Grenoble – Gap (Ligue Magnus, 20e journée, match en retard)

Les Rapaces en voulaient plus

150

Les Brûleurs de Loups ont rectifié le tir après leur timide victoire de la semaine dernière face à Angers. En déplacement mardi en Anjou pour la revanche, ils se sont imposés plus largement (10-5) en marquant pour la deuxième fois cette saison dix buts au Haras. Un match un peu fou au cours duquel les deux gardiens titulaires, Hardy et Horak, ont été sortis en moins de dix minutes après avoir encaissé respectivement 3 et 4 buts. Une victoire rassurante pour l’attaque grenobloise qui avait montré des signes de fatigue il y a une semaine à Pôle Sud. Pour cette rencontre, Edo Terglav peut compter sur le retour de Maxime Legault qui était absent depuis plus d’un mois alors que Teddy Da Costa est malade. Mais la grande nouvelle de la soirée est annoncée en avant-première aux spectateurs de Pôle Sud : le retour de deux anciens chouchous du public grenoblois, Kyle Hardy et Sacha Treille, qui arrivent en renfort avant les play-offs. Deux renforts de poids qui viennent apporter une sacrée profondeur de banc à l’équipe grenobloise même s’ils ne sont pas encore aptes à jouer sur la glace.

Gap, de son côté, reste sur un beau double succès contre Chamonix (6-4 et 3-0) faisant suite à une victoire face à Bordeaux (6-3). Les Rapaces ont le vent en poupe et semblent se rapprocher d’une qualification en play-offs avec une confortable cinquième place. Le premier affrontement à Pôle Sud fin décembre a montré qu’il fallait compter sur eux pour venir gêner les Brûleurs de Loups dans un derby dauphinois toujours animé (victoire 5-3 de Grenoble). Pour cette rencontre, Luciano Basile est privé de ses deux attaquants lettons Roberts Jekimovs et Elvijs Biezais ainsi que de Vincent Melin. Il titularise Jimmy Darier dans les cages pour la quatrième fois de la saison.

Kristoff Kontos allume la première mèche avec un premier tir sur Horak à la conclusion d’un bon mouvement en zone offensive. Les Rapaces rentrent d’ailleurs mieux dans le match avec une pression continue autour de la cage grenobloise. Mais sur une accélération de Damien Fleury côté droit, Grenoble est tout près d’ouvrir le score : Rohat bute sur Darier qui fait un arrêt acrobatique pour repousser le palet. La réaction gapençaise ne se fait pas attendre avec un slalom d’Abramov dans la défense grenobloise mais Horak bloque le palet de la mitaine. Mais sur un palet mal contrôlé par Kontos, Leclerc surgit à la ligne bleue et file en direction de la cage, Kontos le rattrape irrégulièrement. Champagne et Kearney mettent la pression pendant cette première supériorité numérique grenobloise. Jimmy Darier repousse notamment les tentatives de Leclerc et Kearney. À la fin de la pénalité, une mauvaise passe de Fleury est interceptée par Vondracek qui s’échappe mais bute sur Horak, rassurant en ce début de rencontre.

Maladroits dans leurs relances, les Grenoblois subissent les attaques gapençaises qui échouent régulièrement aux abords du slot. Cela permet à Horak de retrouver des sensations après sa sortie prématurée mardi. Il réalise un bel arrêt à bout portant face à Bouvet alors que le jeu s’équilibre en zone neutre, les deux équipes restant à l’affût des erreurs adverses. Grenoble travaille bien en zone offensive sous l’impulsion de son premier bloc. Une bonne phase ponctuée par un lancer de Bisaillon bien capté de la mitaine par Darier. Le portier gapençais a à cœur de s’illustrer face à ses anciens coéquipiers : il gèle de nouveau le palet sur un lancer dévié de Fleury. À une minute de la fin du tiers, Gap est sanctionné pour un surnombre, ce qui permet à Grenoble de mettre la pression jusqu’à la pause, sans réussite.

Les Brûleurs de Loups ne profitent pas vraiment du temps qu’il leur reste à cinq contre quatre en deuxième période. À la fin de la pénalité, Norbert Abramov adresse une magnifique passe en profondeur à Romain Gutierrez qui part dans le dos de Connor Hardowa : l’attaquant gapençais ne sera plus rejoint et marque d’un splendide tir en lucarne (0-1, 21’33). Un coup de poignard pour Gap qui crée une petite période de flottement dans la défense grenobloise : Colomban est tout près de marquer un deuxième but en récupérant le palet aux abords du slot mais Horak repousse cette fois.  Finalement, la réaction grenobloise vient de la première ligne. Champagne donne le palet à Kearney qui lance à la cage, Darier repousse mais le palet revient dans la crosse de l’attaquant américain qui préfère glisser à Leclerc sur sa droite, lequel pousse le palet dans la cage grande ouverte (1-1, 23’32).

Les compteurs sont remis à zéro dans une rencontre définitivement lancée. Les deux équipes jouent le coup à fond pour essayer de faire la différence avec plusieurs lancers à la cage non cadrés. Après une période très équilibrée, Samuel Labrecque teste Horak à deux reprises mais le portier grenoblois repousse les lancers du défenseur canadien. Arnaud répond du tac au tac avec une contre-attaque mais Darier dévie le palet. Une fois encore, la solution pour Grenoble vientdu premier bloc : après un gros travail autour de la cage de Kearney et Champagne, le palet ressort à la ligne bleue pour Magovac dont le lancer est dévié imparablement devant le slot par Champagne en pleine lucarne (2-1, 29’56).

Grenoble réussit à prendre les devants, mais Gap ne renonce pas et continue à travailler dans la zone offensive avec notamment un gros temps fort avec des lancers dans le trafic de Faure et Gibb. Les Brûleurs de Loups ont de plus en plus de mal à passer la zone neutre dans une fin de tiers dominée par les Rapaces alors que les Grenoblois sont acculés autour de leur cage. Ils arrivent momentanément à se donner de l’air sur un palet remonté par Latendresse et relayé par Kara mais Darier veille.

Gap continue de lancer à la cage grenobloise et Horak doit se montrer vigilant. Il sort une belle mitaine sur un lancer de Parker Reno. Dans la dernière minute, Leclerc est sanctionné pour un cinglage sur Gibb avant de prendre en plein visage une crosse haute de Faure : les deux équipes terminent donc le tiers à quatre contre quatre.

Dès le début de la troisième période, les Brûleurs de Loups sont cueillis à froid par un magnifique « coast to coast » de Kristoff Kontos qui récupère le palet derrière sa cage pour traverser toute la patinoire et battre Horak au nez et à la barbe d’une défense grenobloise totalement passive (2-2, 40’21). Dans la foulée, Magovac est pénalisé pour une faute sur Vondracek. Cette première supériorité numérique pour les Rapaces est une belle occasion de prendre les devants. Grenoble gère plutôt bien l’infériorité mais se fait une grosse frayeur à la fin de la pénalité sur une action combinée de Thillet et Kambeitz qui aurait pu finir au fond des filets si Kambeitz avait choisi le tir plutôt que la passe. De retour à cinq contre cinq, ce sont toujours les Rapaces qui ont l’initiative du jeu alors que les Brûleurs de Loups multiplient les erreurs de transmission dans leur zone et n’arrivent plus à construire d’action offensive digne de ce nom.

Plus tranchants dans les duels, les Gapençais récupèrent un nombre incalculable de palets. Pourtant, contre le cours du jeu, Grenoble aurait pu marquer le troisième but sur un action confuse de Champagne et Kearney devant le slot. C’est finalement tout à fait logiquement Gap qui prend les devants sur un belle circulation du palet en triangle : décalé par Gutierrez sur la droite de la cage, Labrecque choisit intelligemment le centre pour Thillet qui marque involontairement du patin dans la cage grande ouverte (2-3, 49’40).

Un but d’école marqué au milieu d’une défense grenobloise complètement spectatrice. Les Brûleurs de Loups essaient de réagir mais le tir de Manavian en bonne position n’est pas cadré. Puis c’est au tour de Champagne de frapper à la porte mais son lancer est repoussé par Darier de la jambière. Mais sur un contre rapidement joué par les Rapaces, Manavian commet une faute qui donne une nouvelle chance à Gap. Et cette fois les Rapaces vont la saisir : après une bonne circulation du palet en power-play, Gutierrez décale Samuel Labrecque dont la reprise directe transperce Horak (2-4, 52’46).

Après ce but, Gap continue d’occuper la zone offensive alors qu’on guette une réaction grenobloise qui tarde à venir. Et lorsqu’enfin Tartari arrive à franchir le rideau défensif gapençais, c’est Darier qui sort le grand jeu devant la cage pour ne pas donner d’espoir aux Brûleurs de Loups. Le portier gapençais remet ça quelques instants plus tard face à Magovac en fermant ses jambières. Les Brûleurs de Loups semblent résignés dans les dernières minutes, incapables d’inquiéter vraiment le gardienr gapençais. À l’inverse, Horak évite le naufrage en sortant une grosse mitaine face à Kambeitz. La sortie du portier grenoblois dans la dernière minute n’y changera rien : Gap remporte une victoire nette et méritée après un gros troisième tiers au cours duquel Grenoble s’est effondré.

Les Brûleurs de Loups sont passés à côté d’un match dans lequel il leur manquait le principal : l’envie de gagner. Tout l’inverse des Rapaces, bien plus intenses et présents dans les duels que leurs adversaires. D’un côté, une équipe déjà qualifiée qui essayait de gérer sans risque de se blesser, de l’autre une équipe qui doit encore batailler pour assurer sa place en play-offs. Grenoble tombe donc de haut ce soir en concédant sa première défaite à domicile depuis la claque subie contre Rouen à l’automne (0-5). C’est aussi la deuxième défaite depuis le début 2019 après celle subie à Amiens…. Preuve que lorsqu’ils ne mettent pas un niveau de motivation suffisant dans une rencontre, les Grenoblois n’ont pas de marge sur des équipes accrocheuses et bien organisées. Car en plus d’avoir la motivation, Gap a parfaitement joué ce soir : solides en zone défensive autour d’un excellent Jimmy Darier, les Rapaces ont proposé un jeu de transition très rapide qui a permis de porter rapidement le danger sur la cage grenobloise et de concrétiser avec la vista de Romain Gutierrez et Kristoff Kontos.

Pourtant, à 2-1, les Brûleurs de Loups semblaient avoir fait le plus dur et rien ne prédisait cet effondrement au troisième tiers. L’absence de révolte est certainement le plus gênant pour une équipe qui n’est arrivée à se montrer dangereuse que par l’intermédiaire de son premier bloc. Insuffisant pour Grenoble dont la profondeur de banc doit justement être un atout pour ce genre de match. Mais l’offensive grenobloise, brouillonne et désordonnée ce soir, n’a pas réussi à trouver la faille. Une constante depuis décembre à Pôle Sud où les prestations poussives s’enchaînent. Après être passés tout près de la correctionnelle face à Bordeaux au terme d’un match insipide, les Isérois n’ont cette fois pas réussi à tenir le score pour gagner sur le fil. Et ils perdent le contact avec Rouen qui dans le même temps fait une grosse démonstration contre Amiens. Un gros rappel à l’ordre pour une équipe qui doit se mettre en ordre de bataille avant les play-offs. Le match « retour » dimanche à Gap leur donnera l’occasion de remettre les pendules à l’heure… en attendant de faire oublier cette déconvenue au public de Pôle Sud.

Désignés joueurs du match : Guillaume Leclerc (Grenoble) et Jimmy Darier (Gap)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Très déçu. En rencontrant Gap, il faut proposer une autre intensité. Il faut avoir envie et être prêt à faire les petites choses bien. On a vu une équipe de Gap très solide défensivement qui gardait les choses simples. Chaque fois qu’ils avaient le palet, ils l’envoyaient derrière nos défenseurs… On commence le match par cinq ou six turnovers à la ligne bleue en trois présences. On essaie des jeux faciles et on se met dans le trouble au lieu de travailler derrière leurs défenseurs…. On n’a pas assez dérangé leurs défenseurs. Il y avait une équipe qui avait plus envie que l’autre. On était devant au score mais ils patinaient plus. Chaque fois que le palet était dans notre zone défensive, on était en difficulté. Ils avaient le momentum pendant tout le match et ils marquent un but mérité. Aujourd’hui si tu ne patines pas, que tu n’es pas prêt à jouer dans un endroit pour gagner les duels, tu ne peux pas avoir beaucoup de succès. Contre Angers, on a eu du succès parce qu’on est allé dans ces endroits-là, on était les premiers sur le palet, on mettait beaucoup de palets à la cage. Aujourd’hui, on n’a pas fait ces choses-là. Quand on joue contre une équipe comme ça, c’est dur, ils travaillent fort avec quatre lignes, il faut élever le jeu d’un cran. Il reste beaucoup de matchs à jouer encore, il faut se préparer au maximum, être prêts pour les play-offs. Il y a encore beaucoup de points à prendre, des équipes derrière nous qui poussent aussi, il faut être prêt à chaque match. »

Damien Fleury (attaquant de Grenoble) : « On n’a pas été bons, on n’a pas été au niveau et on est tombé sur une bonne équipe de Gap, bien structurée, solidaire qui a fait la différence. Ils ont été bons sur leur forecheck, nous on n’a pas forechecké du tout donc c’était compliqué de récupérer les palets. Ils étaient solidaires, c’était un bon groupe… Ils ont joué ensemble et on ne l’a pas fait, c’est pour ça qu’on a perdu. Peut-être qu’on était un peu fatigué mais ce n’est pas une excuse. En play-off, on sera aussi fatigué, ça va être à nous de bien jouer donc voilà, c’est une bonne piqûre de rappel. On s’est parlé, on a mis les choses au point et c’est ce qui fait la force du groupe, à chaque fois on a su relever la tête et bien jouer le match d’après, donc à nous de rééditer ça et de partir avec les trois points de Gap. »

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « Je suis content pour mes gars, ils ont mérité ce soir. Je pense qu’on a été en phase ascendante tout le match. Le premier tiers a été partagé mais on a été mieux que nos adversaires sur le deuxième et le troisième tiers. On a été mieux sur tous les compartiments, on a fait les efforts sans le puck, on n’a pas donné beaucoup de temps et d’espace. C’est un peu dans la continuité de ce qu’on fait depuis deux semaines. On a touché le fond à Lyon quand on avait perdu 5-0. Depuis ce match, on est bien. Le dernier match à Chamonix, on n’avait concédé que 14 tirs à la cage en étant compact comme ce soir. Et c’est complet parce que quand on récupère le puck, on ne fait pas n’importe quoi, on est posé. Je pense qu’on est l’équipe la plus jeune en France, et pour une équipe très jeune, on a démontré beaucoup de maturité. On a été très posé avec le puck. Finalement on nous a donné un power-play à Pôle Sud, ils sont rares ! Il faut en profiter quand il y en a un qui vient de notre bord. L’arbitrage n’a pas été mauvais. C’est vrai qu’on aurait peut-être aimé avoir un ou deux occasions de plus lors des deux premiers tiers mais on a eu cette occasion-là et on a été décisif. On est focus sur nous, on n’est en compétition contre personne, ni contre Grenoble, ni contre Chamonix. On est en compétition avec nous-mêmes, notre objectif est d’essayer de tirer le maximum de tout le monde et d’être la meilleure version de ce qu’on peut faire. On est vraiment focus sur nous, il n’y a pas de message à envoyer à Grenoble, je ne pense pas qu’on joue le même championnat… Je suis content pour l’équipe, je suis content pour Jimmy Darier, c’est sa première victoire de la saison, il a connu une saison assez compliquée parce qu’il a eu trois quatre arrêts pour des raisons physiques durant la saison. Il avait eu un gros gros mois d’août et je suis vraiment content pour lui. »

Romain Gutierrez (attaquant de Gap) : « On a travaillé du début à la fin, sur les trois tiers. On a bien joué avec le palet, je trouve qu’à cinq contre cinq on était bien meilleurs. On sait que Grenoble au niveau du power-play est très efficace, ce soir ils ne l’ont pas été. Tant mieux pour nous. Au troisième tiers, la réussite était de notre côté, on a vraiment bien poussé et sur l’ensemble du match on est récompensé à la fin. On garde notre identité, ce n’est pas les plus beaux jeux du monde qu’on fait mais c’est efficace, en tout cas ça l’a été sur ce match-là… Dimanche, c’est un autre match… Grenoble va revenir beaucoup plus fort parce que perdre à la maison, on touche un peu à l’orgueil mais on les attend chez nous de pied ferme aussi, on ne va pas se laisser marcher dessus mais ça va être aussi un gros match. »

 

Grenoble – Gap 2-4 (0-0, 2-1, 0-3)
Vendredi 18 janvier 2019 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3702 spectateurs.
Arbitrage de Pierre Dehaen et Benjamin Scolari assisté de Joris Barcelo et Gabriel Pointel.
Pénalités : Grenoble 6’ (0’, 2’, 4’), Gap 6’ (4’, 2’, 0’).
Tirs : Grenoble 24 (8, 10, 6), Gap 28 (8, 11, 9).

Évolution du score :
0-1 à 21’33’ : Gutierrez assisté de Abramov et Crinon
1-1 à 23’32’ : Leclerc assisté de Kearney et Champagne
2-1 à 29’56’ : Champagne assisté de Magovac et Kearney
2-2 à 40’21’ : Kontos assisté de Gibb
2-3 à 49’40’ : Thillet assisté de Labrecque et Gutierrez
2-4 à 52’46’ : Labrecque assisté Gutierrez (sup. num.)

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney – Joël Champagne (C) – Guillaume Leclerc (2’)
Christophe Tartari (A) – Sébastien Rohat – Damien Fleury (A)
Vincent Kara – Olivier Latendresse – Maxime Legault
Mathias Arnaud – Adel Koudri – Julien Baylacq
Dylan Fabre

Défenseurs :
Patrick McEachen – Sébastien Bisaillon
Antonin Manavian (2’) – Connor Hardowa
Dominik Kramar – Aleksandar Magovac (2’)

Gardien :
Lukáš Horák [sorti de 58’44 à 60’00]

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Teddy Trabichet (épaule), Boštjan Goličič (poignet), Teddy Da Costa (malade), Lucien Onno, Sacha Treille, Kyle Hardy.

Gap

Attaquants :
Dimitri Thillet – Maurin Bouvet (A) – Romain Gutierrez (A)
Jeffrey Brown (C) – Kristoff Kontos (2’) – Robin Colomban
Adam Kambeitz – Roman Vondracek – Norbert Abramov
Téo Sarliève – Paul Schmitt (2’) – Paul Joubert
Johann Bayrou

Défenseurs :
Dan Gibb – Raphaël Faure
Pierre Crinon – Parker Reno
Samuel Labrecque – Matt Nelson

Gardien :
Jimmy Darier

Remplaçant : Jordon Cooke (G). Absents : Roberts Jekimovs, Elvijs Biezais, Vincent Melin, Quentin Mahier.

Les commentaires sont fermés.