France – Kazakhstan (Mondial U18 2019, division 1A, 2e journée)

Les Bleus douchés par le Kazakhstan

258

Entame réussie pour l’équipe de France qui malgré un manque d’efficacité flagrant a réussi à venir à bout de l’Ukraine hier après-midi. Le Kazakhstan de son côté s’est incliné hier soir (2-5) face à l’Allemagne dans une rencontre largement dominée par les Allemands. Les Tricolores pouvaient donc espérer continuer sur leur lancée face à un rival pour le podium. Dans les rencontres du jour, le Danemark et l’Allemagne ont confirmé leur succès inaugural respectivement face à l’Ukraine (6-2) et la Norvège (6-4), confirmant ainsi qu’ils sont deux sérieux candidats pour la montée.

Dès le début de la rencontre, les Tricolores montrent leurs intentions avec notamment un premier lancer de Hugo Proux détourné de la mitaine par Roman Kalmykov. Le début de match est physique, ça joue des coudes entre Dikhanbek et Quattrone. Les Français travaillent bien en zone offensive mais manquent de précision à l’image d’un tir non cadré de Tarabusi en bonne position. À l’inverse les Kazakhs ont un maximum de réussite : Musorov décale bien Saiko qui lance à la cage : Duquenne repousse, Mathias Thomas essaie de dégager le palet du revers mais Dias Gusseinov en le contrant l’envoie au fond des filets (0-1, 02’53).

Difficile d’encaisser un tel but en début de match pour les Bleus qui repartent malgré tout à l’attaque avec Paulin Mainot. Duquenne bloque un bon lancer d’Alexandrov. Les Bleus essaient de faire parler leur vitesse sur un 2 contre 1 entre Proux et Dair mais Proux tergiverse trop et ne parvient pas à faire la passe. Un premier brassage intervient alors lorsque Dair se montre un peu trop insistant en tapant sur la jambière de Kalmykov.

Jules Boscq est pénalisé pour avoir chargé avec la crosse Alikhan Omirbekov. Après avoir bien repoussé les assauts du Kazakshtan en début de supériorité numérique et s’être même procuré un contre par Schmitt et Daita, la France finit par craquer lorsque Stanislav Filippenko s’avance et marque d’un joli tir en lucarne (0-2, 09’43). Avantage de courte durée puisque sur un palet perdu en zone neutre, Enzo Baravaglio lance en profondeur Pierrick Dubé qui s’échappe avec le palet en breakaway et remporte son duel avec le gardien kazakhe (1-2, 11’16). Mais les Kazakhs continuent d’attaquer : une déviation de Musorov est bien détournée par Duquenne.

Le Kazakhstan se fait pressant en zone offensive et les Bleus ont du mal à ressortir le palet. Les Kazakhs s’appuient sur la bonne vitesse de leurs attaquants pour mettre en place des attaques bien construites mais la défense française ressort proprement. Gusseinov prend de vitesse la défense, essaie de prendre son propre rebond mais Duquenne s’impose. Filippenko manque de peu la lucarne. Le Kazakhstan est plus dangereux sur les attaques placées alors que la France procède par contre-attaques à l’image de celle de Théo Gueurif qui aurait pu faire mouche.

Au début de la deuxième période, une belle échappée de Dubé sur l’aile gauche est neutralisée irrégulièrement par Shaikhmeddenov. Le power-play français a du mal à s’installer. Retour à cinq contre cinq donc et douche froide pour les Bleus : le Kazakshtan marque rapidement sur un lancer de la bleue de Shaikhmeddenov, le traffic devant la cage gêne Duquenne et Saiko marque sur le rebond (1-3, 23’39).

