Ovechkin en mission

318

La finale de coupe Stanley retrouve la glace de Washington pour la première fois en vingt ans. Le public s’est arraché les tickets en dépit de tarifs prohibitifs – entre 1000 et 4000 dollars la place… Les places les plus chères de l’histoire n’ont pas empêché les supporters de se masser dans l’aréna.

Washington a repris l’avantage de la glace en gagnant le match 2. Pour autant, les Capitals se sont surtout appuyés sur leurs succès en déplacement. Le bilan à la maison est même négatif : quatre victoires, cinq défaites.

La bonne nouvelle, c’est qu’Evgeny Kuznetsov est sur la glace. Le jeune Russe avait quitté le match précédent après un quart d’heure de jeu, blessé au bras. Il sera bien présent – mais dans quel état physique ? La question vaut aussi pour Michal Kempny : le défenseur a chuté pendant l’échauffement et a percuté la bande. Il arbore un pansement sur le nez.

Du côté de Vegas, la capacité de réaction de l’équipe fut l’un de ses atouts principaux cette saison. Les Golden Knights sont prêts à corriger les erreurs coupables du match 2 : indiscipline, manque de réalisme offensif, laxisme défensif. Ils veulent rapidement effacer l’image de l’arrêt déjà mythique de Braden Holtby sur Alex Tuch, qui a fait le tour des réseaux sociaux et est déjà décliné en photo, vidéo et même flip book !

Ovechkin montre la voie

Pas de période d’observation : les deux équipes entament à haute vitesse d’entrée. Kuznetsov récupère dans son camp, déborde à gauche et envoie une passe levée vers Ovechkin au deuxième poteau. Fleury fait un arrêt remarquable, et sort juste après une déviation du capitaine russe sur un tir de Wilson. Trois minutes plus tard, le duo récidive en inversant les rôles.

À la cinquième minute, alors que Vegas n’a toujours pas trouvé le cadre, les Capitals exultent brièvement. Stephenson lance en tête de cercle et les officiels refusent immédiatement le but. Smith-Pelly traînait devant la zone bleue et a fait contact avec Fleury. L’attaquant est puni de deux minutes.

Les premiers tirs des visiteurs arrivent donc en supériorité, par Marchessault puis Tuch au rebond. Après ces deux occasions initiales, les Capitals ferment la porte et effectuent un solide travail pour dégager le palet ou contrer les tirs. Seul Reilly Smith trouve un petit angle, mais le palet échoue sur l’extérieur du poteau.

La première ligne de Washington a le vent en poupe, et obtient encore deux chances – un tir d’Ovechkin hors cadre, et une remise du capitaine vers Wilson, trop court pour reprendre au deuxième poteau. Le trio, avec Kuznetsov, s’est octroyé toutes les occasions de l’équipe à mi-période.

Le palet file d’un but à l’autre, les deux équipes paraissant à la limite de la rupture. Il faut des jeux défensifs de dernière minute pour empêcher les tirs. Vegas finit par concéder une faute de Reilly Smith en zone offensive. Le jeu de puissance n’en profite pas et Vegas reprend la main, trouvant le poteau sur un tir rasant de Marchessault. Le rythme ne retombe pas, mais les tirs cadrés se font rares : 7-6 pour les Capitals. Washington compte 15 tirs bloqués à 4 dans ce premier tiers. Ovechkin a montré le chemin, avec pas moins de huit tentatives de tirs, et il en a aussi bloqué deux…

Vegas battu dans les duels

Washington ne tarde pas à passer à la vitesse supérieure. On joue depuis une minute, et les Capitals mettent tout en jeu. Carlson et Kuznetsov combinent et le défenseur attaque la cage. Il dévie le tir de son coéquipier et Fleury repousse, en déséquilibre. Le gardien parvient à se replacer. Wilson, excentré, envoie à la cage, ce qui crée une deuxième chance de Kuznetsov, une troisième de Carlson et finalement, Ovechkin plonge au-dessus de McNabb sur un dernier rebond et ouvre le score du revers (1-0). L’attaque de Washington était morte de faim sur cette action ! Quatorzième but en playoffs pour le numéro 8, record de franchise.

Vegas réagit avec un échec-avant de Tuch, qui remise vers Bellemare plein axe : le Tricolore se heurte à Holtby. Ce qui déclenche une accélération du jeu. Bellemare intercepte un palet, contourne la cage et remise sur Reaves, qui ne convertit pas. En face, le trio d’Eller met le feu dans la zone défensive adverse, sans parvenir à tirer. Les visiteurs repartent avec une superbe combinaison de la première ligne et un geste magnifique de Marchessault, qui élimine Orlov d’un grand pont avant de se heurter à Holtby. Fleury réplique avec un arrêt sur Vrana, dans une finale toujours aussi spectaculaire.

Peu après, Brooks Orpik reste au sol après une sévère collision avec James Neal. La pression monte et les esprits s’échauffent. Le défenseur reviendra en jeu un peu plus tard.

L’essentiel des occasions revient aux locaux, à l’image d’un essai excentré de Kempny, que Fleury a du mal à maîtriser à cause d’une déviation de Beagle juste devant lui. Puis, Oshie, dans le slot, ne parvient pas à reprendre cage ouverte la passe de Vrana, gêné par le retour de Sbisa. Vegas n’obtient que peu de situations en attaque – neuf tirs seulement à mi-match -, à l’exception d’une volée de Nosek, consécutif à un bon travail de la quatrième ligne de Bellemare. Les Golden Knights concèdent même deux minutes sur un accrochage de Haula.

Le jeu de passe des Capitals est superbe d’entrée et Carlson est libéré à droite. Oshie, sur le chemin du tir, dévie sur le poteau. Fleury sort ensuite la mitaine devant Ovechkin au cercle, après un gros travail de Oshie.

Le jeu de puissance ne donne rien et Vegas tente de repartir… et se fait contrer. Oshie bloque un tir, se jette pour dégager et envoie Beagle en contre. C’est un 3-contre-1 car Theodore a brisé sa crosse. Kuznetsov est servi à droite et choisit le tir. Fleury est battu (2-0). Un but suite au dix-neuvième tir contré par la défense des Capitals.

Quand les tirs ne sont pas bloqués, Vegas ne cadre pas, ce qu’illustre une accélération de Eakin. Seul devant Holtby après un joli slalom, l’ancien de Dallas tire à côté. Peu après, un tir venu de loin frappe la balustrade et fond et revient sur Haula, sans réussite à bout portant. Les joueurs de Gerard Gallant s’exposent. Carlson lance Vrana qui démarre à toute vitesse et retrouve Kuznetsov dans l’axe. Cette fois, Fleury fait l’arrêt. Le Russe contre encore sur la présence suivante et décale Wilson à droite. Fleury suit bien et sa mitaine stoppe l’action.

Malgré tout, Washington recule. Tuch s’infiltre et rate le cadre, et, peu après, Theodore trébuche sur Smith-Pelly, qui n’échappe pas à la sanction des officiels. Vegas, en supériorité, complique trop son jeu au lieu de simplement lancer à la cage et perd du temps. Pire, Niskanen contre une passe et poursuit son effort. Le défenseur prend Theodore de vitesse et devance Fleury, qui le fait trébucher et concède deux minutes. Il ne reste que quelques secondes avant la pause, à quatre-contre-quatre. Suffisant pour un tir de chaque côté, dont un slalom audacieux d’Engelland.

Washington a accentué son avance, grâce à un gros sacrifice défensif et physique. Vegas ne compte que treize tirs cadrés, et n’a jamais vraiment pu installer de présence durable en attaque. Son échec-avant n’a pas menacé très souvent la relance adverse. Les Capitals gagnent les deux tiers des mises au jeu, ce qui leur permet de mieux dicter le rythme.

La défense ferme la porte

Washington reprend avec une supériorité numérique, sans se créer de position de tir. Ce n’est qu’au retour à cinq-contre-cinq que Oshie, servi entre les cercles par Ovechkin, trouve le poteau.

Les Capitals contrôlent… mais une énorme erreur relance la partie. Holtby sort derrière son but jouer un palet, mais Bellemare contre la passe et Nosek n’a plus qu’à marquer en cage vide (2-1).

Le match devient chaotique, les deux équipes peinant à enchaîner des passes. Le palet file d’un but à l’autre : Engelland finit par être sanctionné pour faire trébucher – le ralenti met cependant en cause Stephenson… Bellemare, puis Eakin, tiennent le palet en zone offensive pendant de longues séquences et la pénalité s’achève sans la moindre occasion.

Il reste dix minutes. Beagle contourne la cage, trouve Stephenson pour une nouvelle chance. Puis, Eller tente un revers lointain, que Fleury repousse. Du côté de Vegas, seule la quatrième ligne de Bellemare parvient à établir une présence offensive durable, forçant les Capitals au dégagement interdit.

