Grenoble – Angers (Ligue Magnus, 33e journée)

Les Ducs font de la résistance à Pôle Sud

77

Les Brûleurs de Loups ont connu un début 2019 compliqué avec une victoire difficile face à Bordeaux (3-2 après prolongations) puis une nette défaite à Amiens (2-5). Un logique rappel à l’ordre face au troisième de la Ligue Magnus qui fait suite à une série de prestations en demi-teinte à domicile depuis quelques semaines. Depuis, Grenoble s’est racheté mardi en s’imposant largement à Strasbourg (9-0). Mais le test face à une équipe de bas de tableau, handicapée par l’absence de son gardien n°1 n’est pas significatif. En revanche, la venue d’Angers (quatrième au classement) ce soir à Pôle Sud sera bien plus significative pour voir où en sont les hommes de Terglav même si les Ducs sont considérablement diminués par les absences de 4 attaquants (Campbell, Gaborit, Guertin et Henderson) et d’un défenseur (Levesque). En proie à des difficultés pour composer trois lignes d’attaque compétitives, Brennan Sonne va bientôt recevoir le renfort de Chris Lawrence, un centre canadien qui avait débuté la saison aux Sheffield Steelers. Son arrivée a été annoncée aujourd’hui mais il n’est pas encore qualifié pour cette rencontre. Grenoble a remporté nettement les deux confrontations entre les deux équipes cette saison : 10-2 au Haras lors de la première journée et 5-1 à Pôle Sud début décembre.

Comme c’est le cas depuis quelques matchs, Christophe Tartari est positionné comme attaquant vu le nombre suffisant de défenseurs. Et Antoine Bonvalot, convaincant face à Bordeaux, a de nouveau les faveurs d’Edo Terglav pour débuter le match devant la cage. Pas de round d’observation avec la première ligne des Brûleurs de Loups très entreprenante dès le coup d’envoi. Les lancers de Kearney et McEachen permettent de tester Hardy alors que les Grenoblois travaillent en zone offensive au cours des premières minutes. Le pressing isérois finit par payer sur un lancer de Koudri suite à un bon décalage de Kara. Le tir du jeune grenoblois est repoussé mais Bouchard est pénalisé sur l’action ce qui offre une première supériorité numérique à Grenoble. Kearney multiplie les tentatives sur le power-play mais le boxplay grenoblois finit par tuer la pénalité. De retour à cinq contre cinq, Fabre est présent au rebond sur une tentative de Rohat. Face à une équipe angevine bien en place défensivement, les Grenoblois essaient d’accélérer le jeu à l’image d’une passe en profondeur de Kearney qui lance Leclerc mais ce dernier voit son tir repoussé par Hardy.

Alors que les débats semblaient s’équilibrer, sur un palet intercepté en zone neutre, Coulombe parvient à s’infiltrer dans la défense grenobloise et voit son tir repoussé par Bonvalot. Mais le palet est mal dégagé par Fabre, Bouchard le récupère le long de la bande et lance à la cage : Bonvalot repousse une nouvelle fois mais Lacroix parvient à pousser le palet au fond sur le rebond (0-1, 11’17’).  Surpris, les Brûleurs de Loups essaient de repartir à l’attaque avec deux lancers de Da Costa et Onno sur la cage angevine. Sur un contre, Hardowa, parfaitement décalé par Kearney, est tout près de battre Hardy mais le portier angevin ferme la porte avec sa jambière. Mais les Ducs continuent de porter le danger dans la zone grenobloise et sont récompensés par une pénalité d’Hardowa. Première supériorité numérique du match pour Angers. Le power-play angevin se montre tout de suite dangereux avec une bonne circulation du palet. Dans un premier temps, Bonvalot parvient à s’imposer sur un rebond pris par Lacroix. Puis le portier grenoblois s’illustre de nouveau sur un nouveau rebond, de Serer cette fois. Bonvalot repousse l’échéance en permettant à son équipe de tuer la pénalité. Justin Hamonic est pénalisé à son tour suite à un bon travail de Vincent Kara en zone offensive. Il reste deux minutes à jouer en supériorité numérique pour Grenoble, une occasion rêvée pour égaliser avant la pause. Le power-play grenoblois campe dans la zone offensive avec une bonne circulation du palet, Leclerc parvient à prendre un bon tir mais une nouvelle fois Hardy repousse le danger. Angers préserve son avance au score à la fin de la première période.

