Division 1 (11e journée) – Caen de nouveau leader, Brest de nouveau lanterne rouge

835

Le leader Cergy-Pontoise recevait une équipe des Corsaires de Dunkerque qui a fait l’actualité dans la semaine, suite au communiqué du président Vanwormhoudt qui a notamment décidé de se séparer de Damien Bourguignon, arrivé cet été sur la Côte d’Opale. L’objectif était de provoquer un électrochoc, et la première secousse tend à confirmer le bienfait de la manœuvre. Les Dunkerquois n’avaient rien à perdre en montant sur la glace de l’Aren’Ice, et ils ont créé la surprise grâce à Daniel Poliziani, Clément Thomas et un doublé de Kévin Altidor (3-4). Les Jokers n’avaient plus perdu depuis le 28 septembre à Caen.

Une équipe de Caen qui accueillait quant à elle les Sangliers de Clermont, et qui a comme souvent fait le métier sur ses forces : une attaque non étincelante mais qui marque dans les moments les plus opportuns, et une défense de fer. Pierre-Antoine Devin et Éric Aurard sont les buteurs des Drakkars, Martin Kulha a sauvé l’honneur des Auvergnats (2-1). Cette victoire permet aux Normands de reprendre la tête, tandis que Clermont retombe à l’avant-dernière place.

Une véritable affiche était au programme de cette onzième journée de Division 1 : le troisième Neuilly recevait le Mont-Blanc, quatrième à quatre points. Une rencontre qui, si maîtrisée, permettrait aux Yétis de recoller avec le trio de tête faute de monter sur le podium, en attendant son match en retard face à Marseille. Pourtant, il n’y a tout simplement pas eu match. Le but de Bushbacher après quatre minutes de jeu fut le premier d’une longue série, et les montagnards n’ont pas vu le jour dans la partie. Les hommes de Julien Guimard devront se remettre en selle très rapidement, après tout il vaut mieux prendre une grosse claque à l’occasion que d’enchaîner les défaites sur des matchs serrés (10-1).

Cholet et Chambéry sont deux équipes qui réalisent un début de saison dans les standards hauts de l’historique de ces clubs en Division 1. Si cinq places anecdotiques séparaient les deux clubs au coup d’envoi, cela ne représentait en réalité qu’un seul point d’écart. Écart qui n’existe plus désormais, puisqu’il a fallu recourir aux tirs au but mais les Éléphants s’imposent en voyage. Le grand homme du match est le Finlandais Henri Ruotsalainen. Le natif de Porvoo a ouvert la marque, doublé la mise, et inscrit le tir au but vainqueur. Les deux formations demeurent à mi-classement (4-5 t.a.b.).

Il en va de même dans le centre-ouest, pour la partie entre Tours et Nantes. Les Tourangeaux offrent une belle victoire à leurs supporters, fort notamment du triplé d’Alex Pisarik (6-4). Quant aux Nantais, ils connaissent une période plus délicate actuellement, sachant qu’ils se sont également inclinés vendredi soir face à Marseille en prolongations, dans la première journée reprogrammée.

En quête de stabilité, l’Étoile Noire de Strasbourg devra encore patienter pour offrir de la quiétude à ses passionnés. Capables de bonnes surprises comme de mauvaises, les Alsaciens se sont fait surprendre en fin d’après-midi par les Vipers de Montpellier, derniers au coup d’envoi. Après vingt minutes les noirs et jaunes faisaient pourtant la course en tête suite à des buts de Jarolin, Laplace et Burgos Ramires (ils menaient alors 3-2), puis les Héraultais ont pris les rênes dans le match, notamment en dominant largement l’ultime tiers-temps. Est-ce l’effet de l’arrivée des jumeaux Lomakin, au talent disproportionné pour la D2 où ils ont juste eu le temps de remettre Évry-Viry sur les rails (5 victoires en 6 matchs joués) ? Toujours est-il que le duo est à l’origine et à la conclusion du cinquième but des Vipers (Yuri à la passe, Vladislav à la conclusion). Il sera intéressant de jauger leur niveau dans les prochains jours, taillé pour la D1 ou peut-être pour plus encore (3-6).

La victoire de Montpellier mettait la pression à distance sur les Albatros de Brest, vainqueurs le week-end dernier à Dunkerque mais toujours fragiles, au moment d’affronter une dangereuse équipe de Marseille. Henrich Ruckay ouvrait la marque pour les Bretons, mais Michael Floodstrand, Hugo Laporte, Nicolas Deshaies et Niklas Westerlund ont permis aux Spartiates de changer le cours de la partie (1-4). Pour Brest, ce revers couplé au succès montpelliérain est synonyme de retour à la dernière place. Pour Marseille, la victoire vient ponctuer un très bon week-end en voyage qui aura permis de glaner cinq points sur six.

Résultats et classement de division 1

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

Aenean facilisis dapibus velit, suscipit pulvinar ut non