La Russie cherche la formule, les Tchèques tranchent

217

Dépassée en mobilité et dans les duels par les jeunes Finlandais, la Russie aborde ce dernier match de l’Euro Hockey Tour – et ultime match avant le Mondial – face aux Tchèques avec des lignes modifiées. Kirill Kaprizov prend ainsi la place de Dadonov sur la ligne d’Ovechkin et de Kuznetsov. Il semble mieux s’y trouver. Ce trio ouvre le score sur une attaque rapide à quatre (avec Sergachyov monté côté gauche) : en croisant vers sa « mauvaise » aile (à droite), Aleksandr Ovechkin attire Jakub Jeřábek jusqu’à la bande, puis sert Kirill Kaprizov qui approche seul du but, feinte à droite et marque du revers dans une exécution parfaite (1-0). Le repli défensif du premier trio tchèque (Frolík-Simon-T.Zohorna) n’était pas glorieux sur cette action.

IMG 1250 But OvechkinLes Tchèques avaient pourtant eu la première occasion quand Jan Kovář avait trouvé une très belle passe pour Hynek Zohorna, mais le tir croisé de l’ailier de l’Amur Khabarovsk avait heurté le poteau de la cage de Vasilyevsky. L’équipe locale reste active offensivement. Dominik Simon dépasse le défenseur russe (Sergachyov) couché à 2 contre 1, mais Frolík arrive trop vite pour reprendre sa passe. L’égalisation arrive quand Mikhaïl Grigorenko s’embrouille avec le palet dans son enclave, permettant à l’opportuniste Michal Řepík de le propulser au fond.

Décevant la veille, Evgeni Kuznetsov semble avoir vaincu le décalage horaire. Il patine plus vite, il trouve des espaces et est de plus en plus affûté dans ses prises de décisions. Et même quand il se fait pénalisé pour un coup de crosse pendant que son équipe est en avantage numérique, le résultat est qu’il marque à sa sortie de prison : il reçoit une bonne passe d’Artyom Anisimov et feinte vers la droite pour mieux battre Jakub Kovář côté revers. Impliqué sur tous les buts, Kuznetsov se distingue encore en longeant la bande et en attirant les regards des cinq Tchèques pour mieux servir le défenseur Evgeni Orlov parvenu au poteau opposé. Il marquera encore le quatrième but russe en cage vide en fin de match.

Le talent russe est de plus en plus visible, a fortiori en situation de 4 contre 4 : Nikita Kucherov réussit à attirer les quatre Tchèques dans 4 mètres carrés (!) et à servir en retrait Evgeni Malkin qui fait ensuite le tour de la cage et lui sert une merveille de passe transversale. Le tir en angle du joueur de Tampa Bay avec la cage ouverte échoue sur le poteau. Néanmoins, leur premier trio avec Grigorenko ne semble pas totalement fonctionner.

Il est encore un peu tôt pour affirmer que la Russie a trouvé la bonne formule. Son calendrier aisé au début du Mondial lui donnera le temps de faire des réglages. Les trois premiers trios ne jouent pas encore collectivement à la hauteur du potentiel individuel des joueurs qui le composent. En revanche, la quatrième ligne Kovalchuk-Andronov-Plotnikov fait du bon travail : le capitaine Ilya Kovalchuk semble bien accepter ce rôle de l’ombre, et son centre, l’attaquant défensif Sergei Andronov, se lance même dans des combinaisons intéressantes à son côté.

Reste le cas de Nikita Gusev, qui peine à retrouver ses marques après son aller-retour outre-Atlantique (il a été mis sous contrat par Vegas sans jouer dans le but de « vider » son année de contrat rookie et de lui permettre de signer à un salaire libre). En troisième ligne aujourd’hui, il a été invisible. En troisième période, il a été remplacé par Aleksandr Barabanov, qui a pris un peu de temps de jeu et s’est même offert une occasion en compagnie de Dadonov.

Le remplacement du treizième attaquant Telegin par Barabanov est en effet le seul changement qu’Ilya Vorobiev avait apporté à son effectif pour ce dernier match. Il est évident qu’il avait déjà son équipe en tête, et les trois joueurs renvoyés à la maison (Lyubushkin, Kadeikin, Mikheyev) n’avaient même pas été alignés de tout le week-end.

Il en va autrement chez les Tchèques qui ont procédé à une large revue d’effectif. La conférence de Miloš Říha était programmée pour annoncer la sélection finale. Aucune surprise dans les départs de Radim Zohorna (malade), de Filip Pavlík ou du gardien Marek Langhamer, qui n’avaient pas joué du tournoi. La mise en l’écart des attaquants les moins expérimentés,  Červený, Fořt et Rousek, était aussi attendue. Martin Zaťovič les accompagne après discussion avec le staff : sachant que sa place ne serait pas garantie, il a préféré céder sa place aux plus jeunes. Cela a sans doute « sauvé » David Tomášek.

Les décisions étaient plus cornéliennes en défense où Jakub Jeřábek, Tomáš Kundrátek et Jakub Krejčík ont perdu leur place au cours de ce tournoi : tous avaient joué plusieurs championnats du monde. Les 25 joueurs restants peuvent faire leurs valises pour Bratislava, avec une petite épée de Damoclès pour le gardien Hrubec et pour les attaquants : Říha a précisé que quatre joueurs-clés de NHL restaient suivis de près pour une possible intégration en cas d’élimination en play-offs : David Krejčí et David Pastrňák (Boston), Tomáš Hertl (San José) et le gardien Pavel Francouz (Colorado).

