Les Bruins trébuchent à domicile (match 5)

112

Le pivot de la série, c’est toujours le match 5. 72% des équipes qui le remportent après un 2-2 finissent par soulever la coupe. À domicile, Boston entend bien faire fructifier l’avantage du public pour s’imposer.

Problème : Zdeno Chara, le capitaine historique, a été touché par un palet au visage au match précédent, où il n’a pas joué pendant le troisième tiers et servi uniquement de caution « meneur d’hommes sur le banc ». Le vétéran slovaque est visiblement atteint d’une fracture de la mâchoire et a tenu à répondre tout de même aux médias, par écrit !

Dans quel état sera-t-il sur la glace ? Cette blessure et celle de Matt Grzelcyk font entrer Steven Kampfer, puisque Bruce Cassidy décide d’aligner sept défenseurs et onze attaquants, remaniant ses trios. David Backes en fait les frais. Du côté des Blues, Joel Edmundson est en tribunes au profit de Robert Bortuzzo.

Binnington sauve les meubles

Les Bruins entament tambour battant. Marcus Johansson se lance en tour de cage, avec Charlie Coyle sur le pas de la porte, mais Jordan Binnington colle son patin le long du poteau et ne cède pas.

Les Blues subissent, et leur première demi-occasion vient d’Ivan Barbashev, de très loin et sans danger pour la plaque de Tuukka Rask. Le jeu offensif favorise nettement les locaux, avec un nouveau tir du cercle droit de Brad Marchand, et un rebond de Charlie McAvoy. Puis, Sean Kuraly tente sa chance.

Le premier jeu de puissance offre une chance à Charlie Coyle dans le slot. La pénalité est tuée et St. Louis teste timidement le gardien adverse depuis le slot, puis par Patrick Maroon en débordement à gauche. Ce dernier récupère au fond et sert Tyler Bozak lancé dans l’enclave, pour un arrêt du Finlandais sur la ligne, ce que la vidéo confirme.

Cette finale est toujours aussi physique, à l’image d’une lourde charge de Torey Krug sur Alex Steen. Marchand, lui, s’échappe mais sans prendre suffisament d’avance. Il sert David Pastrňák en retrait et Binnington repousse. Huit chances de marquer à deux après treize minutes… et une neuvième lorsque Johansson renverse vers Brandon Carlo : le gardien rookie a suivi.

À cinq minutes de la pause, Patrice Bergeron trouve Marchand en retrait. Le tir du Québécois percute le poteau. David Krejčí décale lui Pastrňák, sans réussite.

St. Louis finit par une belle volée de David Perron sur un service de Ryan O’Reilly en avantage numérique, sans que le score n’évolue. Boston a nettement dominé ce début de match (17-8 au tir).

O’Reilly décisif (encore)

Les Blues débutent par une échappée de Vladimir Tarasenko repoussée par Rask, et ils ne tardent pas à débloquer la partie. Zach Sanford se retrouve au fond avec deux joueurs sur le dos et les piège d’une passe entre ses jambes magnifique. O’Reilly arrive lancé, contrôle et ouvre la marque du revers (0-1).

Boston part à l’abordage : Noel Acciari dévie un tir de Carlo, bloqué par Binnington. Un revers en pivot de Johansson, un tir de la bleue de Krug en supériorité, Chara de loin… Le compteur de tirs grimpe.

Mais la plus belle chance revient à un contre des Blues. Alex Pietrangelo reçoit le palet en retrait et, esseulé, tente de contourner le gardien. Il s’ouvre la cage et il faut un sacrifice de Krejčí sur la ligne pour priver les visiteurs d’un deuxième but.

Un seul but donc, dans un tiers-temps plus fermé, avec bien moins d’occasions.

L’arbitrage encore au cœur des débats

Les joueurs de Cassidy reprennent avec des intentions offensives et une forte domination. Kampfer, pour son premier match de la finale, expédie un tir puissant de l’aile qui vient atterrir sur l’angle du but. Pas plus de réussite pour Pastrňák, Krug, et encore le Tchèque en supériorité.

McAvoy perd ensuite un duel en 2-contre-1, Parayko coupe une autre offensive et aide son gardien à repousser un tour de cage de Pastrňák – encore une fois, la vidéo ne valide pas le but.

