Slovaquie – Grande-Bretagne (match de préparation à Poprad)

267

Le compte-à-rebours des championnats du monde se rapproche de son terme et la Slovaquie présente un bilan très mitigé en Euro Hockey Challenge. Elle a perdu deux confrontations contre un futur adversaire de la poule de Košice, l’Allemagne, et deux autres – les derniers – contre son rival et voisin tchèque. Ses deux seuls succès ont été obtenus contre une équipe d’Autriche moins calibrée et peu rodée, dont un acquis en fusillade. Bref, pas de quoi pavoiser avant de lancer le Mondial à domicile. Pour autant, l’atmosphère dans les vestiaires, la cohésion affichée devant la presse et surtout les progrès entrevus dans le jeu depuis l’arrivée des joueurs de NHL tendent à penser que la Slovaquie, en dépit des apparences, est sur le bon chemin. Il lui faut toutefois corriger son inefficacité au tir. La Grande-Bretagne, avant-dernier concurrent au programme de sa préparation, semble être une proie parfaite pour se rassurer.

Le manager général Miroslav Šatan préfère toutefois nuancer : « Les Britanniques évoluent dans la catégorie élite, cela veut donc dire qu’ils ont de la ressource et qu’il ne faut surtout pas les sous-estimer. C’est un adversaire que l’on connaît peu dans la mesure où on ne l’a pas encore joué. Nous savons juste qu’il dispose de beaucoup de joueurs nord-américains naturalisés. » « C’est clair qu’ils n’ont pas de grands noms dans leurs rangs, mais ils ont de la qualité, c’est certain, tempère aussi le jeune défenseur Erik Černák, l’un des quatre derniers renforts avec son homologue de NHL Martin Marinčin et les finalistes du championnat tchèque Libor Hudáček et Tomáš Marcinko. « Je ne doute pas qu’ils savent patiner et qu’ils vont jouer avec beaucoup d’envie, nous devons donc rester concentrés au maximum. » La Grande-Bretagne, qui ne compte dans son effectif que quatre éléments « expatriés », reste en effet une énigme pour beaucoup.

Les premiers instants de la rencontre sont fidèles aux attentes. La Slovaquie patine vite, ses transmissions courtes et précises permettent le décalage. Pourtant, cette flagrante activité offensive met du temps avant de porter ses fruits. Tomáš Zigo, dans le slot, cherche Róbert Lantoši au poteau gauche mais trouve la crosse du défenseur Tim Billingsley, posté juste devant l’attaquant slovaque et qui dévie dans sa propre cage (1-0, 9’33). La Double-Croix domine les débats de la tête et des épaules mais ne parvient cependant pas à concrétiser au score cette incontestable domination au cours de la première période.

Pis, les locaux relancent l’Union Jack en début de deuxième période en encaissant deux pénalités successives. La défense bleue se montre toutefois suffisamment solide pour empêcher toute sérieuse intrusion jusqu’à Marek Čiliak et la Slovaquie reprend son rythme une fois les deux équipes revenues à forces égales. Tomáš Tatar double la mise pour la Slovaquie en reprenant au poteau droit le rebond de la frappe de Richard Pánik dans l’enclave (2-0, 28’15) mais Robert Farmer, profitant d’un marquage laxiste, lui donne la réplique après seulement sept secondes de supériorité numérique (2-1, 34’39).

Les hommes de Craig Ramsay ont fait preuve d’une trop grande nonchalance face à une formation qui ne lui montre aucune opposition. Le but britannique leur remet probablement les idées en place : soixante-douze secondes après la réduction du score, Matúš Sukeľ est au rebond de la frappe dans l’axe de Mário Grman (3-1, 35’51). Róbert Lantoši enfonce le clou en power-play avant la pause lorsque, dans un angle très fermé, sa reprise ricoche sur le poteau gauche puis sur le gardien Ben Bows qui dans un mouvement de recul remet le palet sur la voie du filet (4-1, 39’16). L’écart de trois buts aux deux tiers de la rencontre, aussi confortable soit-il, reste assez mince eu égard à l’hégémonie offensive des Slováci.

Jusque là dans l’ombre de Čiliak et Július Hudáček, qui vient de prendre la porte de la sélection, Denis Godla effectue son entrée en jeu à l’amorce du dernier opus de la partie et, autant le dire de suite, il n’aura strictement aucun danger à écarter jusqu’à la fin. La Grande-Bretagne s’éteint définitivement et laisse la Slovaquie mener à sa guise le rythme du match. Le slap de Marinčin sur la ligne bleue corse la note en supériorité numérique (5-1, 45’35) puis Adam Liška, lancé dans le slot, achève la récolte en reprenant le centre de Patrik Koch, défenseur transformé pour le coup en ailier droit (6-1, 48’49).