Sur la présence suivante, un dégagement de Smith-Pelly dans le coin profite à Beagle. L’attaquant exploite un cafouillage de Theodore et passe du revers à Smith-Pelly. Ce dernier, esseulé, patiente et ajuste Fleury mi-hauteur (3-1).

Les locaux donnent tout ce qu’ils ont, patinant à toute vitesse pour empêcher des dégagements interdits, bloquant des tirs… Le jeu défensif verrouille la neutre avec prudence. Les tirs de Vegas se font rares. Holtby fait le reste, et bloque par exemple un tir de Sbisa à trois minutes de la fin. À moins de deux minutes du terme, Fleury sort. La défense tient toujours, et ne lâche rien.

Washington s’impose donc à la maison et mène la série deux victoires à une. Les Capitals ont fait tous les efforts nécessaires : dominateurs aux mises au jeu, physiques, ils ont contré la majorité des tirs de Vegas et se sont montrés bien plus dangereux offensivement. La victoire est largement méritée et laisse les Golden Knights en plein doute : neuf buts marqués dans la série, dont quatre par la quatrième ligne et deux par la défense. Les lignes offensives, hormis la première, se sont montrées largement inoffensives ce soir. Pire, le trio Perron-Haula-Neal a été laminé, privé de tir et sur la glace pour les trois buts adverses. Il va falloir retrouver ce jeu d’attaque incessant et de soutien collectif, sous peine de voir la coupe s’échapper.

 

Washington Capitals – Vegas Golden Knights 3-1 (0-0, 2-0, 1-1)
Samedi 2 juin 2018, 20h20. Capitals One arena, Washington, DC. 18506 spectateurs.
Washington mène la série 2-1.
Arbitrage de Marc Joanette et Wes McCauley assistés de Jonny Murray et Matt McPherson.
Pénalités : Washington 4′ (2′, 2′, 0′), Vegas 8′ (2′, 4′, 2′)
Tirs : Washington 26 (7, 14, 5), Vegas 22 (5, 8, 9)

Récapitulatif du score
1-0 à 21’10 : Ovechkin assisté de Carlson et Kuznetsov
2-0 à 32’50 : Kuznetsov assisté de Beagle et Oshie
2-1 à 43’29 : Nosek assisté de Bellemare
3-1 à 53’53 : Smith-Pelly assisté de Beagle

Washington Capitals

Attaquants
Alex Ovechkin (C, +1) – Evgeny Kuznetsov (+2) – Tom Wilson (+1)
Jakub Vrana (-1) – Nicklas Bäckström (A, -1) – TJ Oshie
André Burakovsky – Lars Eller – Brett Connolly
Chandler Stephenson (+1) – Jay Beagle (+2) – Devante Smith-Pelly (4′, +1)

Défenseurs
Michal Kempny – John Carlson
Dmitri Orlov (+2) – Matt Niskanen (+2)
Brooks Orpik (A) – Christian Djoos

Gardien :
Braden Holtby

Remplaçant : Philipp Grubauer (G). Réservistes : Madison Bowey (D), Jakub Jerabek (D), Alex Chiasson (A), Shane Gersich (A), Brian Pinho (A), Travis Boyd (A), Nathan Walker (A), Pheonix Copley (G)

Vegas Golden Knights

Attaquants
Jonathan Marchessault – William Karlsson – Reilly Smith (2′)
David Perron (A, -3) – Erik Haula (2′, -3) – James Neal (-3)
Alex Tuch – Cody Eakin – Ryan Carpenter
Ryan Reaves (+1) – Pierre-Edouard Bellemare (+1) – Tomas Nosek (+1)

Défenseurs
Brayden McNabb (-1) – Nate Schmidt (-1)
Deryk Engelland (A, 2′) – Shea Theodore (-1)
Colin Miller (-1) – Luca Sbisa (A)

Gardien :
Marc-André Fleury (2′)

Remplaçant : Maxime Lagacé (G). Réservistes : Malcolm Subban, Dylan Ferguson, Oscar Dansk (G), Erik Brannström, Nicolas Hague, Jason Garrison, Griffin Reinhart, Jon Merrill, Jake Bischoff, Brad Hunt (D), Cody Glass, Nick Suzuki, Oscar Lindberg, Stefan Matteau, William Carrier, Tomas Hyka, Keegan Kolesar, TJ Tynan, Brandon Pirri, Tomas Tatar (A)

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :