Washington sur un nuage

391

Deux victoires consécutives des Capitals : Vegas est dans les cordes et ce match 4 a tout du match-clé dans la série. Les Golden Knights semblent vivre un coup de moins de bien, et n’arrivent pas du tout à imposer leur jeu. Muselés dans la neutre, ils perdent leur vitesse, sont repoussés dans les bandes où ils perdent la plupart des duels. Les deuxième et troisième lignes sont aux abonnés absents.

C’est la raison pour laquelle Gerard Gallant a choisi de bouleverser ses alignements. David Perron, auteur de 66 pts en saison régulière – record de carrière – n’a pas marqué le moindre but depuis le début des playoffs, et finit donc en tribunes. Tomas Tatar sort du purgatoire. Le Slovaque, acquis à prix d’or – plusieurs choix de draft dont un premier tour – n’a pas brillé sous le maillot de Vegas jusque là, mais affiche un bon bilan face aux Capitals dans sa carrière.

Washington est en pleine euphorie, en revanche. Solide dans tous les compartiments du jeu, l’équipe de Barry Trotz n’a jamais vu la coupe Stanley d’aussi près. Deux victoires, le capitaine Ovechkin en feu, déterminé et à l’émotion contagieuse, Kuznetsov meilleur marqueur des playoffs… Gagner à domicile mettrait l’adversaire à genoux.

Washington sur un nuage

Vegas entame bien, avec une possession intense en zone offensive. Le premier tir vient cependant d’Ovechkin, du cercle droit. Mais quelques instants plus tard, Alex Tuch trouve le poteau sur un palet bondissant, avec écran de Haula. Carpenter enchaîne sur la présence suivante. Le palet file d’un but à l’autre à toute vitesse, sans pause.

Un débordement de Karlsson trouve Marchessault au deuxième poteau, et le tir est hors cadre. Quatre minutes de jeu : premier coup de sifflet, pour une pénalité de Carlson, un faire trébucher sur Haula.

Tatar et Haula combinent superbement et offrent un caviar à James Neal, qui a la cage ouverte… et frappe le poteau opposé ! Un ratage incroyable…

Marchessault puis Tuch au rebond accentuent la pression. Holtby tient le choc, avec de la chance à revendre.

Alors que le rythme ne retombe pas et qu’il n’y a quasiment aucune coupure, Colin Miller concède deux minutes dans la neutre pour une charge en retard complètement inutile. Les Capitals, qui subissent globalement le jeu, obtiennent là une occasion de reprendre des couleurs. Ils ne tardent pas à en profiter. L’entrée en zone est parfaite. Bäckström, à gauche, retrouve Kuznetsov qui lance du revers. Fleury repousse, mais Oshie surgit, se replace le palet du patin et parvient à bonifier le rebond (1-0).

Vegas réagit très vite et attaque beaucoup plus la cage. Les chances sont de bien plus près du but, à l’image d’un rebond de Eakin sur un tir d’Engelland. En face, la vitesse de Vrana déborde la défense et il parvient à menacer Fleury en tour de cage, d’un tir en hauteur.

Sur l’engagement, Ovechkin et Wilson pressent, libèrent Kuznetsov. La défense est noyée par tous ces déplacements. Deux joueurs vont sur le Russe, un autre tente de bloquer la bleue… mais Kuznetsov retrouve Wilson esseulé devant un Fleury en déséquilibre, avec une passe incroyable au milieu de patins et de crosses adverses (2-0).

Il reste vingt secondes, et les Capitals planent. Smith-Pelly tient le palet en zone offensive, Ovechkin renverse pour Niskanen à la bleue. Le tir vers la cage rebondit et Smith-Pelly parvient à le contrôler du patin, puis à marquer en hauteur (3-0).

Un gros début de match de Vegas, avec deux tirs sur le poteau dont un incompréhensible de Neal… et trois buts en sept tirs pour Washington, dont le froid réalisme punit l’un des meilleurs tiers des Golden Knights dans cette finale !

Sous contrôle

Ce schéma continue dès la reprise, avec une attaque de Marchessault et Smith, qui secoue la défense. Holtby repousse le tir de l’ancien Panther. En dépit de cela, le mouvement continuel des Capitals perturbe la défense des Golden Knights. Eller et Burakovsky tournent et libèrent à l’opposée Djoos, tout seul sur la droite. Le défenseur rookie échoue sur Fleury.

Encore une fois, la quatrième ligne des visiteurs parvient à se montrer dangereuse. Bellemare contre une passe, Reaves donne en retrait et Miller envoie une mine que Holtby repousse de la botte. Un revirement dans la neutre ouvre enfin un petit espace pour Karlsson, en 2-contre-1. Carlson le met au sol en glissant pour couper la passe, et offre deux minutes de supériorité à Vegas.

Les Golden Knights manquent de tranchant, cafouillent leurs passes et n’obtiennent finalement que deux tirs, dont un lancer de Miller stoppé de la mitaine juste à la fin de l’avantage.

La mise en jeu suivante profite à Washington, qui part en 3-contre-2. Smith-Pelly lance à la cage et Kempny, monté aux avant-postes, prend le rebond sur la poitrine. Le palet file hors cadre. Vegas, poissard jusqu’au bout, trouve ensuite le poteau pour la troisième fois sur un tir flottant de McNabb…

À mi-période, Wilson est puni en zone offensive pour un coup de crosse sur Schmidt. Vegas pousse, cramponné en zone offensive, échouant cependant à effacer l’intense pressing sur le porteur de palet. Les lignes de tirs disparaissent, Orpik et Niskanen bloquent plusieurs tirs et Holtby n’a qu’un arrêt à effectuer.

L’avantage se renverse peu après pour une faute de Neal dans l’enclave d’Holtby. Washington se montre bien plus performant. Le palet tourne bien et Carlson échange sa place avec Ovechkin. Le défenseur est bien décalé au cercle gauche et sa volée prend Fleury de vitesse (4-0). Troisième assistance pour Kuznetsov, qui accentue son avance en tant que meilleur marqueur des playoffs. 0/3 pour Vegas en supériorité, 2/2 pour Washington…

Le gouffre au score, qui ne reflète pas du tout la physionomie du match, semble insurmontable, en dépit des efforts de Reilly Smith, en déviation de Colin Miller. L’attaquant tente une nouvelle action, relayé par McNabb, mais Holtby demeure intraitable. Ovechkin et Kuznetsov démarrent alors en deux-contre-un, et Engelland sauve son camp en coupant la passe…

Washington a donc creusé l’écart dans ce tiers, avec un réalisme certain. Vegas domine de manière stérile, avec des tirs moyennement dangereux. La majeure partie sont de toute façon bloqués, hors cadre ou sur le poteau… Une seule équipe dans l’histoire a réussi à remonter un 4-0 en troisième tiers en playoffs : Los Angeles contre Edmonton au match 3 du premier tour 1982. La mission de Vegas s’annonce quasi impossible.

Les Capitals déroulent

Les Capitals maîtrisent ce match 4 et Ovechkin pousse Haula au cinglage après 1’30 dans le troisième tiers. Fleury doit rapidement intervenir devant Kuznetsov, puis Oshie. Vegas s’en sort et obtient une faute de Kuznetsov pour un faire trébucher sur Haula. Le jeu défensif des locaux empêche les Golden Knights de s’installer avant plus d’une minute, moment où Tatar, servi entre les cercles, trouve la botte de Holtby. Dans les dernières secondes, Neal est servi ligne de fond, pivote et trouve enfin la faille en hauteur (4-1).

Les visiteurs s’exposent et Fleury sauve son camp en se jetant au sol devant Ovechkin, parti dans le dos de McNabb en échappée. Les minutes défilent et la toile défensive des Capitals continue de priver Vegas d’occasions. Mieux, les joueurs de Barry Trotz se créent les chances les plus nettes, à l’image d’une volée d’Oshie entre les cercles difficilement repoussée par Fleury.

Mais Vegas ne lâche rien, comme tout au long de l’année. Marchessault travaille dans le coin, remonte, aidé par Theodore qui gêne la sortie de palet de Connolly. Marchessault récupère et envoie le palet en diagonale vers Reilly Smith. Patient, Smith trompe Holtby en hauteur (4-2). Reaves, aligné avec Neal et Haula, provoque ensuite Tom Wilson et les deux hommes sortent, offrant un quatre-contre-quatre.

Une situation parfaitement exploitée par Washington. Backström travaille fort dans la neutre et lance Oshie, qui fixe Miller d’une mise en échec en reculant. Oshie laisse dans le même temps une passe-abandon vers le Suédois. Backström feinte le tir et déniche une passe parfaite vers Kempny. Le défenseur tchèque ne rate pas l’offrande de volée (5-2). C’est la première fois que Fleury encaisse cinq buts en un match de playoffs cette saison. Miller, le nez en sang, est furieux : nez cassé pour le défenseur de Vegas dans ce contact avec le casque d’Oshie.

Il reste trois minutes, les supporters crient « We want the cup ! » et Kuznetsov s’infiltre, provoquant deux minutes contre son ancien coéquipier Schmidt. Frustré, McNabb charge Oshie dans le dos et laisse son camp à trois-contre-cinq sur ce mauvais geste. Les esprits s’échauffent : Oshie et Engelland sont renvoyés au vestiaire.

1’13 de double avantage pour les Rouges, qui cherchent la volée d’Ovechkin qui ne cadre pas. Puis, Kuznetsov et Backström mettent le feu dans l’enclave. Connolly, qui remplace Oshie exclu sur la première unité spéciale, récupère le rebond, repique au centre et profite de la foule pour surprendre Fleury au premier poteau (6-2). Quatrième passe de Kuznetsov, qui égale un record de finale de coupe Stanley pour le nombre d’assistances en un match.

