Le prodige de Holtby

419

Le show est désormais bien rodé : des chevaliers, des archers, des sons et lumières, des violonistes… et le groupe Imagine Dragons, rien que cela ! Le spectacle d’avant-match vaut le détour, et on en oublierait presque qu’il y a un match de hockey après : le match 2 de la finale de la coupe Stanley.

Vegas a remporté le premier match dans sa forteresse du Nevada et pourrait assommer la série avec un deuxième succès. Dans toute l’histoire de la ligue, 90% des équipes ayant pris une avance de 2-0 ont soulevé la coupe Stanley…

Kuznetsov blessé

Washington tente d’entrée d’imposer un jeu physique, à l’image d’une mise en échec d’Ovechkin sur McNabb. La première grosse occasion revient ensuite à Oshie sur son revers, mais le palet est sur la tranche et difficile à reprendre.

Vegas réagit avec une interception et un jeu de passe rapide, qui profite à Carpenter devant la cage. Puis, Neal, servi par Marchessault, se heurte à Holtby, après un échec-avant intense. Le rythme monte, et Fleury repousse de la botte un revers de Stephenson, lancé entre deux défenseurs sur une passe levée. Vegas repart, et Engelland tente de loin, sans réussite.

Oui, ce match 2 démarre de la même manière que le premier : sur les chapeaux de roues. Et à ce petit jeu de vitesse, Vegas est dans son jardin. Luca Sbisa dégage en hauteur depuis sa zone, et James Neal place sa crosse juste devant le gant d’Orlov pour lui voler le palet. Il a du champ sur l’aile et son tir précis trompe Holtby (1-0). Vegas ouvre encore une fois le score à la maison, pour la neuvième fois en neuf matchs de playoffs !

Les Capitals réagissent et tentent de construire. Ils éprouvent les pires difficultés à franchir le rideau, mais obtiennent tout de même des chances de Oshie, Vrana en tour de cage, puis Ovechkin, qui utilise Schmidt en écran.

La partie devient très physique : McNabb charge Kuznetsov très haut et le meilleur marqueur des Capitals rentre au banc en se tenant le bras… Il ne reviendra pas. Les Capitals accélèrent et s’appuient sur leurs arrières. Orlov, Niskanen à deux reprises dont une avec déviation de Bäckström, allument de la bleue et Fleury résiste. Les deux équipes en viennent aux mains sur ce dernier arrêt. Oshie et Engelland laissent leurs coéquipiers à quatre-contre-quatre.

Après une occasion Ovechkin-Bäckström manquée, les Capitals gagnent la mise au jeu qui suit. André Burakovsky récupère et, collé à la bande, tombe à moitié… mais trouve Michal Kempny oublié au marquage à l’opposée. Le Tchèque feinte le tir pour fixer Fleury, et renverse pour Lars Eller, cage ouverte (1-1). Un beau jeu de passe, où le déplacement de Burakovsky a perturbé la défense, trop statique tout du long.

Menés un temps 8-3 aux tirs, les Capitals ont fini le tiers-temps en trombe et virent à 1-1, avec un avantage de 12-10 aux tirs. Mais ils ont perdu Evgeni Kuznetsov, toujours pas revenu en jeu et remplacé en alternance par Bäckström et Burakovsky.

L’efficacité des Capitals

À la reprise, un duel accroché dans le coin se termine par une pénalité de Orpik, coupable d’un geste trop haut sur Neal. La défense ne concède pas grand chose, et l’infériorité s’inverse peu après le retour d’Orpik. Tuch est sanctionné et le jeu de puissance de Washington, privé de Kuznetsov, tente sa chance. Les visiteurs se montrent beaucoup plus efficaces. Carlson, à la bleue, décale Bäckström en haut du cercle, vers Eller ligne de fond, vers Ovechkin à travers l’enclave : le capitaine prend Fleury de vitesse sur cette série de passes rapides (1-2). C’est son treizième but des playoffs.

Alors que Haula lutte pour empêcher un dégagement interdit, il force une pénalité de Bäckström. Mais il en fait trop et sort lui aussi pour cette exagération, offrant un nouveau quatre-contre-quatre. Le jeu reste confus et les deux punis reviennent.

