Bulletin NHL : Babcock, Schneider, le vent tourne

303

Nouvelle semaine dans la NHL, nouveau Bulletin !

Last Ten

Dans la Métropolitaine, la série des Islanders a pris fin. New York a tenu grâce à deux victoires en overtime, sur des buts de Brock Nelson, mais il n’a pas réussi à faire la passe de trois. San José, avec le deuxième but en prolongation de suite de Logan Couture, laisse New York avec une fiche de 8-0-2 sur les dix derniers matchs. De quoi conserver Washington (6-2-2) à portée de tir. Carolina, avec deux victoires de rang et une fiche de 6-4-0, s’assure de la troisième place au quart de la saison. Un léger trou commence à se former devant Pittsburgh (4-2-4) et Philadelphie (5-2-3). Les trois autres ont déjà plus de 5 points de retard. Les Rangers, Columbus et New Jersey se traînent en bas de classement et avancent à 50% de victoire.

Dans l’Atlantique, Boston mène un train d’enfer : 35 pts, soit 6 d’avance sur Florida. La fiche de 5-2-3 des Bruins apparaît moyenne mais suffit, car tout le monde cale derrière. À commencer par Florida, qui a perdu deux matchs de rang (5-4-1) et Montréal, au bilan moyen de 4-3-3 sur les dix derniers. Toronto bénéficie de l’effet « Keefe » et reste sur deux victoires (4-5-1), alors que Buffalo fait « pchit », comme l’an dernier en novembre (2-7-1). Tampa Bay, régénéré par le voyage en Europe, recolle au peloton et détient le meilleur bilan de l’Est sur les dix derniers matchs (6-4-0). Meilleur bilan ? Non ! Les improbables Senators d’Ottawa détiennent en effet la palme avec 7-3-0 et trois victoires de suite. Ils sont encore dans le coup, contrairement à Detroit (3-5-2) qui compile 4 défaites de suite. Les Wings, 31e de la NHL, ont même perdu contre les Devils, 30e…

À l’Ouest, la Centrale reste propriété des Blues de St. Louis (6-2-2) mais leur avance sur Dallas se réduit à trois points. Les Texans carburent au super, avec un bilan de 9-0-1 et six victoires de rang, meilleure série de la NHL en cours. Winnipeg a bien réagi après un début poussif et occupe le troisième rang (7-2-1). Colorado cale, décimé par les blessures (5-5-0). Ce quatuor a creusé un trou : Nashville, 5e, a déjà 5 pts de retard et connaît un gros passage à vide (2-6-2). Chicago (5-3-2) et Minnesota (5-2-3) tentent de survivre.

Dans la Pacifique, pas de temps faible pour Edmonton : les Oilers ont remporté leurs deux matchs ce week-end et le duo Draisaitl-McDavid continue de caracoler en tête du classement des pointeurs. La franchise de l’Alberta (6-3-1) compte quatre points d’avance sur la meilleure défense de l’Ouest, Arizona, où Darcy Kuemper marche sur l’eau et se pose en favori pour le Vezina. La fiche de 5-4-1 n’est pas grandiose, mais suffit pour devancer Vancouver (3-5-2) et Vegas (3-5-2) qui connaissent un coup d’arrêt – la stat des Canucks étant en plus améliorée par les deux victoires de suite ce week-end. Du coup, ce freinage généralisé profite à l’équipe en forme : San José. Les Sharks, vainqueurs de 8 de leurs 9 derniers matchs (8-2-0) remontent la pente à toute vitesse. Jones et Dell font enfin les arrêts qu’il faut… Tout le contraire d’une équipe de Calgary en pleine déroute (3-6-1), qui se demande bien pourquoi la mécanique offensive s’est déréglée. Anaheim, encore un peu tendre (2-5-3), et Los Angeles, en pleine reconstruction (5-4-1) ferment la marche.

Mike Babcock limogé : les langues se délient

L’information de la semaine est venue de Toronto. Les Maple Leafs ont été les premiers à limoger leur entraîneur. En poste depuis 2015, l’ancien coach des Ducks et Red Wings a été prié de prendre la porte. Il est remplacé par Sheldon Keefe, qui a brillé depuis plusieurs saisons sur le banc des Marlies, en AHL.

Les relations étaient bien mauvaises avec le staff, notamment le jeune manager général Kyle Dubas. Babcock, héritier de la vieille école, était l’homme de Lou Lamoriello. Depuis le départ de ce dernier, Babcock était isolé dans un staff particulièrement varié et moderne. Brendan Shanahan l’avait certes engagé à l’époque, mais la position était devenue précaire.

À mots couverts, on sent bien que les joueurs sont bien contents du changement. Les langues se délient. De vieilles histoires remontent, comme ce rookie à qui Babcock demanda de lister ses coéquipiers selon leur intensité de travail, et qui fut humilié lorsque la liste fut lue à haute voix dans le vestiaire…

Babcock n’avait plus le vestiaire pour lui et la fronde des joueurs se traduisait sur la glace. Le mouvement restait inévitable en dépit du plus gros salaire de la ligue pour un coach (6,5 millions) pour encore plusieurs années. Babcock n’avait plus le staff pour lui : ses hommes de confiance (Hainsey, Zaitsev, Marleau…) ont été éliminés de l’équation par Dubas au cours de l’été au profit de joueurs plus techniques comme Petan, Spezza. La moitié de l’effectif a changé cet été.

Sheldon Keefe apportera de nouvelles idées : des séances d’entraînement plus techniques, ciblées par poste – séances réservées aux défenseurs par exemple ; un nouveau schéma en supériorité numérique, qui profite à Tyson Barrie : enterré dans le deuxième groupe par Babcock, l’ancien Avalanche s’est déjà épanoui lors des deux premiers matchs de l’ère Keefe, avec deux buts.

Il est trop tôt pour dire si Keefe fera mieux que Babcock, mais l’équipe semble déjà mieux dans sa peau. Maintenant, les joueurs n’ont plus de paratonnerre et plus d’excuses…

Pour les abonnés The Athletic, retour sur l’ère Babcock (en anglais)

Cory Schneider en AHL

Le lent déclin de Cory Schneider se poursuit. Le gardien des Devils a été placé au ballotage la semaine dernière, et assigné à Binghamton, en AHL. Le mouvement n’a surpris personne et couvait depuis l’acquisition de Louis Domingue quelques jours plus tôt. Le gardien vétéran et ancien Canuck reste sur trois saisons catastrophiques, gêné par des douleurs à la hanche. L’opération l’an dernier a mis du temps à porter ses fruits. Schneider n’a gagné aucun match en 2018 et, s’il a bien fini la saison 2018-2019 et porté les Etats-Unis en quarts de finale au Mondial avec des prestations honorables, il n’a pas enchaîné. Le portier de 33 ans reste sur 4,59 buts encaissés et 85,2% d’arrêts en 6 matchs cette saison, et aucune victoire. Le jeune Mackenzie Blackwood et Louis Domingue tiennent désormais les cages. Schneider est sous contrat jusqu’en 2022 à 6 millions de dollars par an et ne désespère pas de retrouver son niveau en AHL. Ces trois ans difficiles ne doivent pas faire oublier que, en dépit de cela, Schneider conserve des statistiques d’élite en carrière.

Cale Makar, rookie hors norme

La saison n’en est qu’au quart, mais le trophée Calder commence déjà à partir au Colorado. Le défenseur Cale Makar compte 7 buts et 18 assistances, pour 25 points, en seulement 23 matchs, le tout en évoluant 20 minutes par match. Drafté en n°4 en 2017, le natif de Calgary affole les records et certains projettent déjà les 76 pts de Larry Murphy, record pour un défenseur rookie… Brian Leetch détient pour sa part le record de buts pour un défenseur rookie avec 23 en 68 matchs (1988-89).

Pittsburgh Hospitals

Déjà privés de Sidney Crosby et Kris Letang, les Penguins ont perdu ces derniers jours Nick Bjugstad pour 8 semaines, et le défenseur Justin Schultz. La franchise de Pennsylvanie tient encore son rang dans la division Métropolitaine, mais de peu. Heureusement, le gardien Tristan Jarry reste en grande forme… Les Penguins mènent la ligue en matchs manqués sur blessure.

Bortuzzo suspendu, Hathaway aussi

Le comité de discipline de la NHL a pris plusieurs décisions particulièrement controversées ces derniers jours. Tout d’abord, l’ailier de Washington Garnet Hathaway a reçu trois matchs de suspension pour un crachat. L’intitulé de la suspension, « Intent to injure » (intention de blesser) prête à rire… Car en parallèle, Alexander Kerfoot (Toronto) a été suspendu deux matchs pour une charge contre la bande sur Erik Johnson. Et surtout, Robert Bortuzzo n’a pour sa part pris que 4 matchs pour un coup en traître dans le dos de Victor Arvidsson. L’ailier des Predators manquera entre 4 et 6 semaines. Bortuzzo, récidiviste (il a déjà été suspendu par le passé), échappe donc inexplicablement à une sanction plus importante, et se retrouve presque autant suspendu que le crachat d’Hathaway… La NHL ne sort pas grandie de ces événements.

Anaheim : dominer n’est pas gagner

Dans le milieu du hockey et des statistiques avancées, on imagine souvent que, plus on tire à la cage, plus on a de chances de gagner. Anaheim nous prouve le contraire avec cette improbable statistique : une fiche de 0-8-2 lorsqu’ils comptent plus de tirs que leur adversaire. À l’inverse, ils ont une fiche de 10-3-1 lorsqu’ils comptent moins de tirs que l’adversaire !

Les Islanders, le danger vient de partout

Même si San José a fini par gagner, le bilan des Islanders reste assez spectaculaire. Jugez plutôt :

16 matchs avec un point, 17 buteurs différents dont 11 avec un but gagnant et trois victoires en dépit d’un retard au score de plusieurs buts en troisième tiers. Les Islanders sont tenaces et collectifs !

Islanders

Antoine Roussel, le retour

Blessé depuis de longs mois, le Français Antoine Roussel va reprendre la compétition. L’ailier des Canucks de Vancouver a été assigné en AHL dans le Manitoba, un mouvement de « reconditionnement » provisoire avant de reprendre le jeu en NHL.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

elit. nunc risus. commodo fringilla ultricies leo diam ut vulputate, elit.