Précisons enfin que les hockeyeurs russes n’ont pas pu rentrer aussi vite que prévu de Brno à Moscou, car leur avion spécial ne pouvait pas quitter la capitale russe pour venir les chercher : le trafic a été interrompu à l’aéroport de Sheremetyevo après l’atterrissage d’urgence d’un Sukhoï d’Aeroflot en flammes. Les membres de la fédération et de l’équipe nationale ont d’ailleurs présenté un message de condoléances aux victimes (41 morts).

Commentaires d’après-match :

Ilya Vorobyov (entraîneur de la Russie) : « L’équipe a bien travaillé. Nous ne parlons pas de lignes, mais de l’équipe. Nous avons cherché de nouvelles lignes, c’était pas mal. Nous avions des idées, nous en avons discuté pendant longtemps hier soir. Nous allons réfléchir. Le jeu à 5 contre 5 va bien. Nous avons beaucoup d’attaquants à potentiel élevé. Le talent est le talent, mais le travail est le plus important. Kucherov est un buteur typique, il est clair que c’est dans leurs veines, mais il ne faut pas perdre son calme quand on ne marque pas. Il faut jouer en équipe, on y est parvenu aujourd’hui. »

Jakub Kovář (gardien de la République tchèque) : « Les Russes ne sont pas encore à fond dans ce tournoi. Ils ne se jetaient pas devant les tirs. Parfois on aurait dit qu’ils ne voulaient pas faire le pas en plus. Mais cela ne leur enlève rien, quand ils ont une occasion, ils s’en saisissent. […] J’ai eu des rencontres difficiles, je n’ai pas pris confiance parce que je n’ai pas reçu beaucoup de tirs, mais je ne pense pas avoir pris de mauvais buts. […] On n’a jamais eu autant de joueurs. On avait une équipe différente à chaque match et les lignes changeaient. Je peux dire que la défense semblaient meilleure à Brno, alors que dans les matches précédents contre l’Autriche et l’Allemagne c’était n’importe quoi. C’est plus positif avec les arrivées de Hronka et Gudas, ce sont deux arrières de qualité dont nous avons besoin. Nous n’avons pas de super-défenseur ni de gardien-étoile, nous devons nous aligner pour travailler au mieux. »

 

République tchèque – Russie 1-4 (1-1, 0-2, 0-1)
Dimanche 5 mai 2019 à 18h00 à la DRFG Arena de Brno. 7700 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage d’Andreas Harnebring et Mikael Holm (SUE) assistés de Daniel Hynek et Jiří Svoboda (TCH).
Pénalités : Tchéquie 14′ (0′, 4’+10′, 0′) ; Russie 8′ (0′, 6′, 2′).
Tirs : Tchéquie 24 (10, 7, 7) ; Russie 23 (4, 12, 7).

Évolution du score :
0-1 à 11’14 : Kaprizov assisté d’Ovechkin et Kuznetsov
1-1 à 15’40 : Repik assisté de Musil
1-2 à 27’53 : Kuznetsov assisté d’Anisimov
1-3 à 34’49 : Orlov assisté de Kuznetsov et Ovechkin
1-4 à 57’31 : Kuznetsov assisté de Kaprizov et Ovechkin (cage vide)

République tchèque

Attaquants :
Michael Frolík (A, -2) – Dominik Simon (-3) – Tomáš Zohorna (-2)
Ondřej Palát – Filip Chytil – Dmitrij Jaškin (2′)
Martin Zaťovič – Jan Kovář (A) – Hynek Zohorna
Dominik Kubalík (-1) – Robin Hanzl (-1) – Michal Řepík
Tomáš Fořt

Défenseurs :
Jakub Jeřábek (-2) – Petr Zámorský (-2)
Jan Kolář (C, -1, 2’+10′) – Jan Rutta
Jakub Krejčík (-1) – Tomáš Kundrátek (-2)
David Musil (+1) – David Sklenička (+1)

Gardien :
Jakub Kovář [sorti de 57’10 à 57’31 et de 57’58 à 60’00]

Remplaçant : Patrik Bartošák (G). En réserve : Marek Langhamer, Šimon Hrubec (G), Filip Hronek, Filip Pavlík, Radko Gudas, Michal Moravčík (D), Jakub Voráček, Jakub Vrána, Rudolf Červený, David Tomášek, Lukáš Rousek (A), Radim Zohorna (A, maladie intestinale).

Russie

Attaquants :
Mikhail Grigorenko – Evgeny Malkin (A, -1) – Nikita Kucherov (-1)
Aleksandr Ovechkin (A, +3) – Evgeni Kuznetsov (+4, 2′) – Kirill Kaprizov (+3)
Nikita Gusev – Artyom Anisimov (+1) – Evgeny Dadonov
Ilya Kovalchuk (C) – Sergei Andronov – Sergei Plotnikov (4′)
Aleksandr Barabanov

Défenseurs :
Mikhail Sergachyov (+1) – Nikita Nesterov (+1)
Dmitri Orlov (+2) – Nikita Zaïtsev (+2, 2′)
Dinar Khafizullin – Aleksandr Elesin
Artem Blazhievsky

Gardien :
Andrei Vasilevskiy

Remplaçant : Ilya Sorokin (G). En réserve : Aleksandar Georgiev (G), Ilya Lyubushkin, Bogdan Kiselevich, Artyom Zub (D), Aleksandr Kadeikin, Ivan Telegin, Ilya Mikheyev (A).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

risus. dictum sem, facilisis felis pulvinar justo mattis Praesent mi,