À la mi-match, les Capitals explosent en contre-attaque. Eller repique dans l’axe face à une défense qui recule, et la prend en revers avec une passe dans le dos vers Orpik. Le défenseur, en haut du cercle, lance à la cage et, avec Connolly en écran, piège Fleury (1-3). Brooks Orpik n’avait plus marqué depuis le 26 février 2016, soit 220 matchs, playoffs compris !

Frustré, Reaves concède sur l’engagement une crosse au visage de Wilson, plaçant à nouveau Vegas en difficulté. Washington peine à se montrer dangereux. En fin d’avantage, Carpenter vole un palet. Orlov doit revenir mais l’accroche et concède une pénalité à son tour.

Les Capitals défendent très bien, coupant les lignes de passe. Orlov revient sans dommage. Quelques minutes plus tard, le défenseur russe est à l’origine d’une action dangereuse, avec un tir lointain dévié dans le trafic. Washington joue sa partition à la perfection : beaucoup de solidarité et de sacrifice, mené par Ovechkin en personne qui se jette pour contrer un tir.

L’animosité grimpe toujours. Oshie, vexé d’une charge dans le dos de Miller, pousse le défenseur au sol. Vegas exploite rapidement l’avantage numérique, lorsque Theodore, à la bleue, profite de la grande taille de Tuch devant le gardien pour trouver la lucarne (2-3).

Le spectacle est au rendez-vous. Eller vole un palet et lance un 2-contre-1. La passe pour Vrana est parfaite mais le tir du Tchèque percute le poteau. C’est la dernière occasion du tiers. Petit avantage aux Capitals, dont les occasions ont paru plus franches au cours de ces vingt minutes.

Holtby, l’arrêt des playoffs

Neuf victoires, deux défaites : les Capitals ont plutôt un bilan favorable lorsqu’ils mènent après deux tiers. Ils s’emploient rapidement à creuser l’écart avec un centre d’Oshie, suivi d’un tir de Kempny, et un contre de Eller, hors cadre.

Le temps fort change de camp. Vegas accélère, mettant Holtby à contribution. Schmidt lance, dévié par Reaves et Djoos : le gardien sort le palet d’un bon réflexe. Wilson concède alors deux minutes sur une charge avec la crosse. Les joueurs de Gerard Gallant accélère et poussent Eller à la faute… Plus d’une minute de cinq-contre-trois, mais Beagle effectue un gros travail en gagnant la mise au jeu, puis en contrant un tir. Holtby sort ensuite des tirs de Miller, Marchessault et le rebond de Smith, Miller encore… Schmidt tente sa chance et Tuch prend le rebond. Theodore enchaîne de la bleue. Impérial, Holtby résiste : pas moins de neuf arrêts lors de ces pénalités, dont seulement un lors du trois-contre-cinq.

De retour au complet, les Capitals travaillent fort à l’échec-avant afin de museler la relance adverse. Ils profitent du moindre petit espace pour tester Fleury, à l’image d’un tour de cage de Vrana. Le gardien québécois sauve son camp sur deux autres chances de Vrana et Carlson dans les minutes qui suivent.

La possession reste cependant largement favorable à Vegas, qui s’efforce de trouver la clé du coffre-fort : aucun tir en dix minutes depuis le jeu de puissance, les attaquants étant repoussés à la périphérie. Mais lorsque le tir arrive, il est extrêmement dangereux. Un palet envoyé au fond rebondit bizarrement et traverse l’enclave, jusqu’à Eakin. La passe est parfaite pour Tuch, cage ouverte… Holtby, hors de position, place sa crosse à l’horizontale et bloque le tir ! Il reste deux minutes et Vegas pose son temps mort après cette occasion incroyable…

Fleury laisse sa place à un attaquant et ses coéquipiers poussent. Smith d’un côté, Marchessault de l’autre, ne surprennent pas Holtby. Les Golden Knights donnent tout, sans réussir à cadrer leurs tirs. Le match se termine sur une mêlée générale…