Pris à froid, les Bleus essaient de réagir. Proux manque une belle occasion à bout portant. Puis une belle action française est conclue par une passe en retrait pour Dubé dont le tir est contré. Après une faute d’Alexandrov sur Dubé en zone offensive, Proux prend une nouvelle fois un rebond à bout portant mais le gardien repousse. Dair à son tour voit son tir détourné par le gardien. Le Kazakhstan est sanctionné pour retard de jeu, ce qui offre une double supériorité numérique pour la France. Dubé s’avance mais son tir est dégagé, Allais voit sa tentative repoussée. Un tir de Baravaglio est repoussé par le gardien. La France n’arrive pas à bouger le bloc kazakh puis sur vingt secondes de folie multiplie les tirs… non cadrés. Après une interception, Dair accélère mais tire au-dessus.

Les Kazakhs sont de retour à cinq contre cinq, les Bleus ont manqué une belle occasion de se relancer. Les Kazakhs reviennent en zone offensive : étonnamment seul, Oleg Boiko parvient à s’avancer tout seul vers la cage pour servir idéalement Madi Dikhanbek qui marque à bout portant (1-4, 29’14). Roman Kalmykov sort une belle mitaine sur un lancer de Schmitt. Filippenko tente de loin mais son lancer est bien bloqué par Duquenne.

Une nouvelle fois les Français ont des occasions mais le réalisme est kazakhe : après une longue présence kazakhe en zone offensive, Vladislav Saiko marque facilement en deux temps au milieu d’une défense passive (1-5, 33’32). C’est le but de trop pour Duquenne qui est remplacé par Tristan Mongellaz. Ensuite le jeu s’équilibre jusqu’à la fin du tiers. Les Bleus à l’énergie essaient de réagir mais semble impuissants face à une équipe bien organisée et à un gardien bien en place. Après un tiers difficile, ils sont menés de quatre buts à la deuxième pause.

On pourrait croire que les Kazakhs allaient lever le pied en troisième période compte tenu de leur avance au score mais il n’en est rien. Fidèles à leurs principes offensifs, ils continuent d’attaquer : un 2 contre 1 entre Gusseinov et Musorov est tout près d’aboutir mais le tir n’est pas cadré. Mongellaz s’illustre avec quelques arrêts solides sur des tirs kazakhs. Les Bleus semblent avoir une occasion en contre mais Allain se fait rattraper et déposer par Chaporov. Une échappée de Chaporov suite à une interception est arrêtée avec brio par Mongellaz.

La France continue de subir et essaie de procéder par contres. Les Kazakhs s’offrent un gros numéro en zone offensive mais le tir de Gusseinov est repoussé par Mongellaz qui fait ensuite face à celui de Boiko. La France est battue en vivacité par des Kazakhs beaucoup plus réactifs dès la perte du palet. Musorov tire du revers mais manque le cadre.

Après une contre-attaque française mise en échec par Kalmykov, les Bleus s’offrent enfin une bonne séquence mais une pénalité contre Leucht pour un cross-check les oblige à reculer de nouveau. Les Kazakhs font preuve d’un magnifique jeu de possession en power-play. Un centre-tir de Dikhanbek permet à Chaporov de marquer le sixième but kazakh en déviant à bout portant (1-6, 52’57).

Après avoir beaucoup subi le jeu de passe des Kazakhs, les Français marquent sur une contre-attaque de Tomasino, Gueurif marque sur un revers qui passe sous la jambière de Kalmykov  (2-6, 55’02). Mais une nouvelle pénalité française de Guer pour une mise en échec avec la crosse met de nouveau les Bleus en difficulté. Un centre fort devant la cage de Zalevski est dévié involontairement par Schmitt dans sa cage (2-7, 56’28). Sur un palet perdu en zone offensive, les Bleus s’offrent une dernière contre-attaque mais manquent le cadre. Tout un symbole.

Les Kazakhs ont donné une leçon de jeu collectif offensif aux Bleus qui se sont noyés ce soir. Dépassés dans la vitesse d’exécution par une équipe kazakhe impressionnante d’automatismes, les Français ont aussi souvent perdu les duels qui comptent, se faisant subtiliser le palet sur des actions offensives par le bon repli défensif kazakh ou laissant leurs adversaires un peu trop libres de leurs mouvements devant le slot.

