Dunkerque – Cergy (Division 1, 16e journée)

521

Les Corsaires abordent 2020 avec le premier de 7 matchs à jouer à la maison parmi les 11 restants au calendrier. Ils commencent par une montagne, le leader Cergy, qu’ils ont réussi à surmonter en novembre dernier, amorçant un redressement sensible après la mini-crise éclatée lors de la réception de Brest. Du (jeune) sang neuf est arrivé d’Alsace ces derniers jours : le portier Adrien Vazzaz remplace Lassi Yrjola, blessé, et Jonathan Estienne apporte de la profondeur en attaque, secteur où le Suédois Mathias Tellström avait débarqué avant les fêtes.

Aucune place n’étant disponible à la vente, c’est une ambiance des grands soirs qui attend le leader, soutenu par de nombreux partisans déjà en voix plusieurs minutes avant l’ouverture des portes. Et nullement rassasiés par les premiers mouvements de leurs protégés, Patrick Fransson faisant le tour de la cage, pour reprendre, sans opposition, son propre lancer à mi-hauteur (0-1 à 01’27″). À voir la facilité des Jokers à trouver les occasions de lancer, tel Bastien Lardière de la gauche, on craint pour la soirée des Nordistes, mais une crosse haute de Montenoise contrarie les visiteurs, vigilants face à Vít Budínský, empêché de lancer. D’une passe vers l’aile opposée, Kevin Altidor prend la défense à revers, Cimino en profite sur la droite pour centrer vers Simcak, le plus rapide au premier poteau (1-1 à 04’15″).

À peine le temps d’engager que Jussi Laine se rend coupable d’une obstruction. L’attaque massive des Franciliens se met en place et Pierre-Charles Hordelalay propose un lancer haut dévié par Duquenne, Bureau-Blais voyant pour sa part son lancer lointain bloqué. Le jeu de passes est rodé, sans toutefois prendre à revers un carré vigilant. Cette physionomie se confirme à armes égales, la possession des Jokers étant contrariée par plusieurs contre-attaques ; sur l’une d’elles, Kevin Altidor arme de la gauche face à un Chimienti stoïque. L’indiscipline dunkerquoise conforte la domination des visiteurs, deux obstructions étant sifflées en trois minutes à l’encontre de Vissio et Thomas. La première infériorité offre toutefois la meilleure occasion à Mikušovic, dont la reprise effleure le cadre sur un 2 contre 1. La deuxième fait vaciller la troupe d’Antoine Richer. Kevin Lorcher fait parler la poudre vers la poitrine de Duquenne, après un but refusé car inscrit du patin. Hordelalay perce à son tour face à une défense attentiste sur le coup, se heurtant au dernier rempart. Celui-ci finit par céder sur un décalage de Corbett, repris sans contrôle par Liam Kerins à ras glace (1-2 à 15’10″).

La marque n’évolue pas avant le premier coup de sirène, du fait du brio des deux portiers, le local ne tombant pas dans une série de feintes d’un attaquant venu le défier, le visiteur sortant aux devants de Sheeran isolé par Destoop. Cergy-Pontoise presse dès la reprise et Lubin sert Kalter, déjoué par Duquenne au secours d’une défense privée déjà privée de Cimino pour 10 minutes. Sur une pénalité différée, Patrick Fransson conserve le palet dans le coin gauche, repique vers le centre et signe le doublé (1-3 à 21’57″). Mal embarqués, les Corsaires réagissent de nouveau par opportunisme, leur premier tir de la période faisant mouche ; il est l’œuvre du jeune Martin Poirier, en hauteur depuis la gauche, sitôt la mise au jeu remportée par Mikušovic (2-3 à 24’04″).

Et Raffoux de pousser ses hommes au moment où Monsieur Le Berre sanctionne un faire-trébucher de Derek Perl sur Marek Mikušovic… lui-même sanctionné dans les secondes suivantes avant qu’un coup de coude de Vissio n’inverse les forces en présence. Récupérant son banni, l’escouade menée par Jonathan Paredes reprend deux longueurs d’avance : Philippe Bureau-Blais lance en force, et le buteur Kalter, au rebond, transforme l’offrande (2-4 à 26’57″). Guillaume Duquenne sauve les meubles face à Arthur Montenoise, positionné au même endroit, pour conserver les chances maritimes.

Enfin au complet, Dunkerque monte en puissance, multiplie les essais et revient de nouveau à une longueur sur une montée de Vít Budínský, dont la passe en retrait permet à Francis Ballet, en se déportant vers la gauche, de tromper son ancien gardien (3-4 à 30’40″). Les Nordistes héritent même d’une supériorité numérique quand Poirier est déséquilibré par Lorcher… pour dix secondes, le temps qu’il faut à l’autre numéro 81, Budínský, pour gagner la geôle du fait d’une charge devant le but adverse.

À portée de tir, les Jokers sont ultra-dominateurs à l’abord du dernier acte, dirigeant près de dix lancers à la cage sans en concéder un seul. Guillaume Duquenne poursuit sa belle prestation d’un double arrêt face à Kerins, à la recherche de son quatrième point. Toni Kluuskeri brille dans la relance et n’hésite pas à prêter main-forte à ses avants, se rappelant qu’il jouait au centre l’année où il portait le maillot corsaire. Sur un service de Max Kalter, Pierre-Charles Hordelalay, désigné en fin de soirée meilleur joueur de sa formation, est privé du but en échappée par un Duquenne impeccable. En face, Lino Chimienti répond lui aussi présent sur les rares incursions adverses : sa mitaine dévie l’essai de Vít Budínský, à la recherche depuis le cercle gauche de la lucarne opposée.

Le temps presse et une erreur de relance débouche sur la seule pénalité du tiers, sifflée à l’encontre d’Eric Cimino. Bureau-Blais et Corbett se cassent les dents sur le gardien dunkerquois, dont les équipiers manquent de ressources en fin de rencontre. Un dernier tir en pivot non cadré est le signe des difficultés à contourner un bloc défensif suffisamment sérieux pour préserver la pole position des Franciliens.

Désignés meilleurs joueurs de la rencontre : Pierre-Charles Hordelalay pour Cergy et Francis Ballet pour Dunkerque.

Dunkerque – Cergy-Pontoise 3-4 (1-2, 2-2, 0-0)
Samedi 4 janvier 2020 à la patinoire Michel Raffoux. 1299 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Maxime Laboulais et Samuel Fessier.
Pénalités : Dunkerque 28′ (8’+10’, 8’, 2′), Cergy-Pontoise 8′ (4’, 4′, 0′).
Tirs : Dunkerque 20 (6, 10, 4), Cergy-Pontoise 31 (14, 5, 12).

Évolution du score :
0-1 à 01’27″ : Fransson assisté de Kerins
1-1 à 04’15″ : Simcak assisté de Cimino et Altidor (sup. num.)
1-2 à 15’10″ : Kerins assisté de Corbett
1-3 à 21’57″ : Fransson assisté de Kerins
2-3 à 24’04″ : Poirier assisté de Mikušovic
2-4 à 26’57″ : Kalter assisté de Bureau-Blais et Franck
3-4 à 30’40″ : Ballet assisté de Thomas et Budínský

Dunkerque

Attaquants :
Clément Thomas (C) – Marek Mikušovic(A) – Vít Budínský
Matthieu Vissio – Nolan Sheeran – Kevin Altidor
Loïc Destoop – Dominik Simcak – Jonathan Estienne ou Mathias Tellström
Joseph Broutin à 34’30″

Défenseurs :
Jussi Laine – Adam Young
Daniel Poliziani – Francis Ballet (A)
Eric Cimino – Martin Poirier

Gardien :
Guillaume Duquenne (sorti de 59’05″ à 59’31″ et de 59’45″ à 60’00″)

Remplaçants : Adrien Vazzaz (G), Quentin Dewolf. Absent : Rémi Houque.

Cergy-Pontoise

Attaquants :
Pierre-Charles Hordelalay – Max Kalter (A) – Alexandre Lubin
Liam Kerins – Patrik Fransson – Austin Vieth
Kevin Lorcher – Danny Smith – Timothée Franck
Bastien Lardière – Lucas Herrera

Défenseurs :
Philippe Bureau-Blais – Arthur Montenoise
Antonin Marcelle – Toni Kluuskeri (A)
Jeff Corbett – Derek Perl

Gardien :
Lino Chimienti

Remplaçants : Pierre Pawelek (G), Mathieu Buttin. Absent : Kevin Da Costa.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

leo Donec ut venenatis non odio sit ipsum pulvinar eleifend accumsan