Rouen – Amiens (Ligue Magnus, 12e journée)

Rouen ne sait plus gagner !

115

Rouen ne sait plus gagner ! 

C’est en leader de ligue Magnus qu’Amiens se rendait dans l’antre de Rouen, son meilleur ennemi. L’attaque en feu des Amiénois, 16 buts inscrits en trois rencontres, à l’image de Jérémie Romand qui compte au moins un filet dans ses trois derniers matches, sera sans doute son meilleur atout pour aborder ce premier derby de la saison, parce que la défensive, elle, semble avoir donné, dernièrement, quelques signes de faiblesse (11 buts encaissés en 3 matches) sans que Henri-Corentin Buysse, qui culmine modérément à 90,8%, soit à montrer du doigt. Avec une infirmerie pleine, Thomas Roussel, Joey West et Spencer Edwards, les coéquipiers de Romain Bault, capitaine ce soir, compteront sur leurs individualités actuellement en forme : Gibb (3 ratios positifs consécutifs), Halley (6 pts en 2 matches) et Giroux (5 pts contre Mulhouse).

En face, les hôtes sont au complet et, surtout, les Rouennais, cinquièmes au championnat, peuvent désormais s’appuyer sur leur meilleur match de la saison, celui de la semaine dernière, à domicile, contre les « Avengers » grenoblois.

Le RHE semble avoir compris la leçon et attaque assez fort le crunch qu’ils ne doivent pas manquer. Julien Msumbu (2’04) et Marc-André Thinel (2’42) échauffent Buysse et c’est assez logiquement que les Dragons ouvrent le score. Mathieu Roy remonte toute la glace, conserve le palet sur la gauche. L’arrière adresse une passe parfaite dans le slot, qui est coupée par Juha Koivisto (1-0 à 3’20). Le Finlandais inscrit son premier but de l’année.

Ensuite, si les Normands ne baissent pas trop pied, avec des occasions de Caron (4’09) et Nesa (9’38), les Picards sortent la tête de l’eau via Halley (9’06). Cependant, deux pénalités de Mäkinen et Koivisto coupent un peu le rythme des locaux. En infériorité, Matija Pintaric est plus sollicité. Romand (11’35), Bruche (16’32) et Lehtinen (16’41) auront une chance d’égaliser. Rouen a tenu et, entre les jeux spéciaux, les productions offensives, jusqu’à la première pause, des hommes de Fabrice Lhenry sont rassurantes. Marc-André Thinel (13’22) et Ritz (17’34), sans un Buysse concentré, auraient noirci la feuille de match.

Le deuxième acte débute par une belle chance du jeune, de 19 ans, Antonin Plagnat (20’56), à laquelle répond Deschamps qui sollicite la botte de Buysse (21’19). Mais l’offensive du Québécois est bien isolée. Les transitions rouennaises sont médiocres. Dans les duels, les noir et jaune ne mettent pas les ingrédients pour les gagner. Alors, Amiens, même ordinaire, prend les commandes de l’île Lacroix. Sabatier peut frapper du cercle gauche (22’12). Lehtinen du cercle droit (23’26). En zone offensive, le RHE est si peu dangereux sans mettre de trafic que Henri-Corentin Buysse peut exécuter une longue relance vers la zone neutre d’un seul poignet. Un lancer et un retour de tir plus loin, Romain Bault prend sa chance de loin. Le tir frappé de l’arrière trouve le haut des filets de Pintaric, masqué par sa propre défense désorganisée après un changement de ligne trop lent, un comble (1-1 à 25’02). Romain Bault ouvre là son compteur de but de cette saison.

L’égalisation amiénoise agit comme un coup de fouet. La réaction est immédiate car les Seino-marins remettent de l’intensité dans leur jeu en oubliant toutefois d’aller à la cage. Loïc Lampérier est au service mais le tir de Maurin Boulet est mollasson (25’11). Alors que Romain Bault a perdu sa crosse, Marc-André Thinel est lancé en échappée par Crinon. Mais le vétéran est maladroit au moment d’envoyer son lancer des poignets devant Buysse (28’22). À la mi-match, Rouen obtient son premier avantage numérique de la soirée. C’est un secteur totalement en panne chez les Rouennais, encore travaillé aux entraînements cette semaine. Mathieu Roy s’illustre mais ne cadre pas son tir frappé (30’59). Amiens tue son infériorité. Les recrues rouennaises s’illustrent. Sans un partenaire devant la cage, Maurin Bouvet tente son revers, dans un style toujours un peu indolent, énervant (31’39). Après un jeu de passes entre Bastien Maïa et Crinon, l’arrière international tire sans réception de loin. Voilé par Juha Koivisto, Buysse est curieusement surpris par cette rondelle à ras de glace (2-1 à 31’46). Au crédit de Crinon, c’est le troisième but inscrit sur sa fiche 2019/2020. Le RHE76 ne profite pas du momentum car il doit annihiler deux infériorités, entre deux bourdonnements (Thinel à 36’31), afin d’achever ce tiers sans dégât, malgré de sérieux envois d’Antonin Plagnat (non cadré à 38’57) et de Giroux (en déviation à 39’41).