Les Brûleurs de Loups entament donc la deuxième période avec des intentions offensives mais les Angevins sont bien en place défensivement et arrivent à placer des contres très tranchants. La défense grenobloise, parfois un peu trop spectatrice, laisse les attaquants angevins venir inquiéter Bonvalot de près à l’image d’une grosse opportunité de Loïc Farnier qui voit son tir bloqué par Bonvalot. Sans complexe, les Ducs arrivent même parfois à faire le jeu dans la zone grenobloise alors que les Brûleurs de Loups souffrent dans ce début de deuxième tiers-temps. Champagne essaie de ramener les siens dans la zone offensive. Son lancer est contré mais c’est le début d’une belle période côté grenoblois avec une succession de tirs sur la cage angevine. Latendresse y va de son tir repoussé par Hardy alors qu’une grosse présence de Fabre et Koudri devant la cage angevine aurait pu permettre à Arnaud de marquer au milieu du trafic. Les efforts grenoblois seront finalement récompensés sur un lancer en pleine lucarne de Manavian suite à un engagement gagné en zone offensive par Joël Champagne (1-1, 30’57’).

Ce but aurait pu permettre aux Brûleurs de Loups de prendre l’initiative dans le match mais les Ducs sont loin de renoncer et gardent une belle intensité dans les duels pour continuer à perturber le jeu grenoblois. Un une-deux entre Kearney et Champagne aurait pu permettre aux Brûleurs de Loups de prendre les devants mais le capitaine grenoblois manque le cadre. Un défaut de réalisme qui poursuit les Isérois depuis le début de la rencontre. Grenoble campe dans la zone angevine en fin de tiers mais un gros lancer de Manavian est repoussé cette fois par Hardy. Dominateurs mais brouillons, les hommes de Terglav poussent avec Da Costa, auteur d’un gros lancer sur la cage angevine. Une faute de Bouchard en zone offensive offre une nouvelle supériorité numérique à Grenoble à une minute de la fin de la deuxième période. Kearney frappe à la porte mais Hardy repousse une nouvelle fois le danger. Les deux équipes rentrent au vestiaire dos à dos.

Grenoble débute la troisième période en supériorité numérique pendant une minute : un premier lancer de McEachen difficilement repoussé par Hardy donne le ton du power-play. Kearney s’avance près du slot mais Hardy le fait trébucher : les Brûleurs de Loups font tourner le palet en attendant que la pénalité soit sifflée. Les Grenoblois peuvent donc enchaîner avec une nouvelle supériorité numérique pendant laquelle le boxplay angevin fait un bon travail même si un tir de Leclerc sur le poteau aurait pu permettre aux locaux de passer devant au tableau d’affichage. Mais à peine les deux équipes revenues à cinq contre cinq, Kévin Igier se fait sanctionner pour une crosse haute sur Denny Kearney devant le slot angevin. Les Ducs ne se laissent pas décourager car dès le début de cette nouvelle infériorité Danick Bouchard parvient à s’échapper pour défier Bonvalot qui réalise un gros arrêt de la jambière. Très imprécis sur le power-play, les Brûleurs de Loups multiplient les mauvaises passes et les hors-jeux, gaspillant cette nouvelle opportunité. De retour à égalité numérique, Coulombe plonge vers la cage mais son lancer est repoussé par Bonvalot. Mais l’indiscipline rattrape les Angevins avec une nouvelle pénalité de Farnier cette fois. Depuis le début du troisième tiers, Angers joue à quatre contre cinq !

Mais les Brûleurs de Loups ne sont décidément par en réussite en supériorité numérique ce soir. Manavian tente de trouver une solution sur un tir lointain mais celui-ci passe au ras du poteau angevin et Grenoble laisse passer sa sixième opportunité en avantage numérique de la soirée ! Paradoxalement, c’est à cinq contre cinq que les Isérois se procurent les meilleures opportunités avec notamment une déviation d’Arnaud difficilement repoussée par Hardy. Puis c’est au tour de Leclerc de tirer juste au-dessus de la cage angevine. C’est le début d’une grosse présence pour la première ligne grenobloise qui donne le tournis à la défense angevine avec une succession de tirs en direction de la cage. Et c’est finalement sur un tir flottant de Bisaillon au milieu du trafic que Grenoble parvient enfin à marquer (2-1, 50’51’). Il en faut plus pour décourager les Ducs avec Danick Bouchard qui sonne la révolte angevine en frappant à deux reprises à la porte de Bonvalot qui reste concentré. Sur un contre, Masson sert Bouchard devant le slot mais sa reprise à bout portant passe de peu à côté. Angers jette ses dernières forces dans la bataille avec un Bouchard omniprésent alors que Grenoble attend de placer des contres à l’image d’une passe de Leclerc pour Champagne qui butte sur Hardy. Sonne demande un temps mort et finit part sortir son gardien pour jouer le surnombre dans les dernières minutes. Mais les Ducs finissent par manquer de jus et se font prendre le palet par Manavian qui conclut le match en marquant dans la cage vide (3-1, 59’52’).

Les Brûleurs de Loups ont longtemps peiné pour prendre la mesure d’une équipe d’Angers pourtant diminuée par de nombreuses absences. En manque de réussite, l’offensive grenobloise a buté une défense angevine très bien organisée autour de Florian Hardy. Inefficaces en supériorité numérique, les Grenoblois s’en sont remis… à leurs défenseurs pour faire la différence. Les buts de Manavian et Bisaillon ont finalement été suffisants pour ramener les trois points de la victoire…. Mais que ce fut laborieux ! Comme lors des matchs précédents à Pôle Sud, Grenoble n’arrive pas à se mettre à l’abri suffisamment tôt et doit batailler jusque dans les ultimes instants pour valider la victoire. Difficile à comprendre au vu de l’attaque pléthorique de l’équipe d’Edo Terglav. Mais entre méforme de certains et manque de repères collectifs sur les lignes, l’attaque grenobloise a du mal actuellement face à des défenses bien en place. La défense, c’est en revanche l’une des satisfactions de la rencontre côté grenoblois avec trois paires homogènes. On retiendra également l’efficacité de Bonvalot dans la cage, auteur d’une nouvelle sortie convaincante ce soir et qui marque des points face à Horak, sorti en cours de match à Amiens.

De leur côté, les Ducs peuvent regretter de ne pas avoir pris un point ce soir. Leur résistance héroïque aurait mérité d’être récompensée. Mais l’accumulation des pénalités au début du troisième tiers temps les a obligés à puiser un peu plus dans les organismes. Et la différence de profondeur de banc a fini par être rédhibitoire pour une équipe d’Angers méritante, solide défensivement et pas avare en efforts. Offensivement, les coéquipiers de Julien Albert n’ont pas eu beaucoup l’occasion de s’exprimer avec une seule supériorité numérique sur l’ensemble du match même si Bouchard a beaucoup tenté ce soir. La rencontre de mardi au Haras se jouera dans un autre contexte, sur une petite glace et les Ducs peuvent espérer récupérer des joueurs, à commencer par leur joker Chris Lawrence. Il y aura de la revanche dans l’air…

Désignés joueurs du match : Antoine Bonvalot (Grenoble) et Florian Hardy (Angers)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On a fait un bon début de match, on concède un premier tir seulement au bout de dix minutes. On était sur un faux rythme, on gardait trop le palet, on chercher à faire des jeux trop faciles, trop parfaits au lieu d’aller plus à la cage, d’aller chercher le momentum comme ça. Je pensais qu’en gardant les choses un peu plus simples, on aurait pu aller chercher un ou deux buts parce qu’on avait vraiment dominé ces dix premières minutes mais derrière ce sont eux qui marquent le premier but. On avait l’impression d’avoir fait tout ça pour rien mais après j’ai bien aimé, l’équipe est restée calme, elle n’a pas paniqué, on n’a pas forcé les choses, les joueurs ont lancé un peu plus souvent. On voit le but en deuxième période : on met le palet à la cage, les bonnes choses arrivent… C’est avec encore un but comme ça qu’on gagne le match. Les victoires c’est positif mais pour moi ce qui est important, c’est la manière avec laquelle on gagne ces matchs-là, la façon avec laquelle on se comporte sur la glace pendant soixante minutes. On parle d’être constants, de ne pas avoir de passage à vide, ce qui est important avant les play-offs, c’est toutes les petites choses qu’on travaille, qu’on met ensemble et qu’on soit solides pendant soixante minutes. Il reste encore beaucoup de matchs mais on ne veut pas regarder trop loin, se mettre la pression, ni calculer les choses… On prend un match à la fois. On veut s’occuper de nous, regarder la manière de jouer, garder les bonnes choses et corriger les choses négatives avec le travail qu’on fait et après arrive ce qui arrive… »

Brennan Sonne (entraîneur d’Angers) : « J’ai de la peine pour mes gars… mon équipe a vraiment fourni un bel effort. C’est dur quand on est six fois en infériorité et que l’autre équipe ne l’est qu’une fois. C’est frustrant donc j’admire notre effort avec un banc raccourci et seulement huit attaquants titulaires. Mais on va tourner la page rapidement et préparer le match de mardi. Nous n’avons eu qu’une supériorité numérique, on peut imaginer que si on en avait eu quelques autres, on aurait peut-être pu marquer quelques buts supplémentaires. C’est difficile quand on est en infériorité numérique ou à cinq contre cinq de se créer des occasions… En général à cinq contre cinq, on se procure que neuf ou dix chances de marquer dans un match… Je me concentre sur la performance individuelle des joueurs, il nous manque cinq joueurs mais j’attends des joueurs qui sont présents sur la glace de faire de leur mieux. J’ai trouvé que beaucoup de gars ont été vraiment très compétitifs mais on en a quelques-uns qui n’ont pas joué à leur meilleur, même avec un banc raccourci donc je dirai que dans l’ensemble, en mettant toutes les individualités ensemble, c’était un bon effort collectif, il y a quelques gars qui aurait pu mieux faire mais je suis quand même fier de l’effort fourni par l’équipe ce soir. »

