Slovaquie et Bélarus s’arrachent le dernier billet olympique

286

Par rapport aux deux autres « finales » de qualification olympique jouées plus tôt dans l’après-midi, cette affiche s’annonce comme la plus spectaculaire : la Slovaquie et le Bélarus ont des capacités offensives mais ne sont pas réputées pour leur régularité défensive. Tout peut se passer. Les Slovaques peuvent se contenter d’un match nul dans le temps réglementaire, mais ce ne sont pas vraiment de patients gestionnaires.

2021 08 29 svk blr2Dose de piment supplémentaire : Craig Woodcroft, l’entraîneur du Bélarus, a réorganisé toutes ses lignes offensives. Le jeune attaquant du NHL Egor Sharangovich passe du centre à l’aile, aux côtés des très convaincants Nikita Komarov et Andrei Stas qui annoncent une première ligne orientée dans les deux sens du jeu. Les trois Nord-Américains naturalisés sont réunis sur le même trio. Le top-6 regroupe ainsi tous les joueurs qui semblent les plus incisifs.

Portés par plus de 7000 spectateurs, ce sont les Slovaques qui déploient une forte activité en poussant rapidement le Bélarus à la faute. Il sort à peine d’une première infériorité numérique que le défenseur Sergei Sapego se fait expulser pour avoir chargé dans la bande le prodige de 17 ans Juraj Slafkovský. 33 secondes plus tard, Peter Cehlárik convertit l’avantage par un tir précis. Mais les cinq minutes de powerplay seront réduites à trois par une crosse haute de Ružička au visage de Stas (2’+2′). La partie est tendue. Kristián Pospíšil reçoit une passe dans le dos de la paire Solovyov-Bailen et se présente seul face à Danny Taylor. Le gardien naturalisé, que l’on disait indigne du jeu international après sa dernière saison piteuse au Dynamo Minsk, réussit un très bon tournoi. Il a signé 17 arrêts dans ce premier tiers-temps et a maintenu son équipe dans le match face à des Slovaques plus rapides.

Comme face à l’Autriche, le Bélarus revient transformé sur la glace et attaque la deuxième période à fond : Shane Prince met le palet à la cage, Kirill Gotovets et Egor Sharangovich sont morts de faim sur le rebond (1-1). Geoff Platt fait faute en zone offensive juste après en faisant trébucher Hudáček, une pénalité inversée dans la foulée pour un autre croche-pattes de Jaroš sur Pavlovich. C’est sur l’avantage numérique du Bélarus que survient le tir plus le plus dangereux, signé Evgeni Lisovets, et repoussé de l’épaule gauche par Branislav Konrád. La bonne dynamique des blancs pourrait être ruinée par une boulette de leur star Sharangovich, qui rate le palet en essayant de lancer de la ligne bleue : Kristián Pospíšil est trop heureux du cadeau mais perd son second face-à-face avec le gardien Danny Taylor, qui pare son slap.

2021 08 29 svk blr lantosiLa Slovaquie retrouve des couleurs et Robert Lantoši signe une action fabuleuse. Il remonte le palet avec son patinage élégant et s’appuie en une-deux sur Adam Ružička, mais ce face-à-face est encore remporté par un Taylor très sûr (image de droite). Ďaloga et Daňo prennent en sandwich Komarov sur une contre-attaque et le second nommé est sanctionné pour cinglage, mais cette pénalité est annulée par une faute en zone offensive de Stas. Le jeu peut basculer à tout moment dans un sens ou dans l’autre… comme on s’y attendait.

Les bleus développent le plus de jeu, mais restent sous la menace de leur indiscipline. Après avoir pris une charge d’Ilya Solovyov derrière le but biélorusse, Marián Studenič fait trébucher le défenseur. Le gardien Branislav Konrád – doyen de cette jeune équipe slovaque à 33 ans – tient bon en repoussant notamment une reprise du cercle droit d’Egor Sharangovich. Après le retour à 5 contre 5, Danny Taylor n’est pas en reste quand Adam Ružička dribble magnifiquement Solovyov en entrée de zone.

