La Suède bronzée

108

Les frères ennemis du nord se retrouvent dans cette petite finale, qui a un arrière-goût d’échec. La Finlande, tenante du titre, a été laminée la veille 6-0 par les Canadiens. Les Suédois, forts de leur invincibilité en tour préliminaire depuis 2007 (52 matchs !), n’ont encore une fois pas réussi à atteindre la finale, battus en prolongation par la Russie, la faute à 7 pénalités – alors que l’équipe n’en avait pris que 14 lors des 6 matchs précédents. Tout autre résultat qu’une médaille serait une catastrophe… Il faudra retrouver la discipline.

Les deux équipes s’étaient affrontées en phase de poule et la Suède avait dû batailler pour arracher la victoire dans le temps supplémentaire.

La partie débute par un arrêt d’Alnefelt sur un tir en retrait, avant que ses coéquipiers ne mettent la crosse sur le palet. Cette possession aboutit à la première supériorité numérique, lorsque Honka accroche Hugo Gustafsson à la lutte pour un rebond.

Lundkvist inquiète le portier finlandais de loin, suivi de Fagemo : pas de but, et la Finlande sort timidement la tête de l’eau. Elle va même ouvrir le score sur une action anodine. Une entrée en zone ouvre le chemin à Nousiainen, qui contourne la cage. Il est dos au but, mais parvient à pivoter et lancer vers Alnefelt. Puistola devance Broberg et le disque est dévié par son patin (0-1).

La confiance est là. Sur un rebond, Oden récupère dans son camp et déboule à toute vitesse sur l’aile droite. Son tir est repoussé par Alnefelt et la défense dégage le palet. Un Oden intenable, qui déborde Lundkvist, puni pour accrochage. La supériorité ne donne rien, et se termine même prématurément avec un retenir de Nousiainen. Le quatre-contre-quatre ne dure que 38 secondes, avant un jeu de puissance suédois. Le palet tourne bien, et revient sur Sandin à gauche. Le tir lointain du joueur de Toronto ne laisse aucune chance au gardien (1-1).

Alnefelt sauve ensuite son camp devant Petman, oublié au marquage dans l’enclave et bien servi par Maccelli de derrière le but. L’intensité de Maccelli dépasse cependant les limites, et il est sanctionné pour obstruction sur sa présence suivante. Puis la supériorité change de camp avec une nouvelle faute, un faire trébucher de Söderström. Les joueurs de Raimo Helminen décochent quatre tirs que Alnefelt parvient à contrôler. Mais Höglander commet alors une erreur majeure. Servi à la bleue sur une relance depuis son camp, il va bêtement tenter une passe latérale alors que ses coéquipiers remontent vers le banc. Maccelli intercepte, se présente seul devant le gardien, et trouve un espace mi-hauteur (1-2).

Toujours aussi serrée, la partie reprend au deuxième tiers par des duels accrochés. Dès la troisième minute, une crosse haute de Saarela offre la quatrième supériorité aux Suédois. Le palet tourne bien et le public assiste même à des mouvements spectaculaires de Lucas Raymond ou Alexander Holtz. Le score, lui, n’évolue pas.

Après un poteau de Henriksson, la Finlande, qui casse très bien la vitesse adverse en gérant les espaces, obtient à son tour une supériorité numérique pour une obstruction de Sandin. Le défenseur Lassi Thomson teste la mitaine d’Alnefelt, qui doit jongler avec le disque le temps de le contrôler. Cet échec en supériorité va revenir hanter les bleus.

Quelques secondes après le retour à cinq contre cinq, la Suède prend de vitesse la défense adverse. Höglander déborde à gauche sur une longue passe de Ginning. Son tir laisse un rebond dont s’empare Fagemo, cage ouverte (2-2).

Trois minutes plus tard, Linus Oberg récupère un palet dans le coin, pivote et renvoie vers l’enclave… Le disque frappe l’arrière de la jambière d’Annunen (3-2).

Cela ne s’arrange pas avec un coup de genou de Heinola. La Finlande défend, lance un contre et met le feu dans la défense. Sandin fait trébucher Aku Räty : court quatre-contre-quatre, puis jeu de puissance finlandais. Honka, Puistola et Tanus lancent tous azimuths, et Alnefelt, en souffrance, supplée sa défense, qui semble en retard sur tous les palets. Le gardien semble même s’être fait mal sur un grand écart spectaculaire, mais reprend sa place. Un but d’avance à la pause…

La Finlande pousse afin de revenir au score. Des efforts parfois maladroits : Maccelli se rend coupable d’un accrochage, puis ses coéquipiers gèrent mal un changement de ligne et concèdent un surnombre. La Suède bénéficie de 1’15 de double supériorité et l’occasion d’assommer le match.