La Slovaquie a beaucoup tiré ce soir (54 fois !), a inscrit des buts sur déviations comme espéré et a fait la fête à un public de Poprad qui lui a bien rendu, mais il convient d’admettre que la Grande-Bretagne, qu’elle retrouvera le 18 mai, a été un piètre combattant. La Norvège, au programme à trois jours de son entrée en lice aux championnats du Monde, sera pour la Double-Croix une véritable répétition générale.

Réactions d’après-match

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « On a réalisé aujourd’hui beaucoup de bonnes choses et je suis surtout satisfait du nombre de buts inscrits. On s’est efforcés de tirer dans chaque position et de chercher les déviations. C’est très positif. En revanche, on n’a pas maintenu notre niveau de jeu sur l’ensemble des soixante minutes et on devrait faire attention à ça. Les deux gardiens ont fait un bon match et nous sommes heureux d’avoir pu les voir en action. »

Miroslav Šatan (manager de la Slovaquie) : « On a été supérieurs pendant toute la rencontre, je ne suis donc pas surpris que l’on ait souvent marqué. Ce genre de novice en catégorie élite a besoin d’expérience et je suppose qu’ils s’amélioreront au fil du tournoi. De notre côté, cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu une telle cohésion entre les joueurs, et c’est évidemment positif d’avoir réussi à inscrire autant de buts. »

Slovaquie – Grande-Bretagne 6-1 (1-0,3-1,2-0)
Samedi 4 mai 2019 à 16h00 à la patinoire de Poprad. 4513 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage de Peter Stano et Tomáš Orolin assistés de Tomáš Gegáň et Martin Smrek (tous SVK).
Pénalités : Slovaquie 8′ (2′, 6′, 0′) ; Grande-Bretagne 14′ (4′, 2′, 8′)
Tirs : Slovaquie 54 (19, 19, 16) ; Grande-Bretagne 16 (6, 6, 4)

Évolution du score :
1-0 à 09’33 : Zigo assisté de Grman et Čajkovský
2-0 à 28’15 : Tatar assisté de Pánik et Sukeľ
2-1 à 34’39 : Farmer assisté de Shields et O’Connor (sup. num.)
3-1 à 35’51 : Sukeľ assisté de Grman
4-1 à 39’16 : Lantoši assisté de Marinčin et Daňo (sup. num.)
5-1 à 45’35 : Marinčin assisté de Jaroš et Nagy (sup. num.)
6-1 à 48’49 : Liška assisté de Koch et Ďaloga

Slovaquie

Attaquants :
Richard Pánik (+2) – Matúš Sukeľ (+2) – Tomáš Tatar (A, +2)
Marián Studenič (2′) – Tomáš Zigo (+2) – Ladislav Nagy (A, 2′, +1)
Marko Daňo (+2) – Tomáš Marcinko – Adam Liška (+1)
Róbert Lantoši (+1) – Dávid Buc – Samuel Buček

Défenseurs :
Erik Černák (2′) – Andrej Sekera (C)
Christián Jaroš (+1) – Martin Marinčin
Mário Grman (2′, +3) – Michal Čajkovský (+1)
Marek Ďaloga (+1) – Patrik Koch (+1)

Gardien :
Marek Čiliak [remplacé par Denis Godla à 40’00]

En réserve : Patrik Rybár (G), Martin Fehérváry (D), Dávid Bondra (A), Libor Hudáček (A), Mário Lunter (A).

Grande-Bretagne

Attaquants :
Evan Mosey – Brett Perlini (2′) – Robert Farmer
Jonathan Phillips (C, 2′) – Robert Lachowicz – Ollie Betteridge (2′)
Robert Dowd (A, -1) – Mike Hammond (2′, -1) – Ben Lake (-1)
Colin Shields (-3) – Matthew Myers (-3) – Liam Kirk (-3)

Défenseurs :
David Phillips (2’+2′, -1) – Ben O’Connor
Steve Lee (-1) – Mark Richardson (A)
Tim Billingsley (-3) – Dallas Ehrhardt (2′, -2)
Luke Ferrara – Paul Swindlehurst (-1)

Gardien :
Ben Bowns

Les commentaires sont fermés.

odio in vulputate, eleifend suscipit ut neque.