Washington fait donc tomber Vegas : ce n’est que la deuxième défaite à domicile de ces playoffs pour les Golden Knights. Les Capitals se sont montrés opportunistes et combatifs, portés par un Braden Holtby exceptionnel, pour décrocher leur première victoire à ce stade de la compétition (ils avaient été balayés 4-0 en finale en 1998). Ils ont aussi su compenser la blessure de Kuznetsov, grâce à un grand match de Lars Eller. Avec un but et deux passes, le Danois a été au four et au moulin. La prestation défensive d’ensemble aura été très solide, notamment Niskanen et Orlov. Vegas a manqué de réussite, de tranchant devant, aussi, notamment au troisième tiers. Muselés pendant plus de dix minutes, les attaquants noir et or ont manqué de créativité et perdu la bataille physique.

De quoi nous offrir une suite de finale tout aussi spectaculaire que les deux premiers matchs !

 

Vegas Golden Knights – Washington Capitals 2-3 (1-1, 1-2, 0-0)
Mercredi 30 mai 2018, 17h20. T-Mobile Arena de Las Vegas. 18702 spectateurs.
Arbitrage de Chris Rooney et Kelly Sutherland assistés de Derek Amell et Greg Devorski.
Pénalités : Vegas 23′ (2′, 6′, 15′), Washington 14′ (2′, 8′, 4′)
Tirs : Vegas 39 (10, 14, 15), Washington 26 (11, 9, 6)

Récapitulatif du score
1-0 à 07’58 : Neal assisté de Sbisa et Miller
1-1 à 17’27 : Eller assisté de Kempny et Burakovsky
1-2 à 25’38 : Ovechkin assisté de Eller et Bäckström (sup. num.)
1-3 à 29’41 : Orpik assisté de Eller et Burakovsky
2-3 à 37’47 : Theodore assisté de Smith et Karlsson (sup. num.)

Vegas Golden Knights

Attaquants
Jonathan Marchessault (-2) – William Karlsson – Reilly Smith (A)
Alex Tuch (2′, -1) – Erik Haula (7’+10′) – James Neal (A, +1)
David Perron (+1) – Cody Eakin (-1) – Ryan Carpenter
Ryan Reaves (2′) – Pierre-Édouard Bellemare (A) – Tomas Nosek

Défenseurs
Brayden McNabb – Nate Schmidt
Deryk Engelland (2′, -1) – Shea Theodore (-2)
Colin Miller – Luca Sbisa (+1)

Gardien :
Marc-André Fleury

Remplaçant : Maxime Lagacé (G). Réservistes : Malcolm Subban, Dylan Ferguson, Oscar Dansk (G), Erik Brännström, Nicolas Hague, Jason Garrison, Griffin Reinhart, Jon Merrill, Jake Bischoff, Brad Hunt (D), Cody Glass, Nick Suzuki, Oscar Lindberg, Stefan Matteau, William Carrier, Tomas Hyka, Keegan Kolesar, TJ Tynan, Brandon Pirri, Tomas Tatar (A)

Washington Capitals

Attaquants
Alex Ovechkin (C) – Evgeny Kuznetsov [blessé à 14’39, puis Bäckström] – Tom Wilson (2′)
Jakub Vrana – Nicklas Bäckström (A, 2′) [puis Eller] – TJ Oshie (4′)
André Burakovsky (+1) – Lars Eller (2′, +1) – Brett Connolly
Chandler Stephenson – Jay Beagle – Devante Smith-Pelly

Défenseurs
Michal Kempny – John Carlson (+1)
Dmitri Orlov (2′, -1) – Matt Niskanen
Brooks Orpik (A, 2′, +1) – Christian Djoos (+1)

Gardien :
Braden Holtby

Remplaçant : Philipp Grubauer (G). Réservistes : Madison Bowey (D), Jakub Jerabek (D), Alex Chiasson (A), Shane Gersich (A), Brian Pinho (A), Travis Boyd (A), Nathan Walker (A), Pheonix Copley (G)

Les commentaires sont fermés.