Amiens – Strasbourg (Ligue Magnus, 26e journée)

Amiens sans pitié pour le "Boxing Day"

169

En ce lendemain de Noël, alors que tout le monde récupère des repas et profite de ses cadeaux, les hockeyeurs sont déjà de retour sur la glace. En effet, pour ce « Boxing Day », les Gothiques recevaient leur futur adversaire en coupe de France, L’Étoile Noire de Strasbourg. Mais la tête n’était pas (encore) à Bercy, et avec encore sept matches (en comptant celui-ci) en un peu moins de deux semaines, les hommes de Mario Richer n’auront pas le temps d’avoir la tête ailleurs. Après une victoire dans un match spectaculaire face à Chamonix (4-5), les Amiénois retrouvaient le Coliséum pour tenter d’asseoir un peu plus leur troisième place.Comme face à Gap, les locaux ne tardaient pas à se montrer dangereux, avec l’inévitable premier trio. Halley servait Giroux dans le slot et forçait déjà Hiadlovsky à sortir un très gros arrêt. Les affaires des Strasbourgeois se corsaient quand le quatrième bloc, en plus de bien défendre, affichait aussi ses qualités offensives. Une très belle séquence de possession qui se terminait dans la lucarne droite du gardien alsacien : Da Costa servait Suire dans le cercle, qui envoyait du poignet sans contrôle, et Hiadlovsky ne pouvait rien faire (1-0, 3’49).

Strasbourg répondait en contre-attaque, et un lancer de Havlicek mettait Buysse en très grande difficulté, mais le palet ne passait pas la ligne de but. Une deuxième grosse occasion arrivait même en situation d’infériorité, et Buysse devait s’y reprendre non pas une mais deux fois pour bloquer les tentatives de l’Étoile Noire.

Les Gothiques dominaient leur vis à vis et auraient pu aggraver le score lors de cette même situation de supériorité. Maïa, aligné sur le second bloc d’avantage numérique, profitait de ne pas être attaqué pour envoyer un slap que Hiadlovsky stoppait d’un superbe arrêt de la mitaine. Mais ce dernier ne pouvait rien quand, quelques minutes plus tard, Giroux reprenait un rebond de Romand dans le slot et n’avait qu’à pousser la rondelle dans les filets déserts (2-0, 14’51).

Ayant eu peu de lancers à la cage (seulement sept) lors de ce premier tiers, les hommes de Daniel Bourdages avaient une très belle opportunité de réduire le score quand Romand puis Plouffe étaient pénalisés sur la même action, en toute fin de tiers. Si Buysse prend le meilleur sur un fort lancer de la bleue de Prier, c’est bien ce dernier qui réduisait le score d’entrée de second tiers, d’un très beau lancer en lucarne, à la fin d’une circulation de palet qui a resserré l’étau sur le but amiénois (2-1, 20’34).

Le quatrième bloc amiénois posait beaucoup de problème à la défense strasbourgeoise, et il fallait que Hiadlosvky bouge sa cage volontairement pour empêcher Suire, servi par Da Costa, de s’offrir un doublé. Le jeu de supériorité des locaux se montrait une fois de plus actif et tout en mouvement, mais n’était pas efficace. Cependant, alors que les Alsaciens revenaient à cinq contre cinq, Da Costa, servi par Smach, trouvait Plouffe lancé d’une très belle passe dans le dos. Le lancer du Canadien trouvait la botte du gardien de l’Etoile Noire mais rebondissait au dessus et terminait sa course au fond des filets. (3-1, 29’47). Ce but concrétisait un énorme travail de cette « ligne d’énergie », qui avait fait tourné le palet dans la zone offensive amiénoise.

Les Strasbourgeois semblaient totalement submergés et n’arrivaient pas à répondre au rythme imposé par les Amiénois. Le score aurait pu être plus lourd à la deuxième pause si Hiadlovsky ne réalisait pas un match de haute volée. Tout d’abord auteur d’un arrêt incroyable sur Edwards, servi seul devant la cage par Prissaint, puis stoppant le lancer de Trabucco, le Slovaque stoppait dix-sept des dix-huit lancers envoyés à la cage lors du second tiers.

Le troisième tiers n’était pas différent, et les locaux prenaient le jeu à leur compte. Guillemain se frayait un chemin en solitaire dans la défense Strasbourgeoise et aurait pu réaliser un exploit individuel mais butait une fois de plus sur Hiadlovksy. Les minutes s’écoulaient et les hommes de Daniel Bourdages semblaient abandonner, et cela rendait les choses faciles aux Samariens. Smach, servi par Giroux, déboulait sur le coté gauche et trouvait Romand sur le coté droit qui n’avait qu’à mettre sa crosse en opposition pour que le palet passe la ligne de but (4-1, 44’58).

Si le jeu de supériorité amiénois ne trouvait pas la faille, le jeu d’infériorité y arrivait. En situation de quatre contre trois, Bault récupérait le palet et prenait son vis-à-vis de vitesse. Voyant West arriver dans le slot, le Français jouait le rebond et West n’avait qu’à pousser le palet dans la cage laissée vide (5-1, 48’32). Cette action, jouée très intelligemment par les hommes de Mario Richer, scellait le score de match.

Un match dominé du début à la fin face à une équipe pourtant en forme, qui avait battu Bordeaux et Gap et qui ne s’était inclinée qu’après les prolongations face à Lyon. Les Gothiques semblent plus que jamais en confiance et sont seuls troisièmes, même avec les deux matchs de retard d’Angers, futur adversaire des Amiénois. Un match important pour se mettre à l’abri des Ducs, avant la réception du leader, Rouen, dimanche à 16h, pour un derby des plaines toujours très attendu.