Reaves provoque alors Smith-Pelly dès la reprise et est renvoyé au vestiaire à son tour, quelques secondes avant tout le monde…

Washington mène donc la série trois victoires à une et cherchera son premier titre sur la glace de Vegas. Un match quatre ébouriffant de réalisme offensif, grâce notamment à trois buts en supériorité numérique. La défense a encore muselé le jeu offensif des Golden Knights, repoussés sur les côtés, et qui ont bien trop souvent vu leurs tirs bloqués. Pourtant, le début de match était parfait… jusqu’au poteau de Neal cage ouverte, véritable tournant du match. Peut-être le meilleur match de Vegas offensivement dans cette finale, mais le réalisme n’était au rendez-vous ni en attaque, ni en défense.

Dans l’histoire, 32 des 33 équipes qui ont mené 3-1 en finale ont soulevé le trophée. Vegas devra s’inspirer de Toronto, qui avait renversé un 3-0 face à Detroit en 1942 pour remporter la coupe Stanley… et prier pour que le record NHL de Washington l’aide : les Capitals ont gaspillé un 3-1 à cinq reprises dans leur histoire. Cette fois pourtant, tout semble rouler pour eux…

 

Washington Capitals – Vegas Golden Knights 6-2 (3-0, 1-0, 2-2)
Lundi 4 juin 2018, 20h20. Capitals One arena, Washington, DC. 18506 spectateurs.
Washington mène la série 3-1.
Arbitrage de Kelly Sutherland et Chris Rooney assistés de Greg Devorski et Derek Amell.
Pénalités : Washington Capitals 20′ (2′, 4′, 4’+10′), Vegas Golden Knights 32′ (2′, 2′, 8’+10’+10′)
Tirs : Washington Capitals 26 (7, 14, 5), Vegas Golden Knights 22 (5, 8, 9)

Récapitulatif du score
1-0 à 09’54 : Oshie assisté de Kuznetsov et Bäckström (sup. num.)
2-0 à 16’26 : Wilson assisté de Kuznetsov
3-0 à 19’39 : Smith-Pelly assisté de Niskanen et Ovechkin
4-0 à 35’23 : Carlson assisté de Kuznetsov et Oshie (sup. num.)
4-1 à 45’43 : Neal assisté de Haula et Miller
4-2 à 52’26 : Smith assisté de Marchessault et Sbisa
5-2 à 53’39 : Kempny assisté de Bäckström et Oshie
6-2 à 58’51 : Connolly assisté de Bäckström et Kuznetsov (double sup. num.)

Washington Capitals

Attaquants
Alex Ovechkin (C, +2) – Evgeny Kuznetsov (+1, 2′) – Tom Wilson (+1, 4′)
Jakub Vrana – Nicklas Bäckström (A) – TJ Oshie (+1, 10′)
Andre Burakovsky (-1) – Lars Eller (-1) – Brett Connolly (-1)
Chandler Stephenson – Jay Beagle – Devante Smith-Pelly

Défenseurs
Michal Kempny (+1) – John Carlson (+1, 4′)
Dmitri Orlov – Matt Niskanen (-1)
Brooks Orpik (A) – Christian Djoos (+1)

Gardien :
Braden Holtby

Remplaçant : Philipp Grubauer (G). Réservistes : Madison Bowey (D), Jakub Jerabek (D), Alex Chiasson (A), Shane Gersich (A), Brian Pinho (A), Travis Boyd (A), Nathan Walker (A), Pheonix Copley (G)

Vegas Golden Knights

Attaquants
Jonathan Marchessault (-1) – William Karlsson (-2) – Reilly Smith (A, -1)
Tomas Tatar (+1) – Erik Haula (2′, +1) – James Neal (2′, +1)
Alex Tuch (-1) – Cody Eakin – Ryan Carpenter
Ryan Reaves (2’+10′) – Pierre-Édouard Bellemare – Tomas Nosek

Défenseurs
Brayden McNabb (2′) – Nate Schmidt (2′)
Deryk Engelland (A, 10′, -1) – Shea Theodore (-3)
Colin Miller (2′, +1) – Luca Sbisa (A, +1)

Gardien :
Marc-André Fleury

Remplaçant : Maxime Lagacé (G). Réservistes : Malcolm Subban, Dylan Ferguson, Oscar Dansk (G), Erik Brannström, Nicolas Hague, Jason Garrison, Griffin Reinhart, Jon Merrill, Jake Bischoff, Brad Hunt (D), Cody Glass, Nick Suzuki, Oscar Lindberg, Stefan Matteau, William Carrier, Tomas Hyka, Keegan Kolesar, TJ Tynan, Brandon Pirri, David Perron (A)

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :