Parcourir Tag

Košice

Le Canada taille patron

La première place du groupe est en jeu entre les deux frères ennemis nord-américains. Les États-Unis alignent Zach Werenski en défense, enfin arrivé en Slovaquie. Il prend la place de Christian Wolanin. En attaque, le retour de Johnny Gaudreau coûte sa place au jeune Jack Hughes, au grand déplaisir des scouts NHL. Le Canada se passe de Tyler Bertuzzi.

L’efficacité allemande

La dernière journée propose une rencontre entre deux équipes déjà qualifiées en quarts de finale. Leur classement n'est pas définitif, mais se dessine déjà : la Finlande ne peut pas finir plus bas que deuxième, et restera donc à Košice jeudi. L'Allemagne ne peut pas finir mieux que troisième, et migrera donc dès demain vers Bratislava.

Une journée en enfer

C'était écrit : la France joue son avenir en élite mondiale face au promu, la Grande-Bretagne. La tension est extrême, la concentration aussi. Les Britanniques ciblent ce match depuis le début, alors que les Français ont tenté de surprendre en cours de tournoi, sans réussite - la faute à trop d'erreurs techniques et mentales. Pour autant, les Bleus restent favoris (voir l'édito). La mission est simple : jouer en patrons. Philippe Bozon a savamment entretenu le suspense dans les cages. Alors que l'option Buysse semblait…

La tête ailleurs ?

Le match de ce dimanche soir a tout du casse-tête. En cas de victoire, les Bleus seraient officiellement maintenus en élite. Mais face à une formation qui joue les premiers rôles et que la France n'a battu qu'une fois en neuf tentatives (5-1 en 2017 à Paris), ne faut-il pas garder des forces pour le match de lundi contre la Grande-Bretagne ?

Le Mondial est Stone

Avec déjà 12 points, l'Allemagne a décroché l'une des quatre places qualificatives en quarts de finale. La défaite du Danemark plus tôt dans l'après-midi a éliminé un concurrent, et la Slovaquie, qui pourrait revenir à égalité, ne peut la doubler - le but de Draisaitl à trente secondes de la fin a assuré aux hommes de Toni Soderholm la différence de buts particulière.

Un espoir trop vite éteint

Après la défaite contre le Canada, la France affronte une Slovaquie en pleine déprime. Les locaux savent que leurs rêves de quarts de finale sont devenus une douce utopie et que même un sans-faute sur la fin de tournoi ne suffira peut-être pas. Le pays appelle à la démission du staff et critique fortement la préparation mentale : depuis trop d'années, l'équipe craque en fin de match et gaspille de solides avantages au score. Les deux défaites à une poignée de secondes de la fin contre le Canada et l'Allemagne mettent le pays…

Bowns n’a pas suffi

Dans une patinoire sonore et tout acquise à leur cause, les Britanniques affrontent les Etats-Unis pour la première fois depuis 1962 : lors des Championnats du monde à Colorado Springs, les Etats-Unis avaient gagné 12-5.

Une différence de rigueur

La France et l'Allemagne ne s'aiment pas trop, sur la glace. On se souvient de derniers matchs très tendus, à commencer par le dernier aux Mondiaux, celui de 2016, que la France avait remporté 3-2 aux tirs au but. Un an plus tôt, à Prague, l'Allemagne avait gagné 2-1 un match très accroché. Cette fois encore, l'enjeu est important entre deux pays proches au classement mondial. Forte de ses deux victoires initiales, la formation germanique peut légitimement prétendre aux quarts de finale, et se prépare à un choc contre la…
Donec dolor fringilla mi, non id, ante. elit. sed ut