Sandin se fait meneur de jeu et Fagemo manque de peu de profiter d’une superbe passe transversale. La volée fuit le cadre. La défense nordique tient le choc et continue son travail remarquable à un de moins : 6/7 ce soir… et bientôt une huitième infériorité, avec un cinglage de Saarela, à peine sorti de prison où il purgeait le surnombre.

Après une frayeur sur le but d’Alnefelt, la Suède s’installe et campe devant le but d’Annunen. Holtz et Raymond voient le palet toucher le gardien et rouler juste à côté du poteau…

À mi-période, la Finlande parvient enfin à poser son jeu offensif. Le jeu de passe, bien installé, coûte deux minutes à la Suède – et l’insupportable musique signalant les fautes retentit encore… Bröberg sort après avoir retenu la crosse de Tanus. Alnefelt reste solide devant Puistola et la Suède échappe au pire.

Les minutes défilent. Le score reste très serré et les espaces réduits. Les deux gardiens ne sont plus guère inquiétés. Annunen appelle son banc, mais l’entraîneur Helminen ne le sort pas. À une minute de la fin et alors qu’il y a une mise au jeu offensive, il décide donc de sortir de lui-même…

La Finlande pilonne la défense suédoise, avec notamment un slap de Lassi Thomson sauvé par Alnefelt. Le gardien frustre encore le défenseur d’Ottawa au cercle gauche à six secondes de la fin.

La Suède remporte la médaille de bronze, seulement la deuxième en neuf tentatives. C’est la 6e médaille depuis 2010 pour la Suède, seulement pourrait-on dire au vu de leur série incroyable en tour préliminaire. Le tenant du titre finlandais aura tout donné dans ce tournoi, malmené par les blessures de joueurs majeurs. Leur indiscipline leur aura coûté bien trop d’énergie ce soir.

Désignés joueurs du match : Samuel Fagemo (Suède) et Sampo Ranta (Finlande).

Suède – Finlande 3-2 (1-2, 2-0, 0-0)
Dimanche 5 janvier 2020 à 15h00 à l’Ostravar Arena (TCH). 7954 spectateurs.
Arbitrage de Michael Campbell (CAN) et Fraser Lawrence (CAN) assistés de Chad Huseby (CAN) et Nikita Shalagin (RUS)
Pénalités : Suède 10′ (4′, 4′, 2′), Finlande 16′ (6′, 4′, 6′)
Tirs : Suède 26 (10, 12, 4), Finlande 34 (13, 10, 11)

Évolution du score :
0-1 à 08’22 : Puistola assisté de Nousiainen et Tanus
1-1 à 12’08 : Sandin assisté de Lundkvist et Fagemo (sup. num.)
1-2 à 19’00 : Maccelli
2-2 à 30’34 : Fagemo assisté de Höglander et Ginning
3-2 à 33’19 : Öberg assisté de Nassen

Suède

Attaquants :
Samuel Fagemo – David Gustafsson (A) – Nils Höglander (-1)
Nikola Pasic – Oskar Back – Jonatan Berggren
Alexander Holtz – Karl Henriksson – Lucas Raymond
Hugo Gustafsson – Linus Öberg (+1) – Linus Nassen (+1)
Albin Eriksson

Défenseurs :
Victor Söderström (2′, -1) – Rasmus Sandin (A, 4′, -1)
Adam Ginning (C, +2) – Nils Lundkvist (2′, +1)
Tobias Björnfot (-1) – Philip Broberg (2′, -1)
Mattias Norlinder (+1)

Gardien :
Hugo Alnefelt

Remplaçant : Jesper Eliasson (G). Réserviste : Erik Portillo (G)

Finlande

Attaquants :
Ville Petman (-1) – Eemil Erholtz (-1) – Matias Maccelli (A, 4′)
Joonas Oden (+1) – Kristian Tanus (+1) – Patrik Puistola (+1)
Sampo Ranta – Aatu Räty – Aku Räty
Lenni Killinen – Antti Saarela (4′, -1)

Défenseurs :
Kim Nousiainen (2′, +1) – Lassi Thomson (C)
Santeri Hatakka – Ville Heinola (2′)
Mikko Kokkonen (-1) – Toni Utunen (A)
Anttoni Honka (2′) – Peetro Seppälä

Gardien :
Justus Annunen

Remplaçant : Kari Piiroinen (G). Réserviste : Jasper Patrikainen (G). Blessé : Rasmus Kupari (genou, rentré à Los Angeles)

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

facilisis fringilla quis, velit, in ut id ultricies mi, tempus