Les yeux dans les yeux

186

La Slovaquie voyait le calendrier de ces Mondiaux lui offrir une rampe de lancement dans la course aux quarts de finale : les hommes de Craig Ramsey débutent par les deux équipes les plus faibles du groupe, et une possibilité de prendre six points avant de passer à la lutte. Si l’entrée en matière s’est déroulée sans encombre face au Bélarus par une victoire 2-5, il fallait en ce dimanche se défaire des Lions britanniques. La Grande-Bretagne est entrée dans le tournoi hier face à la tête de série russe, sans surprise par une large défaite (1-7). L’enjeu est essentiellement axé sur l’apprentissage, mais la sélection de Pete Russell, absent en Lettonie, reste compétitive et compte agrémenter les acquis de quelques points pris là où ce sera possible.

D’emblée, les Slovaques mettent de l’intensité et font subir aux Britanniques un début de match catastrophe : dès la première phase de jeu, Marek Hrivík est bien servi par Lantoši devant la cage pour l’ouverture de la marque (0-1, 00’25). Les blancs se sentent inspirés de réaliser le scénario russe d’hier, en faisant la différence dès le début de match pour ensuite gérer l’avance. Ils se montrent toujours aussi offensifs mais la défense britannique travaille bien, et Bowns dévie de l’épaule devant Pospíšil. Connolly a la première opportunité pour son équipe mais il ne parvient à glisser le palet. Pospíšil défie une seconde fois Bowns, cette fois sur un lourd lancer, mais pour la même issue que sa première tentative. Le jeu est alors plutôt équilibré, la vitesse pour la Slovaquie et un bon jeu de position pour la Grande-Bretagne. Bowns s’impose encore devant Gernát, puis Ferrara part en contre mais la défense slovaque revient à temps pour annihiler sa tentative.

Le gardien anglais est contraint à un arrêt peu académique face à Cehlárik, puis il a le bon réflexe de la botte après un gros travail de Studenič, durant une longue période en zone offensive pour la Slovaquie. La Grande-Bretagne de son côté peine à s’installer durablement lors de ses incursions, mais y parvient tout de même un peu en fin de tiers, sans pour autant solliciter Konrád, exception faite de Richardson sur une remontée de palet. Les Slovaques passent quant à eux tout près de doubler la mise à 2 contre 1, mais Lantoši ne cadre pas. Les joueurs rentrent aux vestiaires après une virile explication entre Pospíšil et Connolly consécutive à une charge sur la sirène du deuxième nommé.

Branislav Konrád semble touché au moment de quitter la glace (une blessure à la jambe sur un mouvement individuel). Le gardien du Spartak Moscou, Július Hudáček, prend donc place devant le filet au retour au jeu, pour un 4 contre 4 où Lantoši lance sur l’écusson de Bowns. Au retour à cinq, la montée de palet des Britanniques donne lieu à une belle action collective, un lancer de Perlini et un rebond pris par Liam Kirk, qui égalise avec son deuxième but dans la compétition (1-1, 22’03). Les Slovaques tentent de réagir mais Bowns s’impose à plusieurs reprises. C’est au moment où ses coéquipiers tentent de ressortir qu’ils s’exposent, et Robert Lantoši se voit récompensé de son travail dans la partie (1-2, 24’42).

L’équipe du duo Keith-Neilson produit son jeu, avec très clairement des ambitions un peu plus offensives. Ainsi Davies produit un lancer rapide qu’Hudáček dévie. Les Britanniques obtiennent le premier powerplay du match, pour une interférence de Cehlárik. Perlini ne s’impose pas sur une remise de Ferrara, puis Myers ne convertit pas un one-timer. Les Slovaques vont ensuite truster la zone des Lions jusqu’à la sirène, mais cela n’aboutit pas malgré une chance immense pour le duo Lantoši-Slafkovský. Cehlárik se présente seul devant Bowns qui réalise encore un super arrêt, tout comme son réflexe devant Hrivík au rebond. Les coéquipiers de Jonathan Phillips auront laissé passer l’orage en fin d’exercice, bien aidés une fois encore par leur incroyable gardien de but. La caméra de l’arbitre permet d’ailleurs de capter un échange cocasse entre le corps arbitral, qui clame « d’offrir un contrat tout de suite à ce gardien ».