C’est dans le dernier tiers que les Dragons ont fait preuve de lacunes criantes et auxquelles il va falloir mettre rapidement fin pour passer l’automne sans trop de dommages. D’abord, les locaux vont échouer lors de trois attaques à cinq. Malgré huit bonnes positions de lancers de Bedin (42’56), Roy (46’57), Deschamps (47’04), Guttig (47’31, 47’55 & 54’04), Ritz (49’16) et Chakiachvili (55’29), sur sept d’entre elles, Buysse a dit non (la huitième n’a pas été cadrée).

Ensuite, la fin de match est renversante. Les Normands ne mettent pas l’intensité qu’il faut pour gagner un match dans lequel, en étant improductif en power-play, ils restent en danger. Nicolas Ritz, pressé de s’asseoir, abandonne son bloc alors que le puck est amiénois en zone centrale ! Louis Belisle organise l’attaque à trois contre deux car Matima ne peut être couvert, ni par Deschamps combatif mais pris de court, ni par Caron bloqué dans la neutre, alors que Bouvet (excusé pour le coup), le substitut de Ritz, arrive, comme la cavalerie, après la bataille ! Rudy Matima, sans opposition, peut prendre son propre rebond (2-2 à 57’19). C’est le troisième but de l’ailier de 22 ans cette saison.

L’intensité en cette fin de partie est picarde. Juste avant que ne soit sanctionné Loïc Lampérier en zone offensive pour un sévère accrocher sur Prissaint, Louis Belisle tente un dernier tir dans une attaque surnuméraire orchestrée par Halley (57’37). Là, Mario Richer demande son temps mort, plus pour récupérer de la fraîcheur au profit de sa première unité spéciale et introduire le doute dans l’esprit de ses hôtes que pour donner des directives tactiques. Le coaching est réussi. Après une occasion pour Jérémie Romand (58’11) détournée par Pintaric, une passe transversale de Giroux, dans un jeu installé, est déviée dans ses propres filets par Chakiachvili, pas chanceux (2-3 à 58’36). Grâce à son aide sur ce but, Philippe Halley devient le meilleur pointeur de la ligue. Même si Matija Pintaric est remplacé par un attaquant supplémentaire dans les dernières secondes, le gain ira à Amiens, qui conserve ainsi, ce soir, sa place de leader avec un point d’avance (et un match disputé de plus aussi) sur Grenoble.

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Loïc Lampérier (Rouen) : « Il y a pas mal de frustration ce soir. Mentalement, on ne va pas se mentir, on n’est pas au mieux. On est dans le doute. On veut bien faire mais on est maladroit et, du coup, on fait des erreurs qu’on ne fait pas habituellement. Il faut changer cette dynamique car, là, on est dans un cercle vicieux. Il faudrait un match accompli pour ça. Là, on fait généralement ce qu’il faut pour être devant au score mais, à chaque fois, on fait des erreurs, on a des trous d’air, qui remettent l’adversaire dans le match. On se complique les choses et on se plonge dans le doute. Je ne dirais pas qu’on finit par avoir peur de gagner mais, par contre, on est friable. On n’est qu’au mois d’octobre et il n’est pas encore temps d’appeler les pompiers mais c’est important de vite reprendre confiance car je pense vraiment qu’on vaut mieux que ça et qu’on a une équipe talentueuse. »

Rouen – Amiens 2-3 (1-0, 1-1, 0-2)
Vendredi 18 octobre 2019 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2747 spectateurs (guichets fermés).
Arbitres : MM. Nicolas Cregut et Adrien Ernecq assistés de MM. Leevan Thiebault et Thomas Caillot.
Pénalités : Rouen 12′ (4′, 4′, 4′) ; Amiens 20′ (0′, 2′, 8’+10′)
Tirs : Rouen 36 (12, 12, 12) ; Amiens 30 (8, 13, 9)
Supériorités : Rouen 0/4, Amiens 1/5
Chances : Rouen 13 (6, 5, 2) ; Amiens 6 (1, 3, 2)

Évolution du score :
1-0 à 03’20 : Koivisto assisté de Bedin et Roy
1-1 à 25’02 : Bault assisté de Halley et Romand
2-1 à 31’46 : Crinon assisté de Maïa et Koivisto
2-2 à 57’19 : Matima assisté de Belisle et Franson
2-3 à 58’36 : Giroux assisté de Halley et Belisle

Rouen

Attaquants :
Joris Bedin – Juha Koivisto – Vincent Nesa
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Bastien Maïa
Loïc Lampérier (A) – Maurin Bouvet – Marc-André Thinel
Joël Caron – Nicolas Ritz – Julien Msumbu

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Pierre Crinon – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Matija Pintaric (27 arrêts) [sorti de 58’56 à 60’00]

Remplaçant : Gaétan Richard (G). Absent : (-)

Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley – Jérémie Romand (A)
Rudy Matima – Cain Franson – Antonin Plagnat
Yohan Coulaud – Jérôme Verrier – Florian Sabatier (A)
Baptiste Bruche – Michael Babcock – Thomas Suire

Défenseurs :
Kai Lehtinen – Ville Saukko
Louis Belisle – Dan Gibb [10’00]
Axel Prissaint – Romain Bault (C)

Gardien :
Henri-Corentin Buysse (34 arrêts)

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Thomas Roussel, Joey West, Spencer Edwards (blessés).

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

odio accumsan consequat. pulvinar non Donec massa risus. elementum Aliquam