative à bout portant de Damien Ilczyszyn (33’17’’). La pénalité n’est cependant pas tuée puisque Jorge Burgos s’offre un doublé (1-3 à 33’57’’). Décidément, la glace du Rïnkla Stadium réussit aux Espagnols puisqu’un autre joueur ibérique, Alejandro Carbonell, a inscrit un but ici même la semaine dernière en Division 1 avec Annecy.

Malgré deux nouvelles pénalités à l’encontre des Albatros (36’09’’ et 38’30’’), la période se termine sur cet écart mérité de deux buts pour les Castors au vu de la physionomie du tiers. La première ligne brestoise se signale à l’amorce de la dernière période (43’20’’) sans pour autant mettre sur le grill Jamar. Un moment important du match intervient peu après avec deux pénalités asniéroises (Jean-Denis Aurouzé et Victor Papp) qui offrent à Brest 1’18’’ à cinq contre trois.

Hélas pour les Bretons, Bruno Chatin charge irrégulièrement un Francilien qui se défendait comme un beau diable le long de la bande pour conserver le palet et gagner du temps (46’12’’). L’occasion de revenir à un but est donc gâchée et les Albatros perdent peu à peu le fil de la rencontre. Les nerfs lâchent à l’image de la méconduite écopée par Oscar Chapron (48’19’’). Certes, le centre brestois avait bien raison de pester contre un dégagement interdit injustement accordé à Asnières alors que Bruno Chatin était largement le premier sur le palet. Mais il aurait mieux valu le garder pour soi.

Les choses empirent pour les locaux puisque, même réduit à quatre (51’07’’), Asnières parvient à inscrire un nouveau but. Trop laxiste sur le marquage, la défensive brestoise laisse un espace ouvert à Alexandre Leroux pour armer un lancer-frappé fulgurant qui transperce Jaouen (51’57’’). Le rythme retombe après ce but mais on peut signaler notamment un beau dribble du prometteur Anthony Laurent qui met dans le vent ses opposants sans pour autant mener l’action au bout (52’06’’).

Sur une nouvelle contestation de décision arbitrale, les locaux écopent d’une méconduite (Bruno Chatin à 53’56’’). En fin de match, le favori de la rencontre parachève sa victoire après avoir pourtant frôlé un deuxième but encaissé. Bastien Jamar est en effet sauvé par son poteau sur un lancer de Clément Gonzales. Sur la contre-attaque qui suit, Damien Ilczyszyn inscrit le cinquième but en poteau rentrant (1-5 à 57’24’’).

Handicap de quatre buts donc pour Brest avant le match retour joué aux Courtilles le 10 mars prochain. La tâche s’annonce compliquée comme attendu. Les Albatros peuvent néanmoins être satisfaits de leur première période où ils ont mené au score et globalement tenu la dragée haute aux Castors. Il s’agira donc d’étendre ce type de prestation sur l’ensemble de la rencontre.

Avec ce bel effectif équilibré, la machine asniéroise s’est lentement mais sûrement mise en place. Une fois lancée il était difficile de la freiner. Il y avait pourtant sans doute de quoi les faire douter en profitant notamment de leurs pénalités. Clairement la situation non-exploitée de cinq contre trois dans le dernier tiers est un moment décisif que les jeunes Bretons n’ont pas saisi. Verdict dans deux semaines.

 

Brest 2 – Asnières 1-5 (1-1, 0-2, 0-2)
Samedi 24 février 2018 à 18h30 au Rïnkla Stadium. 329 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Phelippe assisté de Nicolas Gestin
Pénalités : Brest 2 32′ (2’, 8’, 2’+10’+10’), Asnières 16′ (4’, 2’, 10’).

Évolution du score :
1-0 à 02’34’’ : Gonzales assisté de Grimshaw
1-1 à 14’39’’ : Jeannin assisté de Aubert et Bougaran
1-2 à 27’41’’ : Burgos assisté de Aurouzé
1-3 à 33’57’’ : Burgos assisté de Leroux et Papp (sup. num)
1-4 à 51’57’’ : Leroux assisté de Stalin et Cousin (inf. num)
1-5 à 57’24’’ : Ilczyszyn assisté de Leroux et Papp

Brest 2

Attaquants :
Clément Gonzales – William L’Arvor (A) – Bruno Chatin
Anthony Laurent – Oscar Chapron – Yann Bourhis
Thibault Libert – Guillaume Colin – Guillaume Bellec

Défenseurs :
Sacha Grimshaw – Hugo Scarfiglieri (C)
Maxime L’Arvor (A) – Anthony Callec

Gardien :
Erwan Jaouen

Remplaçant : Clément Tanguy (G). Absents : Maël Letort, Maxime Souet.

Asnières

Attaquants :
Victor Papp – Alexandre Leroux – Guillaume Pfeiffer
Eliott Aubert – Nicolas Jeannin (A) – Arnaud Bougaran (C)
Anthony Denis – Jean-Denis Aurouzé – Jorge Burgos

Défenseurs :
Jérémy Garaud – Robin Stalin
Damien Ilczyszyn – Aristide Degardin
Nicolas Cousin (A) – Grégory Boissière

Gardiens :
Bastien Jamar

Remplaçants : Támas Kiss (G), Benjamin Peltier. Absents : Olivier Viennot, William Place, Benoit Proutat, Quentin Vial, Alexandre Capet, Guillaume Baskakoff.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :