Rouen – Anglet (Ligue Magnus, 7e journée)

1 094

Je m’ voyais déjà !

Face à Rouen, Anglet a causé la sensation sur l’île Lacroix ! À égalité à la fin d’un match largement dominé par les Dragons pendant 42 minutes et puis, plus de débit, coupé net. L’Hormadi s’est gâché la prolongation sur deux indisciplines. Un retenir grossier de Dominic Jalbert et un surnombre inutile de Yanick Riendeau, pourtant deux des joueurs les plus expérimentés des visiteurs. Avant, les hommes d’Olivier Dimet avaient su saisir le momentum, pratiquement la seule chose à porter à leur crédit, que leur ont gracieusement laissé ceux de Fabrice Lhenry.

Rouen a fait une bonne entame de match, concrétisé par un but, comme installé dans un power-play, ajusté des poignets rapides de Florian Chakiachvili à la pointe (1-0 à 02’49) et par un deuxième, non moins vif, de Joël Caron (photo) dans le cercle doit après un bon relais de Joris Bedin (2-0 à 14’21).

Nicolas Arrossamena (photo) a réduit la marque brillamment au second poteau après une perle de longue passe transversale du Tchèque Ales Sova (2-1 à 15’19). Cela aurait dû éveiller la méfiance des champions de France. Dans le deuxième tiers, Alex Aleardi (photo) a hérité d’un rebond pour inscrire le troisième filet rouennais en supériorité numérique.

Après le second but de Joël Caron – tir dévié par Ales Sova dans ses propres filets au début du dernier tiers – les Normands menaient 4-1 et chantaient déjà sous la douche. Alors, les Basques, pourtant assez quelconques jusqu’ici, changeaient de tempérament. Yanick Riendeau, que Kévin Dusseau laissait faire, pouvait facilement provoquer Quentin Papillon (Pintaric, sur le banc, avait été laissé au repos) à son poteau droit et lever magistralement du revers le palet dans la lucarne gauche (4-2 à 45’42). Moins de deux minutes après, ni Chakiachvili ni Roy ne s’entendaient pour couper la possibilité de passe entre Arrossamena et Lamboley, pendant que Nesa abandonnait le soutien défensif sur le joueur de centre. L’ex-Chamoniard de 22 ans reprenait sans opposition son rebond laissé libre après sa première feinte du revers et faisait glisser, au pied du poteau droit, le puck derrière la jambière de Papillon allongé, impuissant (4-3 à 47’03).

Le relâchement des Seino-Marins très approximatifs était-il perçu par le staff ? Il n’y eut pas de temps-mort demandé par Fabrice Lhenry ! L’égalisation semblait pourtant inéluctable. Deschamps sapait une sortie de zone, contraignant sa défensive à subir, acculée, incapable de sortir proprement. Papillon réalisait alors un très gros arrêt, sentant le caoutchouc brûlé, en bloquant d’une mitaine sûre l’envoi de Sébastien Gauthier qui reprenait un rebond d’Olsson, les deux hommes se présentant devant le gardien (48’30). Les locaux réagissaient maintenant mais leurs chances très nettes (Miklik 48’55 et Lampérier 50’01) n’étaient pas concrétisées. Sans instinct de tueur en face d’eux, les Angloys, en confiance et incisifs, se projetaient toujours en attaque. Après une mise en jeu gagnée par Sébastien Gauthier dans le cercle gauche, le Canadien échappait à la vigilance d’Anthony Guttig et put reprendre dans une cage laissée ouverte trop longtemps par Quentin Papillon le rebond du tir frappé de Jalbert dans la bande (4-4 à 51’04).

Dès lors, les Rouennais seront laborieux et sans grandes inspirations offensives. Le premier buteur du H, Nicolas Arrossamena, eut même le palet du match, pour un hold-up parfait. Florian Chakiachvili, que personne n’aidait vraiment, en prise d’information, perdait de vue, un peu stupidement, le palet derrière sa cage, forcé par Loïk Poudrier. L’aîné des fils de l’ancien Dragon, Serge, remisait en retrait sur l’ex-ailier angevin qui manquait d’un rien la cage (56’38).

