La Suisse déjà en quart des Mondiaux

168

Jusque-là dans l’ombre de la Russie, on retrouve en tête du groupe B la Suisse qui a aligné 3 victoires en 3 matchs.

Après avoir atomisé l’Italie (9-0) et bataillé contre la Lettonie lors d’un match rythmé (3-1), la Suisse a obtenu mardi soir un succès net et sans bavure contre l’Autriche (4-0). La voie pour les quarts de finale est désormais grande ouverte pour la sélection de Patrick Fischer. Le défenseur junior Janis Moser s’est blessé à la main au dernier match, mais il a été convenu avec son club qu’il reste jusqu’à la fin du tournoi pour emmagasiner de l’expérience.

Les Norvégiens ont tiré la langue après leurs trois premiers matchs, contre la Russie, la Tchéquie et la Suède. La sélection de Petter Thoresen a encaissé la bagatelle de 21 buts, catastrophique. Face à une équipe suisse particulièrement mobile et volontaire, les Scandinaves s’avoueront-ils vaincus, en gardant à l’esprit le match importantissime de vendredi contre l’Autriche ?

Le joker Sven Andrighetto et Kevin Fiala font partie des rares NHLers sans contrat pour la saison prochaine à renforcer l’équipe nationale. Preuve que les vice-champions du monde ont bien du caractère et souhaitent rééditer une grande performance cette année. En tout cas, du caractère il en faudra puisque les Helvètes ont déjà joué hier soir. Auteur du blanchissage contre l’Autriche, Reto Berra cède sa place à Leonardo Genoni, qui dispute à son tour son deuxième match du Mondial. Henrik Holm est lui titularisé pour la Norvège au détriment de Henrik Haukeland, qui n’a pas forcément été exempt de tout reproche.

Les premières incursions en zone sont plutôt timides dans les premières minutes, mais le premier but ne tarde pas. Christoph Bertschy lance en profondeur Andres Ambühl, qui marque un très beau but du revers (1-0, 05’30). Un score qui va s’avérer juste car la possession est suisse dans ce début de match. Genoni est tout de même sollicité mais il bouche bien les angles, notamment devant Holøs et Martinsen, qui ne permettent pas à la Norvège de marquer à son premier jeu de puissance.

Les deux gardiens sont à la parade, face à Hofmann, Røymark, Diaz ou Josi. Après un léger mieux de la Norvège, la Suisse reprend possession du match en fin de tiers. Elle obtient son premier jeu de puissance à la 17e minute, avec une frappe sur le poteau de Martschini, un avantage numérique de courte durée puisque le jeune talent Nico Hischier, particulièrement chahuté depuis le début par les Norvégiens, craque nerveusement avec un slashing gratuit. La séquence à 4 contre 4 sera toutefois sans incidence.

Nico Hischier va avoir l’occasion de se venger en début de seconde période. Kevin Fiala récupère le palet en zone offensive et sert la jeune star des Devils, qui feinte le tour de la cage. Le gardien Holm a déjà la tête vers l’autre poteau, et Hischier pousse en force le palet au fond des filets pour un splendide but (2-0, 20’34). C’est déjà son septième point du tournoi ! L’affaire se complique pour la Norvège, qui ne parvient toujours pas à profiter de deux nouvelles supériorités numériques dans ce deuxième tiers-temps. La Suisse n’aura d’ailleurs pas plus de réussite, alors que Martinsen écope d’un 2’+10′ pour une violente charge appuyée sur la tête de Kurashev.

La Nati a bien envie d’un troisième but en début de troisième période, histoire de plier l’affaire. Kevin Fiala dans la mêlée, Gaëtan Haas avec une double occasion et une reprise de Bertschy ne tromperont pas la vigilance de Henrik Holm. Quant à Vincent Praplan, c’est la barre transversale qui repousse son essai du revers à la 45e minute. Finalement, Grégory Hofmann aura davantage de réussite. Olimb réalise une relance catastrophique de sa défensive, Lino Martschini, à droite, s’empare du puck et sert l’attaquant de Lugano (3-0, 49’01).

Bonsaksen trop virulent sur Ambühl sur la balustrade, il est envoyé en pénalité pour un nouveau 2’+10′ norvégien, finalement sans conséquence. Pas plus que la pénalité dont écope Josi pour un mauvais geste sur Martinsen, malgré une bonne volée de Sondre Olden devant le slot. Et la Suisse aggrave la marque. Joël Genazzi frappe de la bleue en cherchant la palette d’Andres Ambühl, qui dévie au fond des filets et inscrit un doublé (4-0, 56’02).

Deux minutes plus tard, les Scandinaves sauvent l’honneur. Alexander Reichenberg récupère le palet le long de la bande en zone neutre et le transmet à Tobias Lindström, lancé plein champ, qui s’en va battre Genoni (4-1, 58’04). Pas de quoi renverser le match, surtout qu’un slashing de Roest permettra à la Suisse de finir tranquillement le match en supériorité numérique.

Quatre matchs, quatre victoires pour la Suisse, elle comptabilise les 12 points qui assurent une place en quart de finale. Un scénario parfait avant d’affronter les trois cadors du groupe, et ce avec deux jours de repos : Suède (samedi), Russie (dimanche) et Tchéquie (mardi). Une nouvelle étape pour les hommes de Patrick Fischer qui auront le temps de préparer avec l’idée de montrer qu’ils peuvent prétendre à la victoire de groupe. Quant aux Norvégiens, une fois de plus décevants, l’opération maintien est désormais lancée avec au menu l’Autriche (vendredi), l’Italie (samedi) et la Lettonie (mardi).

Élus joueurs du match : Andres Ambühl pour la Suisse, Patrick Thoresen pour la Norvège.

Commentaires d’après-match (d’après NTB)

Mathis Olimb (attaquant de la Norvège) : « Je prends ma responsabilité. Ce n’est pas  la première fois que je fais une bourde, et ce ne sera pas la dernière. Cela fait partie du jeu. Parfois on fait des erreurs, et celle-ci a coûté cher. Il faut avancer. Maintenant il faut commencer à gagner des matchs, ou on va se retrouver à Belfast ou je ne sais où l’an prochain. Nous devons trouver de l’énergie et gagner. En même temps, il n’y a pas de mauvaise équipe au Mondial A. C’est du haut niveau, nous devrons jouer à notre meilleur niveau pour avoir l’opportunité. »

Suisse – Norvège 4-1 (1-0, 1-0, 2-1)
Mercredi 15 mai 2019 à 16h15 à la Ondrej Nepela Arena de Bratislava. 4673 spectateurs.
Arbitrage de Brett Iverson (CAN) et Jeremy Tufts (USA) assistés de Andrew Dalton (GBR) et Lauri Nikulainen (FIN).
Pénalités : Suisse 10′ (4′, 4′, 2′), Norvège 28′ (2′, 12′, 4’+10′).
Tirs : Suisse 42 (15, 14, 13), Norvège 32 (14, 7, 11).

Évolution du score :
1-0 à 05’30 » : Ambühl assisté de Bertschy et Loeffel
2-0 à 20’34 » : Hischier assisté de Fiala
3-0 à 49’01 » : Hofmann assisté de Martschini
4-0 à 56’02 » : Ambühl assisté de Genazzi et Moser
4-1 à 58’04 » : Lindström assisté de Reichenberg

Suisse

Attaquants :
Kevin Fiala (+1) – Nico Hischier (+2, 2′) – Vincent Praplan (+1)
Grégory Hofmann (+1) – Philipp Kurashev (-1) – Lino Martschini
Tristan Scherwey – Gaëtan Haas – Sven Andrighetto
Simon Moser (A, +2) – Christoph Bertschy (+2) – Andres Ambühl (+2, 2′)
Noah Rod (-1)

Défenseurs :
Roman Josi (A, +1, 2′) – Yannick Weber
Joël Genazzi (+2) – Romain Loeffel (+1, 2′)
Lukas Frick – Raphael Diaz (C, +1)
Michael Fora (+1, 2′)

Gardien :
Leonardo Genoni

Remplaçant : Robert Mayer (G). En réserve : Reto Berra (G), Janis Moser (D, main).

Norvège

Attaquants :
Sondre Olden (-2) – Mathis Olimb (A, -2) – Patrick Thoresen (A, -2)
Mathias Trettenes – Michael Haga – Thomas Valkvæ Olsen
Alexander Reichenberg – Tobias Lindström – Andreas Martinsen (-1, 2’+10′)
Niklas Roest (-1, 2′) – Kristian Forsberg (-1) – Martin Røymark

Défenseurs :
Alexander Bonsaksen (-1, 2’+10′) – Jonas Holøs (C, -1)
Erlend Lesund (-1) – Stefan Espeland
Christian Bull (-2, 2′) – Johannes Johannesen (-1)
Mattias Nørstebø – Christian Kåsastul

Gardien :
Henrik Holm

Remplaçant : Henrik Haukeland (G). En réserve : Jonas Arntzen (G), Tommy Kristiansen (A, blessé), Mats Rosseli Olsen (A, genou).

Les commentaires sont fermés.

vulputate, eget leo fringilla facilisis in felis