Sébastien Bisaillon (défenseur de Grenoble) : « Le but que je marque ce n’est peut-être pas le plus beau mais on prend les points…. Tout le mérite revient à Joël Champagne, Denny Kearney et Guillaume Leclerc qui tout au long de cette présence qui a mené au but ont fait un travail incroyable en bas de zone. Il y avait plusieurs chances de marquer, ça a attaqué le filet. Patrick aussi fait une belle passe, ce but c’est le résultat d’un effort collectif, ça fait peut-être cliché mais je le pense vraiment… La présence des gars devant la cage, l’acharnement sur les palets libres en bas de zone, la protection du palet… tout le crédit leur revient honnêtement. Mon 200ème match à Grenoble, c’est un match comme un autre, il faut en faire abstraction mais en même temps pour quelqu’un comme moi qui, il y a quelques années, se promenait de ville en ville, de pays en pays, année après année, c’est une belle sensation d’avoir cette stabilité-là, surtout ici à Grenoble où je me sens très fier de pouvoir porter l’uniforme des Brûleurs de Loups. Je suis bienheureux d’avoir pu jouer, rester en santé pour représenter Grenoble et le club des BDL. »

Maxime Lacroix (attaquant d’Angers) : « Il nous manquait des éléments clés ce soir, on est venu ici pour les surprendre, pour chercher des points. On est déçus du résultat mais on est fier de la prestation qu’on a donnée. On voulait se prouver qu’on était capable de rivaliser avec Grenoble, on a eu deux matchs difficiles contre eux avant cette saison. On voulait se prouver pour les play-offs qu’on est capable de jouer contre eux et là on s’en est quand même bien sortis, mardi ça va peut-être être encore mieux chez nous avec quelques joueurs qui vont peut-être revenir. Au troisième tiers, on a pris beaucoup de prisons et c’est là que ça a commencé à être difficile, on prend des shifts trop longs dans notre territoire… les éléments clés ont dû beaucoup jouer. On passe beaucoup de temps dans notre zone, après tout le monde est fatigué et ils sont allés chercher le but gagnant tout de suite après… C’est certain que ça fait mal mais on est fier de notre prestation. »

 

Grenoble – Angers 3-1 (0-1, 1-0, 2-0).

Vendredi 11 janvier 2019 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3311 spectateurs.
Arbitrage de Pierre Dehaen assisté de Joris Barcelo et David Courgeon
Pénalités : Grenoble 12’ (2’+10’, 0’, 0’), Angers 12’ (4’, 2’, 6’)
Tirs : Grenoble 31 (10, 12, 9), Angers 21 (7, 5, 9)

Évolution du score :

0-1 à 11’17’ : Lacroix assisté de Bouchard et Coulombe
1-1 à 30’57’ : Manavian assisté de Champagne
2-1 à 50’51’ : Bisaillon assisté de McEachen et Kearney
3-1 à 59’52’ : Manavian assisté de Rohat et Leclerc (cage vide)

Grenoble

Attaquants :

Denny Kearney (10’) – Joël Champagne (C) – Guillaume Leclerc
Christophe Tartari (A) – Sébastien Rohat – Damien Fleury (A)
Julien Baylacq – Olivier Latendresse – Teddy Da Costa
Vincent Kara – Adel Koudri – Mathias Arnaud
Dylan Fabre

Défenseurs :

Patrick McEachen – Sébastien Bisaillon
Antonin Manavian – Connor Hardowa (2’)
Dominik Kramar – Aleksandar Magovac
Lucien Onno

Gardien :

Antoine Bonvalot

Remplaçant : Lukáš Horák (G). Absents : Teddy Trabichet (épaule), Boštjan Goličič (poignet), Maxime Legault (adducteurs).


Angers

Attaquants :

Danick Bouchard (4’) – Maxime Lacroix (A) – Loïc Farnier (2’)
Matt Carter – Julien Albert (C) – Clément Masson
Jeremy Aymard – Marius Serer – Gauthier Gibert
Stefan Fauvel

Défenseurs :

Patrick Coulombe (A) – Justin Hamonic (2’)
Mathieu Gagnon – Arnaud Faure
Gary Levêque – Kévin Igier (2’)

Gardien :

Florian Hardy (2’) [sorti de 58’22’ à 60’00’]

Remplaçant : Isaac Charpentier (G). Absents : Cody Campbell, Robin Gaborit, Mathieu Guertin, Marc-André Levesque, Brian Henderson (blessés), Chris Lawrence (non qualifié).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

pulvinar odio velit, eget libero. et, ipsum ut venenatis