Réactions d’après match :

Mario Richer (entraîneur d’Amiens) : « C’est notre premier but marqué sur l’infériorité, et on ne met pas l’accent là-dessus. L’important, c’est d’arrêter les lancers. Notre quatrième trio ramène des points et ils sont à +12 tous les trois ensemble. Ils nous sont d’un grand service. On avait parlé d’un quatrième trio à deux impacts, et on l’a cette saison.
Il faut continuer à travailler et à produire offensivement. C’est ce que l’on essaye de faire aux entraînements. On travaille sur l’exécution depuis le début de saison, et ça paraît. On a plus de chance, le palet bouge plus vite et ça nous crée plus de chance. Les défenseurs se joignent au jeu, et l’addition de Bélisle nous aide aussi.
On prend un match à la fois. La demi-finale c’est encore loin, il reste quinze matches avant ça ! C’est au jour le jour, il faut vivre l’instant présent. C’est très important dans la vie de vivre le moment présent et non dans le futur. C’est l’équipe que l’on affrontera en demi-finale, mais on ne se concentre pas là-dessus. Il fallait être prêt pour ce match et s’assurer que les joueurs soient focus pour bien prendre ce match. »

Daniel Bourdages (entraîneur de Strasbourg) : «  »On a eu plus d’occasions que sur le match au début du mois, mais on a pris plus de buts ! On a passé plus de temps en zone offensive également. Au début du mois, on était venu ici avec trois lignes, on savait qu’il fallait absolument défendre et on avait été très rigoureux au niveau du positionnement défensif. Ce soir, je dirais que l’on prend des mauvais buts et c’est bien joué de la part d’Amiens. C’est le genre de situations que l’on doit voir venir. Je pense au premier but où mes ailiers sont beaucoup trop loin, par exemple. Ce sont des petites erreurs qu’il ne faut pas faire, c’est aussi simple que ça. Si on veut comparer au dernier match, je me dis que l’on prend 5-1, mais la différence est que l’on a été moins rigoureux défensivement alors que l’on a été plus dangereux offensivement, on a forcé Buysse à faire quelques beaux arrêts. Le match aurait pu changer d’allure si on avait pu profiter de nos supériorités numériques quand le score était de 2-1. On ne l’a pas fait et je pense qu’au niveau des unités spéciales, on aurait pu faire mieux.
Amiens a bien joué le coup. Sur le deuxième but, ils attaquent à quatre, il faut le faire ! Ils ont pris des bons lancers stratégiques, pas forcément pour marquer mais aussi pour provoquer des rebonds sur la jambière du gardien, et les gars étaient là au rebond. Je pense qu’ils ont marqué des buts travaillé. Des buts que l’on travaille de notre côté, mais que l’on n’arrive pas encore à mettre parce qu’on est beaucoup plus jeune. C’est une défaite sur laquelle on pourra faire un bon reportage vidéo pour corriger les erreurs que l’on a faites.

Ça a été un bon mois de décembre dans l’ensemble pour nous. Ce soir, il nous a manqué un bon défenseur avec l’absence de Radek Deyl qui nous aide beaucoup au niveau de la robustesse et qui a un bon patinage. Je n’ai pas senti mes joueurs prêts à 100% pour ce match. Tu ne peux pas ne pas être à 100% quand tu joues ici, contre Amiens, chez eux ! Il manquait un peu de niaque. C’est ce que je reproche à mon équipe. On n’a pas sauté sur la glace de manière endiablée dès le début. Il nous faut tous nos joueurs. On n’est pas une grosse écurie et il faut que tout le monde arrive les dents longues, sinon c’est dur ! »

 

Amiens-Strasbourg 5-1 (2-0, 1-1, 2-0)
Mercredi 26 décembre 2018 à 20h00 au Coliséum. 2500 Spectateurs
Arbitrage de Marie Tjana Picavet et Jérémy Rauline assistés de Leevan Thiebault et Clément Goncalves.
Pénalités : Amiens 14′ (6′, 2′, 6′) ; Strasbourg 10′ (2′, 4′, 4′)
Tirs : Amiens 45 (13, 18, 14) ; Strasbourg 21 (7, 5, 9)

Évolution du score :
1-0 à 03’49 : Suire assisté de Da Costa et Plouffe
2-0 à 14’51 : Giroux assisté de Romand et Halley
2-1 à 20’34 : Prier assisté de Havlicek et Fujerik (double sup. num.)
3-1 à 29’47 : Plouffe assisté de Da Costa et Smach
4-1 à 44’58 : Romand assisté de Smach et Giroux
5-1 à 48’32 : West assisté de Bault (inf. num.)

Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley – Jérémie Romand
Bastien Maïa– Joey West (A) – Spencer Edwards
Pierre-Maxime Poudrier – Mario Valery-Trabucco – Rudy Matima
Thomas Suire – Félix Plouffe – Kévin Da Costa

Défenseurs :
Ondrej Smach – Jonathan Narbonne (C)
Holden Anderson – Léo Guillemain
Romain Bault – Louis Belisle
Axel Prissaint

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Strasbourg

Attaquants :
Michal Duras – Ondrej Havlicek – Loïc Chabert
Mitch Zion – Danny Potvin – Dylan Denomme
Romain Chapuis – Dominik Fujerik – Julien Burgert
Hugo Sarlin – Samuel Rousseau – Anthony Goncalves
David Fritz-Dreysse

Défenseurs :
Scott Prier – Colin Morillon
Aurélien Chausserie – Miha Logar
Maxime Delplanque – Vojtech Zadrazil
Aurélien Vinals

Gardien :
Tomas Hiadlovsky

Les commentaires sont fermés.

ut dolor dapibus eget id pulvinar Praesent mi, diam