Décès de Bruno Ranzoni

1 311

Avec le décès de Bruno Ranzoni, à l’âge de 91 ans, le club de Chamonix vient de perdre l’un de ses plus célèbres gardiens de but qui aura marqué l’histoire du hockey sur glace français.

Né en 1927 à Quittengo dans le nord-ouest de l’Italie, le jeune Bruno Ranzoni, fils unique, arriva dans la station de Haute-Savoie dès l’âge d’un an avec son père Raphaël, tailleur de pierre, et sa mère Antoinette, femme de ménage.

Il débuta le hockey sur glace en 1943, à l’âge de 15 ans, alors qu’il ne savait même pas patiner puisqu’il était gardien de football. C’est l’ancien international et capitaine des Chamois, Jean Payot, un copain d’école, qui le convainc de monter sur la patinoire en lui disant « ce n’est pas grave, un gardien n’a pas besoin de savoir patiner ! »

Naturalisé français après la Seconde guerre mondiale, Bruno Ranzoni fut sélectionné en équipe de France sans interruption pendant quinze ans de 1949 à 1964. Sous le maillot tricolore, il forma un duo international, d’abord avec Edmond Cochet puis avec Jean-Claude Sozzi.

Totalisant le record de douze titres de champion de France avec le club de Chamonix (auquel il resta fidèle pendant toute sa carrière), Bruno Ranzoni défendit la cage des Chamois avec comme doublures Gérard Hyvert, Daniel Claret-Tournier, mais aussi Michel Montérain qui devint ensuite titulaire dans le club voisin de Saint-Gervais.

Lorsqu’il prit sa retraite sportive, c’est d’abord Yves Balmat (le frère de Jean-Claude qui jouait dans l’équipe) qui lui succéda, puis rapidement, c’est Bernard Deschamps qui prit le relais devant la cage. Dirigeant déjà lorsqu’il jouait, Bruno Ranzoni assistait André Colin comme trésorier du CHC car il était employé de banque à la Société Savoisienne de Crédit puis comptable dans une entreprise d’électricité.

Devenu coach de l’équipe première de Chamonix en tandem avec Yvan Guryca pendant sept ans (1966-1973), Bruno Ranzoni fut remplacé à ce poste par un autre Tchèque, Robert Robetin. Il put ensuite se consacrer à son autre grande passion, les boules lyonnaises, d’abord comme tireur puis comme pointeur avec l’âge. Dans cette discipline, il joua en deuxième et troisième division avec la Société de Boules de Chamonix, puis à sa disparition, avec l’US Mont-Blanc Boules de Chedde.

Marié depuis 1954 avec Gilberte, une Champenoise que tout le monde surnommait « Zette », Bruno Ranzoni a eu deux fils : l’aîné Gilles Ranzoni (né en 1956), un instituteur qui devint arbitre international de hockey sur glace, et Patrick Ranzoni (né en 1958), gardien d’immeuble, qui a remporté le dernier titre historique de Chamonix en 1979. Son petit-fils Raphaël (fils de Patrick) fut également joueur de hockey dans la station alpine.

Nous présentons à tous les membres de sa famille ainsi qu’à ses nombreux amis et anciens coéquipiers, ses plus sincères condoléances.

Texte rédigé par Tristan Alric

Les commentaires sont fermés.

consequat. venenatis eleifend elementum sit velit, sed Aenean elit. massa