Toujours au contact à l’abord de la dernière période, la Grande Bretagne peut se porter vers l’avant. Elle est proche d’égaliser à la surprise générale après un incroyable numéro technique de son prodige Liam Kirk qui enrhume la défense, lance, mais Connolly ne parvient à reprendre le rebond devant Hudáček. Son homologue continue de son côté son numéro, en s’imposant par deux fois devant l’offensive adverse. Connolly au lancer puis Duggan en contre traduisent les espérances britanniques, même si la domination générale reste slovaque. Un excès d’engagement de David Phillips permet aux joueurs de Ramsey d’évoluer en supériorité numérique, avec la ferme intention de se donner enfin de l’air au tableau d’affichage. Lantoši en est tout proche mais il ne finit pas le travail en cage ouverte. Il essaye ensuite de tromper la vigilance de Bowns, sans succès. Au courage, la Grande Bretagne tue la pénalité et s’offre le droit d’y croire encore, à sept minutes du terme.

Un lancer de Hammond avec Dowd dans l’enclave fait parcourir un frisson aux Slovaques, mais le joueur des Steelers ne parvient à contrôler le palet. Les Lions ne baissent pas les bras et travaillent fort dans les deux sens de la glace, commençant clairement à faire douter les rivaux, au demeurant toujours dangereux sur des lancers lointains, que Bowns continue de collecter. À une minute du terme, le défenseur Clements s’essaye à son tour mais Hudáček capte. C’est alors que le staff prend un temps-mort pour tenter de décrocher l’égalisation. Bowns reste au banc pour le surnombre britannique. Le palet circule et O’Connor s’essaye sans succès, sur la dernière tentative du match.

Malgré la défaite, les Britanniques tiennent ici très clairement un match référence en élite. Travaillant avec une grosse abnégation en défense dans les périodes de grosses dominations adverses, la défense autour de Bowns, incroyable une fois encore cet après-midi, a maintenu l’équipe en vie toute la rencontre, et a permis à l’attaque de jouer sa carte en fin de partie, malgré le peu de chances de marquer. La sélection d’outre-Manche n’a abdiqué ni baissé la tête à aucun moment, et c’est là un grand mérite.

L’objectif est atteint pour la Slovaquie, avec ces deux victoires avant de défier la Russie. Emmenés par un intenable Robert Lantoši, les Slovaques se sont sans doute imaginé un déroulé plus tranquille, mais le résultat est là et c’est bien l’essentiel pour l’équipe de Craig Ramsay.

Désignés hommes du match : Ben Bowns pour la Grande Bretagne et Robert Lantoši pour la Slovaquie

 

Grande Bretagne – Slovaquie 1-2 (0-1, 1-1, 0-0)
dimanche 23 mai 2021 à 11h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. Huis clos
Arbitres : Martin Frano (TCH) et Olivier Gouin (CAN) assistés de Nicolas Constantineau (FRA) et Brian Oliver (USA).
Pénalités : Grande Bretagne 4′ (2′, 0′, 2′) ; Slovaquie 4′ (2′, 2′, 0’).
Tirs : Grande Bretagne 14 (2, 6, 6) ; Slovaquie 43 (17, 17, 9).

Évolution du score :
0-1 à 00’25 : Hrivík assisté de Lantoši
1-1 à 22’03 : Kirk assisté de Perlini et Richardson
1-2 à 24’42 : Lantoši assisté de Cehlárik

Grande-Bretagne

Attaquants :
Ben Lake (-1) – Mike Hammond (-1) – Robert Dowd (A, -1)
Liam Kirk – Brett Perlini – Brendan Connolly (2’)
Sam Duggan– Rob Lachowicz – Oliver Betteridge
Luke Ferrara – Ben Davies – Matthew Myers
Jonathan Phillips (C)

Défenseurs :
Mark Richardson (A) – Joshua Tetlow (-1)
David Phillips (-1, 2’) – Ben O’Connor (-1)
Dallas Ehrhardt – David Clements
Paul Swindlehurst (+1)

Gardien :
Ben Bowns [sorti à 58’32]

Remplaçant : Jackson Whistle (G). En réserve : Jordan Hedley (G), Mark Garside, Sam Jones (D), Lewis Hook, Ross Venus, Ciaran Long (A).

Slovaquie

Attaquants :
Peter Cehlárik (A, +2, 2’) – Marek Hrivík (A, +2) – Robert Lantoši (+2)
Kristián Pospíšil (-1, 2’) – Michal Krištof (-1) – Pavol Skalický (-1)
Martin Faško-Rudáš – Miloš Roman – Marián Studenič
Adam Liška – Matúš Sukeľ – Juraj Slafkovský

Défenseurs :
Mislav Rosandič (+2) – Martin Gernát (+2)
Marek Ďaloga (C) – Šimon Nemec
Adam Jánošík (-1) – Mário Grman
Samuel Kňažko – Daniel Gachulinec (-1)

Gardien :
Branislav Konrád puis Július Hudáček à 20’

En réserve : Adam Húska (G), Martin Bučko, Michal Ivan (D), Adrián Holešinský, Miloš Kelemen, Dávid Buc (A).

Les commentaires sont fermés.