2021 08 29 svk blr1Conserver le score nul à la fin du temps réglementaire qualifierait les Slovaques, une situation pas si confortable car ils semblent à la merci d’une perte de palet à tout moment (à l’instar de Jurčo à la ligne bleue offensive ou encore de Lantoši contré par Platt dans sa zone). C’est tout aussi vrai dans le camp biélorusse : Sharangovich abandonne le palet devant sa cage à Hudáček, Lisovets se le fait voler en zone neutre par Daňo, et Solovyov par Jurčo. Cette crainte des erreurs rend les deux équipes terriblement nerveuses, et le jeu est moins animé. Cette relative paralysie mutuelle explique que ces erreurs ne sont pas exploitées.

La Slovaquie est dans un jeu contre-nature en protégeant ce score, joueurs et spectateurs sont tendus. C’est Craig Woodcroft qui les soulage en sortant son gardien très tôt, à plus de deux minutes de la fin. Libor Hudáček remonte le palet et passe la ligne rouge centrale avant de viser la cage vide (2-1). Libérés d’un immense poids, les supporters se lancent dans une grande ola qui fait le tour des travées pendant que Woodcroft appelle son temps mort. Il ressort régulièrement son gardien jusqu’à une pénalité de Stas pour charge incorrecte. Même si les bleus ratent à deux reprises les filets déserts, ces dernières minutes sont une savoureuse célébration pour leur public, si heureux de pouvoir assister de nouveau à un match de hockey sur glace.

2021 08 29 svk blr3Les Slovaques accèdent donc aux Jeux olympiques avec la plus jeune équipe des douze participants aux tournois de qualification. Le Bélarus s’est quand même réhabilité de sa défaite contre la Pologne par ses deux prestations suivantes.

Désignés joueurs du match : Libor Hudáček pour la Slovaquie et Egor Sharangovich pour le Bélarus.

Commentaires d’après-match

Craig Woodcroft (entraîneur du Bélarus) : « C’était un match très serré. Les deux équipes étaient dures à jouer mais ça n’a pas suffi pour nous. C’est décevant, je ne vais pas mentir. C’est difficile considérant ce que les joueurs, le staff et les dirigeants ont fait pour aboutir à un meilleur résultat. La perte de Sergei [Sapego] a grandement affecté le jeu collectif. C’était le résultat d’une action indisciplinée et cela nous a mis dans une situation inconfortable au départ, les gars étaient un peu ébranlés »

Nick Bailen (défenseur de Bélarus) : « Ce n’était pas seulement le match le plus dur du tournoi, mais peut-être de ma carrière pour moi personnellement. J’avais très envie d’aller aux JO. Mais les Slovaques ont une bonne équipe et nous n’avons pas réussi malgré un super effort. »

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « Je pensais après 50 ans dans ce métier que je surmonterais mes émotions, mais j’étais plongé dedans. J’avais un peu peur d’échouer comme au Mondial 2019 à Košice. C’était très difficile mais nous l’avons fait. Je suis très fier des joueurs, je dois féliciter le gardien et les jeunes. Mais ils se sont appuyés sur les joueurs d’expérience. »

2021 08 29 svk blr hrivikMarek Hrivík (capitaine de la Slovaquie, ci-contre avec le trophée) : « Notre jeu était meilleur de match en match. La dernière saison était réussie, nous nous sommes mis en lumière aux championnats du monde. Je suis content que nous ayons pu confirmer dans cette qualification olympique. Les jeunes ont encore progressé. [Slafkovský] est dominant avec le palet, dur à prendre. Je crois qu’un club lui donnera bientôt sa chance et qu’il a une grande carrière devant lui. »