Direction la prolongation qu’Anglet, sanctionné à 23 secondes de la sirène, jouera tout le temps (durant 4’03) en infériorité. Bertein sera très solide devant Aleardi qui oublie Roy sur le coup (62’53) et de nouveau malheureux lorsque son défenseur – assez irréprochable par ailleurs – Joonna Kunnas dévie dans le haut des filets un lancer-frappé d’Anthony Guttig qui dépêtre ses coéquipiers d’une misère de fin de match très cavalière.

Ce soir :

Sébastien Gauthier a marqué son 55e but en Ligue Magnus.

Nicolas Arrossamena a enfilé son premier but sous ses nouvelles couleurs d’Anglet.

En inscrivant un but chacun ce soir, Florian Chakiachvili, Alex Aleardi et Joël Caron deviennent les meilleurs buteurs rouennais avec trois buts inscrits à leur total.

On a eu très peur à la 27e minute de jeu lorsque Robin Lamboley s’est couché sur la glace pour contrer un lancer frappé de Florian Chakiachvili. Le palet a tapé le casque de l’Angloy à quelques centimètres du visage. Après un retour au banc, le joueur d’Anglet a pu reprendre le jeu et a même inscrit le troisième but basque.

Étoiles du match : Joël Caron *** (Rouen), Alex Aleardi ** (Rouen) et Nicolas Arrossamena * (Anglet).

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Joël Caron (attaquant du RHE) : « (Sur le retour au score d’Anglet). Ça s’est passé vite. On a fait des erreurs qu’on ne devrait pas faire à ce niveau. On n’a pas su réagir non plus. En ce moment, quand on prend un but, on a tendance à rester dans le dur plutôt qu’à trouver l’énergie pour repartir de l’avant. C’est vraiment dommage de s’être mis dans cette situation car, contrairement au match face à Mulhouse, on a fait un très bon début de match. Je pense même que les quarante premières minutes ont été bonnes. C’est dommage de ne pas en avoir profité. Il faut peut-être qu’on arrête de se faire plaisir en cherchant le beau jeu, la belle passe, et qu’on tire plus à la cage. C’est vraiment dommage de s’être fait peur ainsi en fin de match. »

Rouen – Anglet 5-4 (2-1, 1-0, 1-3, 1-0)
Vendredi 5 octobre 2018 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2573 spectateurs.
Arbitres : M. Pierre Dehaen assistés de MM. Clément Goncalves et Anne-Sophie Boniface
Pénalités : Rouen 4′ (0′, 4’, 0’, 0’) ; Anglet 14′ (4′, 4+10′, 2′, 4’)
Tirs : Rouen 42 (14, 13, 11, 4) ; Anglet 19 (7, 5, 7, 0)
Chances : Rouen 9 (1, 4, 3, 1) ; Anglet 7 (2, 1, 4, 0)
Supériorités : Rouen 2/7, Anglet 0/2

Évolution du score :
1-0 à 02’49 : Chakiachvili assisté de Roy et Aleardi
2-0 à 14’21 : Caron assisté de Bedin
2-1 à 15’19 : Arrossamena assisté de Sova et Silvennoinen
3-1 à 25’26 : Aleardi assisté Thinel et Deschamps (sup.num.)
4-1 à 41’20 : Caron assisté de Miklik et Koivisto
4-2 à 45’42 : Riendeau
4-3 à 47’03 : Lamboley assisté de Arrossamena et Poudrier
4-4 à 51’04 : Gauthier assisté de Jalbert
5-4 à 64’03 : Guttig assisté de Langlais et Deschamps (sup.num.)

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Alexander Aleardi
Joël Caron – Juha Koivisto – Michel Miklik
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz – Marc-André Thinel
Joris Bedin – Fabien Colotti – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Quentin Papillon (15 arrêts)

Remplaçants : Matija Pintaric (G), Thomas Carminati et Joran Reynaud.

Anglet

Attaquants :
Thomas Decock (C) – Saku Salminen – Lionel Tarantino
Alexander Olsson – Sébastien Gauthier (A) – Yanick Riendeau
Loïk Poudrier – Robin Lamboley – Nicolas Arrossamena
Mikel Mendizabal

Défenseurs :
Dominic Jalbert – Riku Silvennoinen
Ales Sova – Mathieu Pons
Dave Grenier – Joona Kunnas

Gardien :
Léo Bertein (37 arrêts)

Remplaçants : Christophe Latxague (G), Louis Vitou, Alejandro Burgos et Clément Razat. Absents : Sebastian Ylönen, Florent Neyens et Luc-Olivier Blain (?).

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :