Amiens – Mulhouse (Ligue Magnus, 36e journée)

Les Gothiques dans une spirale négative

139

Après avoir fini 2018 en trombe et commencé 2019 sur les mêmes bases, en battant notamment Rouen, Grenoble, et l’adversaire du soir, Mulhouse, sur le score de 0-7, les Gothiques traversent une phase plus difficile. La défaite en prolongation contre un adversaire direct, Gap, qui grappille des points et se retrouve à potentiellement six points (en gagnants leur deux matches en retard), était le dernier faux-pas des Amiénois qui voyaient leur troisième place plus que jamais menacée par Angers qui garde un rythme de croisière. Cette rencontre contre un « mal classé », bien qu’en forme sur ses dernières sorties, était une occasion pour les hommes de Mario Richer de retrouver le chemin de la victoire pour se remettre sur le droit chemin avant de se déplacer à Grenoble.

Les deux équipes s’observaient un long moment et le rythme n’était pas très élevé. Les deux équipes n’arrivaient pas à se montrer dangereuses, la faute à des erreurs techniques dans les passes et les contrôles de palet. La première partie du premier tiers n’offrait pas grand chose à se mettre sous la dent, mais la première opportunité était Alsacienne. Après un bon pressing en zone offensive, Jurik récupérait le palet et donnait à Vigners sur le coté, qui envoyait une passe liftée à Sevchenko. Celui-ci reprenait sans contrôle et voyait sa tentative déviée sur le poteau par le bouclier de Buysse.

Les Mulhousiens, battus déjà trois fois cette saison par Amiens, semblaient mieux en place défensivement que lors de la dernière confrontation. Les ajouts de Mustukovs et Bahensky faisaient beaucoup de bien à cette équipe, et c’est la ligne de ce dernier qui se montrait une nouvelle fois dangereuse. Trudeau était servi dans le cercle et lançait croisé, mais Buysse était encore une fois encore vigilent et stoppait le palet du bouclier.

Un peu contre le cours du jeu, les Amiénois bénéficiaient d’une supériorité numérique. Après une première minute un peu laborieuse, il fallait attendre la fin du jeu de supériorité pour avoir un lancer dangereux. Maïa, lancé, débordait sur le coté et faisait un relais avec Poudrier. Le jeune Français continuait sur sa lancée et, parvenu au niveau de la ligne de but, passait à Smach de l’autre côté. Ce dernier lançait à ras de glace et ouvrait le score pour les locaux (1-0, 12’05).

Profitant du momentum de ce but, les Picards tentaient d’enfoncer le clou. Trabucco, aligné sur le premier bloc en l’absence de Romand et Da Costa, donnait à Giroux et il fallait un superbe arrêt de Mustukovs pour empêcher le Québécois d’enfoncer le clou. Mais les hommes de Mario Richer ne dégageaient pas cette impression de sérénité et de maîtrise habituelle, et montraient les mêmes symptômes qu’en début de saison. Si l’envie semblait présente, la réalisation n’était pas au rendez-vous, la faute à des erreurs techniques devenues inhabituelles depuis un certains temps.

Ces erreurs se payaient rapidement. Mustukovs, même s’il avait encaissé un but, était très solide, et Bahensky montrait pourquoi Mulhouse est allé le chercher. Sur un lancer ras de glace pourtant anodin de Esipov, Buysse laissait un énorme rebond, et personne n’était là pour dégager. Bahensky ne se faisait pas prier et égalisait sur cette offrande de la défense amiénoise (1-1, 16’24).

Les Mulhousiens enfonçaient le clou moins d’une minutes plus tard à la faveur d’un avantage numérique. Le palet tournait bien, et Raux lançait de la ligne bleue. Sa première tentative était un peu trop sur Buysse, la rondelle lui revenait. Il lançait sans contrôle à mi-hauteur, et Buysse était trompé alors même qu’il n’était pas masqué et que la vue était complétement dégagée (1-2, 17’17).

Plus la rencontre avançait, et moins ce match était divertissant. Mulhouse défendait très bien et jouait en contre attaque, tandis que les Amiénois ne semblaient pas capable de trouver la faille.

Bahensky, très certainement l’un des joueurs les plus en vue du Team Synerglace, aurait pu s’offrir un doublé, avec l’aide de West. Son lancer frappé était dévie par le canadien et cela surprenait Buysse, bien heureux de voir sa transversale sortir la rondelle. Mustukovs était lui aussi en vue, quand Smach, servi dans le cercle dans une situation similaire au premier but, voyait son shoot stoppé par l’ancien Niçois.

Les coéquipiers de Jonathan Narbonne ne profitaient pas non plus de l’indiscipline des Scorpions. Un premier jeu de supériorité dans le second tiers n’avait pas été transformé, et une opportunité de double supériorité se présentait alors. Edwards servait Giroux, tout près d’égaliser, mais Mutukovs faisait l’arrêt sans pour autant geler la rondelle. Solides et bien en place, les hommes de Yorick Treille tuaient cette double infériorité et conservaient leur avance.

Le troisième tiers était presque totalement insipide. Les Gothiques rentraient très mal dans cette dernière période en étant rapidement pénalisés, et tuaient même une double infériorité. Cependant, sur la même situation que dans le premier tiers, Damien Raux s’offrait un doublé. Une fois de plus servi à la ligne bleue, il lançait et trompait Buysse, qui n’était une fois de plus pas masqué, pour donner une avance de deux buts aux siens (1-3, 45’53).

Les Picards montraient des signes de révolte, mais n’arrivaient pas à se montrer dangereux, même à six contre cinq en toute fin de match.

C’est donc une quatrième défaite en cinq matches, avant de se déplacer à Grenoble dimanche. Les Gothiques traversent une mauvaise passe, et il faudra s’en sortir rapidement pour ne pas « gâcher » une saison pour l’instant très bonne malgré un faux départ. Mais les hommes de Mario Richer ont toujours montré qu’ils savent se sortir des moments difficiles, et sont capables de se dépasser quand il le faut. C’est ce qu’il faudra pour battre Grenoble, avant un match capital contre Angers à domicile.

Réactions d’après match :

Mario Richer (entraîneur d’Amiens) : « Tu ne peux pas gagner un match en ne comptant qu’un but. Notre dernière défaite ici, c’était sur un score de 1-2 (ndlr : Nice). Après, il faut aussi donner du crédit à l’autre équipe, Mulhouse a bien joué. Ils ont joué avec une avance d’un but la majorité du match et ils ont bien géré cela. On est dans le dur, c’est une certitude. On ne peut pas toujours être dans le maximum, il faut trouver des solutions pour jouer mieux, revenir à la base. Mulhouse avait aussi trois nouveaux joueurs, que j’ai trouvé très bons. Ils font des ajouts pour se renforcer et ça fonctionne. La bonne chose est qu’on va avoir une semaine d’entraînement, il va falloir bien travailler. En ce moment, on jouait beaucoup et les systèmes n’étaient pas bien mis en place. Il faut travailler plus fort et mieux gérer la rondelle. Ces derniers matches rappellent un peu le début de la saison. »

Yorick Treille (entraîneur de Mulhouse) : « On n’avait pas beaucoup de victoires à l’extérieur cette saison. Les joueurs travaillent fort et, même s’il y a encore beaucoup de boulot, c’est un match référence pour nous. C’est une victoire méritée avec tous les ingrédients nécessaires pour s’imposer à l’extérieur. On a été discipliné, on a tué les pénalités au bon moment et fait le dos rond quand il le fallait. Ensuite, notre powerplay a fait la différence pour mettre les buts au bon moment.
On a un parcours difficile mais la solidarité est là depuis un bon moment. On a traversé des épreuves assez dures, je suis donc content que les joueurs soient récompensés ce soir. On a aussi un nouveau gardien qui prend de la place, il a arrêté le palet partout où il passe. Il a une grosse expérience et si on protège bien autour de lui, on sait qu’on a de la place pour gagner. On profite de cette victoire mais il y a encore du travail. Après des victoires, on peut perdre un peu notre manière de jouer. De notre côté, il ne reste que sept matches, on joue déjà nos playoffs maintenant. On va avoir un calendrier compliqué avec une série de déplacements à Rouen, Grenoble et Anglet. On n’aura aucun match facile mais on va essayer d’être compétitifs, prendre le maximum de points possible et voir où cela nous amène. »

Amiens – Mulhouse 1-3 (1-2, 0-0, 0-1)
Vendredi 25 janvier 2019 à 20h00 au Coliséum. 2500 spectateurs
Arbitrage de MM. Damien Bliek et Pierre Dehaen assisté de Mme Anne-Sophie Boniface et M.  Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Amiens 12′ (4′, 0′, 8′); Mulhouse 14′ (2′, 8′, 4′)
Tirs : Amiens 24 (7, 8, 9); 33 Mulhouse (10, 11, 12)

Évolution du score :
1-0 à 12’05 : Smach assisté de Maïa et Poudrier (sup. num.)
1-1 à 16’24 : Bahensky assisté de Esipov et Zolmanis
1-2 à 17’17 : Raux assisté de Genest et Vigners (sup. num.)
1-3 à 45’53 : Raux assisté de Genest et Vigners (sup. num.)

Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Mario Valery-Trabucco – Philippe Halley
Bastien Maïa – Joey West (A) – Rudy Matima
Thomas Suire – Pierre Maxime Poudrier  – Spencer Edwards
Baptiste Bruche – Félix Plouffe – Lucas Herrera

Défenseurs :
Ondrej Smach – Jonathan Narbonne (C)
Léo Guillemain – Holden Anderson
Romain Bault – Louis Belisle
Axel Prissaint

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Mulhouse

Attaquants :
Zdenek Bahensky – Sandis Zolmanis – Sébastien Trudeau
Rolands Vigners – Milan Jurik – Arturs Sevcenko
Lou Bogdanoff – Kevin Lorcher – Jordan Draper
Kenny Martin – Roope Nikkilä – Bryan Ten Braak

Défenseurs :
Kévin Hecquefeuille – Andrei Esipov
Hubert Genest – Hugues Cruchandeau
Michal Seda – Damien Raux

Gardien :
Ervins Mustukovs

Les commentaires sont fermés.