Miroslav Šatan (président de la fédération slovaque et directeur de l’équipe nationale) : « Nous sommes aux JO, les joueurs ont résisté à la pression et au stress. Ce n’est pas facile de jouer à fond en août. Les Biélorusses ont joué à la limite, mais je m’y attendais. C’était un match à la fois tactique et physique, je suis content qu’on soit passé. Le gardien Braňo Konrád a livré des performances de qualité, c’était le joueur du tournoi avec Libor Hudáček. La préparation n’était pas idéale puisque nous ne nous sommes regroupés que quelques jours mais les clubs pouvaient ne relâcher les joueurs que pendant une semaine. La question aurait été de savoir quels joueurs auraient pu venir à un match de préparation, c’est pourquoi ça ne faisait pas sens pour nous. Chercher un coach en mars après JO serait idiot, Ramsay reste donc automatiquement jusqu’à la fin de la saison. »

2021 08 29 svk blr5

Slovaquie – Bélarus 2-1 (1-0, 0-1, 1-0)
Dimanche 29 août 2021 à 17h30 à la patinoire Ondrej Nepela de Bratislava. 7105 spectateurs.
Arbitres : Linus Öhlund (SUE) et Michael Tscherrig (SUI) assistés de Jiří Ondráček (TCH) et Davis Zunde (LET).
Pénalités : Slovaquie 36′ (8′, 6′, 2’+20′), Bélarus 39′ (6’+5’+20′, 6′, 2′).
Tirs : Slovaquie 39 (18, 10, 11), Bélarus 22 (6, 5, 11).

Évolution du score :
1-0 à 04’38 : Cehlárik assisté de Hrivík (sup. num.)
1-1 à 21’07 : Sharangovich
2-1 à 57’43 : Hudáček assisté de Ceresnak (cage vide)

Slovaquie

Attaquants :
34-27-13 Peter Cehlárik (A) – Marek Hrivík (C) – Tomáš Jurčo (4′)
88-21-16 Kristián Pospíšil (-1) – Adam Ružička (-1, 4′) – Robert Lantoši (-1)
56-79-67 Marko Daňo (+1, 2′) – Libor Hudáček (+1) – Marián Studenič (+1, 2′)
40-12-60 Miloš Roman – David Griger – Juraj Slafkovský

Défenseurs :
52-83 Martin Marinčin – Christián Jaroš (-1, 2’+20′)
28-14 Martin Gernát (-1) – Peter Ceresnak (A, +1)
7-22 Mário Grman (2′) – Samuel Kňažko
71-5 Marek Ďaloga (+1) – Šimon Nemec

Gardien :
42 Branislav Konrád

Remplaçant : 24 Patryk Rybar (G). En réserve : 35 Adam Húska (G), 65 Martin Bučko (D), 11 Miloš Kelemen (A).

Bélarus

Attaquants :
19-23-17 Nikita Komarov (2′) – Andrei Stas (A, -1, 4′) – Egor Sharangovich (C)
92-91-16 Shane Prince (2′) – Francis Paré (+1, 2′) – Geoff Platt (-1, 2′)
97-17-21 Dmitri Buinitski – Aleksei Protas – Vladislav Kodola
15-80-71 Artyom Demkov – Ilya Usov – Aleksandr Pavlovich

Défenseurs :
39-10 Sergei Sapego (5’+20′) – Nick Bailen (A, -1)
14-2 Evgeni Lisovets – Ilya Solovyov
51-41 Vladislav Kolyachonok (2′) – Kirill Gotovets (+1)
89-94 Dmitri Korobov – Vladislav Yeryomenko

Gardien :
31 Danny Taylor [sorti de 57’39 à 57’43, de 58’03 à 58’21 et de 58’28 à 59’14]

Remplaçant : 90 Ivan Kulbakov (G). En réserve : 40 Aleksei Kolosov (G), 18 Kristian Henkel (D), 72 Vladimir Alistrov (A).

Les commentaires sont fermés.