La double supériorité numérique mal négociée au deuxième tiers a semble-t-il été le tournant du match : elle a redonné de l’élan au Kazakhstan alors que les Français ont accusé le coup par la suite, devenant souvent spectateurs d’un match qui allait leur échapper complètement. À l’inverse, le Kazakhstan réalise un 3/3 en supériorité numérique grâce à un jeu de puissance parfaitement rodé ! Après une bonne claque comme celle-ci, il faudra se remobiliser rapidement pour affronter la Norvège mercredi. Les Kazakhs eux se sont bien remobilisés après leur défaite inaugurale contre l’Allemagne et peuvent voir venir sereinement la suite de la compétition.

Désignés joueurs du match : Charles Schmitt (France U18) et Madi Dikhanbek (Kazakhstan U18)

(Photos Philippe Crouzet)

France U18 – Kazakshtan U18 2-7 (1-2, 0-3, 1-2)

Lundi 15 avril 2019 à 19h30 la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 668 spectateurs.
Arbitrage de Michal Baca assisté de Nicholas Briganti et Julien Fournier
Pénalités : France U18 6’ (2’, 0’, 4’), Kazakhstan U18 6’ (0’, 6’, 0’)
Tirs : France U18 29 (12, 10, 7), Kazakhstan U18 37 (11, 12, 14)

Évolution du score :
0-1 à 02’53 : Gusseinov assisté de Musorov et Saiko
0-2 à 09’43 : Filippenko assisté de Dikhanbek et Zalevski (sup. num.)
1-2 à 11’16 : Dubé assisté de Baravaglio
1-3 à 23’39 : Saiko assisté de Gusseinov et Shaikhmeddenov
1-4 à 29’14 : Dikhanbek assisté de Boiko et Zalevski
1-5 à 33’32 : Saiko assisté de Gusseinov et Shaikhmeddenov
1-6 à 52’57 : Chaporov assisté de Dikhanbek et Filippenko  (sup. num.)
2-6 à 55’02 : Gueurif assisté de Tomasino
2-7 à 56’28 : Zalevski assisté de Gusseinov et Musorov (sup. num.)

France U18

Attaquants :
22. Pierrick Dubé – 7. Enzo Baravaglio – 10. Quentin Tomasino
6. Timothé Quattrone (C) – 14. Hugo Proux – 23. Flavian Dair
24. Théo Gueurif – 18. Emmanuel Navarro – 16. Samuel Guer (A) (2’)
5. Paulin Mainot – 15. Axel Tarabusi – 13. Matteo Daita
19. Baptiste Léo

Défenseurs :
21. Mathias Thomas – 17. Hugo Allais
12. Jules Boscq (A) (2’) – 4. Charles Schmitt
2. Guillaume Leucht (2’) – 9. Louis Cirgues
3. Christophe Tiramani

Gardien :
1.Valentin Duquenne puis 25. Tristan Mongellaz [de 33’32 » à 60’00 »]

Kazakshtan U18

Attaquants :
17. Vladislav Saiko – 9. Dias Gusseinov (A) – 24. Maxim Musorov
5. Oleg Boiko (C) – 15. Denis Chaporov – 22. Stanislav Filippenko
4. Ali Kassenov – 12. Alikhan Omirbekov (2’) – 23. Stanislav Alexandrov (2’)
11. Ivan Voitov – 10. Igor Ichshenko – 19. Adam Yevloyev

Défenseurs :
21. Artyom Korolyov – 18. Angsar Shaikhmeddenov (2’)
7. Madi Dikhanbek (A) – 13. Igor Zalevski
2. Rustem Jumagulov – 3. Nikita Boiko
6. Vladislav Kharlamov

Gardien :
1. Roman Kalmykov

Remplaçant : 20. Vilen Prokofiev (G).

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.