À dix minutes de la fin, la partie bascule. Bozak, au duel avec un défenseur, arrive le long de la bande dans le dos d’Acciari. La crosse dans les jambes du joueur des Bruins le fait tomber, mais les officiels ne signalent rien. L’action se poursuit en entrée de zone. O’Reilly est mis au sol mais a pu servir Perron qui, à droite, se promène devant trois joueurs passifs. Il cherche Bozak à l’opposée, en deux temps. Le palet glisse entre les jambes de Rask (0-2). La colère des joueurs et de la foule est logique tant la faute paraissait grossière. Acciari, encore au sol, laissait son équipe hors de position. Ceci dit, la défense s’est arrêtée de patiner et Rask s’est montré bien faible… L’attaquant des Bruins ne reviendra pas, pour cause de protocole de précaution anti-commotion.

Boston, furieux et désespéré, ne lâche rien et revient par un tir croisé de Jake DeBrusk, d’une volée au cercle après un gros travail de Krug à la bleue (1-2). Le défenseur des Bruins avait subi une crosse haute mais a réussi à poursuivre le jeu pendant la pénalité différée.

Perron manque le but du KO en ratant le cage en échappée, mais Binnington finit le travail avec un ultime arrêt en fin de match.

St. Louis s’impose donc sur ce but controversé, avec 38 arrêts de Binnington – son 15e succès, un record pour un gardien rookie (à égalité avec Roy, Hextall, Ward et Murray), dont 9 à l’extérieur. Le match 6 dans le Missouri s’annonce épique : entre désir de vengeance de Bruins et possibilité d’une première coupe Stanley dans leur antre, la motivation sera à son maximum pour les deux équipes.

Du côté des Bruins, il faudra assurément que le top-6 se réveille : le trio magique de la première ligne est muet à cinq-contre-cinq depuis plusieurs matchs déjà, muselé par Bouwmeester-Parayko et O’Reilly. La deuxième, elle, s’est montrée transparente.

Boston Bruins – St. Louis Blues 2-1 (0-0, 0-1, 1-1)
St. Louis mène 3 victoires à 2.
Jeudi 6 juin 2019, 20h15. Enterprise Center de St. Louis. 17565 spectateurs.
Arbitrage de Steve Kozari et Kelly Sutherland assistés de Greg Devorski et Pierre Racicot.
Pénalités : Boston 2′ (2′, 0′, 0′), St. Louis 6′ (2′, 2′, 2′)
Tirs : Boston 39 (17, 8, 14), St. Louis 21 (8, 7, 6)

Récapitulatif du score
0-1 à 20’55 : O’Reilly assisté de Sanford et Pietrangelo
1-1 à 50’36 : Perron assisté de O’Reilly et Bozak
2-1 à 53’32 : DeBrusk assisté de Krug

St. Louis Blues

Attaquants :
Jaden Schwartz – Brayden Schenn – Vladimir Tarasenko (A)
Zach Sanford (+1) – Ryan O’Reilly (+2) – David Perron (2′, +1)
Samuel Blais – Tyler Bozak (+1) – Patrick Maroon
Oskar Sundqvist (-1) – Ivan Barbashev (-1) – Alexander Steen (A, 2′)

Défenseurs :
Carl Gunnarsson (+1) – Alex Pietrangelo (C, +2)
Jay Bouwmeester – Colton Parayko (-1)
Robert Bortuzzo – Vince Dunn (2′)

Gardien : Jordan Binnington
Remplaçant : Jake Allen

Blessé : Robert Thomas (A, poignet). Réservistes notables : Chris Thorburn (A), Michael Del Zotto (D), Robby Fabbri (A), Joel Edmundson (D)

Boston Bruins

Attaquants :
Brad Marchand (2′) – Patrice Bergeron (A, -1) – David Pastrňák (-1)
Jake DeBrusk – David Krejčí (A) – [Johansson ou Pastrňák en alternance]
Marcus Johansson – Charlie Coyle – Danton Heinen
Joakim Nordström – Sean Kuraly – Noel Acciari (-1)

Défenseurs :
Zdeno Chara (C, -1) – Charlie McAvoy (-1)
Torey Krug – Brandon Carlo
John Moore – Connor Clifton
Steven Kampfer

Gardien : Tuukka Rask
Remplaçant : Jaroslav Halák

Blessés : Chris Wagner (A, bras), Kevin Miller D, bas du corps), Urho Vaakanainen (D, commotion), Matt Grzelcyk (D, tête). Réservistes notables : Lee Stempniak (A), David Backes (A)

Les commentaires sont fermés.

ut ipsum Donec vel, ut quis,