Grenoble – Strasbourg (Ligue Magnus, 35e journée)

Leclerc fait le spectacle

130

Les Brûleurs de Loups ont réagi dimanche à Gap (4-1), se rachetant de leur faux-pas concédé sur leur glace deux jours plus tôt (2-4). Une réaction salutaire pour les Isérois, auteurs d’une très mauvaise prestation vendredi devant leur public. Face à la lanterne rouge Strasbourg, contre laquelle ils restent sur un large succès (9-0), les Brûleurs de Loups ne peuvent se permettre de s’incliner. Ils devront retrouver la victoire à domicile et engranger confiance et points pour la fin de la saison. Les Brûleurs de Loups sont privés de Dominik Kramar qui a reçu un coup à Gap alors que les deux « jokers » Sacha Treille et Kyle Hardy sont toujours convalescents et n’ont pas encore débuté avec leurs nouvelles couleurs.

L’Étoile Noire, on espère faire meilleure figure que lors des précédents affrontements avec les Brûleurs de Loups cette saison (défaites 7-1, 4-2 et 9-0). Les Strasbourgeois, qui n’ont pas joué ce week-end, restent sur une sévère défaite la semaine dernière dans le derby face à Mulhouse (3-7) alors qu’ils avaient remporté la première manche deux jours plus tôt en prolongation (3-2). Strasbourg jouera la carte de la fraîcheur face à une équipe grenobloise qui a joué deux matchs en 48h ce week-end mais l’Étoile noire sera handicapée par les absences d’Anthony Goncalves, Maxime Delplanque et Vojtech Zadrazil. Dusan Sidor continue son intérim devant la cage en l’absence de Tomas Hiadlovsky.

Comme prévu, les Brûleurs de Loups prennent l’initiative dans le jeu avec un premier tir de Joël Champagne repoussé par Sidor. Mais les Strasbourgeois ne sont pas en reste avec un tir du revers d’Hugo Sarlin qui met à contribution Antoine Bonvalot, titularisé dans les cages grenobloises ce soir. Mais Denny Kearney, libre de tout marquage, pousse de la crosse un palet qui traîne dans la zone défensive et le glisse sous la jambière de Sidor (1-0, 03’53).

Les Brûleurs de Loups ont la mainmise sur le palet alors que les Strasbourgeois ont beaucoup de mal à sortir de leur zone. La domination grenobloise est stérile mais elle permet d’obtenir une première pénalité de Burgert. Sur cette première supériorité numérique, les Brûleurs de Loups installent le jeu en zone offensive mais ne parviennent pas à trouver de bonne position de tir si ce n’est de loin avec un bon lancer de McEachen à la bleue. Mais les Grenoblois continuent leur pressing au cours des minutes suivantes avec notamment une bonne opportunité de Latendresse à bout portant mais Sidor veille et répond présent.

La pression s’accentue sur la cage strasbourgeoise avec une grosse activité grenobloise en zone offensive. Après une grosse accélération à la ligne bleue, Da Costa se présente seul face à Sidor qui plonge pour détourner le palet. Puis Fleury sert Rohat dans l’axe de la cage mais ce dernier manque sa reprise.

Au plus fort de sa domination, Grenoble subit une pénalité de Munoz. Première opportunité en supériorité numérique pour l’Étoile noire qui capitalise rapidement : un lancer à la cage de Michal Duras est dévié par Danny Potvin sous la jambière de Bonvalot après seulement neuf secondes de supériorité (1-1, 15’30).

Cette égalisation contre le cours du jeu ne déstabilise pas les Grenoblois : Leclerc ramène le danger en zone offensive avec un premier lancer. Puis, sur un palet mal dégagé par la défense strasbourgeoise, McEachen sert Champagne qui décale Leclerc, dont le tir sans contrôle se loge sous la barre transversale (2-1, 16’59’). Grenoble remet les pendules à l’heure alors Strasbourg se complique un peu plus la tâche avec une faute de Sarlin sur Tartari en zone offensive. La punition vient rapidement sur le power-play : un lancer de Bisaillon est dévié astucieusement devant la cage par Leclerc, Sidor ne peut que constater les dégâts (3-1, 18’34). Après avoir été rejoint au score, Grenoble a bien réagi et compte deux buts d’avance à la pause.

Strasbourg essaie de réagir au début de la deuxième période mais c’est Grenoble qui se procure d’entrée la meilleure opportunité avec encore une fois le premier bloc à la manœuvre : raid de Leclerc qui lance à la cage, Sidor repousse et s’interpose une nouvelle fois devant Champagne qui avait repris le rebond. Le portier strasbourgeois a beaucoup de travail en ce début de tiers puisqu’il arrête dans la foulée une reprise à bout portant de Sébastien Rohat qui semblait avoir le but grand ouvert. Mais l’attaquant grenoblois marquera finalement quelques secondes plus tard sur un lancer dévié dans sa propre cage par Dominik Fujerik (4-1, 22’10). Les affaires alsaciennes se compliquent mais les Alsaciens manquent une grosse opportunité sur un 2 contre 1 mal négocié entre Duras et Zion. Sidor doit encore s’illustrer pour repousser à bout portant un lancer de Latendresse. Grenoble s’installe durablement dans la zone offensive et accentue sa domination avec une pénalité de Chabert.

Les Brûleurs de Loups installent le power-play mais ne trouvent pas de bonne position de tir. En fin de pénalité, Burgert parvient à déclencher un tir sur un contre, rappelant les défenseurs grenoblois à l’ordre. À cinq contre quatre, Grenoble continue d’attaquer avec une grosse accélération d’Arnaud qui bute sur Sidor, encore une fois décisif. Mais le portier strasbourgeois ne peut rien suite à un engagement grenoblois en zone offensive : Champagne sert Leclerc dont le tir croisé en angle fermé fait mouche (5-1, 31’58). Avec ce but, Leclerc signe un hat-trick qui semble mettre Grenoble à l’abri d’un retour strasbourgeois.

Les Brûleurs de Loups ne se satisfont pas de cet avantage et continuent de pousser avec un one-timer de Fleury non cadré. Le même Fleury sera pénalisé quelques instants plus tard, offrant une supériorité numérique à Strasbourg : deux minutes pendant lesquelles les Grenoblois vont monopoliser le palet et tuer la pénalité avec une facilité déconcertante !

Strasbourg semble débuter la troisième période avec de meilleures intentions et un lancer de Miha Logar contré par Bonvalot. Grenoble riposte rapidement avec Champagne en bonne position pour un lancer sur Sidor. L’Étoile noire propose des transitions plus rapides et Dominik Fujerik en profite pour s’infiltrer dans la défense mais Bonvalot bloque le palet. Et la première ligne grenobloise continue de faire des dégâts dans la défense strasbourgeoise avec Leclerc qui fait le tour de la cage pour servir en retrait Joël Champagne dont le tir à ras de glace fait mouche (6-1, 43’40). L’addition commence à être salée pour Strasbourg dont le souvenir du 9-0 encaissé à domicile hante les esprits. Surtout que les Brûleurs de Loups ne s’arrêtent pas d’attaquer : Legault voit son tir échouer sur le poteau alors qu’il avait réussi à faire la différence.

Une nouvelle pénalité est sifflée contre Fleury, cette fois pour une charge sur Chausserie devant la cage strasbourgeoise. Le power-play alsacien est mieux négocié que le précédent mais Bonvalot n’a pas de gros tir à arrêter. En fin de pénalité, Legault s’offre même une contre-attaque mais il manque la finition. Champagne, Kearney et Leclerc continuent leur festival offensif en mettant la pression devant le slot. Duras doit quitter ses partenaires après avoir pris un palet dans le visage. Sur un palet mal dégagé par la défense grenobloise, Dylan Denomme sert Ondrej Havlicek qui glisse le palet hors de portée de Bonvalot d’un joli tir du poignet en lucarne (6-2, 53’30). Un but anecdotique mais qui montre que les visiteurs n’ont pas abandonné et tentent de profiter de la moindre opportunité. Grenoble continue d’attaquer avec Munoz bien servi par Baylacq mais Sidor repousse de la mitaine. Puis une déviation de Fleury sur un tir de Bisaillon laisse passer le frisson dans la défense strasbourgeoise. Les deux équipes semblent ensuite se contenter du score dans les dernières minutes.

Les Brûleurs de Loups, portés par une première ligne stratosphérique (présente sur 5 des 6 buts ce soir, triplé pour Leclerc), ont fait le travail face à une équipe strasbourgeoise très faible défensivement au cours des deux premiers tiers. Visiblement, la volonté de se racheter de la défaite face à Gap était bien présente ce soir dans les rangs grenoblois. La défense a été sérieuse, Bonvalot a fait un bon match et l’attaque efficace. Ou plutôt la première ligne a été efficace. Car si on peut se réjouir de la réussite du trio Kearney-Champagne-Leclerc, on peut regretter que les autres lignes ne se soient pas invitées à la fête dans un contexte favorable face au dernier du championnat. Le risque d’une dépendance guette Grenoble et Edo Terglav devra trouver les bonnes combinaisons pour soulager son premier trio, encore très (trop ?) utilisé ce soir. L’offensive grenobloise passera d’ailleurs deux tests intéressants cette semaine face à Chamonix vendredi et surtout Amiens dimanche. De quoi monter en puissance….

L’Étoile Noire a évité cette fois la correction face aux Brûleurs de Loups grâce à un troisième tiers-temps plus équilibré où la défense strasbourgeoise s’est montrée plus présente et plus agressive sur le porteur du palet. Elle a en revanche laissé beaucoup trop de liberté de mouvement aux attaquants grenoblois lors des deux premiers tiers et l’addition aurait pu être bien plus salée sans Dusan Sidor qui remplit à merveille son rôle de joker en maintenant son équipe hors de l’eau. Une bonne trouvaille alors que l’attaque visiteuse s’est montrée relativement inspirée avec deux buts inscrits dont un en power-play. Insuffisant tout de même pour rivaliser pendant soixante minutes avec l’un des favoris du championnat. Le combat de Strasbourg est ailleurs : rester compétitif jusqu’aux play-down où l’Étoile Noire jouera sa saison.

Désignés joueurs du match : Guillaume Leclerc (Grenoble) et Michal Duras (Strasbourg)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On s’attendait à un match difficile parce qu’on sort des deux matchs de Gap avec beaucoup d’émotion, beaucoup d’intensité. C’est notre cinquième match en douze jours, les matchs comme celui-là peuvent être dangereux. Les joueurs ont été sérieux, ils ont bien respecté le système. Je suis vraiment content de la façon dont les joueurs se sont comportés sur la glace. Un peu de fatigue est là, on s’est dit qu’il fallait vraiment finir sur une bonne manière, on donne un but mais on n’a pas donné énormément d’occasions à Strasbourg à la fin. Dans l’ensemble c’était une belle victoire de l’équipe. Kearney et Leclerc sont ensemble depuis le début de la saison, ils sont réguliers, ils produisent à chaque match. Maintenant qu’on a rajouté Joël Champagne, la ligne a pris encore une autre dimension. On voit la façon dont ils se comportent, ils sont très très dangereux, même les matchs où ça va moins bien. Aujourd’hui, chaque fois qu’ils étaient sur la glace, ils ont créé beaucoup d’occasions. Ils bougent beaucoup sur la glace, ils se sentent très bien. Je suis content pour eux, spécialement pour Guillaume avec le travail qu’il a effectué depuis qu’il est avec nous, maintenant ça paye. Il fait une belle saison. »

Guillaume Leclerc (attaquant de Grenoble) : « On a eu beaucoup de réussite sur notre ligne ce soir, c’est bien quand les choses vont du bon côté, c’était une bonne soirée pour notre trio. Les matchs s’enchaînent, c’est à quoi vont ressembler les play-offs. C’est une très bonne opportunité pour nous de se préparer, le staff fait les choses intelligentes, il nous donne beaucoup de jours de repos donc c’est bien géré, on est capable de bien se reposer. Sur le classement, on n’a plus grand-chose à jouer donc il faut se concentrer sur la manière avec laquelle on joue ; faire attention à plein de choses, c’est bien cela nous permet de nous focaliser seulement sur les choses qu’on peut contrôler et les performances qu’on fait à chaque match, donc c’est une bonne chose pour nous de s’assurer qu’on fait les détails correctement. »

Daniel Bourdages (entraîneur de Strasbourg) : « J’ai eu le sentiment qu’on a bien joué vingt minutes, la troisième période où j’ai senti qu’il y avait un peu d’avenant de notre côté. On a mal calculé notre déplacement, ça a été plus long que prévu, on est arrivé deux heures avant le match après avoir passé la journée dans un car couchette. Je trouve que ça a été un peu long à démarrer. Quand tu joues contre Grenoble, t’as pas intérêt à démarrer lentement. Même si le score n’était que 3-1, j’ai quand même préféré la troisième période par rapport au match. Le premier but, on le marque en dix secondes en power-play, le dernier power-play on a eu quand même de bonnes actions, mais le deuxième power-play, on n’a pas touché le palet…. Donc il y a eu du très bon et du très mauvais au niveau du power-play, c’est un peu à l’image du match qu’on a fait ce soir… En troisième période, on a bien contrôlé le palet en zone offensive, on a eu des beaux reverses avec des défenseurs et des attaquants, on fait 1-1. Je pense que c’était quelque part mérité. J’ai une équipe très jeune, il me manque deux défenseurs, donc on a un peu de difficulté à suivre au niveau des attaques contrairement à Grenoble qui a su souvent attaquer à quatre et à cinq. Heureusement pour nous, ils rataient la cage, donc ça nous a donné quelques surnombres, mais c’est quelque chose qu’à l’entraînement on réussit mais on n’arrive pas encore à le faire en match. C’est peut-être ça, une équipe qui est jeune, on n’a pas les mêmes problèmes que les Brûleurs de Loups. Chaque match on essaie de progresser, c’est pour ça que je ne voulais pas qu’on lâche ce soir. On sait qu’on sera probablement dans les play-down, il faut avoir un maximum de points. L’année dernière, quand les play-down ont démarré, on était très loin et derrière au bout du compte, on a failli passer. C’était à un point près mais cette saison, on aimerait commencer un peu plus even. »

Mitch Zion (attaquant de Strasbourg) : « Après un match comme ça, on essaie de prendre les choses positives. Dans le troisième tiers, on est à égalité. Malheureusement les deux premières périodes ne reflètent pas la façon dont on voulait jouer, mais Grenoble est une très bonne équipe. On prend des punitions, Grenoble a capitalisé donc ça a été difficile mais la troisième période, ça a été une bonne période pour nous. On est arrivé juste à 18h, le déplacement a été environ 8h dans le bus donc c’est difficile, mais on est des professionnels, ça ne doit pas être des excuses. En arrivant plus tôt, ça aurait été peut-être meilleur pour nous, mais c’est la vie, on a besoin de jouer mieux que ça. Sur la supériorité où on ne touche pas le palet, je n’ai pas de réponse, on perd la mise en jeu et les deux minutes suivantes, on n’a pas le palet. Peut-être qu’en fin de période on n’a pas les jambes, de l’énergie mais peut-être qu’on est un peu frustré mais c’est pas bon c’est sûr. »

 

Grenoble – Strasbourg 6-2 (3-1, 2-0, 1-1)
Mardi 22 janvier 2019 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2850 spectateurs.
Arbitrage de Adrien Ernecq assisté de Frédéric Peurière et David Courgeon.
Pénalités : Grenoble 6’ (2’, 2’, 2’), Strasbourg 6’ (4’, 2’, 0’).
Tirs : Grenoble 35 (10, 13, 12), Strasbourg 21 (10, 6, 5).

Évolution du score :
1-0 à 03’53 : Kearney assisté de Champagne et Leclerc
1-1 à 15’30 : Potvin assisté de Duras et Prier (sup. num.)
2-1 à 16’59 : Leclerc assisté de Champagne et McEachen
3-1 à 18’34 : Leclerc assisté de Bisaillon et McEachen (sup. num.)
4-1 à 22’10 : Rohat assisté de Da Costa
5-1 à 31’58 : Leclerc assisté de Champagne
6-1 à 43’40 : Champagne assisté de Leclerc et Latendresse
6-2 à 53’30 : Havlicek assisté de Denomme et Logar

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney – Joël Champagne (C) – Guillaume Leclerc
Sébastien Rohat – Teddy Da Costa – Damien Fleury (A) (4’)
Vincent Kara – Olivier Latendresse – Maxime Legault
Julien Baylacq – Julien Munoz (2’) – Mathias Arnaud

Défenseurs :
Patrick McEachen – Sébastien Bisaillon
Antonin Manavian – Christophe Tartari (A)
Aleksandar Magovac – Connor Hardowa
Lucien Onno

Gardien :
Antoine Bonvalot

Remplaçant : Lukáš Horák (G). Absents : Teddy Trabichet (épaule), Boštjan Goličič (poignet), Dominik Kramar, Sacha Treille, Kyle Hardy (blessés), Dylan Fabre.

Strasbourg

Attaquants :
Danny Potvin – Mitch Zion – Michal Duras (C)
Loïc Chabert (2’) – Ondrej Havlicek – Dylan Denomme
Romain Chapuis – Dominik Fujerik – Julien Burgert (A) (2’)
Hugo Sarlin (2’) – Samuel Rousseau – David Fritz-Dreysse

Défenseurs :
Radek Deyl (A) – Colin Morillon
Aurélien Chausserie – Miha Logar
Scott Prier – Aurélien Vinals

Gardien :
Dusan Sidor

Remplaçant : Adrien Vazzaz (G). Absents : Tomas Hiadlovsky, Anthony Goncalves (suspendu), Maxime Delplanque, Vojtech Zadrazil (blessés).

Les commentaires sont fermés.